Européennes : les listes UDI/Modem doivent clarifier leurs priorités

Le programme des listes communes UDI/Modem pour les européennes mérite des précisions d’urgence s’il veut emporter les voix libérales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Keep calm and vote liberal (Crédits : ALDE, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Européennes : les listes UDI/Modem doivent clarifier leurs priorités

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 mai 2014
- A +

Par le Parisien Libéral.

Vous le savez, pour les élections européennes 2014, les listes centristes de l’UDI et du Modem sont unies sous le label « les Européens » partant du constat qu’elles sont d’accord pour plus d’Europe et la marche vers le fédéralisme. Pour trouver l’apologie sans réserve des Européens, rendez-vous sur le blog de L’Hérétique.

Il y a déjà des députés UDI-Modem à Bruxelles. Citons par exemple l’excellente Sylvie Goulard, reconnue pour son travail, son expertise et son implication, ou encore la moins excellente Marielle de Sarnez, qui a alterné, ces derniers mois, entre travail de démolition de la fédération du Modem Paris, poker menteur sur le leadership des centristes parisiens et incohérence au niveau européen.

Ce dernier point est très important. En effet, nouveauté de cette élection aux européennes 2014 : le vote des députés va indirectement influencer le choix du président de la Commission européenne. En effet, en ce moment, 5 candidats à la présidence de la Commission européenne font campagne : Jean-Claude Juncker (PPE, droite), Martin Schulz (PS, gauche), Alexis Tsipras (extrême gauche), Ska Keller (écolo) et Guy Verhofstadt. Ce dernier est soutenu par les membres du parti centriste et libéral démocrate au niveau européen, l’ALDE .

Or, vous remarquerez qu’il n’y a pas, sur les documents de campagne de l’ALDE, de référence au Modem/UDI les Européens.

BntB0mnCYAArPTe (1)

C’est normal. Les députés UDI font parti du PPE (comme ceux de l’UMP, allez comprendre). Et ceux du Modem font partie de l’ALDE, sauf que parfois, on a l’impression qu’ils préféreraient être membres de la gauche européenne.

Exagération ? Il n’y a qu’à voir la réaction de Marielle de Sarnez à la candidature d’Olli Rehn, un libéral finlandais, à la tête de l’ALDE. Marielle de Sarnez avait menacé de quitter l’ALDE si Olli Rehn était proposé à la place de Guy Verhofstadt.

Du coup, avant d’aller éventuellement voter UDI/Modem les Européens, les électeurs feraient bien de se poser quelques questions sur le programme des listes centristes françaises :

  • L’UDI/Modem les Européens veut mettre en place « un véritable SMIC Européen », selon leur programme. Or, Guy Verhofstadt est contre, d’après Le Monde. Question 1 : élus à Bruxelles, les députés UDI/Modem les Européens vont-ils continuer à promouvoir la vision socialiste, dirigiste et étatiste de l’économie qui prévaut en France, ou bien seront-ils plus en phase avec leurs « partenaires » LibDem (anglais) et autres FDP (allemands) ?
  • Question 2 : l’harmonisation fiscale. L’ALDE est contre. Que diront les UDI/Modem les Européens ?
  • La problématique de la localisation du parlement européen. Importante, sachant que les signataires de One Seat (une pétition qui veut arrêter le déménagement permanent entre Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg) sont majoritairement des fédéralistes. Question 3 : les UDI/Modem les Européens vont-ils s’aligner sur le point de vue de Cecilia Malmstrom (Folkparteit) ?

En fait, l’ALDE affiche clairement ses priorités : défense des libertés individuelles, de la libre circulation des personnes et des capitaux, critique virulente de la politique de surveillance électronique de la NSA. On n’est pas certain de retrouver clairement tous ces points dans le programme de UDI/Modem les Européens. De manière plus globale, les centristes français devraient cesser de dire que la marche vers le fédéralisme, souhaitable, doit forcément passer par une harmonisation fiscale et sociale.

Après tout, est-ce que les taux d’imposition sont les mêmes entre la Californie, le Texas, le New Hampshire et le Massachusetts ? Alors pourquoi devraient-ils être identiques entre la France, la Belgique, la Slovénie et la Suède ? Même dans un État aussi jacobin que la France, nous avons trouvé le moyen de créer des taux d’imposition différents pour la Corse, les Zones Franches Urbaines ou les journalistes.

Le fédéralisme devrait avant tout passer par un double mouvement : de gestion commune, d’une part, et des missions régaliennes des 28 (police, justice, armée et diplomatie) depuis Bruxelles et de délégation aux régions & landers, aux associations ou au secteur privé des autres missions de service public (santé, éducation, transports…), dans le respect du principe de subsidiarité d’autre part. Ainsi, nous aurions en plus une réponse au besoin urgent de réforme de l’État (en France).

Dans un contexte de rude concurrence (31 listes, dont certaines très intéressantes comme Nous Citoyens de Denis Payre, ou le Parti fédéraliste européen), l’UDI/Modem les Européens a tout intérêt à afficher clairement ses valeurs.


Sur le web.

Sur le même sujet : Que voter aux Européennes 2014 ? 15 mai 2014.

Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Ceux qui soutiennent l’Europe fédérale sont pour moi les anti-libéraux les plus virulents qui soient. Jamais le modem ou l’UDI n’auront ma voix, et présenter ces partis (ainsi que leurs alliés ou équivalents européens) comme libéraux (même « modérés ») est à mon avis un non-sens.

    – Ces partis soutiennent la monnaie unique. Ils soutiennent donc le renflouage des pays d’Europe du sud, c’est à dire récompenser les comportements les plus irresponsables en faisant payer les contribuables d’Europe du Nord. C’est du socialisme.
    – Ils soutiennent les « eurobonds », outils permettant aux états de dépenser encore et toujours plus, et de nouvelles fuites en avant dans la dette. C’est du keynésianisme.
    – Ils soutiennent les politiques de manipulation monétaire de la BCE.
    – Ils soutiennent le fédéralisme, ce qui signifie à terme un transfert de fonds massif et un subventionnement massif vers l’Europe du Sud, que les autres pays d’Europe n’ont pas les moyens de réaliser. C’est encore et toujours du socialisme.
    – La prétendue décentralisation n’aura jamais vraiment lieu dans une éventuelle Europe fédérale. Ce sera comme en France une décentralisation des seules dépenses (les recettes restant centralisées sous prétexte de « solidarité »), poussant à toujours plus de dépenses publiques et de gaspillage, avec une surcouche étatique liée au nouvel état fédéral qui ne fera que s’ajouter aux autres.

    Les élections européennes vont pour moi délivrer un message clair : les fédéralistes du centre y seront laminés, et les libéraux souverainistes (qui représentent pour moi l’avenir du libéralisme dans le contexte actuel) sortiront largement renforcés, grâce au succès à venir de partis comme l’UKIP…en attendant l’implosion prévisible de la monnaie unique.

    Un vrai libéral qui se respecte doit pour moi s’opposer autant qu’il le peut à l’Europe fédérale et à ses partisans.

    • +1
      Un commentaire juste pour dire que vous avez raison a 100% et n’êtes pas seul à penser ainsi.

    • En quoi une europe fédérale est anti libérale, comparativement à un état souverain ? Il ne faut pas confondre les institutions et ceux qui les dirigent.
      Votre avis sur l’UDi ou le MODEM est juste, ils n’ont rien de libéral, faut-il encore définir ce qu’est une politique libérale et, quel parti est libéral ?
      L’équation europe est simple, sans fédéralisme, quel intérêt ?

  • L’Europe n’a plus le vent en poupe suite aux différentes crises. Dans ces conditions, en raisonnant en matière de programme, chacun sera tenté de ne retenir que les aspects qui lui semblent négatifs et de choisir en fin de compte le moins-disant.

    Pour ma part, j’aimerais mieux qu’on me parle de pragmatisme et de vision de l’Europe : que veut-on ? Un espace économique puissant et efficace, un espace politique pour développer les pays du sud et de l’est, un super-état écolo-marxiste qui impose sa « juste vision » des choses à tous ?

  • C’est de la lobotomie cette politique. Six mois que j’ai pris le large. je revis !!!! Bonne chance à vous tous. Pas marre de faire l’inventaire de toutes ces imbécillités ?

  • Le document que vous donnez présente les consignes de vote du PARTI ALDE dont le Modem n’est pas membre, c’est donc normal qu’ils ne soient pas présents dessus.
    Le Modem est membre du GROUPE ALDE au Parlement Européen, lequel groupe contient à la fois des membres du PARTI ALDE et du PARTI PDE dont le Modem est membre.

    • Tres bien. Ca, c’est la forme. Et sur le fond ? (les 3 questions posées)

      • Exact. Quant à l’UDI, s’il y a bien des points de leur programme qui vont dans le bon sens comme tu le mentionnais dans un billet récent, il faudrait parmi les personnalités en vue que ce soit Jean-Christophe Lagarde ou Hervé Morin qui en prennent la tête car les autres me semblent être des socialistes light déguisés en centristes.

        Ma conclusion est proche de la tienne : Hors de question de ne pas voter cette fois ci (je n’ai plus voté depuis le 6 mai 2012) mais hors de question de voter pour du fédéralisme béat qui a comme projet de transformer l’Europe en France géante, projet éternel des politocards français. Je voterai pour Denis Payre malgré toutes les réserves qu’on peut soulever.

  • Comment voulez vous que les membres de l’Europe se mettent d’accord sur une politique économique commune alors qu’ils ne savent même pas se mettent d’accord sur le prix des paquets de cigarettes qui ont les mêmes effets néfastes pour leurs utilisateurs quelques soient le pays

    Pouvez-vous m’envoyer votre newsletter à propos des élections européennes

    Benoitgilloots@hotmail.fr

    • En milieu de la page Contrepoints, il y un encart rouge « dossier ». Celui-ci sera, d’ici quelques jours, consacré aux européennes.

  • ATTENTION ! Votre article est complètement faux !
    Le MoDem fait parti du PDE et non de l’ALDE ! L’UDI a rejoint le PDE il y a quelques semaines. Et MoDem-UDI siégeront au GROUPE PARLEMENTAIRE ADLE, présidé par l’excellent Guy Verhofstadt !

    D’ailleurs vous dite que UDI-MoDem ne devraient pas insister sur l’harmonisation fiscale et sociale mais c’est Verhofstadt lui-même qui le souhaite ! l’UDI-MoDem est parfaitement cohérente !

  • Avec des gens comme Borloo créateur de taxes et écolo punitif, et Bayrou le réclameur de plus d’état aucune chance de croire que se parti est libéral. Morin sauvant l’ensemble, mais sans charisme.

    Nous citoyens a l’avantage de proposer la société civile et une vue de bon sens à défaut d’être 100% libérale. C’est donc la meilleure offre politique du moment.

    • Oui, mais voter pour des partis qui ne feront pas les 5% des voix qui sont le minimum nécessaires pour accéder à des sièges au parlement est-il forcément mieux? Ne vaut-il pas mieux voter pour une liste qui n’est certes pas libérale mais qui s’en rapproche le plus (parmis les gros partis français, bien sûr)?

  • beaucoup de naïveté… admettons qu’un type vous dise ça !
    « Pour moi, je pense que lorsque le pouvoir a garanti à chacun le libre exercice et le produit de ses facultés, réprimé l’abus qu’on en peut faire, maintenu l’ordre, assuré l’indépendance nationale et exécuté certains travaux d’utilité publique au-dessus des forces individuelles, il a rempli à peu près toute sa tâche. »
    Qu’est ce qui va vous garantir que cette profession de foi va être respectée ? RIEN – il ne faut donc pas voter, c’est à dire faire confiance aveuglément sans prévoir préalablement que cette profession de foi ne soit sanctionnée dans le cas où elle serait bafouée.

  • Dans ma circonscription (Grand Est), les têtes de listes UDI-Modem sont littéralement des clowns.

  • Donnez un coup de pouce à Denis Payre, « Nous citoyens ».

  • Moi je vote avec mes pieds.

    100% efficace. J’ai bougé à Montréal. Maintenant je réfléchi au Texas ou au New Hampshire. Faites de même et envoyez donc paître ces assemblées de clown. Pour vous amuser question élections, regardez ce petit clip de hip pop versaillais https://www.youtube.com/watch?v=b2LX-yz7iWw Vous allez adorer.

  • Aujourd’hui dans CDA, j’ai entendu dire qu’il fallait une grande Europe pour discuter avec Google.

    Pourquoi faut-il discuter avec Google?

  • Le MR en Belgique est libéral ? Pourquoi qu’on me dit jamais rien ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frédéric Mas.

Après avoir rejeté une première fois l’article premier du projet de loi de sortie de la crise sanitaire portant sur le pass sanitaire, les députés ont finalement revoté pendant la nuit pour l’adopter.

?? ALERTE INFO - L’Assemblée nationale a finalement adopté en seconde délibération l’article 1er du projet de loi sur la sortie de crise sanitaire qui prévoie la mise en place d’un #PassSanitaire. 205 députés ont voté pour, 85 contre. (LCP) pic.twitter.com/twmqhlKHJF

— Mediavenir (@Medi... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

La République en Marche peut-elle encore gagner les élections régionales ? C’est en tout cas la question qui ressort d’un excellent papier de nos confrères de L’Opinion consacré au tabou des alliances du second tour des élections prévues en juin prochain. L’article écrit par Matthieu Deprieck et Ludovic Vigogne dresse le portrait d’un parti présidentiel en plein questionnement à quatre mois du scrutin.

Placé sur liste noire par les partis traditionnels qu’il a largement dépouillés, confronté aux réticences... Poursuivre la lecture

chômage épargne
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

En décembre 2015, par les bons soins d'un de mes lecteurs, Nasier Ockham que je remercie au passage, nous pouvions bénéficier d'une analyse factorielle des correspondances (AFC) des résultats de vote des régionales.

Pour rappel, l'AFC est une analyse statistique non dirigée permettant de trouver de façon systématique les corrélations (ou leur absence) entre les agrégats qui se dégagent des différentes dimensions de données qu'on lui fournit.

L'analyse de l'époque avait largement montré que la France semblait se d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles