Le jeu absurde des nominations ministérielles

Le gouvernement Valls est condamné à l’inefficacité du fait que les ministres et secrétaires d’État n’ont pas été nommés en fonction de leur compétence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le jeu absurde des nominations ministérielles

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 avril 2014
- A +

Par Bernard Zimmern.
Un article d’Emploi-2017.

gouvernement-Valls

Avec la nomination des ministres du gouvernement Valls, nous avons une fois de plus assisté à l’absurdité des nominations à la française, absurdité qui explique en grande partie pourquoi les gouvernements sont incapables de redresser le pays dans presque tous les domaines.

Les ministres ou secrétaires d’État n’ont pas été nommés en fonction de leur compétence ou de leur connaissance des dossiers mais d’« équilibres » politiques dont les composants sont seulement connus du Président de la République et de son Premier Ministre. Comme Harlem Désir, nommé au secrétariat des Affaires Européennes.

C’est généralement la valse, en se servant des députés de l’Assemblée Nationale et parfois du Sénat comme d’une réserve d’où l’on tire un lapin en dernière minute pour le grand bonheur de l’intéressé.

Ces ministres ou secrétaires d’État nommés dans ces conditions ont-ils un programme ? Savent-ils ce qu’il faut faire dans l’intérêt du pays pour prendre des décisions mûrement réfléchies ? Quelle probabilité a-t-on que ce ne soient pas seulement les décisions qui sont préparées par l’administration qui vont prévaloir ?

Jusqu’il y a quelques années, on pouvait croire que ces décisions préparées par l’Administration étaient dictées par l’intérêt général. Mais l’on sait depuis plus d’une trentaine d’années, notamment par des travaux de prix Nobel, que l’Administration est un acteur comme les autres qui a ses propres intérêts et les fait passer devant ce fameux intérêt général dont on la gratifie.

Dans ce contexte volatil, les chances de la Société dite Civile de faire passer des mesures sont à peu près nulles.

img contrepoints227 Valls HamonIl est d’ailleurs connu dans les ministères que dès qu’un ministre arrive, il faut le noyer par un emploi du temps qui l’empêche de réfléchir et que ceci permet de lui faire signer les mesures que les précédents ministres ont laissé dans les tiroirs et auxquelles tient l’Administration.

Ce processus d’auto promotion est renforcé par le fait que les chargés de mission placés auprès du ministre sont presque tous des fonctionnaires qui sont peu susceptibles de contrer leurs collègues. En effet, dans le budget d’un ministre, un fonctionnaire, pris comme chargé de mission, ne pèse que par sa prime de cabinet ; il reste à la charge, pour traitement et retraite, de son administration qui le met à disposition. Alors que pour un chargé de mission issu du privé, le ministre doit payer l’entièreté des salaires, charges sociales, et, bien sûr, prime de cabinet.

Quel contraste avec le système britannique du « shadow cabinet » où les futurs ministres non seulement sont plongés des années à l’avance dans les dossiers de leur futur ministère mais sont tenus au courant de ces dossiers au fur et à mesure.

Ceci permet entre autres aux acteurs de la société civile de convaincre à l’avance ces futurs ministres de leurs thèses, d’apporter des preuves, de préparer des textes.  Il ne faut donc pas être surpris de constater qu’il y a au Royaume-Uni entre deux et trois fois moins de fonctionnaires dans les services du Treasury que dans les services équivalents de la DGFIP de Bercy, pour ne pas parler des plus de 10.000 fonctionnaires de la Banque de France à comparer aux moins de 3.000 de la Banque d’Angleterre pour à peu près les mêmes fonctions.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Quelles peuvent encore être les fonctions assumées par la Banque de France pour compter tant de personnel, alors que la France utilise l’euro et n’a plus une monnaie indépendante comme la livre sterling ? On devrait plutôt voir une diminution drastique du personnel à la BdF.

    • « diminution drastique du personnel à la BdF »

      Tout de suite les gros mots. Reprenez vos esprits et cessez d’insulter les fonctionnaires. On ne diminue JAMAIS le personnel.

      • En termes d’efficacité au sens de l’intérêt commun, la fonction publique est suffisamment diminuée comme ça, c’est exact! 🙂

  • et au Royaume Uni comme aux USA pour viser un poste de député ou sénateur il faut démissionner de la fonction publique.
    En France le cumul Elu/ fonctionnaires est incompatible avec toutes les règles de déontologie, un élu qui sait que s’il perd don mandat il retrouve sa place dans l’administration ne peut défendre l’intérêt général mais celui de la fonction publique

  • La photo est très représentative : ils sont là, sourire idiot au lèvres, les bras ballants, et Hollande fait la manche. Un résumé on ne peut plus exact de leur raison d’être et de leur efficacité.

    • Pour être exact, sur la photo Ségolène se protège « les parties » comme pour un « coup franc » (accordé pour sanctionner les fautes et comportements antisportifs). C’est pas un gouvernement, c’est une équipe de Foot !

  • Il y a peu, cazeneuve prenait ses fonctions en déclarant qu’il n’y connaissait rien, mais qu’il allait apprendre…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

Depuis quelques années a émergé un phénomène qui porte un nom étrange, celui de l’entrepreneuriat « à impact » ou entrepreneuriat social. Plutôt que la recherche du profit personnel, les entrepreneurs à impact affirment mettre leur talent au service de l’intérêt général. C’est là une curieuse présomption, à double titre : d’une part, la recherche du profit a eu historiquement un impact considérable au service de l’intérêt général, et d’autre part, nombre d’entre eux n’auront pas le moindre impact en raison même... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

Les économistes du Choix Public sont en général méconnus malgré l’important apport que leur doit l’économie.

Ce sont eux qui nous démontrent que les fonctionnaires et les politiciens n’ont pas pour vocation un quelconque intérêt général, mais qu’au contraire, ils suivent leur intérêt personnel comme toute autre personne, qui est la croissance de leur pouvoir, comme le dit James Buchanan, qui n’est pourtant pas anarchiste.

Ainsi, le politique a devant lui un marché politique, où il est l'offreu... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Vous désespérez de trouver un jour un homme politique vraiment honnête et sincèrement dévoué au bien-être de ses concitoyens ? Alors reprenez espoir, souriez, chantez, dansez de joie, car François Bayrou, bijou auto-proclamé rarissime et scintillant au sein du cloaque de la politique française, est exactement l’homme sans tache et sans reproche qu’il vous faut !

Voici en effet ce qu’il déclarait sans rire, mais en souriant de satisfaction, au 20 heures de France 2 à la veille de sa nomination officielle co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles