La vaguelette bleue

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vaguelettes

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La vaguelette bleue

Publié le 1 avril 2014
- A +

Par Stéphane Montabert.

vaguelettes

Le second tour des municipales françaises a donc eu lieu ce dimanche, concluant temporairement la foire d’empoigne politique avant la prochaine échéance des élections européennes.

La démocratie française est un miroir déformant ; ce n’est rarement plus vrai qu’au second tour d’une élection municipale. Les mécanismes de retrait ou de maintien de liste au second tour permettent l’établissement de politiques de nuisance visant plus à couler un adversaire qu’à mettre en œuvre un programme politique. La formation gagnante se voit créditée de la moitié des sièges du Conseil Municipal, le reste étant acquis à tous les partis au prorata de leur score.

carte municipales 2014Sur le plateau de TF1 dimanche soir, Jean-François Copé avait le triomphe modeste : le demi-président de l’UMP savait mieux que personne comme une victoire sortie des urnes n’est pas la marque d’une légitimité invincible…

La France a pris une teinte bleue dans la soirée, mais la vague est loin d’être aussi déferlante que d’aucuns prétendent. Dans les villes de plus de 1.000 habitants, la droite se situe à 45%, la gauche à 43%, le FN à 7%. Raz-de-marée de la droite, avez-vous dit ?

La droite contrôle désormais 22 des villes de 100.000 habitants, contre… 19 à la gauche. Certes, il y a du progrès comparé à 2008 où à l’issue d’une impopularité crasse du gouvernement – déjà ! – l’opposition socialiste d’alors contrôlait 29 de ces villes, mais parler d’un retour à l’équilibre serait plus conforme à la réalité.

rlh vague bleueEn élargissant les calculs à toutes les communes de plus de 30.000 habitants, selon France Télévisions 171 communes sont passées de gauche à la droite, mais là encore, 6 villes de droite ont basculé à gauche. Pas si mal pour un parti dont les représentants à la tête de l’État français battent des records d’impopularité !

Peu de gens ont réellement changé d’opinion politique en France. La gauche a bien plus perdu le scrutin toute seule, par la désaffection de ses troupes.

On compare souvent la politique à un balancier ; ce n’est pas forcément vrai. Le temps que François Hollande termine son mandat, il aura dégoûté une génération entière à gauche, encore plus fort que Mitterrand. Quant à l’UMP, elle est condamnée à ne pas décevoir, au risque de voir ses électeurs se tourner vers le Front National ou bouder les urnes.

L’émergence du FN donne enfin une échappatoire à un système qui se complaisait dans l’alternance : la droite française pourrait être amenée à devoir faire une vraie politique et non plus du socialisme light. Ne serait-ce pas enfin une bonne nouvelle ?


Sur le web.

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Je partage cette analyse lucide et prudente.

    D’autant que beaucoup de listes de droite se sont bien gardées de s’afficher UMP … Sûrement par soucis de transparence et d’honnêteté vis a vis de leurs électeurs.

  • en effet , ce n’est qu’une vaguelette et c’est dramatique pour la France si l’incompétence d’un gvt la laisse de marbre .

  • Nadège Rivendel
    1 avril 2014 at 9 h 31 min

    « L’émergence du FN donne enfin une échappatoire à un système qui se complaisait dans l’alternance : la droite française pourrait être amenée à devoir faire une vraie politique et non plus du socialisme light. Ne serait-ce pas enfin une bonne nouvelle ? »

    Pour moi ce n’est pas « enfin » une bonne nouvelle, la bonne nouvelle sera quand la France aura un parti libéral. Et ça c’est pas demain la veille. Le FN ne propose que d’autres folies : la fermeture des frontières, quitter l’Europe et l’Euro pour pouvoir dévaluer la nouvelle monnaie. La ruine quoi, encore plus vite qu’avec les autres partis. Et au passage il prendra sa part du gâteau, du moins ce qu’il en reste, comme les autres.

    • Rêvons un peu. Coincée entre la gauche anti-mondialisation et un FN ultra étatiste, la Droite classique, pour proposer une alternative, va peut-être devoir se convertir au libéralisme…

      Rêvons ai-je dit.

      • Nadège Rivendel
        1 avril 2014 at 16 h 57 min

        Se convertir ne veut pas dire obligatoirement adhérer : combien de gens dans l’histoire de l’humanité se sont convertis par opportunisme, peur, ruse ? De surcroît, à eux comme aux autres, je ne leur accorde aucun crédit quant à leur sincérité.

        Désolée de vous gâcher votre rêve…

        • Vous ne gâchez rien – j’y crois peu. 🙂

          Celà étant que les gens soient convertis par opportunisme ou par conviction sincère, je m’en fous.
          Du moment que des réformes libérales ont lieu…

          Et à la limite, je préfère des pragmatiques opportunistes à des idéologues.

      • Encore faudrait-il que la droite française fût un jour un chouillat libérale.

    • Le FN c’est le programme de Mélenchon mélangé à une partie d’extrême droite plus classique…

  • Sur l’injonction sévère que lui a adressée le peuple de France le petit prof de Science Po Hollande a été contraint de renvoyer d’un bloc la bande de joyeux copains qui a mené la France au fond du gouffre. Il a gardé le moins dévalué d’entre eux comme futur chef. Il est dommage que, lors de l’aveu de cet échec qui lui incombe intégralement, Hollande n’ait pas cru devoir s’abstenir de prendre un ton des plus professoral et déplacé pour affirmer très sûr de lui aux gamins que nous sommes, qu’il savait heureusement très bien comment arranger ses sottises en un tour de mains. Il continue à nous prendre pour ce que nous ne sommes pas. Dans la situation où il se trouve, il a gaspillé un pouvoir hégémonique rarissime et ne peut plus continuer à se conduire en chef d’un parti devenu largement minoritaire pour devenir enfin un vrai Président de la République obligé de dissoudre l’Assemblée pour légitimer son maintien au pouvoir. Il ne parait pas en avoir pris conscience, contrairement à ses prédécesseurs Mitterrand et Chirac qui ont accepté de gré ou de force une cohabitation. Cerise sur le gâteau, il y trouvera l’occasion de se débarrasser des verts qui ne jurent que par la décroissance humaine tout à fait hors de saison. ! En 2006 l’Enfumeur avait juré de « Démissionner en cas de crise profonde au lieu de se contenter de changer de Premier ministre ? » Mais ça, c’était avant…

  • et pourquoi personne a droite ne proposait de faire un front republicain contre le front de gauche et le PC?

    • Parce que l’extrême gauche tient les médias, la kulture, les syndicats, les partenaires dit sociaux ( toute la société civile financée par subventions en gros), l ‘UMP n’aura pas leur coopération dans cette opération. L’UMP et le PS se partagent le pouvoir décisionnel, mais c’est bien l’extrême-gauche étatiste et constructiviste qui tire les ficelles idéologiques.

  • L’auteur regarde manifestement dans sa lorgnette par le mauvais bout.

    • La droite a gagné par défaut et sans effort. Le PS a fait suffisamment de cocus qu’au sein du parti ils n’ont qu’ às’enprendre qu’à eux même d’être aussi nuls.

      Parler de vague bleue quand près de la moitié des gens ne votent plus, faut avoir beaucoup de merde dans les yeux.

  • « Dans les villes de plus de 1.000 habitants, la droite se situe à 45%, la gauche à 43%, le FN à 7%. Raz-de-marée de la droite, avez-vous dit ? »

    Cher ami, vous oubliez que ces élections concernaient également les groupements de communes.
    Et là…
    Paris Métropole sera vraisemblablement à droite, de même que Marseille Provence Méditerranée, le Grand Lyon, la Communauté Urbaine de Bordeaux (tête hilare de Juppé) ou encore Lille Métropole (tête d’enterrement d’Aubry), etc…
    Ce qui amplifie la victoire de la Droite et va vraisemblablement faire re basculer le Sénat.

    Cependant, d’accord avec vous sur le point que c’est plus la gauche qui a perdu que la droite qui a gagné.

  • http://www.lemonde.fr/municipales/article/2014/03/31/le-ps-defait-par-la-vague-bleue-de-l-ump-et-la-poussee-du-fn_4392490_1828682.html
    la droite a 572 villes de plus de 10000 hab contre 349 pour la gauche (en comptant l’extreme gauche 56), 13 pour l’extreme droite (10 fn). oké il y a eu bcp d’exagération mais comme meme vous minimisez…..

  • heureusement qu’il y a bayrou…

  • Socialiste « light »??, quelle différence existe t il entre le PS et l’UMP au pouvoir? aucune…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Baptiste Noé.

Je découvre un peu tard ce discours sur l’éducation prononcé par François Fillon le 10 avril 2014. Celui-ci résume sa pensée sur le sujet. Il en a une compréhension de l’intérieur puisqu’il fut ministre de l’Éducation nationale sous Jean-Pierre Raffarin. Son discours est évidemment important puisqu’il est candidat à la présidentielle de 2017, au moins par l’intermédiaire des primaires de l’UMP. C’est pourquoi il est heureux de voir qu’il se prononce en faveur de la liberté, qu’il désigne même comme étant ... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Fontan.

James M. Buchanan et Gordon Tullock sont deux économistes américains, nés respectivement en 1919 et en 1922. Le premier recevra le prix Nobel d'économie en 1986 pour ses travaux développant les fondements de la théorie de la décision politique et économique. Ils publieront ensemble en 1962 leur ouvrage de référence intitulé Calculs of Consent. Logical Foundations of Constitutional Democracy. Cet ouvrage ouvre un champ de recherche entre l'économie et la science politique et vient ainsi abonder l’École des ch... Poursuivre la lecture

Par Gina L.

[caption id="attachment_221840" align="aligncenter" width="640"] Xavier bertrand-fondapol(CC BY-SA 2.0)[/caption]

 

C’est bien connu, les grands esprits se révèlent en période de crise. Malheureusement, à côté de ces grandes révélations (qu’on attend d’ailleurs toujours en France), foisonnent aussi les petits esprits avec leurs petites idées fausses et leurs propositions liberticides. Et dans ce registre, on assiste en ce moment à une surenchère assez impressionnante, que les commentateurs traditionnels d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles