« Made in Spain » : l’État espagnol au secours de son champion de l’huile d’olive

En voulant dissuader des investisseurs étrangers de prendre le contrôle du premier producteur d’huile d’olive, Deoleo, le gouvernement Rajoy ne s’est-il pas trompé d’enjeu ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

« Made in Spain » : l’État espagnol au secours de son champion de l’huile d’olive

Publié le 29 avril 2014
- A +

Par Guy Sorman.

Deoleo

Le gouvernement espagnol a cherché à dissuader des investisseurs étrangers de prendre le contrôle du premier producteur d’huile d’olive, Deoleo, sous le prétexte qu’il s’agirait d’une entreprise stratégique autant que symbolique. Est-ce vraiment un combat qui mérite d’être livré à l’heure où toute économie est mondiale ? Il me semble plutôt que dans cette affaire, on se trompe d’enjeu. Reprenons donc tout depuis le début.

Le destin économique des nations se joue sur le marché mondial. Adam SmithLa richesse des nations – avait pressenti cela dès 1776 : il constatait que les nations qui n’avaient rien à vendre de distinct se condamnaient à rester pauvres. Deux siècles ont passé avant que cette leçon de base pour économiste débutant ne soit universellement adoptée. Au temps d’Adam Smith, on échangeait des oranges tropicales contre des cotonnades de Manchester. En notre temps, au nom de la loi dite des avantages comparatifs, on échange plutôt de la main-d’œuvre à bas prix contre de la technologie avancée. Mais cette interprétation classique de l’échange me semble trop matérialiste, trop réductrice pour représenter toute la mondialisation contemporaine : sur le marché s’échangent des produits, mais aussi des rêves. Un rêve en économie se traduit dans une marque : il est des marques qui séduisent (L’Oréal, Apple) et d’autres qui rassurent (Boeing, Mercedes). On pourrait indexer la prospérité des nations sur leur nombre de marques reconnues : chacun, s’il consomme, sait citer vingt marques américaines, dix allemandes, cinq françaises et zéro russe ou indienne.

Les pays aussi sont des marques : un amateur de luxe automobile se portera spontanément vers le Made in Germany, vers le Made in France pour la mode, le Made in Japan pour l’esthétique, le Made in USA pour l’avance technique, le Made in Switzerland pour les montres. Les produits et services issus de ces pays à marque forte, bénéficient de ce que j’appelle une « valeur culturelle ajoutée » : le consommateur mondial est prêt à les payer très au-dessus de leur prix de revient parce qu’il acquiert, en sus du produit et du service, une part de rêve.

Certaines nations qui n’eurent jamais de connotation significative, telle la Corée du Sud, longtemps, ne s’imposèrent que grâce à leurs prix cassés (ce fut à l’origine le cas du Japon et cela reste celui de la Chine). Mais une marque nationale peut être créée et promue : la Corée du Sud y parvient par un marketing habile (inspiré initialement par le Japon) qui associe les institutions culturelles, le soutien gouvernemental à la culture et les grandes entreprises privées. Celui qui, il y a dix ans, achetait un téléphone Samsung parce qu’il était bon marché, le paye plus cher aujourd’hui – en partie – parce qu’il est coréen. À l’instar de la Corée du Sud, on pourrait citer le Chili : la marque nationale associant rêve et qualité y a été délibérément construite.

Il existe aussi des cas de marques dormantes. L’Espagne est un cas exemplaire : sortie de l’autarcie il y a peu – 1986, entrée dans l’Union européenne – tout le monde situe l’Espagne, mais Made in Spain évoque des images surannées de flamenco, de tauromachie et de vacances bon marché. Cette faible valeur ajoutée culturelle – hormis le tourisme – pèse sur la croissance. Nul consommateur ne sait, par exemple, que l’Espagne est en quantité le premier producteur d’huile d’olive, de vin, de sacs à main et de souliers de qualité : à peu près tous ces produits sont exportés vers des pays tiers comme la France, l’Italie et les États-Unis qui les revendent sous leur propre marque. L’amateur européen ou américain, et chinois demain, d’huile d’olive ou de vins fins serait étonné de lire sur l’étiquette de cette huile ou de ce vin, la mention Made in Spain. Et il n’y attacherait aucun prix. On comprendra que la marge bénéficiaire la plus substantielle, avec les richesses et emplois qu’elle induit, va aux marchands de rêves plus qu’aux fabricants de la matière première. Ce n’est pas le producteur de l’olive qui en profite le plus mais celui qui y appose sa marque.

Grâce à ses exportations qui représentent maintenant 34% de la production nationale contre 24% en 2009, l’Espagne a retrouvé la croissance (rappelons qu’en dehors des pages du journal ABC, peu de commentateurs envisageaient en 2009 cette sortie de crise par des méthodes libérales). Mais la valeur culturelle ajoutée de ces exportations reste faible : combien de marques espagnoles, un consommateur mondial citerait-il ? Certainement Zara inventée par l’entreprise Inditex. La banque Santander peut-être.

Les stratèges en charge des économies nationales devraient emprunter à la géopolitique les notions de « soft power » et de « hard power ». Par comparaison avec ses grands voisins européens, l’Espagne a, ces dernières années, renforcé son « hard power » (un meilleur contrôle des coûts de production en particulier), mais son « soft power » n’a pas fait l’objet d’une grande politique. L’Espagne offre pourtant un exemple fameux de création de « soft power » ex nihilo : le musée Guggenheim à Bilbao. Imaginons un geste de portée équivalente à l’échelle nationale : il conduirait tout consommateur d’huile d’olive à exiger la marque Made in Spain. Et pas seulement pour les olives.


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • NON PAS MON HUILE ESPAGNOLE JE VAIS MOURIR

  • Depuis le Japon : chaque fois que je visite mon fils à Tokyo, je lui apporte des stocks d’huile vierge d’olive espagnole que j’achète dans le Mercadona du coin de la rue à Santa Cruz de Tenerife et du jambon serrano pata negra que je vais acheter à El Corte Ingles, la qualité est parfaite. L’huile d’olive vierge est hors de prix au Japon, une cinquantaine d’euros le litre et le jambon serrano du genre 800 euros le kilo dans un bon magasin tel qu’Isetan à Shinjuku. Ces deux produits font partie du patrimoine espagnol au même titre que les fromages français qu’on trouve aussi à Tokyo à des prix également astronomiques : un camembert 50 euros pour situer les prix. J’allais aussi oublier le turon duro d’Alicante. Bon appétit !!!

    • TURON TURON
      A lui seul il explique 50% de ma surcharge pondérale.

    • Lomo iberico? Chorizo? Jamon Jabugo? Mantecados? Chocolate con churros? Queso Manchego?

      Le Manchego en bocal, dans l’huile d’olive :P. Je m’en faisais sauter le bide quand j’étais petit.

      Sinon, LE TRUC qui fait plaisir: bocadillo de jamon, avec un foutu pan con tomate!
      Et bien sur la traditionnelle paëlla, mon père à appris à la faire avec un très grand cuisiner, les meilleures paëllas d’Espagne à l’époque. Terrible.

      Tant qu’on est dans les spécialités culinaires espagnoles…

  • « et zéro russe ou indienne. »

    Tout le monde connait Gazprom et Lada et en Inde, bah, Mittal et Tata quand même, très très connu.

    • « le Made in Japan pour l’esthétique, le Made in USA pour l’avance technique »

      Et là non plus je ne suis pas trop d’accord, technologiquement parlant, le Japon/Corée…. C’est costaud on va dire. A part sur l’informatique, le software surtout, les américains ne sont plus vraiment supérieurs. Par contre aujourd’hui, en terme d’esthétique et de qualité, les américains sont souvent très forts. Des marques comme KitchenAid ou même Boeing d’ailleurs, plus que de technologie, il est question de solidité, de fiabilité et aussi d’esthétique (pour KitchenAid). Même Apple d’ailleurs, technologiquement, ils ne sont pas au dessus de leurs concurrents asiatiques. C’est encore une fois l’esthétique qui prime.

  • Il y a un secteur où l’Espagne est très forte ce sont les entreprises de BTP, de grands ouvrages etc..Beaucoup de contrats à l’étranger.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Un article de Human Progress

 

Notre vingt-septième Centre du progrès est Hong Kong pendant sa rapide transformation en marché libre dans les années 1960. Après avoir longtemps lutté contre la pauvreté, la guerre et la maladie, la ville a réussi à atteindre la prospérité grâce à des politiques libérales classiques.

Aujourd'hui, la liberté qui a été la clé du succès de Hong Kong est en train de disparaître. La Chine continentale a réprimé les libertés politiques et civiles de la ville, laissant son avenir incertain. M... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

« Laissez-nous faire, laissez passer le grain. »

Voilà le cri du cœur lancé par un certain Legendre, marchand de son État, répondant à Colbert sur les moyens d’aider le commerce. Une formule sortie de son contexte et manipulée par la suite… mais toujours d’actualité.

Douzième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

 

La liberté d’action et de circulation

Voici ce que rappelait Jean-Yves Naudet, en lien avec l’actualité en 2014, à ce sujet :

« Il faut remonte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles