Un pédalo nommé Titanic

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capitaine de pédalo (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un pédalo nommé Titanic

Publié le 9 avril 2014
- A +

img contrepoints213

Confiant dans les qualités de meneur de l’élu socialiste, et s’y connaissant lui-même vachement bien Mélenchon-le-planteur-des-cocos avait qualifié Hollande de « capitaine de pédalo ». La nature politique capricieuse et perverse vient de cloner l’un pour nous en donner deux pour le prix d’une élection. Monté à la tribune et sur les mânes de Jaurès, Mendès, De Gaulle et autres pour se hisser à la hauteur du micro et de la gloire oratoire, Cap’tain Valls s’est livré à un étourdissant tour de boussole pour indiquer le cap qu’il comptait prendre (vu qu’il a dénoncé le branque précédent comme s’étant égaré dans les brumes de l’économie socialiste) et qui serait le même que le néo-social-libéral ventripotent qui l’a nommé capitaine en second.

Personne n’a compris, ou tout le monde a compris, mais certainement pas le cap : bâbord un tiers, tribord deux tiers, en avant arrière toute suivant les côtes et les îles qui se profilaient dans les yeux bleus du fougueux catalan-coeur-battant-naturalisé-français-et-fier-de-l’être.

La barre à tribord vers l’archipel des Patronats, à gauche 300 vers l’île des Verts (en passe de désertification pour cause d’érosion naturelle), la balle au centre pour le continent des familles, gauche 200 pour l’iceberg rose attaqué par le réchauffement climatique politique, tout ça donnant un pédalo ivre qui zigzague entre les bouées des impôts nouveaux, des suppressions d’impôts pas nouveaux, s’engageant dans les chenaux des économies sans savoir comment en sortir.

Bref, le discours de navigation général sur le pédalo nous rappelle l’illustre Titanic, avec  les icebergs déficit, emprunts, chômage, fonctionnaires et autres détachés du mammouth que les socialistes ne savent toujours pas éviter sur les cartes de l’économie. God save qui peut.

À vos bouées !

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci pour l’humour; il n’y a que ça, en cette période de misère cognitive pour apercevoir l’horizon.
    Mais j’ai lu hier que le tx de cotise à l’URRSAF pour smic 35h était de 4%, et que le seuil d’imposition sur les successions parents-enfants est de 300k euros, alors je suis rassuré!
    Je suis désormais certains que les spécialistes interviewés disent n’importe quoi et que seul M.Le Honzec saura nous montrer la voie!
    Merci Ô René!
    God save the René!
    Et quels seront les animaux à inviter sur l’Arche de René? Je vous le demande?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moment historique pour certains, enfilement de platitudes pour les autres, le discours de politique générale de la nouvelle "Première ministre" Élisabeth Borne ce mercredi s’est voulu rassurant.

Rassurant pour les élus, tant madame Borne a laissé entendre que le gouvernement « jupitérien » allait lâcher un peu de lest et impliquer un peu plus les collectivités territoriales dans les décisions collectives en matière d’éducation, de santé ou de ruralité.

En 10mn, Borne vante la décentralisation et déplore l'ém... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

À la longue, c’est lassant la politique. Ils veulent tous notre bonheur. Ils agissent pour notre bien. Tous, sans exception.

Quand ils arrivent au pouvoir, évidemment, les choses se compliquent.

Des évènements imprévus surgissent, le contexte international évolue, une récession se profile à l’horizon. Les promesses électorales s’envolent pour cause de force majeure. On voulait, mais on n’a pas pu. Ce n’est pas notre faute, que voulez-vous, l’avenir ne nous appartient pas totalement.

Mais persévé... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed. Un article de Foundation for Economic Education

Quelques millions de personnes regarderont le président Trump prononcer son discours sur l'état de l'Union lors d'une session conjointe du Congrès le 29 janvier. Je doute être l'une d'entre elles. Le dernier discours que j'ai regardé du début à la fin remonte littéralement à 30 ans, et cela ne me rend pas le moins du monde frustré intellectuellement, spirituellement ou quoi que ce soit.

Le premier discours sur l'état de l'Union a été prononcé en une dizaine de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles