Innovations : vive le capitalisme libre !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Innovations : vive le capitalisme libre !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 avril 2014
- A +

Par François Ménager.

innovation

Il y a quelques années j’avais réfléchi à transformer en opportunité d’affaire l’immense gaspillage de voitures privées, qui passent le plus clair de leur temps à se dégrader lentement à l’arrêt en encombrant les parkings et les rues de nos villes de pays riches. Comme beaucoup, j’avais plusieurs idées d’entreprises fondées sur la mise en commun de véhicules, permise par les nouvelles technologies, et qui ont été fondées depuis, comme le génial Tripndrive, Ouicar (location de voiture entre particuliers) ou Blablacar (covoiturage). Et dans d’autres industries, ce sont les Airbnb, les VTC, et autres, fondées sur la même idée.

Quelle idée ont-elles en commun ? Celle d’optimiser la gestion de ressources existantes, grâce à l’énorme quantité d’information désormais disponible en temps réel. Rien de révolutionnaire donc, mais encore fallait-il y croire, et le faire.

Ces nouveaux acteurs, dits disruptifs, provoquent une transformation fulgurante des industries traditionnelles où ils émergent, et qu’ils bousculent. Les réactions sont diverses : certains tentent de résister, ne comprenant pas l’impérieuse évidence du changement. Comme si après l’invention du briquet, on voulait continuer de faire du feu en frottant des morceaux de bois. D’autres essaient d’absorber l’innovateur avec l’innovation, pour le neutraliser. Tous cherchent un moyen de protéger leur position, de conserver leur confortable avantage. C’est un réflexe humain. Mais les meilleurs moyens pour cela ne sont pas nécessairement ceux qui servent au mieux le consommateur, le marché, ou la société. Elle déteste, elle, comme la nature en son mouvement perpétuel, les avantages acquis. En réalité, rien n’est jamais acquis. Comme nous sommes fats et orgueilleux de l’oublier si souvent.

Et de tordre donc les lois à mon avantage, ou d’en créer de nouvelles, si possible à l’aide de mes amis politiques ou mon pouvoir de nuisance ; et de créer des barrières artificielles, en criant au loup, à la protection, à la conservation, surtout des plus faibles, que je ne connais pourtant pas. C’est là le capitalisme de connivence, où le capital n’est plus employé à la production ou à l’innovation, mais à la collusion sauce illusion.

Très peu, à part les VC1 et les PE2, voient ces disrupteurs d’un très bon œil. Pourtant, c’est à travers eux qu’émerge le monde de demain, les technologies de demain, le progrès concret délivré dès aujourd’hui aux consommateurs. Car oui, les allumettes sont un progrès par rapport aux silex, et le briquet un progrès par rapport aux allumettes, et ce même si les premiers mettent les secondes au chômage. Oui l’essor du covoiturage est une belle avancée qui complète efficacement l’offre rigide et avide d’investissements lourds des transports en commun. Oui l’essor des VTC est évidemment une excellente nouvelle pour les anciens clients des taxis.

Quant aux entrepreneurs et au VC/PE, leur recherche du gain est utile, car ce gain proviendra du choix massif de consommateurs satisfaits par un nouveau produit ou un nouveau service, qui rend caduque l’ancienne façon de faire. Parfois sans ménagement, c’est vrai. Dommage, et tant mieux à la fois.

Voilà comment l’entrepreneur change le monde, voilà comment le capitalisme libre (c’est-à-dire aussi peu faussé que possible par la connivence politique et les règlements nombreux et obscurs) change le monde.


Sur le web.

  1. VC : Venture Capitalist, parfois traduit (ou plutôt francisé que traduit, puisqu’il demeure un anglicisme évident) par « capital-risqueur », désigne un investisseur en capital, qui privilégiera les investissements risqués sur de jeunes entreprises prometteuses aux fortes perspectives de croissance, et donc de retour sur investissement.
  2. PE : Private Equity, fonds d’investissement. L’anglais ayant remplacé le français comme langue de la finance internationale, ce type d’acronymes fort commode n’a pas d’équivalent en langue française et est généralement employé tel quel.
Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Sébastien Laye, Barthelemy Blanc[1.Barthelemy Blanc est financier à la BERD.] et Adrien Faure[2. Adrien Faure est étudiant en théorie politique et philosophie à l’Université de Genève.].

Cet article est l'analyse originale qui a servi de fondement à un article paru dans l’Opinion le 13 mars 2017  (« Pour un libéralisme populaire ») par les mêmes auteurs.

Beaucoup de points de vue s’élèvent aujourd’hui pour faire émerger un libéralisme qui se veut populaire. C’est-à-dire une pensée de la liberté qui ne serait pas vue comme un... Poursuivre la lecture

2021 touche a sa fin et les fêtes approchent à grands pas. Pour la deuxième année consécutive, les perspectives de fin d'année ne sont pas synonymes de franche rigolade. Depuis quelques jours, nous savons que nous faisons face à une importante circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures sont donc tout naturellement entrées en vigueur, comme c'est le cas depuis deux ans. Entre vaccination (obligatoire), pass sanitaire, gestes barrière, protocole niveau 3 et limitation des rassemblements, il peut être un peu difficile d... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn.

Que le capitalisme soit immoral est une idée qui semble aller de soi. L’image des fabricants de vaccin anti-covid tirant profit de la pandémie faisait ainsi encore recette récemment. L’idée qu’il soit plutôt amoral, c’est-à-dire qu’il fonctionne en dehors de la morale, séduit aussi. Et pourtant ces deux idées sont fausses. Elles traduisent des modèles mentaux anciens mais démentis par les faits. Il ne peut y avoir de capitalisme sans morale.

Associant le capitalisme à ce qu’il appelle un ordre « économiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles