Municipales 2014 : et le Front de gauche?

L’indulgence de l’opinion pour le Front de Gauche, comparée à sa dureté avec le Front National, est inexplicable. Tout comme le sont l’indifférence face à son bon score dimanche et ses alliances avec le reste de la gauche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Municipales 2014 : et le Front de gauche?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mars 2014
- A +

Un article du Parisien Libéral

À l’occasion de ce premier tour des municipales 2014, on parle beaucoup du Front National. En effet, sur un total de 36000 communes françaises et donc autant d’élections de maires, le Front National arrive en tête dans dix-sept communes de plus de 10 000 habitants et sept autres villes plus petites1. Il sera également présent dans 229 triangulaires. Étonnant, n’est ce pas, pour un parti politique qui rassemble les suffrages d’un électeur sur cinq ou sur six, en score national et selon les élections ?

Il y a un autre « Front » dont on parle un peu moins, c’est le Front de Gauche.
D’après le secrétaire national du Parti de Gauche Eric Coquerel2,

ces listes ont obtenu en moyenne 11,71% des voix (contre 15,54% pour le FN), et dans 307 villes elles en ont recueilli plus de 8%, égalant quasiment le FN. Il en va ainsi de Rennes (15%), Clermont Ferrand (12%), Poitiers (15,29%), Avignon (12,46%) et Limoges (14%) par exemple.

De manière plus globale, ne peut-on pas s’étonner du fait que, 25 ans après la chute du mur de Berlin, des mairies comme Arles, Bobigny, Dieppe ou Nanterre se réclament du communisme ? Le Front National et le Front de Gauche sont les deux faces de la même pièce de monnaie ultra étatiste et dirigiste. Gaspard Koenig a comparé, sur son blog Liberté Chérie, le programme officiel du Front National à celui du Front de Gauche. Ils sont en grande partie interchangeables3.
umpfn

Certaines personnalités de l’UMP font du rejet des extrêmes un des fondamentaux de leur colonne vertébrale idéologique. On peut penser, par exemple, à Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) qui a toujours fait du rejet de l’extrême-droite, de ses valeurs et de son histoire, un point clef.

psfdgD’autres personnes, comme Anne Hidalgo (PS), n’hésitent pas à s’allier à des extrémistes, tels que Ian Brossat (Parti communiste) et à utiliser le logo Front de Gauche dans leur campagne.

On reproche, à juste titre, la filiation du FN avec les idées collaborationnistes de la WWII ou les actes de torture en Algérie, par exemple. Pourquoi ne dénonce t-on pas les propos des communistes et leur négation de l’Homme et des libertés ? Les morts de Staline ou de Che Gevara ne valent pas ceux de Hitler ou ceux de la junte argentine ?

Cette complaisance vis-à-vis de l’extrême-gauche, surtout observable au PS, est insupportable. Il est temps que la presse rappelle que le Front de Gauche et le Front National, c’est la même chose. Sur le plan électoral, seuls l’UDI et quelques personnalités de l’UMP se caractérisent par un rejet clair des extrêmes. Au PS, les choses sont plus floues.

Sur le web.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Il me semble que la haine vous égare.
    Les passions sont des forces de mort, on n’en sort pas par le haut; nivellement ou pas …

    PS : je ne suis pas plus communiste que fn

    • le communisme a fait plus de 100 millions de mort et cela ce n’est pas de la haine mais un fait.

      • On remarque au passage que le FN a reculé par rapport à la présidentielle de 2012 et que le FdG a monté ! Dans les villes où ils ont pu présenter des listes, le FN a reculté de 17,9% à 15,5% et le FG monté de 11,1% à 11,7%. C’est un peu le contraire que disent les médias. Mais bon… Ces deux « fronts » font au fond jeu égal et partagent plein d’option hyper-étatistes

        • sauf que les élections municipales ont tjs été défavorables au fn. il faut comparer des pommes avec des pommes comparez avec les précédentes élections municipales. de plus, les élections municipales sont les élections où on vote le moins pour un parti, souvent on vote plus pour quelqu’un.

    • Je ne vois ce que vous pouvez reprocher a cet article. Ce qu’il dit est vrai. Il suffit de prendre leurs programmes et de comparer. La seule et unique différence, c’est le nationalisme. Et encore, c’était vrai, mais même sur ce terrain, l’écart se resserre à vitesse grand V, il suffit de voir les agitations ouvertement nationalistes d’un Montebourg pour se rendre compte qu’économiquement au moins, ils sont d’accord aussi là dessus.

      Demeure le nationalisme social. Autant dire une goutte d’eau sur un programme entier.

      Leur extrémisme prône le même totalitarisme, l’usage de la force pour soumettre les récalcitrants. Pourquoi dire que c’est condamnable au FN et pas chez le Front de Gauche? Leur soutien ouvert à des régimes totalitaires, certes étiquetés à gauche, mais meurtriers néanmoins, n’a donc aucune importance?

      Désolé, mais je ne vois pas la différence entre un mec qui se balade avec une croix gammée et un autre qui se balade avec un tee shirt Che Guevara. La seule différence entre Hitler et le Che, c’est qu’Hitler a eu le temps et le pouvoir nécessaire pour ses desseins. Le Che s’est fait descendre avant. Mais le peu de temps où il a eu une petite parcelle de pouvoir, il en a profité pour faire couler le sang de tout ceux qui se sont opposés à lui. Alors comment peut on interdire les svastikas d’un coté, et de l’autre laisser dire et faire tout ce qu’on veut sur Staline ou le Che?

  • dubo dubon dubonnet
    com commun communiste

    ça marche dans les 2 cas

  • Tout à fait d’accord, que les deux partis présentent un programme très étatiste. Mais ça reste le seul point commun. Je suis contre la diabolisation du FN et nous n’avons pas à diaboliser non plus le FDG, par souci de les traiter avec le même dédain.

    • Qui diabolise qui ? Le FN se révèle être un agent déstructurant pour les partis politiques alors que le FDG est tout le contraire. Pourquoi l’UMP s’embêterait à dénoncer particulièrement une alliance entre le PS et le front de gauche ? En fait la seule question valable c’est pourquoi le PS et l’UMP ne font pas liste commune dès le départ, laissant la place à de véritables oppositions. Et si un jour les électeurs et militants du FN et du FDG se rendent compte qu’ils sont d’accord sur tout ce qui fait sens, et bien je suis certain qu’ils ne seront véritablement plus diabolisés du tout : aujourd’hui les partis politiques surfent sur leur inadéquation à la réalité.
      Pour ce qui est de l’appareil médiatique… est-ce que quelqu’un a remarqué qu’il monétisait son activité principalement par son rapport à l’état ? Tout son travail est de nous faire croire que nous sommes encore au 20è siècle, son âge d’or, et qu’il est donc indispensable de soutenir son financement.

      • Même unies, les diverses sensibilités du Parti Unique Socialiste (FN, UMP, UDI, PS, FDG, PC…) n’arrivent plus à mobiliser le vote de 50% des Français en âge de voter. La majorité des Français ne veut plus du tout du socialisme, sous aucune forme, peu importe l’étiquette politique. Voilà la principale information de cette élection, première étape de l’interdiction définitive du socialisme en France.

        • Pour l’instant la couverture médiatique de l’abstention n’a pas changé. C’est à dire qu’il n’est pas encore explicite que le consommateur-citoyen est un adversaire de fait de l’organisation centralisée. La guerre n’est pas encore déclarée.

  • « On reproche, à juste titre, la filiation du FN avec les idées collaborationnistes de la World War II ou les actes de torture en Algérie, par exemple. » Avez-vous fumé la moquette ?
    Reprocher au FN son programme économique socialiste,
    d’accord, mais la collaboration (avec l’Allemagne ? c’est fait)
    les actes de torture et pourquoi pas l’extermination … des Roms ?

  • Je suis plutôt d’accord avec l’article, cependant des trucs comme « On reproche, à juste titre, la filiation du FN avec les idées collaborationnistes de la WWII » posent problème.

    En effet le FN n’a jamais revendiqué de cette filiation et est apparu bien plus tard. Pour ce qui est de la guerre d’Algérie, il est clair qu’une partie des tenants de l’Algérie Française se sont ralliés au FN, mais là encore le parti est plus récent et sans liens officiel avec quoi que ce soit des « évènements ». Contrairement au PS, au PC ou à une bonne part du RPR/UMP… Mitterrand était ministre de Vichy, Le Pen non.

    Par contre, les partis communistes eux n’ont pas renié, ni pris de distance, et portent le même nom, que les partis « frères » qui ont exterminés près de 200 millions de personnes au cours du XXè siècle, et continuent de fournir le gros des bataillons des dictateurs sanglants.

    Le FN est un parti statolâtre (au moins sous Marine) et nationaliste (ça ce n’est pas forcément gênant, si la première prémisse n’est pas là). Mais il n’a pas autant de casseroles à trainer que les partis d’extrême gauche, n’en déplaise à la bien pensance. On peut toujours trouver tel ou tel gus qui a été à Vichy puis au FN, à l’OAS puis au FN, qui a torture des gens, qui à volé… Mais le parti ? Un des plus propre de ces souillures de l’histoire récente.

    • Merci pour ce rappel … Mitterand le fossoyeur décoré de la francisque , et pourtant devenu président , quelle honte ..

  • Il me semble que ces partis sont en effet très proches désormais dans les idéologies et ce sur quoi elles pourraient déboucher concrètement. Cependant qu’en est-il au niveau de l’exercice des responsabilités ? Il me semble que le FN est un peu plus amateur et encore moins pragmatique que le Front de gauche qui rassemble quand même des gens qui se sont un peu plus frottés avec la réalité, même si c’est par le biais d’institutions déformantes et un rapport maladif à l’administration.

  • ne peut-on pas s’étonner du fait que, 25 ans après la chute du mur de Berlin, des mairies comme Arles, Bobigny, Dieppe ou Nanterre se réclament du communisme ?

    Un scandale qui ne semble déranger personne.

    Mais quelques signes quand même.

    Bobigny pourrait passer à droite (si !) de même que Villepinte. Enfin si il n’y a pas une pression max mise par le PC d’ici là (chantage au logement par ex.)…
    Et à Villejuif, Alain Lipietz fait hurler son propre parti car il prône une fusion EELV-UMP pour faire barrage à la maire sortante PC.

    Pour le reste pas étonnant que la doxa officielle minimise le score du Front de gauhe :
    1 c’est un désaveu de plus pour Hollande
    2 le but de Hollande est de tout faire pour favoriser le FN jusqu’aux présidentielles

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

La défense de Marine Le Pen et du Rassemblement National dans l’affaire des emplois fictifs ressemble de plus en plus à celle de Jawad Bendaoud au lendemain de l’assaut de son appartement par le RAID : « Je suis au courant de rien … si je savais, vous croyez que … » : chaque mot semble tellement faux qu’il ne fait que renforcer triplement les soupçons qui pèsent sur elle : soupçons d’avoir commis les faits incriminés (ce que la justice établira ou pas), de mentir effrontément (ce qui ne pourra être établi que si sa... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Le Front national, en changeant de nom pour celui de Rassemblement national, va-t-il permettre de revaloriser Marine Le Pen aux yeux des Français ? Selon un sondage IFOP-Le Journal du Dimanche, le tournant stratégique opéré par le Front national ce week-end lors de son Congrès à Lille n’a pour l’instant pas l’effet escompté sur l’opinion des Français, qui sont de moins en moins nombreux à vouloir Marine Le Pen à la prochaine élection présidentielle. En effet, si en septembre 2017 41% de l’ensemble des Français souhait... Poursuivre la lecture

Français
0
Sauvegarder cet article

Par Patrick Aulnas.

L’épisode de la suppression partielle de l’ISF met en évidence une caractéristique culturelle des Français : la détestation qu’éprouve une partie importante d’entre eux pour l’argent et pour ceux qui le possèdent.

Il est en effet tout à fait irrationnel de taxer très fortement le capital dans une économie capitaliste qui repose précisément sur la capacité à attirer les capitaux. Mais beaucoup de Français ne raisonnent absolument pas de cette façon.

La moitié des Français pour un État encore plus puissant ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles