Entrepreneuriat : Le raisonnement en « perte acceptable »

Les entrepreneurs basent leur démarche sur un contrôle de coûts, plus que sur une estimation de revenu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tirelire-cassee-2

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Entrepreneuriat : Le raisonnement en « perte acceptable »

Publié le 18 mars 2014
- A +

Par Philippe Silberzahn.

tirelire-cassee-2

Cet article est le second d’une série consacrée à l’Effectuation, la logique utilisée par les entrepreneurs experts dans la création de nouvelles entreprises et de nouveaux marchés.

Comment un entrepreneur évalue-t-il ses choix dans la poursuite de son projet ? Le modèle de prise de décision classique est basé sur une évaluation des gains attendus au regard des coûts supportés. Typiquement, un projet sera intéressant si le gain est supérieur aux coûts. Prenons un exemple (simplifié à l’extrême, les financiers sont invités à fermer les yeux) et imaginons un projet entrepreneurial qui nécessite 500K de dépense pour démarrer, et 150K les trois premières années. Le chiffre d’affaire attendu est de 0 la première année, 80 la seconde, 200 la troisième et 250 la quatrième. Faut-il se lancer ?

En mettant les chiffres à plat, on a :

  • Dépenses : A1=500 ; A2=150 ; A3=150 ; A4=150
  • Recettes :  A1=0 ; A2=80 ; A3=200 ; A4=450
  • Solde :  A1=-500 ; A2=-70 – A3=50; A4=300.

Soit un solde cumulé de -220K. Le projet n’est donc a priori pas rentable. Bien sûr, les plus observateurs auront noté que ces flux ont besoin d’être actualisés car 100K en année 1 n’ont pas la même valeur que 100K en année 4, mais ignorons cet aspect.

Les entrepreneurs s’arrêtent-ils à la vue de cette « rentabilité » insuffisante ? En fait non, et il y a une raison à cela : tandis que les coûts peuvent être estimés relativement facilement, du moins à court terme, les recettes sont incertaines, même à court terme. Et plus on s’avance dans le temps, plus ces estimations sont difficiles et risquent d’être totalement fantaisistes. C’est d’autant plus vrai que l’on travaille sur un marché émergent où l’on dispose de peu d’information pour estimer le potentiel d’un marché. L’incertitude qui caractérise les marchés nouveaux rend donc impossible les prédictions en général, et celles ayant trait au chiffre d’affaires en particulier.

En fait, les entrepreneurs basent leur démarche sur un contrôle de coûts, plus que sur une estimation de revenu. L’idée est la suivante : en s’engageant dans un projet entrepreneurial, il est facile de limiter son engagement en termes de coûts. Ainsi, un cadre récemment licencié pourra décider d’explorer une idée qui lui trotte dans la tête depuis un moment pendant six mois. Si au bout de six mois cela n’a rien donné, il cherchera à nouveau du travail. Le coût (perte de salaire, menus frais) est connu à l’avance, le risque parfaitement maîtrisé. En revanche, ce qu’il peut attendre de ces six mois n’est pas calculable : des contacts, une impression sur un marché possible, de l’information, une esquisse de produit, peut-être une mission de conseil inattendue qui ouvrira une piste, etc.

Ainsi, les entrepreneurs essaient quelque chose en sachant ce qu’ils peuvent perdre au pire, et ils savent qu’ils peuvent se permettre cette perte. On parle donc d’un raisonnement en « perte acceptable » par opposition au raisonnement classique en « gain attendu ». Encore une fois, cela fonctionne parce qu’au début d’un projet entrepreneurial, les coûts sont toujours beaucoup plus facilement estimables et contrôlables que les revenus. Il faut insister sur cette dimension de contrôle : face à l’incertitude d’un nouveau marché, l’entrepreneur cherche toujours à contrôler son environnement, même dans une faible mesure. Nous reviendrons sur cette notion de contrôle lors d’un prochain article dans lequel sera exposé le principe du « Pilote dans l’avion ».

Voir le premier article de la série ici : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». Pour une introduction générale à l’Effectuation, voir ce billet.


Sur le web.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
un homme devant des batiments regardant vers le ciel les bras écartés
2
Sauvegarder cet article

Dans l’entreprise, surtout les grandes, mais aussi les autres, la réussite consiste à gravir les échelons, à être nommé à des postes de plus en plus élevés dans la hiérarchie toujours pyramidale de l’entreprise. Certains salariés passent leur vie à ce jeu, jusqu’à atteindre les sommets et à se demander ensuite ce qu’ils vont faire de leur vie.

Mais cette « réussite » acquise échelon par échelon, c’est aussi le meilleur moyen d’ancrer des croyances qui peuvent justement empêcher d’aller plus loin. C’est le sujet du livre, et la spéciali... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa théorie sur des... Poursuivre la lecture

L’importance des ruptures auxquelles nous sommes parfois soumis et le côté impératif de certaines d’entre elles peut nous empêcher de penser sereinement et nous amener à conclure que nous n’avons pas le choix de telle ou telle action.

C’est pourtant faux. On peut même arguer que plus la rupture est importante, plus la crise est pressante, plus le stratège doit éviter de tomber dans le piège de la voie unique. Les organisations qui survivent aux crises sont en effet celles qui, précisément, trouvent une réponse originale et créative aux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles