À quand l’éveil du patronat ?

Et si le Medef décidait de déjouer les pièges social, politique et doctrinal ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Gattaz Medef (Crédits : Sabine Nourrit/Aleps, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À quand l’éveil du patronat ?

Publié le 12 mars 2014
- A +

Par Jacques Garello.
Un article de l’aleps.

021814_gattazOn s’en souvient, aux États-Unis, Pierre Gattaz avait été politiquement incorrect. Alors même qu’il accompagnait François Hollande, le président du Medef avait attaqué le fameux Pacte de Responsabilité, dernier outil de la boîte élyséenne, en rejetant toute idée de contreparties chiffrées de la part du patronat : pas question de s’engager sur un chiffre d’un million d’emplois créés (avancé par Pierre Gattaz lui-même dès le début), ou deux (version Montebourg). Dans une économie de marché, le nombre d’emplois créés ne dépend pas d’un décret patronal ou gouvernemental, mais des carnets de commandes reçues par les entreprises. Simple affaire de bon sens, et bon sens des affaires.

Là-dessus, le Président Hollande avait réagi et tourné en dérision le Medef et son Président en demandant d’applaudir Pierre Gattaz. Plus fermement, le Premier Ministre avait rappelé que le Pacte ne pouvait tolérer « d’oukase » de la part du Medef. Michel Sapin, ministre du travail, avait rappelé que le Pacte n’est pas un cadeau fait aux patrons, mais aux entreprises. Bref, ces réactions avaient poussé Pierre Gattaz, dans l’avion qui ramenait la délégation française à Paris, à préciser à la presse qu’on l’avait mal compris et qu’il était bien partisan du Pacte sur lequel le Medef, comme les autres partenaires sociaux, allait ouvrir des négociations. De communiqués en commentaires, de commentaires en articles, l’affaire Gattaz s’embourbait et le Medef devait rassurer tout le monde.

Personnellement, et peut-être comme un certain nombre de libéraux, de patrons et de patrons libéraux (ils sont nombreux), je ne suis pas rassuré du tout. Car cet incident, au demeurant mineur, est révélateur des pièges que les organisations patronales ont à déjouer pour défendre la liberté d’entreprendre et, au-delà, pour jouer leur plein rôle dans une société de libertés.

Quels pièges ? Au minimum je repère le piège social, le piège politique, le piège doctrinal.

Le piège social consiste à transformer les institutions patronales en « partenaires sociaux ». Leur mission, leur occupation, consistent aujourd’hui à mener des négociations collectives avec des syndicats, sous la houlette de l’État. Ce ne sont pas les entrepreneurs qui l’ont demandé, c’est le droit social français qui le leur a imposé. Imposée l’idée de la négociation collective, qui ôte toute liberté, donc tout sens, au contrat de travail individuel. En Allemagne (lois Hartz) non seulement les conventions collectives ne lient pas les employeurs et les salariés, pour lesquels elles sont de simples guides, mais elles sont négociées à un niveau très décentralisé. En France sont également imposés les critères de la représentativité, et ne sont admis à la table des négociations que des « partenaires » triés sur le volet, en particulier les centrales syndicales les plus politisées, les plus hostiles à la liberté d’entreprendre et au marché, qui ne défendent pas les intérêts des travailleurs, mais leurs privilèges propres. Comment considérer comme « partenaires sociaux » des syndicats sans adhérents, sans autres ressources que celles de l’argent des contribuables et des pots de vin ? Peut-on imaginer un pacte de responsabilité avec des irresponsables ?

Le piège politique est plus subtil, mais tout aussi dangereux. Au prétexte que leur vocation serait « sociale », les institutions patronales se voient interdire ou s’interdisent elles-mêmes le champ du politique. Donc, à la différence de ce qui se fait dans de nombreux pays, pas de campagne géante dans la presse pour critiquer ou soutenir les mesures de politique économique prises par les gouvernants ou les assemblées. En France, le patronat demeure « apolitique », c’est-à-dire laisse le champ libre à la classe politique dont la logique est plus inspirée par l’étatisme que par le libéralisme. Cela conduit assez naturellement le patronat à se limiter à des revendications très mineures ou très théoriques (« besoin d’air », besoin d’« oxygène ») et à verser dans le corporatisme, en recherchant quelques avantages passagers (comme la suppression des cotisations familiales) sans jamais aller au cœur du débat. Ce neutralisme politique vaut au patronat institutionnalisé de recevoir un consensus de façade, mais le prive aussi de toute ambition.

Ici fonctionne le piège doctrinal : pas de vision globale, pas de vision d’ensemble (« comprehensive » disent les anglo-saxons) de ce qu’est une société de libertés. J’en veux un exemple. Il est remarquable qu’on se réfère toujours aux « patrons », et plus rarement aux « entrepreneurs ». C’est peut-être que l’on voit l’entreprise comme un monde fermé bâti sur des relations hiérarchiques, alors qu’elle est une cellule de base de la société, une pièce maîtresse de l’harmonie sociale, puisqu’elle est au service de la communauté, puisque produire n’est jamais que satisfaire des besoins, puisque réussir n’est jamais que s’informer et s’adapter.

L’entreprise ne peut survivre dans une société d’où les sentiments de responsabilité personnelle, de mérite et de juste rémunération ont été évacués par l’État providence. L’environnement de l’entreprise, c’est l’éducation nationale, la protection sociale, la sécurité juridique : où en est-on en France ? Tant que les « patrons » ne s’en inquiéteront pas, par prudence, ou par contrainte bureaucratique, ils ne seront jamais en paix et leur compétitivité s’épuisera au fil du temps.

À l’inverse, et on peut l’espérer maintenant, si le patronat institutionnel décidait de déjouer les pièges, il pourrait faire naître un véritable pacte de confiance entre les Français de toutes conditions, de toutes opinions. Le patronat dispose de moyens de nature à rendre plus solides les initiatives de la société civile (à laquelle appartiennent les entreprises bien sûr) : des hommes d’expérience, des structures de formation et d’information, des contacts dans tous les milieux, dans tous les pays. Il n’est qu’à voir l’impact médiatique de quelques rares initiatives récentes comme celles des Pigeons, des Poussins, des Dindons et autres volailles, pour imaginer ce qui pourrait changer dans une France qui ferait enfin confiance aux entrepreneurs, non pas seulement pour leurs succès économiques, mais aussi pour leur contribution à l’avènement d’une société de liberté et de responsabilité.


Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • A mon avis bien des dirigeants du cac 40 ne meritent pas le titre d’entrepreneur, c’est bien le problème, une forte concentration des très grosses entreprises à la Française qui témoignent de relation contre nature avec l’Etat.

  • simple question , une partie du  » patronat  » ne pourrait-il pas ce rapprocher d’une parti de l’armée ?

  • Reprocher au Medef de défendre les entrepreneurs c’est comme reprocher à un chien d’aboyer. Il faudrait qu’il se taise ou qu’il apprenne à gazouiller comme un oiseau…

    L’image du Medef est constamment raillé, écorné, déformé par la très grande majorité de la presse et c’est désolable. Le Medef, en tant que syndicat d’entrepreneurs (et pas seulement le CAC 40 mais aussi beaucoup de PME-PMI) fait son travail de « lobbying » tout comme les syndicaux salariés.

    De là, on accusera les pouvoirs publics qui lui tendent l’oreille d’être des complices du « Grand Capital » (sic, une expression obscure et incompréhensible…).
    Accuse-t-on le gouvernement de « populiste » ou « démago » lorsqu’ils reçoient, cèdent parfois facilement à des syndicats voyous comme la CGT ? (NB : je suis un adhérent mais pas militant de la CFDT…)

    Il nous faut plus de dialogue social entre employeurs, employés, demandeurs d’emplois, étudiants… indépendemment des « élus ». Il va falloir réussir à court-circuiter l’appareil gouvernemental de droite comme de gauche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles