Électrosensibilité : l’Académie de médecine désapprouve le financement public de dispositifs « anti-ondes »

Le Conseil Général de l’Essonne vient d’accorder une aide financière à une personne électrosensible. L’Académie de médecine dénonce cette décision.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
électrosensible

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Électrosensibilité : l’Académie de médecine désapprouve le financement public de dispositifs « anti-ondes »

Publié le 8 mai 2014
- A +

Un communiqué de l’Académie de médecine.

électrosensibleLe Conseil Général de l’Essonne vient d’accorder une aide financière à une personne électrosensible, à qui le statut de maladie professionnelle avait été refusé, pour lui permettre d’acquérir des dispositifs « anti-ondes » supposés l’aider à surmonter son « handicap »…

L’Académie de médecine s’interroge sur la pertinence de cette décision et considère qu’il est de son devoir d’alerter l’opinion publique et les décideurs à tous les niveaux  sur le risque d’encourager des pratiques inutiles et coûteuses et de cautionner officiellement un commerce ayant pour objet de vendre des dispositifs destinés à protéger des ondes de radiofréquence dont l’innocuité dans les conditions règlementaires de leur utilisation est reconnue par la communauté scientifique.

L’Académie s’étonne qu’une telle pratique soit financée sur des fonds publics, parce que :

  • aucune étude sérieuse ne confirme l’efficacité des dispositifs anti-ondes sur la santé, sinon des arguments d’autorité comme des articles de vulgarisation sur les rayonnements des téléphones mobiles, voire des constats d’huissier sans la moindre valeur scientifique, mais susceptibles  cependant  d’impressionner par leur caractère « officiel » ;
  • aucune réglementation n’empêche d’habiles commerçants de se lancer sur ce marché, d’autant plus florissant qu’il est alimenté par une inquiétude largement distillée dans les médias et que ces produits s’adressent  à des personnes particulièrement fragiles ;
  • ces dispositifs sont en principe interdits de publicité puisque, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5122-23 à R. 5122-26 du code de la santé publique, « la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé est interdite lorsqu’il n’est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées ».

L’Académie déplore que le battage médiatique mené autour d’une décision administrative isolée, scientifiquement infondée et médicalement contre-productive, n’accentue encore les troubles de ces personnes et ne suscite la survenue d’autres cas.

L’Académie regrette le détournement des personnes électrosensibles des circuits de prise en charge médicale. Elle rappelle que les 12 sites dédiés créés dans des hôpitaux, sur tout le territoire, sont boycottés à l’appel d’associations qui voudraient que la France reconnaisse l’électrosensibilité comme un handicap dû aux ondes. Ces associations s’appuient sur l’exemple de la Suède, en « oubliant » de préciser que ce pays a aussi officiellement déclaré s’associer à la communauté scientifique internationale pour considérer que ce handicap n’est pas lié à l’effet des champs électromagnétiques.

img contrepoints286 électrosensibilitéLes sujets se considérant électrosensibles éprouvent une réelle souffrance ; cet état peut entraîner un lourd handicap, qui doit être pris en charge comme une affection à part entière, sans tromperie sur son origine et non en arguant d’une sensibilité aux ondes dont le traitement relèverait de « dispositifs anti-ondes » ou de « zones blanches ».

L’Académie met en garde contre des allégations inexactes diffusées sous le couvert d’un « débat scientifique » qui n’a pas lieu d’être puisque le consensus sur ce point est largement acquis avec la totalité des instances scientifiques mondiales, européennes ou nationales (Organisation mondiale de la santé, « Scientific commitee on emergent and newly identified health risks », Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). Les Académies (médecine, sciences, technologies) ont pris position sur cette question à plusieurs reprises et continueront à lutter dans l’intérêt de malades qu’il convient de soigner.

L’Académie s’inquiète de l’absence de réaction des autorités face à une mesure qui malgré ses apparences compassionnelles reste une tromperie envers les électrosensibles. Favoriser le commerce des dispositifs anti-ondes, c’est duper des personnes fragiles sur la foi de fausses allégations et de références pseudo-scientifiques, comme le rapport Bioinitiative, dont le principal auteur, Cindy Sage, propose de tels dispositifs sur internet.

L’Académie estime qu’un pas de trop a été franchi dans le déni scientifique et l’erreur médicale, et qu’il est urgent de protéger les consommateurs, en particulier en matière de santé, contre l’expansion incontrôlée de thérapies douteuses.

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Dans la même veine il y a les détracteurs des fours à micro-ondes. Par je ne sais quel truchement de fausses informations il est « reconnu » que les micro-ondes modifient les molécules chimiques contenues dans les aliments ! Si c’était le cas, les chimistes le sauraient. Il y a aussi la peur du papier aluminium qui soit-disant provoque la maladie d’Alzheimer, encore une phobie infondée basée sur des rumeurs tout aussi infondées. De même que les OGM, le nucléaire, le CO2, les micro-particules, les nano-technologies ou encore les pesticides font peur pour des raisons inexplicables scientifiquement et en toute logique. Pourquoi pas aussi incriminer le champ magnétique terrestre pendant qu’on y est … L’humanité régresse et s’achemine vers l’obscurantisme.

    • Et oui, je ne peut pas m’empêcher à chaque fois que quelqu’un se déclare électrosensible de lui donner le meilleur conseil qui soit: Aller voir un psychiatre. C’est pas de la condescendance. On a tous un grain de folie quelque part. Ca ne se guérit pas toujours mais c’est pas en étant complaisant avec ces personnes qu’on les aidera vraiment. Il faut au moins tenter de soigner ces maladies mentales. La prise de conscience est déjà une première étape.

      • J’ai lu dans un forum le témoignage (que je pense crédible) de quelqu’un qui devait aller travailler à Tchernobyl : il a fait une analyse de sang avant et après, et il y avait une nette différence, il est revenu en moins bonne santé.

        Sauf qu’il était resté là bas deux semaines, une durée ridicule par rapport au débit de dose radioactive, même en bouffant du césium exprès.

        Il est revenu en moins bonne santé, parce qu’il s’était persuadé de revenir en mauvaise santé.

    • Techniquement, il est parfaitement exact que « les micro-ondes modifient les molécules chimiques contenues dans les aliments ».
      On appelle ça : la « cuisson ».
      lol

    • L’aluminium est neurotoxique (voir Encéphalopathie des dialysés).

      Les modifications génétiques des OGM ne sont qu’un moyen (neutre) utilisé souvent pour faite synthétiser aux plantes des biocides (ça sert à tuer) ou les faire résister à des doses importantes de biocides. Un moyen neutre qui est utilisé pour augmenter les doses de toxiques.

      La radioactivité peut tuer très vite (K19) ou rendre non viable une population en augmentant le taux de mortalité (hirondelles de Tchernobyl). Le système actuel est un coup de poker supposant qu’il n’y aura pas de défaillance grave des humains en charge des installations ou des installations elles-mêmes (déjà un petit paquets de parties perdues chercher une liste des accidents). Couplé à la longue durée de vie des éléments en jeu c’est mignon.

      Les pesticides comme leurs nom l’indique sont fait pour tuer.

      • Flaac: « Les pesticides comme leurs nom l’indique sont fait pour tuer. »

        Parfaitement exact: tuer les prédateurs des plantes, c’est d’ailleurs elles qui l’ont inventée, les plantes « naturelles » en sont bourrées entre autre joyeusetés dédiées à la guerre chimique qu’elles se livrent.

        Dans les plantes naturelle on se goinfre d’hydrazines mutagènes, formylhydrazine, flavonoïdes (kaempherol etc), méthyleugenol (safrol, isosafrol), cicasine etc. etc.

        Liste non exhaustive, la nature c’est bon (mais un peu cancérigène quand même)

      • La Bt est aussi utilisé en bio! Alors, bon, pas bon?

        L’absence de toxicité du glyphosate à haute dose a été (involontairement) prouvé par Séralini.

        Les adversaires des biotech par leurs abus prouvent qu’ils ne savent pas prouver les dangers de ces technologies sans tricher. C’est bien qu’il n’y a rien à trouver (ou alors Séralini est un agent de Monsanto).

        Les adversaires du nucléaire ne peuvent rien prouver non plus sans tricheries grossières :

        At least that’s what Reuters and the BBC reported last week based on a paper published in the journal Biology Letters by ecologists Timothy Mousseau of the University of South Carolina and Anders Møller of the University of Paris-Sud. For the past 10 years, the duo has been running transects through the region counting wildlife and measuring radiation levels with dosimeters.

        Møller et Mousseau sont deux antinucléaires qui reprennent la propagande des antinuc quasiment mot pour mot, y compris concernant le fonctionnement d’un réacteur nucléaire.

        « We wanted to ask the question: Are there more or fewer animals in the contaminated areas, » Moller told Reuters. « Clearly there were fewer. »

        But at least one scientist formerly associated with the team is questioning the new research. Sergey Gaschak, a researcher at the Chernobyl Center in Ukraine, told the BBC that he drew « opposite conclusions » from the same data the group collected on birds. This might seem like little more than blunt criticism, but I knew that Møller’s research ethics had previously been called into question.

        In 2003, the Danish Committee on Scientific Dishonesty ruled that Møller had fabricated data in a 1998 paper on oak leaves while he was still based in Denmark. A subsequent investigation by the national research agency in France, where Møller currently lives, proved inconclusive.

        En fait le CNRS a conclut qu’il n’avait pas respecté les bonnes pratiques scientifique. Autrement dit, il n’y a pas conservé les preuves, ce qui fait que ce qu’il raconte est invérifiable. Donc c’est un scientifique qui ne respecte pas la méthode scientifique qui doit permettre aux autres scientifiques de vérifier les résultats.

        Ce n’est pas tout, il y a aussi eu une histoire de plagia.

        Source : http://www.scientificamerican.com/blog/post/scientific-meltdown-at-chernobyl-2009-03-24/?id=scientific-meltdown-at-chernobyl-2009-03-24

        Lisez aussi les commentaires de l’article, il y a une réaction la Mousseau (« Tim @ USC ») qui n’a pas l’air d’accepter la critique.

      • Concernant les oiseaux à Tchernobyl :

        Anders Møller est un chercheur prolifique, auteur de plus de 450 articles scientifiques, mais il a aussi une réputation quelque peu sulfureuse. En 1998, alors qu’il était professeur à l’université de Copenhague, il a été accusé d’avoir trafiqué les données d’un article sur l’asymétrie des feuilles de chêne, et a dû retirer l’article. Les recherches qu’il a effectuées avec Mousseau sur les oiseaux de Tchernobyl ont été critiquées dans le passé, notamment en 2009, par Sergey Gashak, chercheur au Centre Tchernobyl en Ukraine. En substance, Gaschak reprochait à Mousseau et Møller d’avoir une vision biaisée, et de vouloir à tout prix faire apparaître un effet délétère des radiations de Tchernobyl sur les populations d’oiseaux, même si les données ne le prouvaient pas.

        http://blogs.mediapart.fr/blog/michel-de-pracontal/030514/samedi-sciences-128-polemique-sur-les-oiseaux-de-tchernobyl

        In the former two studies, the absence of symmetrical (or nearly
        symmetrical) individuals among shorter-tailed individuals yielded
        graphs showing a tidy decrease of asymmetry with increasing tail
        size, which was a ‘predicted’ outcome in both papers. In the latter
        paper, symmetrical (or nearly symmetrical) individuals were expected
        to be most common at all tail lengths (not just longer ones) and were
        found to be so, in sharp contrast to the earlier studies.

        http://www.biology.ualberta.ca/palmer/pubs/05MollerComm/MollerExchange.htm

        Il y a de très sérieuses critiques concernant le travail de Mousseau et Møller, que vous devriez lire avant de conclure quoi que ce soit sur les hirondelles de Tchernobyl.

      • « L’aluminium est neurotoxique » ?
        Et d’une : « rien n’est poison, tout est poison, la dose seule fait le poison ». Ce qui signifie qu’écrire « l’élément X est neurotoxique » est une connerie ; non pas que ça soit faux, mais justement parce que c’est forcément vrai, à une dose suffisante. A ce compte, l’eau est neurotoxique, l’oxygène est neurotoxique, le fer est neurotoxique. Flaac est neurotoxique.
        Et c’est ainsi que, « l’encéphalopathie des dialysés » est apparu à des concentration trop forte en aluminium dans le dialysat, et elle a disparu avec des concentration plus faible (mais pas nulles !)

        Et de deux : l’aluminium est l’un des principaux composants de la croute terrestre. Il y en a partout : dans le sol, et notamment dans les argiles dont on fait les pots à eau et les vieux murs, dans l’eau, dans l’air etc. et bien sûr dans un corps humain (environ 1 millionième de la masse corporelle)
        Il ne sert pas à grand chose aux êtres vivants, mais une espèce qui serait dépourvue d’un moyen de gérer la concentration en aluminium aurait souffert d’un tel désavantage adaptatif qu’elle ne peut simplement pas exister aujourd’hui. Alors à moins d’être créationniste, ne vous inquiétez pas trop. 😉

    • Hola pas trop vite non plus! Le nucleaire et la radioactivite peuvent etre dangereux, c’est pas une nouvelle, les particules fines sont suspectees pour de bonnes raisons et les pesticides, ca reste un produit pour tuer un certain type de plante.

  • Intéressant de voir la diversité des acteurs depuis l’électrosensible de base, le médecin désespéré, l’escroc vendeur d’antiondes, le politique prudent, le politique attaché à la redistribution égalitaire, etc etc.
    On finira par le journaliste qui pose la question : « les ondes (virgule) un vrai problème ?  » et aussi par la polytechnicienne qui introduit le principe de précaution dans la constitution.
    Un seul objectif, pour tous ces acteurs: survivre ! Comment le leur reprocher ?

  • @ François: je crois que la vie le leur rappellera à un moment qu’ils ne peuvent pas survivre.
    Mais là nous en sommes comme début, on prends le pouls du patient, moi j’imagine facilement la suite: prévention, plan anti-onde pour 3ans, conseil d’utilisation des objet à onde, protection des personnes sensibles, et le must: une journée nationale anti-onde ( ou tous nous devons faire l’effort de vivre sans onde).
    C’est vrai que cela en occupe du monde, je n’y avais pas pensé!

  • Les écolos, après le réchauffement climatique, s’attellent maintenant à la lutte contre les ondes-électromagnétiques. La stupidité n’a décidément aucune limite…

    • A ce sujet, on notera que la façon escrolo d’utiliser le « consensus scientifique » : pour le climat, ils n’arrêtent pas de brandir le « consensus » comme argument d’autorité et pour les ondes (comme pour tout le reste d’ailleurs, que ce soit les OGMs, le nucléaire, la vaccination, la fracturation hydraulique…), le « consensus », ils s’assoient dessus.

      Comme quoi, la science, la méthodologie scientifique, la vérité scientifique… ça ne signifie strictement rien pour un escrolo, sauf si c’est un prétexte d’agit prop utilisé dans le sens qui l’arrange.

      • Quel consensus?

        Le consensus académique en France qui dit que les effets des faibles de doses de radioactivités ne sont vraisemblablement pas nocives, et que l’extrapolation linéaire n’est pas valable, ou le consensus aux USA qui dit le contraire?

        Le consensus de l’IRSN pour retenir les études qui montrent le danger du radon et pour exclure celles qui montrent le contraire?

        Le consensus qui dit que les études écologiques c’est la m.? Le consensus qui dit que les études écologiques sont très utiles pour invalider la loi linéaire sans seuil?

        Le « consensus » est-il pro ou anti Pellerin?

        Le consensus est une vue de l’esprit.

    • La stupidité surtout de ceux qui les écoutent.

  • bah , il surement moins cher de fournir de la quincaillerie que des médicaments sophistiqués a un malade imaginaire…l’homéopathie n’est elle pas remboursée ?

    • Ce serait vrai si la quincaillerie résolvait le problème. Ce qui n’est pas le cas.
      Donc on se retrouve juste avec un soi-disant malade à vie et à nos frais (qu’est-ce que tu crois !)

    • L’homéopathie permet de réduire d’autant la consommation de médicaments.

      Les gens ont juste besoin qu’on leur prescrive quelque chose.

  • J’ai envie de dire « au secours, ils sont devenus fous ».

    Même pas.

    Ce sont simplement des ordures.

    Aussi, cela démontre l’échec de l’ednat.

  • Exactement dans la même veine que le refus des OGM, des Gaz de Schiste et l’imposition du Bio dans la vie courante (à l’école, dans les cantines d’entreprises…).
    On est dans l’assistanat total idéologique et militant, en dépit des faits, des données scientifiques…
    Pauvre France….

  • Nombre de personnes se disant électro-sensibles vont dans des sanctuaire sans ondes électromagnétique; c’est à dire en pleine nature loin de tout. Reste qu’on se demande comment ils font pour ne pas être sensible au rayonnement électromagnétique de la lumière du jour et de tout ce que le soleil, les étoiles et les galaxies de tout l’univers nous bombardent d’ondes radios.

    Il y a quelques années dans le Figaro magasine il y avait un article sur des personnes qui ressentaient des maux de têtes depuis l’instalation d’une antenne relais pour mobile. Le Hic c’est que les personnes qui se sentaient mal à cause des rayonnements émis par l’antenne ne savaient cette antenne n’était pas encore mis en activité.

    • Même chose au Québec, la compagnie d’électricité (HQ) place une ligne de haute tension en déclarant sa mise en service à une date donnée.
      Après la date en question on a déjà droit au cirque, les vaches qui meurent etc ….
      Le punch étant que la ligne n’était pas en fonction à cause d’un retard.
      C’est maintenant pratiquement impossible de placer une ligne haute tension, pire encore ont à eu droit à un cirque médiatique concernant des compteurs électriques « intelligent ».
      Les gens ne dorment plus, les gens meurent à cause des compteurs etc … On à même droit à la pétition des fabricants de chandelle disant que ça augmente le chômage (énorme campagne de peur financée par les syndicats et des médias-déchet)

  • c’est inepte en effet, mais ..ils ont déjà gagné une bataille de communication…
    être « électrosensible »…alors qu’il semble que les etudes montrent surtout « l’electrophobie »…

    ce qui fait que quand une personne vous dit qu’elle est électrosensible il faut lui rappeler que ça ne veut pas dire sensibles aux ondes électromagnétiques du telephone ou gadget moderne ( forcement pas naturels!!)

    Là ou se place l’obscurantisme, un electrosensible n’est pas une personne sensible aux ondes, mais ça en a l’air, les produits chimiques ne sont plus naturels..mais surnaturels? etc etc…

    on notera aussi , la duplicité des écologistes brandissant le consensus comme argument ou contre argument, et considérant les décisions européennes comme absolument inacceptables ou forcement applicables…

    par contre si le feu vous chauffe le cul via les ir ou le soleil vous crame la peau, vous n’êtes pas un electrosensible mais simplement une personne sensible aux ondes electromagnétique…..

    Déjà que les gens ne comprennent rien ..on ajoute de la confusion…

  • Toxicité ou non des sels d’aluminium. Réponse à jacqueshenry

    En effet la peur du papier d’aluminium est infondée et ridicule.
    Cependant en tant que chimiste , j’ai eu à m’intéresser à la toxicité de l’aluminium devant les accusations des syndicats de l’ex-Pechiney.
    Ce sont les sels solubles d’aluminium auxquels il faut s’intéresser: l’aluminium métal n’est pas oxydable et n’est attaqué que par les acides.
    Les sels d’aluminium sont reconnus par l’organisme et sont éliminés très rapidement par les reins: il ne peut y avoir donc ni accumulation ni intoxication, l’aluminium n’étant pas un oligo-élément comme le magnésium.
    Il existe cependant un cas d’intoxication: c’est le cas d’accumulation lorsque les reins ne jouent plus leur rôle d’éliminateur.On s’est rendu compte alors que ces sels d’aluminium s’accumulaient en particulier dans les cellules du cerveau et provoquaient un grave empoisonnement cervical.
    Ce qu’on oubliait de reconnaître (en particulier les syndicats de l’ex-Pechiney), c’est que quelqu’un qui a des reins qui ne fonctionnent plus a de très graves problèmes d’empoisonnements multiples et pas seulement aux sels d’aluminium (bien que les médecins doivent se rendre compte de cet empoisonnement là qui ne doit pas être facile à détecter).
    Il est donc malhonnête de vouloir tout mettre sur le dos de l’aluminium: c’est la méthode habituelle de la « deep pocket » beaucoup pratiquée aux USA.

    • et le pire est d’avoir peur de l’aluminium en général en effet, c’est un élément chimique assez courant!!!et difficilement évitable!

      De toutes façon, ici, les gens sont méfiants et rationnels, je ne me sens pas particulièrement libéral du point de vue idéologique, je suis arrivé ici d’abord et avant tout à cause de la propagande écolo …
      Je veux dire, c’est pas ici qu’il faut apporter des éléments sur les onde mais sur rue89 agoravox ou autre, mais comme les gens ne comprennent rien aux probabilités, ne sont logiques que par instants et surtout pleins de préjugés, c’est peine perdue…

      Mais au corps à corps , ça marche, à savoir entre quatre yeux…

    • Je n’ai pas spécialement envie de défendre l’académie de médecine mais voir « Agir pour l’environnement » parler de crédibilité c’est tout de même très amusant.

      Pour « l’électro-sensibilité » il n’est pas besoin de se fonder sur la crédibilité ou l’autorité d’une quelconque académie pour savoir que c’est du flan.

    • L’académie c’est un club de bouffons c’est clair.

      Mais Aurengo, par contre, ça a l’air d’être un sacré type.

  • Il est indéniable que certaines installations peuvent générer un champ électromagnétique d’une forte intensité et il est normal que la présence de champs électromagnétiques, non perceptibles, suscite quelques craintes pour la santé publique, notamment pour les femmes enceintes et les jeunes enfants, et cela est renforcé en milieu professionnel, car le travailleur peut être en plus exposé à des champs électromagnétiques émis par d’autres sources artificielles d’une intensité bien plus forte et/ou beaucoup plus longtemps.
    voir : La prévention des risques des champs électromagnétiques ; http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=126&dossid=338

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Leforges.

En France, l'hypersensibilité aux ondes magnétiques n'est pas une maladie. Pourtant, les recours en tout genre fleurissent pour voir sanctionner la présence d'antennes-relais ou de boîtiers électriques communicants, prétendument nocifs. En réalité, c'est bel et bien la réalisation du progrès technologique que l'on empêche.

Il ne faut pas confondre précaution et inertie. Si la première peut être nécessaire dans certains cas, l'invoquer à outrance mène souvent à l'immobilisme et en termes technologiques, à l'... Poursuivre la lecture

ondes
0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP et h16.

Si le terroriste, l'inspecteur du fisc ou l'homme politique qui "vient aider" déclenchent très logiquement la terreur chez l'homme de la rue normalement constitué, le progrès technique peut parfois lui aussi instiller la peur lorsqu’il s’appuie sur des connaissances et des pratiques scientifiques inédites, sophistiquées et mal connues.

On l'a vu jadis, au milieu du XIXe siècle, lorsque le chemin de fer était taxé de « bête humaine » crachante et mugissante. Soupçonné de provoquer des fluxions de poitrine,... Poursuivre la lecture

Par Anne Perrin[1. PhD, HDR, Master Philosophie, expert-conseil - "Science, risque et société", spécialiste risque électromagnétique, membre du HCSP, commission spécialisée sur les risques liés à l'environnement.].

Le 21 janvier dernier, la presse s’est faite l’écho des déboires d’un éleveur s’estimant victime des ondes de téléphonie qui mettraient en péril son exploitation. Ainsi les radio-télévisions locales, France 3 ou encore France-Bleu, ont rapporté que depuis 4 ans, 200 000 lapins seraient morts dans cet élevage, sans explicatio... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles