Écologie positive : les bonnes ondes

Aucune étude n’a démontré que ces champs électro-magnétiques affectaient notre santé, ni venant de l’OMS, organisme des Nations unies consacré à la santé publique, ni venant de nos instances nationales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
wificat.jpg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Écologie positive : les bonnes ondes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 28 septembre 2021
- A +

Par Nathalie MP et h16.

Si le terroriste, l’inspecteur du fisc ou l’homme politique qui « vient aider » déclenchent très logiquement la terreur chez l’homme de la rue normalement constitué, le progrès technique peut parfois lui aussi instiller la peur lorsqu’il s’appuie sur des connaissances et des pratiques scientifiques inédites, sophistiquées et mal connues.

On l’a vu jadis, au milieu du XIXe siècle, lorsque le chemin de fer était taxé de « bête humaine » crachante et mugissante. Soupçonné de provoquer des fluxions de poitrine, la tuberculose, le décollement de la rétine ou l’épilepsie, le train fut longtemps accusé des pires maux (l’astronome François Arago s’était même ridiculisé à son sujet). En 2015, le chemin de fer est toujours là et sa vitesse sans cesse croissante à l’exception des jours de grève, n’a pas provoqué les délires sanitaires qu’on lui prédisait.

De nos jours, on le voit avec les OGM malgré leurs applications extrêmement positives pour la santé et l’environnement. Et on constate le même schéma avec les ondes émises par tous les appareillages électromagnétiques et tous les systèmes sans-fil, qui sont rapidement devenus des objets courants de notre vie quotidienne (radars, téléviseurs, antennes relais, téléphones portables, bracelet électronique pour peine aménagée, fours à micro-ondes, plaques de cuisson à induction, wifi, bluetooth, ampoules à basse consommation, ceintures d’explosifs, le nouveau compteur intelligent Linky d’ERDF, etc.), à cette différence près que des symptômes pathologiques existent réellement.

Des technologies nouvelles et certainement mal maîtrisées puisque nouvelles, du mammifère mou, humide et gentil plongé dans des bains incessants d’ondes multiples, des symptômes étranges et nombreux ? Tout est rassemblé pour qu’immédiatement, une question se pose : ces manifestations ne seraient-elles pas la conséquence directe d’une exposition aux ondes ?

Cette question de l’hypersensibilité électromagnétique (HSEM) se pose avec d’autant plus d’insistance que ses symptômes sont tout de même partagés par beaucoup d’autres maladies, et qu’ils affectent finalement peu de monde par rapport à la population exposée (puisqu’on parle, après tout, de milliards d’individus sur toute la planète). Et au passage, n’oublions pas de noter qu’elle comporte un intéressant volet financier puisque si dommage il y a, indemnisation il devra y avoir aussi.

wificat.jpgPour répondre à cette question, tournons-nous rapidement vers la littérature. Ça tombe bien, il y en a ! Pléthore même. Son seul souci est que, sur les trente dernières années par exemple, son appréciation des ondes électromagnétiques a fortement varié. C’est ainsi qu’on trouve des entrelacs chronologiques assez comiques de thèses fermement favorables et d’argumentations résolument opposées.

En 1985, le livre The Body Electric, co-écrit par un médecin américain, chantait les bienfaits des ondes pour notre corps et insistait sur leur rôle réparateur. Youpi, donc.

Puis en 1989, changement de pied : dans The Currents of Life, l’auteur Paul Brodeur dénonce le rôle néfaste des ondes sur notre santé.

Heureusement, autour des années 2000, les thérapies à base d’ondes électromagnétiques reviennent en grâce avec des ouvrages tels que Magnetic Healing ou Magnet Therapy Illustrated.

La gigue joyeuse ne durera pas puisqu’en 2007, les ondes sont à nouveau néfastes et on doit s’en protéger (Electromagnetic Fields).

Pour contrebalancer cette triste révélation, 2014 amène un vibrant témoignage sur ces « ondes qui m’ont sauvé la vie ».

Rassurez-vous : après cette déferlante d’optimisme, un médecin remet les pendules à l’heure avec un ouvrage qui incrimine la pollution électromagnétique dans les causes de la sclérose en plaque, maladie qui reste cependant « très mystérieuse » pour la grande majorité du corps médical.

Et comme c’est vraiment très simple, peut-être ferions-nous mieux de nous tourner vers l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ? Ca tombe encore très bien, elle a justement des choses à dire au sujet de l’HSEM :

La HSEM est caractérisée par divers symptômes que les individus touchés attribuent à l’exposition aux champs électro-magnétiques. Parmi les symptômes les plus fréquemment présentés, on peut mentionner des symptômes dermatologiques (rougeurs, picotements et sensations de brûlure), des symptômes neurasthéniques et végétatifs (fatigue, lassitude, difficultés de concentration, étourdissements, nausées, palpitations cardiaques et troubles digestifs). Cet ensemble de symptômes ne fait partie d’aucun syndrome reconnu.

On ne pourra pas accuser l’OMS d’y aller à l’emporte-pièces tant l’organisation fait preuve de prudence, jusqu’à laisser l’attribution des symptômes à l’exposition électromagnétique aux individus qui s’en plaignent.

Quant à la prévalence, l’OMS signale la grande variabilité des estimations tant parmi la population générale qu’au titre géographique et ne retient qu’un taux de quelques individus pour un million. Surprise : les associations militant pour une reconnaissance médicale de la HSEM aboutissent à des chiffres plus élevés.

Enfin, l’OMS fait part de tests menés en double aveugle sur des personnes se plaignant de HSEM.

Ses conclusions sont sans ambiguïté : ces symptômes ne sont pas corrélés avec l’exposition aux champs électro-magnétiques. Le rapport ajoute même que ces symptômes pourraient provenir de facteurs environnementaux sans rapport avec les champs électro-magnétiques :

Par exemple des papillotements provenant de lampes à fluorescence, des reflets et autres problèmes visuels associés aux écrans de visualisation, ainsi qu’une mauvaise conception ergonomique des stations de travail informatisées. D’autres facteurs, comme la mauvaise qualité de l’air des locaux ou le stress dans l’environnement de travail ou de vie, peuvent jouer un rôle.

Pour l’OMS, oui, les symptômes sont réels, mais :

Il n’existe ni critères diagnostiques clairs pour ce problème sanitaire, ni base scientifique permettant de relier les symptômes de la HSEM à une exposition aux champs électro-magnétiques. En outre, la HSEM ne constitue pas un diagnostic médical.

L’organisation recommande d’ailleurs aux gouvernements de fournir une information ciblée sur la question incluant « une déclaration claire spécifiant qu’il n’existe actuellement aucune base scientifique permettant d’établir une relation entre HSEM et exposition aux champs électro-magnétiques. »

Enfin, concernant plus spécialement les téléphones portables (d’ailleurs très prudemment classés par le Centre international de Recherche sur le Cancer dans la catégorie des cancérogènes possibles – au même titre que le café ou le diesel), l’OMS indique en octobre 2014 qu’un grand nombre d’études ont été menées depuis vingt ans et qu’à ce jour :

Il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé.

Flûte et zut, le brouillard s’épaissit : des gens sont malades, ils accusent les ondes mais les études en double-aveugle et la science bêtement moderne ne trouvent aucun lien de rien du tout.

C’est donc forcément qu’on nous cache quelque chose ! Heureusement, des associations lucratives sans but militantes, Robin des Toits en tête, armées du merveilleux Principe de précaution constitutionnel depuis 2005, s’empressent de faire pression sans aucune base scientifique pour s’opposer a priori à tout développement technologique. Pour elles, aucun doute : toutes ces ondes, symptômes ou pas, ont le visage de la finance (celle des grands opérateurs de téléphonie mobile, capitalistes apatrides, rôtisseurs de chatons à coups de pylônes de téléphonie mobile).

Et à force, ça marche : un premier cas de HSEM a été reconnu cet été par le Tribunal du contentieux de l’incapacité de Toulouse. La plaignante, Marine Richard, auto-désignée « réfugiée environnementale » dans les montagnes de l’Ariège, est membre de plusieurs associations de défense des personnes électro-sensibles et milite pour l’instauration de zones blanches, libres de toute couverture de téléphonie ou de télévision. Elle a obtenu de la justice une allocation pour adulte handicapé pour trois ans, éventuellement renouvelable, assortie d’une aide technique et une aide pour l’aménagement de son logement.

wifi at the max - demotivator

Pour une pathologie qui n’est reconnue officiellement nulle part, c’est une belle performance, et dans la façon dont il est présenté au public, le jugement n’est pas sans soulever quelques questions.

Ainsi, avec l’aplomb que seuls les cuistres peuvent se permettre, le tribunal déclare que la plaignante souffre du syndrome d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques dont « la description des signes cliniques est irréfutable », alors même que (nous l’avons vu), pour l’OMS, la HSEM ne constitue pas un diagnostic médical.

Quant à l’expert médical, il avoue benoîtement que pour lui, même si tout ça est sans lien avec les ondes, la prise en charge et l’indemnisation s’imposent (et comme ce n’est pas lui qui paye, ça tombe encore mieux) :

J’ai bien conscience qu’il n’y a pas de consensus scientifique sur la question. Ma position, ça a été de ne pas trancher, ni dans un sens ni dans l’autre. Car à l’heure actuelle, il n’y a pas de données acquises, avérées. Mais le handicap dont souffre Marine Richard ne peut pas être nié. Et quand bien même il serait psychiatrique – ce que je ne crois pas – il s’agit toujours d’un handicap qui, de fait, mérite d’être pris en charge.

Pas psychiatrique, ni même un tantinet psychosomatique ?

Ce n’est pas l’avis de tout le corps médical. Tout d’abord, les personnes souffrantes « sont rarement capables de déterminer quand elles sont effectivement exposées à de telles ondes, et quand elles ne le sont pas. » C’est ballot.

Par ailleurs, l’Académie nationale de médecine a mis en avant l’effet nocebo dans les troubles HSEM et rappelle :

Aucune étude ne montre que l’électrohypersensibilité est due aux ondes magnétiques […] Les études réalisées suggèrent un effet nocebo et des facteurs neuro-psychiques individuels.

Et la même Académie de souligner dans la foulée l’importance de la forte médiatisation de ces procédures légales, qui accroissent les déclarations de maladies, en s’étonnant que des fonds publics soient utilisés pour l’achat de dispositifs anti-ondes avec pour seul effet d’encourager « une croyance dans la réalité de l’effet des ondes sur l’organisme » et craint que :

Le battage médiatique mené autour d’une décision administrative isolée, scientifiquement infondée et médicalement contre-productive, n’accentue encore les troubles de ces personnes et ne suscite la survenue d’autres cas.

Bien évidemment, Robin des Toits salue en revanche ce jugement comme une grande victoire et espère qu’il fera jurisprudence. « Souvent la justice est plus humaine que les politiques, qui protègent les industriels » a déclaré son représentant au journal Le Monde, montrant que la lutte anti-capitaliste peut faire feu de tout bois, même si l’assurance maladie a fait appel de ce jugement.

Conclusion

« Et les ondes ? Que faut-il en penser ? Faut-il s’en protéger ? Faut-il éloigner les téléviseurs et les portables ? Que dit la recherche médicale ? Avez-vous pensé aux enfants ? »

dr house ondes homeopathieEh bien en réalité, les symptômes invoqués existent bien, mais sont renforcés et amplifiés par effet nocebo à mesure que s’installe la « croyance » (terme de l’Académie de médecine) dans la réalité des effets négatifs des ondes sur l’organisme… et, plus pragmatiquement, à mesure que s’accroît la probabilité d’obtenir une réparation financière publique.

Et une fois de plus, des associations auto-proclamées de défense des personnes ou des consommateurs poursuivent des objectifs idéologiques de refus du progrès à propos desquels elles ne s’embarrassent d’aucune considération pour les résultats scientifiques.

Dans leur démarche, loin d’apporter un soulagement aux personnes en souffrance, elles contribuent à augmenter leur mal-être en ne proposant que des solutions (indemnisations, zones blanches) sans aucun rapport avec les véritables causes qui devraient pourtant faire l’objet d’études et de soins adéquats.

Reste une très bonne nouvelle : aucune étude n’a démontré que ces champs électro-magnétiques affectaient notre santé, ni venant de l’OMS, organisme des Nations unies consacré à la santé publique, ni venant de nos instances nationales, à commencer par l’Académie nationale de médecine.

Et quelque part, c’est le principal.

—-
Sur le web  

Un article publié initialement le 3 décembre 2015.

Voir les commentaires (104)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (104)
  • Qui n’a jamais ressenti les effets d’une coupure de courant, ou d’un téléphone portable en communication sur soi ? Les ondes électromagnétiques sont perçues par tous, il suffit de les couper pour comprendre leur effet sur le corps : celui-ci y est habitué pour le bien et pour le mal.

    • Les effets d’une coupure de courant se ressentent tout particulièrement en plein milieu d’une partie de Call of Duty, oui. Est-ce qu’il y a besoin d’aller voir son médecin pour autant? Probablement pas.

    • Moi j’ai jamais ressenti d’effet de coupures de courant ou d’un téléphone portable. J’ai jamais perçu les ondes électromagnétiques

      • Mettez votre téléphone portable en communication sur votre l’oreille pendant 20 minutes (ce que je vous déconseille), on verra si vous ne sentez pas la chaleur : le téléphone portable chauffe l’eau des cellules à la manière d’un micro onde.
        Pour la coupure de courant, c’est la sensation d’une chute de tension dans l’environnement que je trouve très agréable.
        Il est stupide de nier les effets des ondes sur le corps humain, car celles-ci sont en partie absorbées par les matériaux, organiques ou non.
        « une croyance dans la réalité de l’effet des ondes sur l’organisme » Il ne s’agit aucunement d’une croyance mais d’une réalité physique quantifiable, ce n’est pas parce que ces ondes ne se voient pas qu’elles n’interagissent pas avec nous. Vous ressentez la chaleur d’un radiateur, c’est une onde électromagnétique.

        • Tous les tests en double aveugle se sont révélés négatifs.

          Mais si vous êtes effectivement capable de ce que vous dites, publiez, prouvez. Vous allez modifier sensiblement la science moderne.

          • « Une étude épidémiologique négative ne signifie pas l’absence de risques. » Pr Belpomme

            • Vu les approximations de M. Belpomme sur de nombreux sujets, j’aurais tendance à dire qu’il nous prends pour des poires 😉

            • Pr Belpomme ? pourquoi pas Rika Zarai ou E.Tessier? :

              http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1505

            • selon AP « Une étude épidémiologique négative… »
              Ce qui importe pour la prise en compte dans les conclusions des méta-analyses, c’est que l’étude en question soit « de qualité », conforme à la méthodologie etc. Et si elle l’est alors une étude « négative » comme vous dites, sera une indication solide.
              Les évaluations ça sert à ça .
              De fait, beaucoup d’études sont pourries.

          • Non, l’échauffement de l’oreille (visible puisue, instinctivement, vous utilisez votre meilleure oreille pour écouter et avec un GSM, de 15 à 20 minutes, elle est plus rouge et chaude que l’autre. Mais de là à croire que c’est un effet toxique, rien ne semble prouvé!

            Si vous allez aux sports d’hiver en ne skiant pas très bien, oui, vous aurez vite froid aux fesses … et alors?

            Si vous courez un 1500 m, les muscles des jambes seront chauds et vous pouvez transpirer … et alors?

            Chaque zone du corps sollicitée par l’activité, dilate ses vaisseaux, ce qui va oxygéner les tissus travaillant et sollicités, d’où une chaleur locale qui à la peau colore en rouge. Et alors?

            Mangez, et votre sang sera surtout dirigé vers l’estomac et les intestins + annexes (foie vésicule, pancréas).

            Mais une chute de tension, vous fera tomber sur le sol qui collaborera à irriguer une irrigation prioritaire du cerveau! Et à l’horizontale, vous reprenez plus vite vos esprits! Et alors?

            « La vie reste une maladie sexuellement transmissible, mortelle dans 100 % des cas! »
            Le but n’est donc pas la fin (la mort!), mais le chemin: on vous l’a dit, répété! Et si l’aventure est « bonne », eh bien c’est gagné! Et on se fout des psycho-ondulatoires, tant que rien d’autre ne soit démontré.

        • Pouvez-vous citer une référence scientifique à l’appui de votre allégation : « le téléphone portable chauffe l’eau des cellules à la manière d’un micro-ondes » ?
          De toutes les façons les ondes électromagnétiques se dissipent toujours en chaleur …

        • Charles, attends… Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’un appareil à batterie en train de fonctionner chauffe. Mais c’est bien l’appareil qui chauffe, et pas ton liquide rachidien. Le truc du « téléphone portable à micro-ondes qui brûle le cerveau » est complètement éculé, et il ne reste guère que quelques adeptes de conneries new age et autres porteurs de chapeau en aluminium pour rester convaincus de la réalité de la chose. Mais je t’assure que sur Terre on est passé à autre chose.

        • Très drôle.
          Dommage que vous vous êtes trompé de site.
          Ici c’est « Contrepoints », pas « Topito ». ( Que j’adore!)

        • Moi aussi !
          Vingt minutes de téléphone avec ma belle-mère et les DEUX oreilles chauffent.
          Les ondes sont mêmes mortelles : surtout quand on envoie des SMS en conduisant.

          •  » Vous ressentez la chaleur d’un radiateur, c’est une onde électromagnétique. » On me l’a enseigne en classe……Alors je l’ai cru !

        • Après David et hyl, voici Charles : le troisième cadeau du calendrier de l’avent de Contrepoints ! 🙂

          Aujourd’hui : l’adepte des méchantes ondes électromagnétiques qui va même jusqu’à nous expliquer que le rayonnement thermique est d’origine électromagnétique… Celle-là, il fallait l’oser ! 😀

          « Vous ressentez la chaleur d’un radiateur, c’est une onde électromagnétique. »

          En lisant cela, j’ai failli recracher le café que j’étais en train de boire tellement j’ai ri.

          • Et l’on se s’en lasse pas. C’est bien meilleur que le chocolat … 🙂

          • La chaleur évoquée ici est la chaleur rayonnée, un rayonnement infrarouge, donc électromagnétique.
            A ne pas confondre avec les transferts conductif ou convectif de chaleur, les deux autres modes sur trois de transfert de chaleur.

            • Et c’est l’énergie thermique contenue dans ce rayonnement qui nous réchauffe ?

                • Et ? Un téléphone, comme tout appareil électronique, chauffe en usage intensif par effet joule (le frottement, ça chauffe).

                  En admettant la validité des deux images thermographiques, ne peut-on pas plutôt attribuer le réchauffement au transfert de la chaleur du téléphone à la boîte crânienne et non au faible taux des ondes émises par le téléphone qui y pénètrent ? Je ne nie pas que les ondes contribue au réchauffement, mais vue la faible puissance, je ne suis pas convaincu qu’elles soient le principal responsable. Il suffit de tenir son téléphone dans la main après un usage prolongé pour sentir que le transfert par conduction-convection est important.

                  Aucune étude sérieuse publiée n’a permis de mettre en évidence les phénomènes soit disant exposés dans l’article que vous citez. Article d’ailleurs écrit par on ne sait qui; auteur qui déconseille, au passage, d’abuser des sms et mms : vu la distance à laquelle on se trouve du téléphone, et la faible énergie déployée, ça doit effectivement être très nuisible. :-/

                • « The author D Mohankumar is not an active member anymore. Please take into consideration that the presented information might not be correct. »

                  Précisez quand même que ce sont les commentaires qui sont le plus à se pisser dessus, il serait dommage de louper cela.

              • Celui qui a inventé le mot « radiateur » ne s’est pas trompé. Pas plus que celui qui a inventé le mot « convecteur ».

                • Je maintiens que mes radiateurs me chauffent essentiellement par convection (radiateur à eau) : réchauffement de l’air à proximité du radiateur entraînant un déplacement de l’air, et donc transfert de chaleur par convection.
                  Même dans les convecteurs électriques, la part de radiation tourne entre 5% et 10%.

        • Ben alors, si vous avez froid aux oreilles, prenez 2 téléphones avec écran et téléphonez à 2 interlocuteurs…
          Plus besoin de bonnet … :mrgreen:

        • « Mettez votre téléphone portable en communication sur votre l’oreille pendant 20 minutes (ce que je vous déconseille), on verra si vous ne sentez pas la chaleur : le téléphone portable chauffe l’eau des cellules à la manière d’un micro onde. »

          Si j’utilise mon téléphone pendant 20 minutes, je sens surtout la chaleur du téléphone qui chauffe, comme la plupart du matériel électronique…

          « Il est stupide de nier les effets des ondes sur le corps humain, car celles-ci sont en partie absorbées par les matériaux, organiques ou non. »

          Viiite, éteignez la lumière !!! Ce sont des ondes aussi !!!
          Et que dire des ondes sonores ???

        • ben oui c’est vrai ça chauffe un peu et à mon humble avis..ça pourrait avoir des conséquences…toutefois, si on parle de ce qui peut produire de la chaleur je ne suis pas certains qu’il faille s’en tenir aux seuls téléphones…
          pour le reste on vous le répete rien… alors peut Etre qu’un jour..certes,eh ben vous reviendrez ce jour là pour être certain…

        • Ce que vous sentez, c’est juste un phénomène « naturel » qui s’appelle: réchauffement de surface dû à une résistance électrique au niveau de la puce du smartphone. Bah oui, ça monte rapidement à 40°C ces machins là.

          • Plus même, si c’est pas 60-70C …

            • Là je suis sur une vieille bécane, je viens de regarder les valeurs relevées sur mes capteurs : le CPU est à 55°C. Sa température critique est à 95°C et lors de calculs intensifs (genre compilation d’un noyau personnalisé) il m’est arrivé de l’atteindre (la sécurité se met en marche et l’ordi s’éteint).

              Après sur des smartphones et avec des CPU modernes, même avec une forte utilisation, je ne pense pas que l’on atteigne ces températures.

          • Ou et Non une oreille qui « travaille » reçoit plus de sang à 37° et peut donc « chauffer » un peu aussi! (rouge), mais ce n’est que de « l’adaptation »!

            Comme au chaud ou au froid: l’adaptation est le sort de l’homme dans la vie, non?

        • « Mettez votre téléphone portable en communication sur votre l’oreille pendant 20 minutes (ce que je vous déconseille), on verra si vous ne sentez pas la chaleur : le téléphone portable chauffe l’eau des cellules à la manière d’un micro onde. »
          N’importe quel objet appuyé pendant 20 minutes sur ton oreille la fait chauffer !
          Y en a j’te jure

        • @Charles,

          La batterie et le processeur de votre téléphone chauffent, comme une bête résistance, rien à voir avec les ondes.
          De plus, vous mettez un objet sur votre peau, qui garde aussi la chaleur de votre corps et fait comme une petite couverture.

          Du coup, ben oui, votre oreille chauffe, mais rien à voir avec les ondes…

        • Je propose une contre-expérience.
          Reprenez votre téléphone radiatif, rajoutez en plus l’émission bluetooth, prenez une oreillette « true wireless » et téléphonez avec ça. Le téléphone reste posé à 30 ou 40cm de votre oreille, sur le bureau. Téléphonez 2h même si vous voulez, et rapportez nous le niveau d’échauffement de l’oreille…
          Soit vous avez découvert des radiation nouvelles à ultra courte portée, soit votre oreille s’était échauffée la première fois par le simple contact avec un objet chaud (le processeur et l’antenne de votre téléphone chauffent quand il fonctionne, la circulation des électrons, toussa).

      • Une coupure de courant, surtout dans une habitation moderne, cela se remarque assez rapidement. Ce biais dans la méthode invalide à lui seul toute tentative de démontrer quoi que ce soit de façon sérieuse.
        Là où cela pourrait être intéressant, c’est si quelqu’un venait à remarquer une coupure de courant alors qu’aucun signe particulier n’est visible. Pour l’instant personne n’y est parvenu, et surtout pas parmi les premiers concernés.

    • moi non plus, bien que comme dit plus haut j’ai déjà ressenti les effets d’une panne de batterie de mon portable en pleine séance de jeu : je confirme, c’est très frustrant. De là à en faire un syndrome médical il y a un pas que je ne ferai pas.

      • Il y a des gens qui sont si mal au travail, qu’ils sont prêts à souffrir de n’importe quoi pour ne pas retourner au taf!

    • Moi, jamais rien ressenti de tel.

    • Pas de chance je n’ai JAMAIS ressenti quoi que ce soit en question. D’ailleurs les essais en aveugle sur les plaignants ont révélé que ceux-ci sont incapables de dire quant un appareil EM est allumé ou pas. Les téléviseurs en émettent beaucoup plus, ils existent depuis 70 ans et personne ne se plaignait. Bizarre!

    • Les nuisances sonores, dans le cas des éoliennes, seraient-elles imaginaires?

      • NON ! il y a des infrasons et des radiofréquences ! c’est un supplice terrible, permanent, (dans le cas des Enercon par ex. qui tournent même sans vent – comme les taxis en maraude – donc infrasons et radiofréquences ! Seul moment de calme : la panne ! ou la neige ! et là quel repos !

    • Je suis d’accord avec vous: j’aimerais bien lire un article sérieux, sans a priori, détaillant franchement: le coût réel, sans les aides d’état, la toxicité objective scientifiquement constatée, le rendement réel sur 1 an ou 2 ou 3. Etc… Pour me faire une idée objective et pas influencée par les pro-nucléaires français.

      On n’en est qu’au début du photovoltaïque, des pompes à chaleur et le l’éolien mais déjà, il y a eu des évolutions sérieuses.

      En ces temps de GIEC, on ne sait plus qui croire. Et c’est bien énervant! Car quand on ne sait pas, dans mon cas, en tout cas, quoi penser, quand certaines opinions sont exagérément favorisées, jusqu’au niveau universitaire! C’est insupportable!

      Je veux garder la liberté de réfléchir par moi-même pour me faire mon opinion, loin de tous les crieurs de slogans pro ou anti! J’ai le droit, non?

  • Comment quantifier un sentiment d’insécurité ?
    Ondes électromagnétiques, agressions, racisme, harcèlement, bureaucratie, fiscalité… on a tous des peurs plus ou moins justifiées, mais surtout improuvables.
    Le chef d’entreprise qui se croit harcelé par le RSI a-t-il raison ? (perso oui). La peur du fascisme, du nucléaire, du réchaufroidisme, du social, de l’immigration, du SHTF, du CPEFisme… est-elle raisonnable ? Si oui, combien ?

    Toutes ces peurs s’appuient sur des éléments concrets, mais toujours insuffisants pour les démontrer.

    • Je ne dit pas que c’est souverain; mais l’expression:
      « La peur n’évite pas le danger »
      reste une aide sage pour prendre de la distance face à la peur et tenter de la raisonner:

      C’est la seule façon de s’éloigner d’une émotion (la peur) pour en revenir au jugement « froid ».

      Toutes les méthodes orientales ( respiration, yoga, méditation, pleine conscience) peuvent permettre d’accéder au « ici et maintenant », capables d’éloigner ces émotions qui bousculent la raison inutilement et éloigner le stress.

      Le simple exercice physique, « avec plaisir », peut déjà vous aider.

  • La différence entre le jugement d’un tribunal et une étude scientifique, c’est que le juge pénal fonde son intime conviction sur un faisceau de présomptions concordantes et non sur une démonstration irréfutable de la preuve. Des empreintes, des témoignages ou même des aveux ne sont pas des preuves et ont déjà fait couper des têtes à des innocents. Il ne rend pas un avis scientifique, il étaye sa décision sur les documentations fournies par chaque partie, pour lui, l’absence de preuve ne vaut pas preuve d’absence.

    Ces faisceaux de présomptions concordantes sont en tout cas de nature à emporter également l’intime conviction de l’ancienne Directrice générale de l’OMS https://www.youtube.com/watch?v=ISsQSwiWI2E

    Prouver irréfutablement est autre chose, chercher des liens entre certains paramètres qui n’en ont pas, également.

  • Bonjour,
    Lu avec intérêt l’exposé pour un risque non avéré…
    Qui me rappelle que le principe de précaution s’adresse bien aux risques non avérés, en référence à l’état des connaissances et techniques …
    et dont le Conseil Constitutionnel, en 2008, a balisé 3 « conséquences »: la mise en place par les autorités publiques d’un dispositif d’expertise indépendant et transparent + une obligation de transparence et d’information + l’instauration d’un régime de responsabilité…
    En 2012 et 2013 le Conseil d’Etat a rappelé que ce principe ne visait que les autorités publiques dans leurs domaines d’attribution en environnement ( et en santé seulement si conséquence de l’environnement) et sur la base d’expertises scientifiques…
    Ce que beaucoup omettent….
    Cdt.

    • Le malheur est que l’homme ne peut être impartial, forcément influencé par son environnement comme nous le montre le réchauffisme actuel. Comme le disait Aldous Huxley: soixante deux milles quatre cents répétitions font une vérité.

  • aucune étude n’a démontré que les champs électro-magnétiques affectaient notre santé

    Attention à ne pas généraliser abusivement: les ondes radio à forte puissance ont des effets sur l’organisme. C’est d’ailleurs le principe du four à micro-ondes. Les infra-rouges qui chauffent et les ultra-violets qui abîment la peau sont aussi des ondes éléctro-magnétiques.

    Tout est question de fréquences et de puissance émise. Par exemple le Wi-Fi utilise la même bande de fréquences qu’un four à micro-ondes, mais la puissance émise est dérisoire.

    En ce qui concerne les champs électro-magnétiques émis par les téléphones mobiles et autres objets du quotidien, l’être humain est incapable de les détecter. Les études rigoureuses (en double aveugle) confirment que la HSEM relève de la psychiatre.

    • Également, il semble logique que plus le débit soit intense, plus la radiation soit forte.

      • Avez vous déjà entendu parler du Li-Fi ? C’est stupéfiant.

      • Cela n’a rien de logique pourtant. Le débit utile est une fonction de la fréquence et de rapport entre les intensités du signal et du bruit ambiant (théorèmes de Shannon), mais cela n’implique pas directement qu’il faille transmettre une énergie plus importante. Il me semble bien d’ailleurs que les plus gros progrès en termes de débit sur les dernières décennies ont surtout été faits sur le codage du signal (arbre de Nyquist) et le découpage+multiplexage en myriades de petites bandes de fréquence.

        C’est cela qui permet à un appareil doté d’une toute petite batterie (un téléphone) d’émettre et recevoir à haut débit pendant des heures. Pensez-y: toute cette énergie radiante vient bien de quelque part.

      • il semble logique que plus le débit soit intense, plus la radiation soit forte.

        C’est (beaucoup) plus compliqué que ça… L’intensité du signal est surtout une question de distance. Le débit est surtout une question de codage et de largeur de bande. Avec la même puissance on est passé de débits dérisoires avec les premiers GSM (2G) à des débits considérables en 4G.

        • Oui mais , c’est bien expliqué par Jesrad: en fait, ce n’est pas l’exploitation, en augmentation, qui en mettant plus d’informations sur la même onde, n’en augmente pas pour autant l’énergie pour la créer, seule chose qui peut se transformer en toxicité proportionnelle pour le corps humain! Toxicité, jusqu’à présent non prouvée; au contraire les GSM utilisent moins d’énergie qu’au début!

      • Le débit n’a rien à voir avec la « force » de la « radiation »…quelques exemples de la vie courante (et sans rentrer dans les détails) :
        – les débits du Wifi @2,4Ghz ont fortement augmenté depuis les débuts de cette technologie, sans pour autant augmenter la puissance du signal émis et sans changer la bande de fréquence du signal émis
        – les opérateurs téléphoniques récupèrent des bandes de fréquences « 2G » et « 3G » pour les passer en « 4G ».

        Que la « force » soit avec vous 😉

      • Si le débit a augmenté, c’est parce que on passe plus d’informations en utilisant un signal qu’avant (grâce à de nouvelles manières de communiquer, qu’on appelle protocoles). Il n’y a aucune corrélation entre débit et puissance de radiation. Plus un signal est intense, plus grande est sa portée. Et c’est tout.

  • J’espère que « Robin des Toits » rendra compte un jour pour ses responsabilités dans l’aggravation des symptômes des gens que l’association détourne d’un vrai traitement.

    • Les « médecins » complices de cette mascarade sont à blâmer tout autant sinon plus.

      • D’après l’article, il a bien défendu son point de vue médical: il n’a pas affirmé sa compétence pour dire « maladie ou pas maladie », psychique, peut-être!

        Mas la science en est là, à ne pas avoir prouvé ni oui ni non.

        Mais en disant aux juges qu’ils se débrouillent, c’est eux qui ont choisi! Et tant pis pour l’autre partie qui n’a qu’à aller en appel!

    • Vous rêvez! Si les écologistes devaient payer pour les dégâts provoqués il n’y en aurait plus un seul. Greenpeace a fait interdire le riz doré qui sauverait des millions de vie causé par carence en vitamine A. C’est une organisation criminelle!

  • alors des braises ardentes peuvent vous brûler du fait des infrarouge, les uv vous griller..on parle de certaines ondes électromagnétiques..pas de celles qui ont un effet reconnu!!!

  • Possible que pour l’ électro magn le résultat ressemble à l’ électricité : il y a ce qui ne se voit pas et qui n’ pas d’ effets prouvé à court ou long terme , il y a ce qui ne se voit pas mais dont les effets sont visibles un peu + tard , il y a ce qui se voit ( brulure , électrocution ….. c’ est dans la dose ……
    En 1991 quand je me déplaçais de ma table d’ expérimentation le micro débitait plus ou moins vite selon la distance , c’ était un radar inventé par hasard !
    Toucher une tension de 30 , 35 volt on ne sent rien maintenant le faire tous les jours pendant 1 mois il y eut un effet visible sur ma peau pas sur les mains , il faut attendre quelq semaines pour le constater

  • C’est le même cas pour les antinucléaires qui essayent de terroriser la population mondiale à propos des centrales nucléaires. Ils rendent malades de peur d’innombrables personnes et en font mourir prématurément par milliers, comme au Japon où il n’y a qu’1 personne atteinte de cancer à cause des accidents de Fukushima suite au tsunami meurtrier de 2011.

    • Raisonnement stupide! Qui vous dit que tous les cancers, mêmes ceux à venir, sont déjà comptabilisés. C’est évidemment faux! Allez voir à Hiroshima, plutôt, pour voir les effets à long terme.

      Combien d’hectares encore « infréquentables » à Tchernobyl, actuellement, avec une radio-activité encore bien présente et prohibitive?

      Et les fuites vers l’océan sont-elles seulement déjà complètement colmatées à Fukushima?

      Vous n’en savez rien non plus! Mais votre a priori reste le plus fort, pour votre avantage immédiat!

      • A Tchernobyl, la nature s’est plutot bien adaptée (à part pour les oiseaux migrateurs)…

      • A Chernobyl et autour il n’y a pas eu de surmortalité notable une fois l’accident et l’évacuation (tous deux meurtriers) passés. Si on étudie les liquidateurs (les données sont sur les sites des Nations Unies) ils sont même morts moins que ce qu’on aurait pu attendre pour une population comparable (c’est pas vraiment significatif statistiquement parlant mais pas loin) !

        • Le film Tchernobyl révèle que même les liquidateurs ne sont pas tous morts, bien que malades. Quand aux site c’est un refuge pour les animaux qui n’y sont pas dérangés par l’homme. Quoi que le tourisme soit en développement.

      • Pas tant que ça! Car comment savoir si c’est Fukushima qui a provoqué le cancer ou s’il est naturel? Impossible! Avant les centrales nucléaires le cancer existait déjà et des gens en sont atteints à des milliers de km des centrales.

  • Si les cartes disent tout, certains titres d’articles aussi.
    Ecologie positive : les bonnes ondes. Humm ça sent bon le tacle jouissif contre les « anti » peint en vert, une poignée de militant qui ne représentent qu’eux-mêmes puisqu’en réalité tout le monde ou presque s’accommode des ondes EM pour ne pas dire ne s’en soucie pas.
    D’autres auteurs sur contrepoints auraient sans doute choisi comme titre : les ondes ni mauvaises ni bonnes puisque le sujet traité ne concernait que l’aspect santé.
    Moi qui ne suis qu’un simple ouvrier je ne vois pas en quoi ce genre d’article relève le niveau.

    • Le titre d’un article est fait pour attiser la curiosité du lecteur et l’amener à lire la suite de l’article. Puisque vous semblez avoir lu l’article, j’en conclu que le titre était un bon titre 😉

  • En général les gens « électrosensibles » sont des cas sociaux : aucun bagage scientifique de base/crudivoristes, naturopathes en manque de B12/proches des mouvements conspis.

  • Heureusement en France le principe de précaution est au dessus de la science. Il est même l’allié de Sandrine Rousseau qui l’utilise avec l’aide de son nouveau principe: celui de la sorcellerie.

  • je viens de passer 10 jours en france profonde, Cher Nathalie et H16, et quel ne fût pas ma surprise en voyant toutes ces magnifiques antennes 5G (free…) de l’art moderne, magnifique….

  • « écologie positive »

    A l’ère de BLM, du Covid, des woke, des décroissants et du en-même-temps, on s’est résolument tourné vers la c… positive.

  • H16 je vous adore mais là j’explose de rage contre vous !
    Les personnes qui ont la faculté d’entendre les ondes (certaines ondes = wifi, infrasons, ultrasons, radiofréquences) peuvent témoigner de leur nocivité. C’est une torture permanente d’entendre ces sons. Les boules Quies n’y font rien. Selon mon ORL le son atteint directement certaines zones du cerveau. (peut-être ensuite décodées par l’oreille interne, mais se boucher les oreilles ne sert à rien). Par exemple les infrasons sont audibles par le côté droit du cerveau, alors que les radiofréquences sont audibles du côté gauche, la wifi émet un son qui englobe la tête.
    Et en effet lorsque l’électricité est coupée c’est le grand calme.
    Je me suis proposée comme cobaye bénévole auprès des services compétents officiels, mais la réponse a été : « vous nous faites part de vos problèmes d’EHS faites-vous diagnostiquer auprès du CHU le plus proche – une liste était jointe –
    J’avais décrit la nature du bruit et j’aurais pu, si la science avait voulu faire ce pas en avant, leur démontrer, « à l’aveugle » ce que j’entendais. Mais non, il n’est pas question de prouver quoi que ce soit.
    Un ami un jour (en février dernier) est venu me dire de ne pas m’inquiéter car le réseau Internet ne reviendrait que le lendemain, il me montre la réponse d’Orange sur son téléphone, (ouf ce n’est pas un piratage, je commençais à m’inquiéter) nous papotons, et soudain je lui dis : tu entends ? C’était un son aigu, terrible, je me bouchais l’oreille droite. Non il n’entendait rien.
    Je lui dis : c’est internet qui est revenu ! Il me répond : tu es têtue, tu viens de lire il y a qq mn que le réseau ne reviendra que demain ! je réponds : tu paries ? J’allume mon ordi et internet était revenu.
    J’ai reçu l’info de Orange le soir vers les 18 H, mais à 16 H je savais à la seconde près que le réseau était revenu !
    Cet ami électrotechnicien qui me croit pourtant, pour preuve il m’a supprimé la Wifi il y a maintenant 5 ans sur les conseils d’un ingénieur, ce qui m’a supprimé nune grosse cause de pollution, car si ce bruit n’était pas le plus désagréable, il me causait des migraines atroces qui rien ne soulageait, ce jour là n’en revenait car je n’ai plus la Wifi. Il ne peut l’ignorer. Mais lui portait son téléphone connecté sur lui, donc la Wifi était présente dans la pièce.
    J’ai passé ce dimanche en campagne charentaise, (St-Claud, Chasseneuil/Bonnieure) sans éoliennes, le soir en rentrant, je baillais, j’étais très zen, couchée tôt j’ai fait une nuit normale.
    Il faut dire qu’il n’y avait aucun vent chez moi et que les éoliennes ne tournaient pas, je ne subissais donc qu’une seule pollution : leurs radiofréquences !
    H16 il faut réviser vos a priori !
    (et j’ignore si je suis EHS, mais je suis hyperesthésique et croyez moi c’est loin d’être un cadeau du ciel !)
    Pour une fois je ne vous félicite pas !

    • « alors que les radiofréquences sont audibles du côté gauche, la wifi émet un son qui englobe la tête. »

      A 2 Gigahertz !?! (bande wifi = 2.4 GHz)

      Le courant du secteur fait tout vibrer à 50 Hz, ce qui est parfaitement perceptible et peut être désagréable.

      Votre tympan n’entend plus au delà de 20 KHz et je doute que vos neurones atteignent cette fréquence ou vous auriez un QI de 10000.

      Echauffement peut-être (mais c’est une question de puissance transmise), réaction nerveuses consécutives pourquoi pas. Mais ne parlez pas de sons à 2 GHz si vous voulez être prise au sérieux.

      • @ Alan : il n’est pas question de QI de 10 000, mais de sensibilité ce qui n’a rien à voir. D’autre-part ma théorie, car croyez moi je cherche pour quelles raisons je suis affublée de ce problème, ce n’est qu’une hypothèse, je vous le redis sceptique, c’est que ma barrière encéphallorachidienne a été détériorée par le vaccin de la rage, reçu suite à la morsure d’un chien à l’âge de 3 ans. De ce fait nez dévié, les chirurgiens ont fait ce qu’ils ont pu sur un minuscule bout de nez, mais au niveau des sinus, c’est raccordé de travers.
        Et oui je me suis adressée à des services compétents : l’Anses, Olivier Merkel lui même.
        La réponse est en qq sorte : passez votre chemin, on ne veut pas savoir.
        Et oui également lorsqu’un des ingénieur travaillant sur la commission bruits éoliens (qui a été torpillée) m’a dit à la description de mes bruits : celui-là ce sont les infrasons (à ceux-là j’étais habituée car j’entends un silo situé à 2 kms à vol d’oiseau) mais leurs Ifs sont moins énervants que ceux des éoliennes qui sont irritants au possible, l’autre bruit c’est soit un transformateur électrique (il y en a à 30-35 m), l’autre bruit ouaté et mou c’est la Wifi, en effet je n’y croyais pas du tout.
        Ma réponse obtuse était : pourquoi entendre et subir aussi atrocement la wifi dans ma chambre, alors que ma box située à ma gauche à 50 cm de moi, ne me fait rien ?
        Ma chambre est située à plus de 10 m (il y a 2 murs de refend en pierre) et elle se situe à l’étage, donc impossible de comprendre !
        Il m’a été répondu c’est un phénomène d’écho.
        J’ai encore résisté pendant 3 ans avant de consentir à laisser supprimer la Wifi (je croyais naïvement que je n’aurais plus internet ! => pas QI 10 000 ! je ne comprends rien à ces machins électriques ou électromagnétiques)
        J’ai donc laissé faire de guerrre lasse, (on n’en parlera plus, bon débarras), mais le soir sur le seuil de ma chambre : stupeur ! plus que 2 bruits ! et le lendemain pas de maux de tête au niveau du cervelet comme si j’avais été tababassée toute la nuit à la masse sur le cerveau !
        Comment l’expliquez-vous ?
        Croyez-moi je suis preneuse de toute solution car il y a 13 ans que je vis une torture ! Je me plaignais déjà du silo qui est au niveau 2 sur 10 par rapport au reste ! Je ne peux plus me concentrer (voir mes fautes), je ne conduis plus que pour mes courses (5 kms) et c’est déjà un effort conséquent. Je vais avoir 72 ans. Les ministres m’ont promis des actions, mais nada ! (Royal – Buzyn – Touraine qui était prête à me faire classer handicapée par les ondes mais je ne possédais aucun certificat médical indiquant clairement mon problème. Ma généraliste me prescrivait Alprazolam 0,50 mg et basta ! ce qui n’est une preuve de rien !
        J’ai dû recourir aussi à cet infâme (goût de fiel, beur k!) Acétylleucine 500 mg X2/J car je ne tenais même pas assise dans mon lit tellement les vertriges étaient forts ! or je vis seule !
        Le chef des urgences de l’hôpital ancien expert Cotorep, suite à l’interrogatoire qui fait partie de la consultation m’a dit : vous êtes déjà handicapée par les ondes ! que dit votre maire ? (qu’il perçoit 11000 €/an pour les éoliennes !) que dit le préfet qui est responsable ? Tous les préfets successifs n’ont donné aucune suite à mes courriers pas plus qu’à ceux des ministres (dont j’avais reçu copies)
        Bref un nez recassé, des épaules démises, je ne sors ma chienne qu’avec une canne car je redoute les chutes inopinées, car je ne trébuche pas, je tombe directement sans cause.
        Mais c’est certainement du cinéma, nest-ce-pas ?

    • Les sons sont des ondes de pression dans un solide, les ondes dont les antennes sont la source sont électromagnétiques. Même si vous êtes sensible vous ne pouvez pas les entendre.
      Par ailleurs si vous arrivez à les détecter, allez donc faire une expérience, il y en a encore sûrement des tas en cours un peu partout. Il y en a eu une à l’Institut Laue Langevin à Grenoble où chose très étonnantes le taux de détection effectif des « électro sensibles » s’est avéré (très légèrement et non significativement) inférieur à ce qu’on aurait du observer sur des réponse aléatoires. Faut le faire…

      Les éoliennes c’est un tout autre problème, sonore/sonique effectivement et la rotation des pales cause des sons de très basse fréquence (et d’autres de haute fréquence) que l’oreille humaine peine généralement à capter mais qui peuvent (onde de pression, encore une fois) avoir des effets sur le corps. Elles mettent la pagaille chez les chauve-souris… Alors pourquoi pas les gens.

  • Pour H16 –
    Vous connaissez très certainement l’échelle de Beaufort, elle ne mesure que des vents jusqu’à 120 Kms:H = tempête.
    Tous les marins le savent.
    Or les vents peuvent souffler plus fort, si l’on en était resté à Beaufort, nous ne mesurerions tjrs que force 10 à 12 = tempête.
    Mais la science a progressé !

  • Je rajoute : échelle de Beaufort force 12 = 115 kms/H
    Mais comment aurait-on pu mesurer la force de l’ouragan Irma à Barow Islande en Australie ? Vents soufflants entre 360 kms/H et 408 km/H sans la nouvelle échelle Saffir-Simpson ?
    Quand on obtient 12/10 ème lors d’un examen oftalmo, n’y a-t-il pas un petit « truc » qui vous gêne ?
    Ne peut-on pas dire qu’il existe des auditions plus performantes que d’autres ? Ou des odorats ?
    Ce qui relève de l’hyperesthésie !
    Et là croyez-moi, ces personnes ne sont pas à la fête tous les jours dans la civilisation actuelle !
    Alors oui aux zones blanches ! Mais pas perchées dans des montagnes inatteignables ou dans des grottes.

    • Vous n’avez jamais entendu parler des acouphènes et des illusions créées par le cerveau? Les essais en double aveugle ont rendu des résultats nuls. Les personnes électro-sensibles furent incapables de reconnaître si l’appareil était allumé ou pas!

      • Je ne vous dis paq que je EHS (je n’ai pas fait les tsts et ne les ferais pas) je vous dis que je suis hyperesthésique, les sens des hyperesthsiques sont multipliés par 5 jusqu’à 10 – odorat – vue – ouïe – voire le toucher également. Sensibilité accrue aux températures, aux pressions atmosphériques.
        Quand je vous dis que j’entends c’est que j’entends ! Je ne suis pas étonnée que les EHS n’entendent pas, ils ressentent physiquement par des brûlures, des démangeaisons etc, je ne souffre pas de cela. On ne trompe de cible en testant des EHS, mais c’est certainement voulu pour prouver que les ondes ne sont pas nocives !
        Souvenez que la propagande serinait que le tabac était bon pour la santé ! Nous en sommes au même point, on ne teste pas le bon panel et voilà le tour est joué, les ondes sont in audibles.
        Quand Galilée disait : elle est ronde et elle tourne, les obtus lui répondaient qu’il était impie, que la planète était plate et fixe !
        Cela semble être votre cas ! Fermez donc toutes vos écoutilles !
        Mon ORL m’a dit : j’ai des cas bien plus rares que le vôtres ! Je ne vais même pas vous les révéler, c’est vrai qu’en comparaison, je suis bénie des Dieux ! Et mon ORl savait, elle, que les Ifs n’étaient pas perçus auditivement par les oreilles (j’entends les pavillons)
        Donc je vous laisse cultiver votre plate-bande d’une terre plate et fixe ! (oh je suis en colère car j’aimerais vous refiler le mistigris, en moins de 2 jours vous seriez à genoux en demandant pardon et me suppliant de reprendre mon fardeau !)

        • Renseignez vous sur Galilée, ça passera déjà mieux d’avoir la référence correcte (le pape le soutenait et quasi tout le monde était déjà d’accord pour dire que la terre était une sphère tournant autour du soleil… Copernic est mort 120 ans avant la naissance de Galilée). Les ennuis qu’il a eu c’est pour avoir insulté ses « rivaux » sans prouver ce qu’il racontait… et pour des problèmes d’interprétation de la bible. Pas franchement la physique.

          Maintenant que vous entendiez ou sentez ou… les ondes électromagnétiques, allez faire des tests. Je vous assure que personne ne se moquera de vous et que si vous arrivez effectivement en « aveugle » à détecter quand il y a un champ électromagnétique autour de vous, vous serez rapidement une star. Et même si vous vous trompez souvent le fait d’avoir « juste » 50.1% du temps sur un échantillon suffisant sera publié, discuté, etc. et pris en compte dans les recommandations de construction etc.

          Mais je crains de devoir vous l’annoncer, j’ai de très grands doutes sur le fait que vous arriviez même à 50.1% de bonnes réponses. Tous les gens convaincus (de bonne foi) d’être sensible et qui ont été testés sérieusement n’ont pas fait mieux que le hasard simple.

          Ce qui ne nie pas que vous puissiez entendre des sons que d’autres n’entendent pas (ou presque pas) etc. Que vous puissiez détecter ci ou ça… mais le monde est peuplé de centaines, que dis-je de milliers de physiciens, de médecins, de militants qui rêvent de rencontrer quelqu’un qui arrive à détecter même mal, les champs électromagnétiques.

      • et oui des accouphènes j’en ai parfois = rien à voir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Leforges.

En France, l'hypersensibilité aux ondes magnétiques n'est pas une maladie. Pourtant, les recours en tout genre fleurissent pour voir sanctionner la présence d'antennes-relais ou de boîtiers électriques communicants, prétendument nocifs. En réalité, c'est bel et bien la réalisation du progrès technologique que l'on empêche.

Il ne faut pas confondre précaution et inertie. Si la première peut être nécessaire dans certains cas, l'invoquer à outrance mène souvent à l'immobilisme et en termes technologiques, à l'... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Éric Durieux.

En 2015, Linky, le compteur communicant développé par Enedis (ex-ERDF) connait ses premiers déploiements. Des groupuscules anti-ondes qui ont su s’imposer dans l’espace médiatique il y a près de deux décennies, mais qui avaient perdu de leur autorité depuis, semblent en avoir profité pour s’agréger autour de ce nouveau symbole de « l’électro-sensibilité ».

Le lobby anti-ondes : le retour

On ne reviendra pas sur ce qu’est le compteur Linky, dont les effets ou l’efficacité ont été débattus à moult reprises, qu’il... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Cette vidéo reprise sur youtube donne une bonne idée du rapport problématique de certains opposants de Linky à la science. Plus encore, le phénomène récent de l'électrosensibilité qui mobilise ses opposants ne semble pas trouver d'appui en dehors de certains milieux de convaincus, et aucune traduction réelle dans le monde médical. Pour approfondir le sujet, retrouvez quelques articles sur Contrepoints :

Le compteur linky mérite-t-il d'être aussi craint ?

Non, il n'y a pas de complot derrière linky

Sur l'électrosen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles