La bonne nuance de liste électorale

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La bonne nuance de liste électorale

Publié le 18 mars 2014
- A +

Or donc, il va y avoir des municipales dans quelques jours en France. C’est bon à savoir. Le véritable raz-de-marée de programmes électoraux tous plus finement ouvragés les uns que les autres, ainsi qu’une campagne qui aura à l’évidence fait vibrer tout le pays n’ont pourtant pas réussi à réellement mobiliser ni les électeurs, dont on sent de plus en plus qu’ils s’en foutent complètement, ni les journalistes qui sont pour une fois assez en phase avec leur lectorat, ce qui est suffisamment rare pour être noté.

Il faut donc un peu fouiller pour comprendre les véritables enjeux de ces municipales, qui restent, une fois trouvés, fort maigres. En substance, on comprend que le Parti Officiellement Socialiste risque de perdre quelques villes d’importance, pendant que son concurrent direct, le parti honteusement socialiste de l’UMP, en raflera quelques autres, ce qui agitera les Français facilement trois ou quatre heures un dimanche soir de mars.

Mais au-delà de ces considérations, rien ne permet d’affirmer que ce scrutin sera un vrai tournant à la vie démocratique française tant son résultat semble déjà acquis : le PS arrivera à conserver l’une ou l’autre ville qu’on lui croyait définitivement perdue, l’UMP en regagnera quelques unes de haute lutte, les premiers pousseront un ouf de soulagement en répétant urbi & orbi que finalement, ce n’est pas la déroute attendue, et l’UMP s’empressera de railler ses adversaires en insistant sur la branlée de magnitude 9 qu’ils lui ont collée. Vague inconnue au tableau : le score du Front National qui sera certainement plus haut qu’aux précédentes élections, mais dont on imagine déjà, vu le faible nombre de listes dont il dispose, qu’il ne cassera pas autant de briques que sa rhétorique.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Reste cependant une nouveauté, introduite de façon fort discrète, qui ne laisse pas de surprendre et, dans une bonne mesure, d’agacer les candidats. Il s’avère que le ministère de l’Intérieur a décidé de faire procéder à l’attribution de « nuances politiques » aux listes souhaitant se présenter sans étiquette. Ainsi, outre l’obligation de déposer des listes complètes et paritaires (ce qui pose d’énormes soucis aux petites communes et aux partis comme le Front National, justement), les candidats ont dû déclarer cette fameuse nuance politique, à choisir dans une inévitable nomenclature officielle établie par le ministère, du haut de son savoir omniscient. Et dans le cas des candidats se déclarant sans étiquette, les préfectures leur en attribuent de manière discrétionnaire.

Émoi chez ces candidats qui se retrouvent ainsi catalogués et parfois pas du tout à l’endroit où ils veulent : certains se retrouvent classés à gauche alors qu’ils ont plutôt une sensibilité de droite, et, insulte insupportable, d’autres se retrouvent « divers droite » alors qu’ils se savent, intérieurement « de gauche ». C’est, politiquement, comme une petite mort, un camouflet, une vexation de plus imposée aux petits candidats.

Mais avec cette introduction de la « nuance », par ailleurs dramatiquement absente des discours habituels des grandes figures politiciennes françaises, on peut se demander quel but est ainsi poursuivi par l’État.

L’explication officielle (il y en a une) laisse songeur : le but de ce bricolage millimétrique qui s’ajoute à l’étiquette et au parti serait de « permettre une meilleure connaissance et compréhension des équilibres politiques nationaux et d’apporter un éclairage aux citoyens sur l’offre politique qui a lieu à un moment donné de notre histoire », parce que, comprenez-vous, le citoyen, mammifère mou un peu con à l’orifice fiscal heureusement dilaté, a besoin de ce genre de classification pour effectuer un choix éclairé.

peekaboo facepalm

Et, peut-être que plus tard, lorsqu’on fera un petit bilan historique et qu’on demandera des comptes, cette nuance évitera à certains de se cacher derrière leur petit doigt pour échapper à la sanction méritée ? Hum, je m’égare. Disons qu’il s’agit peut-être, en amalgamant des listes sans étiquettes et sans tendance à l’un ou l’autre bord, de tempérer quelque peu le clivage (pourtant déjà assez artificiel) entre la gauche socialiste et la droite socialiste en créant des différences subtiles ? Peut-être s’agit-il de faire une espèce de profil de l’électeur, ou de taxonomie de la politique française ? Peu importe, au final, la raison intrinsèque : c’est en tout cas un exercice aussi ridicule que vain et probablement délétère.

Ridicule parce qu’il est particulièrement grotesque de vouloir à tout prix catégoriser des idées, des concepts, ou des programmes politiques dont tout indique qu’ils sont un mélange plus ou moins habile de chacune des vagues tendances politiques du pays, coincé entre un progressisme rapidement débridé, envahissant et sans concession d’un côté et, de l’autre, un conservatisme arc-bouté sur des principes poussiéreux ou dépassés. D’ailleurs, pour qu’une liste n’arrive pas à rentrer dans les canons pourtant déjà fort mollassons de la droite ou de la gauche parlementaire, c’est simplement qu’elle se réclame d’une partie du programme fadasse de la droite et d’une autre partie du programme vaseux de la gauche, entraînant une impossibilité de classement définitif, à moins d’introduire la nuance « Fourre-tout » qui serait amusante mais finalement inutile.

L’exercice, en plus d’être ridicule, est aussi vain en ce qu’il ne permettra en rien d’améliorer la représentation politique nationale. Avec un taux d’abstention qui continue d’augmenter, force est de constater que, nuance ou pas, une majorité d’électeurs a clairement envoyé paître les candidats, et qu’il apparaît difficile d’apporter un parti, une étiquette ou même une nuance à ce gros « Démerdez-vous sans moi » que ces inscrits non-votants ou ces non-inscrits envoient joyeusement à tous ces politiciens. En clair : youpi, grâce à la nuance, on va pouvoir introduire une délicate pastélisation des quelques moutons qui votent encore. C’est, proprement, stupéfiant d’inutilité.

point clouseau

Enfin, toute cette gentille mise en fiches bristol des listes politiques du pays, avec de petits œillets blancs pour qu’elles ne s’abîment pas dans les multiples classeurs des agences de renseignement, toute cette caractérisation minutieuse et, pour tout dire, un tantinet fastidieuse, qu’on imaginerait presque appliquée à la plume chargée d’encre violette, ça nous ramène non pas aux heures les plus sombres du fichage politique détendu de l’avant-guerre, mais plus simplement aux plus parfaitement connes occupations qu’on distribue à des sous-fifres pour en justifier l’existence, et qui ne font au final qu’agacer un peu plus la population qui paie pour ces navrantes trivialités. Classifier les listes électorales en nuances, c’est un travail qui va occuper un peu les préfets, mais qui va surtout irriter ceux qui seront classifiés (la plupart du temps, bêtement et au mauvais endroit), ceux qui voulaient voter pour cette liste (et qui trouveront peut-être, sans doute même, que non, ce n’est pas une liste de nuance droitière, ou gauchère, ou que sais-je encore). Voilà qui va encore améliorer grandement à la fois le sentiment de fichage général, et celui de défiance vis-à-vis des institutions de la République qui en avait bien besoin. Vraiment, bien joué, Manuel !

Et le pire est qu’avec l’introduction de cette nouveauté artificielle de « nuance », on a simplement affiné la graduation entre l’étatisme de gauche et l’étatisme de droite : rares sont en effet les listes qui seraient difficiles à nuancer parce que … vraiment libérales. En effet, malgré le parti, l’étiquette et, maintenant, la nuance, une liste électorale dont le programme proposerait le retour à la responsabilité des individus, l’abandon de l’intervention de l’État à tout propos et hors de propos, qui, en somme, définirait des bornes strictes et serrées aux personnes élues, une telle liste resterait proprement inclassable en France.

Ces élections n’ont pas encore eu lieu mais chaque jour qui passe et chaque détail de la procédure électorale qu’on découvre ajoute au mol ennui qu’elles suscitent. Finalement, avec ou sans nuance, ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Orifice fiscal ! Oh, my god !

    Imaginons un gars, un libéral, qui rencontrerait un autre gars, un socialiste.
    De quoi vont ils parler, comment vont ils parler. Pourquoi pensent ils différemment.

    En gros un libéral est pragmatique, logique. Son raisonnement est basé sur une réussite de l’economie (certes, il y a très très longtemps). Bref, le libéral est assez transparent et clair à comprendre.

    De l’autre côté le socialiste. Ou je devrais dire « les socialistes ». C’est confus, brouillon. C’est pas moi c’est lui. L’ideologie est caca, l’histoire est moche et prouve que ça marche pas. Etc…

    Et pourtant, le socialiste, le regard dans le vague, les mains moites, regarde notre libéral de haut. Il dit:

    – ah ah, tu en chies en ce moment, hein ? Je te mets la misère, hein ?. Regarde moi comme je vis bien avec mes revenus de solidarité, mes allègements divers et varies pour ne surtout pas travailler. Tu fais moins le malin maintenant. C’est qui le plus intelligent ?

    Le libéral, le regarde, sans voix. Les mains sèches, le regard intelligent et perçant. Le costume élimé qui fut jadis un Ceruti@tm reste beau, mais usé. Las, l’homme ne répond pas. Il tourne les pieds et s’en va.

    Il emporte avec lui tout ce qui aurait pu sauver notre socialiste et lui donner sa pitance encore de nombreuses années. L’argent, l’intelligence, le savoir faire, l’envie de vivre et de partager la liberté pour le bonheur de tous. Plouf, tous ça envolé.

    Reste, notre socialiste, encore sur de lui, mais qui commence à douter. Des regards fugaces de droite de gauche. Une petite gène qui pique derrière la tête. Et puis, il oublie. Un jour il se retrouve à la rue, SDF, et pense au méchants libéraux qui ont osé l’abandonner.

    Moralité de l’histoire, bah, il n’y en a pas. La connerie humaine est parfois plus tenace que la logique et l’intelligence. Demain est la répétition d’hier. Tant que ça va durer comme ça: ce pays est foutu.

    • C’est vrai que tout devient compliqué.
      H16 dit « je devrais dire les socialistes » mais cela ne prend pas encore la diversité fondamentale :
      1. le Parti Officiellement Socialiste (POS) qui sous-traite à Bruxelles l’organisation libéral-mondialiste de l’économie et s’occupe du social-libertaire (dénaturation du mariage, etc …)
      2. le Parti Fondamentalement Socialiste (PFS) où vont les socialistes favorables à l’action d’un état stratège régulant une économie globalement libérale :
      comment ce parti sera-t-il classé, Transversal à Droite-Gauche ou Extrême Droite.
      Décidément, on va s’y perdre.
      Dieu merci, Marine fournit un sigle Bleu-Blanc-Rouge.

      • Lisez le programme du FN ils sont des étatistes de la pire espèce. Si ils furent un temps libéraux c’est plus du tout le cas. C’est du dirigisme, interventionnisme à tout les niveaux.

  • Une seule solution : La grève … mais au sens Ayn Randien. Accélèrer la destruction programmée du système issu de l’après-guerre. Partir (pour ceux qui peuvent) moins consommer, consommer étranger , moins embaucher, ne pas se lancer dans entrepreneuriat, ralentir ralentir ralentir tout…. .

    On a augmenté mes impots donc acte j’ai consommé un minimum et uniquement étranger. Et l’état y a perdu bien plus en TVA, mais alors bien bien plus. Et j’en suis fière.

    Le système va s’assoiffer tout seul. J’y crois à cette approche.

    • Sans les femmes ? Ou avec les femmes ?

      • Et bien figurez vous que la « grève des ventres » a déjà été théorisée et mise en pratique en allemagne été 1913 et je peux vous dire que si les femmes refusaient de faire des enfants une année seulement ça serait violent pour l’économie et avec de terribles effets à long termes. Imaginez seulement des classes vides pendant 20 ans, ce qui serait passerai sur l’équilibre des cotisations 20 ans après …. etc…

        Une grêve plus longue détruirai instantanément le système.

  • Et ben moi, tout ce que vous dites, ça me donne envie de pleurer.
    Je consomme déjà pas beaucoup, je produis dans mon jardin, j’économise l’eau, l’électricité, je tricote, sinon rien d’inutile, mais je ne vais tout de même pas m’arrêter de vivre, si?
    C’est une sacré décision, radicale que vous nous proposez, surtout que le monde merveilleux de la Grève, si vous me le présentez, j’y vais de suite!

    • Ne soyez pas une femme sacrificielle. Vivez pour ce que vous êtes une femme libre (enfin ….il faut finir l’émancipation du patriarcat et le détruire pour cela) faite confiance à votre rationalité de femme. Pensez comme la femme que vous êtes et non comme la femme que le système voudriez que vous soyez cad une esclave qui consomme, obéis et se soumet au patriarcat.

      Soyez radicale et ne vous soumettez à personne, combattez si on vous agresse ou cherche à vous dominer. Agissez pour vous, c’est vertueux en soi tant que vous ne faite de mal à personne qui ne vous a pas préalablement agressée ou dominée.

      • Je dois avouer que votre vision du monde, des hommes et des femmes est un poil contre nature.

        Petit rappel:

        – les hommes ont des testicules et un membre
        – les femmes de quoi faire pousser un BB (et de quoi recevoir le membre)

        Il y a moitié moitié. Les hommes et les femmes sont complémentaires. 23 ch + 23 ch = 46 ch

        Vous avez, que vous le vouliez ou non, une partie de votre père. Même si il vous a transmis un ch X.

        Je crois que vous faites un rejet de votre père, un complexe Freudien. (Le sexe mâle est sale, berk !)

        Demandez conseil à votre vétérinaire, lui seul peut vous aider.

      • Merci, c’est gentille, même si je ne comprends pas trop votre lutte féministe, je vais penser à ce que vous écrivez, faire confiance à mon bon sens 😉
        Quand à mes actions elle feront toujours souffrir quelqu’un, enfin c’est ce que je pense, à part si je vis recluse!

      • Ça doit être super fatiguant la vie d’Adèle, la moitié de la population est son ennemi ou une menace… En plus, ils sont plus grands, plus forts, plus méchants…
        Elle se promène dans cette forêt sombre qu’est sa vie, en entendant tout près les hordes de loups qui ne cherchent qu’à la dévorer.
        Heureusement, elle a trouvé un double qui lui ressemble, avec les mêmes attributs. Elle n’aura pas à connaître les monstrueuses différences de ses démons abjects qui veulent, d’après elle, la dominer, la réduire en esclavage, etc…
        Le plus dur, ce doit être de « savoir » que ce cauchemar de monde, cette inversion horrible de la normalité, cette sorte de planète des singes, n’est qu’un complot historique, une erreur cruelle de la nature… Normalement, cette elle et ses semblables qui devraient diriger le monde et donner des ordres. Mieux, le mâle ne devrait même pas exister, ou tout du moins n’être qu’un artefact, le juif des nazis, un faux humain.
        Finalement, je vais être plus sympa avec Adèle.
        Je vais essayer jusqu’à sa prochaine sortie…

        • Abitbol: « Ça doit être super fatiguant la vie d’Adèle »

          Ça doit être surtout fatiguant la vie des gens qui supportent Adèle.

          • Merci à l’humaniste llmryn de me rappeler le sort des victimes collatérales, j’étais tout à ma fascination du m… personnage d’Adèle.

        • Je confirme ma vie est éprouvante car je bosse bcqs, j’écris énormément (enfin j’essaye) et fais beaucoup (trop ?) de sport.

          C’est drôle …. « c’est la planète des singes ici ! » c’est une de mes expressions favorites et un des films que je préfère d’un point de vue de ma réflexion.

          Sinon tout va globalement bien je vous rassure même si j’ai des prédateurs partout autour de moi, et que suis effectivement dans une société de merde qui me conviens pas du tout. Les deux grands « parasites/nuisibles » de ma vie son l’état et les « hommes » (en tant que patriarcaux surtout).

          Et merci d’être sympa avec moi car vous me « saoulez » parfois avec votre myopie patriarcale.Je cherche juste à discuter avec des personnes qui ont une culture idéalement libertarienne soit libérale pour faire progresser ma réflexion militante et pas à vous agresser.

          • Moi j’aime bien aussi quand mon homme me protège Adèle, en étant l’homme fort grand et méchant qu’il est!
            Et puis si vous mettez en place le régime dont vous parlez, les hommes vont inventer le virilisme, prônant l’égalité homme/femme, parce qu’ils se sentiront dominés/étouffés par les femmes.

            • mon homme me protège …. oui mais de quoi ?

              je vous le donne en mille ….. des autres hommes.

              Vous savez maintenant.

            • Oh de bien d’autre chose aussi, de l’orage par exemple… de moi-même qui suit maladroite des autres hommes c’est vrai et des femmes aussi, enfin du monde en général, je pense…
              Mais je vous comprends, ma meilleure amie et moi pourrions aisément vivre ensemble toute notre vie, cela nous éviterais bien des contrariétés parfois, sauf que l’une comme l’autre instinctivement on ne pense pas la vie sans un homme, sans une famille!

    • Pourquoi avoir envie de pleurer ? Au contraire c’est enthousiasmant !

      Ce que vous devez comprendre : c’est la somme des comportements individuels qui fera la différence, et précipitera l’implosion.

      En d’autres termes, vous vivez déjà chichement ? C’est parfait, vous contribuez déjà. Ne changez rien. Ce qui compte c’est que d’autres rejoignent le mouvement.

      Exemple : de nombreux spécialistes à Paris (dentistes, gynéco, dermato etc.) ne travaillent plus que 4 jours par semaine. Le cinquième passerait entièrement en taxes et impôts. Des munitions supplémentaires pour l’état mafieux. Aucun intérêt et

      Acheter une nouvelle voiture peut attendre. Idem pour l’immobilier. De nombreuses personnes pourraient baisser leur consommation de 20 % sans passer de la lumière à l’ombre : budget vacances par exemple.

      Le must est bien entendu l’expatriation.

      Mais encore une fois, c’est un tout. Chaque acte, aussi anodin, compte.

      L’idée est simple :
      -seul un état modeste nous redonnera notre liberté
      -un état modeste = des moyens modestes
      -conclusion : il faut les taper au portefeuille.

      Rien d’autre ne fonctionnera, et certainement pas des « élections ».

      Dans un état « modeste », il n’y aurait pas d’écoutes il n’y aurait pas de Taubira, Filipetti, Hollande, Ayrault.

      Tous ces gens seraient obligés de… travailler réellement.

      Leur pouvoir de nuisance n’existe que par l’argent qu’ils nous volent, et l’argent qu’ils volent aux générations futures (via la dette).

      • Oui je trouve cela triste, peu de personnes ont conscience de ce que vous dites. Oui je vis avec mes moyens, mais au fond je ne le fais pas en pleurant, c’est naturel pour moi.
        Mais je doute sur l’expatriation, je vois des conséquences en France qui ne vont pas dans votre sens bien au contraire. L’expatriation est un acte lourd en conséquences pour soi, sa famille si il veut vraiment servir à ce dont vous parler,  » aboutir a un état modeste »

      • Chaque pierre, chaque geste que je fais est dans le but de partir. (Sauver ma famille, rien n’est plus important)

        Les impôts ont dépassé le seuil où mon intelligence commence à tiquer (depuis longtemps).
        Il n’y a plus aucune légitimité dans leurs actions,

        pour moi:
        – ils sont morts, inexistants.

        D’ailleurs je leur dis régulièrement avec des petites lettres affectueuses: JE N’AI PAS BESOIN DE VOUS !

        • Si vos petites lettres sont affectueuses avec pleins de petits cœurs, vous voyez qu’il peut y avoir de la délicatesse et de l’amour dans l’intransigeance 🙂
          C’est tout à votre honneur, mais je persiste, pour moi, l’expatriation doit être un aller sans retour (bon ok pr quelques allers-retours rapides) mais quand j’en vois partir pr réinvestir en France, dans l’immobilier, j’ai l’impression qu’au fond tout le monde se plait bien dans ce système, même eux…

  • J’espère que c’est un poisson d’avril.

    • Il semble que non, le Gouvernement a vraiment décidé ça. Je pensais que c’était une info style Gorafi.

      La réalité dépasse la fiction.

  • Pareil ici. OBJECTIF 2020…. Plus de 2 000 000 € pour des eaux pluviales, etc….pour 3 personnes qui habitent dans notre village.

    Le maire avait été prévoyant, il avait obtenu un marché public pour refaire entièrement le centre. Coup de bol, c’est son entreprise de TP qui a fait le travail. Bien vite, une fois la caisse de l’entreprise bien remplie, le maire a vendu son affaire.

    Une pierre, deux coûts !
    Une certitude: on va banquer toujours plus pour ces connards.

  • Un récent sondage CSA montre que 65% des Français veulent une reprise en main par un gouvernement fort et autoritaire.
    Le laxisme face à davantage de liberté individuelles n’a plus la cote en France, car c’est la cause de tous nos problèmes

    • Bien sur c’est un cycle. Sauf que ce cycle ne passe jamais par la case libéralisme.

      C’est dommage, c’est la seule chose qui marcherait. Mais ça, personne l’analyse, ou même en parle 2 secondes à la TV ou dans les journaux.

      C’est mieux d’agiter la peur du FN et des méchants skin head qui veulent attaquer les arabes dealer des banlieues. (bien qu’il puisse exister des skin head et des arabes dealer, je pense qu’il y a aussi des gens « presque normaux », enfin je dis presque)

      A la sortie, on sait très bien que c’est un instrument pour affaiblir la concurrence et faire perdurer le pouvoir UMPS/PS en place. On est dans la merde, ce pays est foutu.

      • C’est surtout un Etat plus juste en vérité qu’il faut. Un Etat qui ne déroule pas systématiquement le tapis rouge pour les criminels, leur trouve des excuses et les plains à longueur d’année, tandis que de l’autre coté, il jette sans remords et volontairement des millions de citoyens dans la misère, sans jamais sourciller.

        Je crois que les criminels se reconnaissent entre eux, ceux d’en bas et ceux d’en haut.

  • A un moment donné, j’ai réellement crains que vous ne passiez à coté de immense connerie. Je me suis dit direct: « c’est pour H16 ça! ».

    En effet.

    Sinon, j’ai une supposition à faire là dessus. Compte tenu de la bipolarisation de la politique française (et encore….), cet étiquetage à la sauvage ne permet-il pas a certains de s’attribuer la victoire de ces listes? Histoire de « gauchiser » la victoire de tel ou tel candidat et de colorier sa commune en rouge, quand bien même il ne serait pas socialiste…

    Je suis peut être parano, mais j’y vois une tentative de bricolage statistique de dernière minute.

  • En somme c’est le retour aux sombres heures du régime de Vichy (dont on n’est jamais sorti d’ailleurs) où tout était épié et noté par la milice ! Comme vous le dites cher H16, ce pays est bel et bien foutu et c’est irrémédiable, à moins que :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/16/reflexions-sur-le-vrai-croyant-deric-hoffer/

  • dans mon patelin, on a le choix entre une liste qui  » nous veut du bien  » et … rien d’autre.
    en plus, comme le village compte 1200 habitants, on a pas le droit de rayer un nom sur la liste… mème le connard ( ou le crétin ) qui lors de la dernière élection, réclamait la place de maire alors qu’il avait été élu bon dernier, et de loins.
    et malgrés cela, malgrés ce déni brejnevien de démocratie, un des colistier est venu ce soir faire du porte à porte pour promouvoir  » sa  » liste !! on ce demande bien pourquoi ? m’est avis que ça doit etre encore un emploi fictif qui ne sait pas quoi foutre de son temps ? ou alors ils ont vraiment peur que la participation tombe trés, trés bas ?

  • Le mot étiquette est flou, inaproprié , grotesque donc ils affinent avec leurs nuances qui sont tout aussi trompeuses
    pour etre plus clair il y a par ex plusieurs formes de démocratie ou d’ étatisme
    ils préferent leurs simplismes qui cartonnent pour niais et midinettes
    gauch , drte , socialisme….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

crises État subsidiarité élections utilitarisme covid
0
Sauvegarder cet article

Par François Lainée.

Les élections récentes ont vu monter un phénomène qui semble là pour durer : l’abstention est en hausse vertigineuse, les candidats décrochent, quelle que soit leur couleur, le peuple ne croit plus que voter soit utile.

Malgré cela la mécanique du pouvoir remplit sa fonction ; elle désigne des gens pour faire tourner les rouages dont il a besoin. Et cette attribution se fait en imprimant une étiquette de qualité contrôlée sur ces serviteurs du système : légitimité.

Mais c’est oublier que ces élus devr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles