Sophismes à tous les étages

Le débat public devient inquiétant : l’invective remplace l’argumentation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sophismes à tous les étages

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 février 2014
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

combat

Jacques Sapir s’est récemment fendu d’une réponse à ses détracteurs dans laquelle il dénonce la bassesse des arguments de ces derniers — principalement Jean-Marie Colombani et Pierre Moscovici — et les tentatives d’assimilation particulièrement douteuses dont il fait l’objet. En substance, au motif que les positions anti-euro et dirigistes de Sapir ont été reprises — entre autres — par le Front National, les susnommés se croient autorisés à accuser l’auteur de RussEurope d’être lui-même d’extrême-droite et par là même, puisqu’il est désormais convenu chez ces gens-là que le racisme et l’antisémitisme sont des idées de droite, de fourrer Sapir dans le même panier de crabes sans — bien sûr — le dire explicitement. « Calomnions, calomnions, il en restera toujours quelque chose ! »

Je ne suis d’accord sur rien avec Jacques Sapir mais là, dans ce cas précis, je vais me ranger de son côté.

Je vais me ranger de son côté parce que l’usage du sophisme, de la calomnie et de cette espèce de sous-entendus est proprement immonde. Si c’est ainsi que nos intellectuels et nos ministres entendent mener le débat public, en se roulant dans la fange des arguments fallacieux, ils ne valent pas mieux que les courants politiques qu’ils dénoncent. Le « déshonneur par association », monsieur le ministre, est typiquement le genre de procédés sophistiques dont l’extrême-droite raffole.

Je vais me ranger de son côté parce que si ce sont là les seuls arguments que ces messieurs ont à opposer à ceux de Sapir, alors vraiment, l’euro est perdu. C’est d’une nullité effarante qui ne peut signifier que deux choses : soit les auteurs de ces attaques sont incapables d’apporter le moindre argument raisonné — c’est de l’incompétence — soit ils nous croient trop bêtes pour les entendre — c’est de l’arrogance.

Je vais me ranger de son côté, enfin, parce que si c’est là l’idée que se font nos élites médiatiques et politiques de la République, alors c’est la République qui est en danger. Je ne suis — encore une fois — pas d’accord avec Sapir mais lui, au moins, argumente et tire le débat public vers le haut : si ce dernier ne doit plus être nourri qu’à coup de hochets sociétaux « clivants » et de sophismes minables, il n’y aura bientôt plus de débat public possible et donc, plus de République.

Je conclus rapidement par un mot à l’attention de nos amis anti-libéraux de droite comme de gauche et, en particulier, à ceux qui se reconnaissent sous le nom de souverainistes.

Pourriez-vous, s’il vous plait, cesser d’utiliser le mot « néolibéralisme » ? Personne ne se réclame de ce « néolibéralisme », c’est un courant de pensée qui n’existe pas et le procédé qui consiste à l’accuser de tous les maux qui affligent ce monde n’est pas honnête. Il existe toute une palette de mots qui permettent de désigner les différents courants de notre famille : « libéraux » (classiques), « libertariens », « minarchistes », « anarcho-capitalistes », « objectivistes » (i.e. « randiens ») etc. De grâce, utilisez ceux-là et utilisez-les à bon escient.

Par ailleurs, puis-je espérer que vous cesserez un jour de nous prêter les pires intentions du monde pour mieux nous discréditer ? Pourriez-vous, par exemple, arrêter de laisser accroire que Milton Friedman a soutenu la dictature de Pinochet et en profiter pour nous assimiler à l’extrême droite (c’est un comble !) ? Pourriez-vous ne plus nous accuser systématiquement d’être les « suppôts de la finance mondialisée et apatride » ? Pourriez-vous simplement considérer que le fait que nos avis divergent n’implique nullement que nos intentions soient mauvaises ?

Enfin et au risque de trop en demander, est-il envisageable que vous cessiez un jour de qualifier de « libérales » — quand ce n’est pas d’« ultralibérales » — les politiques qui ont été mises en place en France ces dernières décennies. Qu’il y ait quelques éléments de libéralisme, comme le libre-échange qui vous déplaît tant, j’en conviens volontiers mais de là à dire que l’UMP de M. Copé ou le PS de M. Hollande sont des partis « libéraux », c’est objectivement ridicule.

Ceci étant dûment dit, revenons-en au débat.


Sur le web.

Voir les commentaires (33)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (33)
  • l’arrogance est (malheureusement)souvent la position de repli facile lorsque l’on est mis face à son incompétence et que l’on a le pouvoir…c’est un reproche assez constant des étrangers aux français(l’image du coq qui parade les ergots dans le fumier…)

  • Malheureusement, il est bien possible que le débat soit clos en France sur notre orientation politique, tout comme il est clos concernant le réchauffement climatique soi-disant d’origine humaine.
    Le consensus est tel chez nos « élites » et dans l’opinion publique relayée par les médias mainstream, que l’affaire semble entendue.
    Il faudra attendre l »écroulement totale du pays qui passera par une réduction massive des fonctionnaires, faute d’argent pour les payer, par une révolte des chômeurs et des retraités, faute d’argent pour les maintenir à la maison.
    La France est un gros paquebot sur sa lancée, qui peut mettre longtemps à s’arrêter, surtout si des courageux sont d’accord pour maintenir un semblant de mouvement en ramant comme des malades.

  • Demander à ses ennemis d’être honnête n’est pas productif. Cet article est plein de bon sens mais il manque de réalisme. Si les socialos sont malins, ils verront qu ca nous touche et ils continueront donc à calomnier. De meme que vous défendez Sapir en étant en désaccord avec lui, permettez moi de vous critiquer en exprimant mon accord: Le socialos se marrent en lisant ce genre d’article. Ils vous répondront avec des sarcasmes qu’ils nauront aucun mal à déguiser en bon sens, parce que vous aurez admis qu’ils vous ont déjà touché.

    • Mitch:  » ils verront qu ca nous touche et ils continueront donc à calomnier. »

      +1000

      Ils ont assez de casseroles au cul et des milliers de faits qui leurs donnent tort pour qu’ont leur mette le doigt là ou ça fait mal sans relâche.

  • Comme disais Gandhi :

    « Au début, ils nous ignorent, puis se moquent de nous, enfin ils nous combattent, et nous gagnons à la fin ».

    Ils commencent à cesser de nous ignorer ….

  • Il n’y a pas de débat démocratique et républicain possible avec les socialistes, pour deux raisons simples :

    – parce que le socialisme est protéiforme (fascisme, social-démocratie, communisme…), les socialistes sont républicains tant que la République demeure socialiste ; si jamais la République les rejette, les socialistes sont prêts à imposer un autre régime politique. Peu importe le régime politique tant que leur idéologie s’impose à tous. Quand un socialiste parle des « valeurs de la République », il pense « valeurs du socialisme ».

    – le débat démocratique avec les socialistes n’est pas équilibré. En effet, si les socialistes le gagnent, ils réduisent la population en esclavage alors que si ils le perdent, les socialistes ne subissent aucune conséquence désagréable.

    Les socialistes ne jouent pas avec les mêmes règles du jeu que leurs adversaires politiques. La démocratie est définitivement incompatible avec le socialisme.

  • L’insulte et le procès bien entendu, il suffit de voir en Italie, où ils ont porté plainte contre les agences de notation pour avoir dégrader la note de l’Italie….

  • Je rappelle que l’Eglise de Scientologie Climatique utilise exactement les mêmes stratagèmes pour éliminer les détracteurs de ses théories infondées. Il y a vraiment de réelles questions à se poser quand on sait que cette escroquerie climatiques coûte 1 milliard de dollars par jour à l’ensemble de la planète et en particulier aux pays de l’OCDE.
    Je fais partie des quelques rares blogueurs fermement opposés au « changement climatique » et je suis donc politiquement incorrect. C’est là le fond du problème que vous soulevez. En d’autres temps et d’autres lieux si on n’était pas dans la ligne du parti on était condamné au goulag …

  • Voir la réponse de Michel Sapin à la tirade de Nicolas Doze en décembre : au journaliste qui le mettait en face de la politique de son gouvernement et des résultats de cette politique, le ministre a répondu par une attaque ad-hominem. Sur le fond, on attend toujours…

  • Que Moscovici soit autre chose qu’un débile malfaisant , ça m’étonne un peu votre naïveté !!

    • Je l’ai vu assassiner son « vieil ami de 30 ans » Kouchner d’une manière absolument répugnante.
      Et toujours avec ce double langage, « je te rend service » « entre amis ».

      Ce type est absolument répugnant.

  • Quand les haut-parleurs socialistes commencent à évoquer Mises, c’est un signe que les choses vont mal pour eux. Ils sont acculés devant la mise en évidence de leurs lamentables échecs et tentent une dernière morsure avant leur extinction imminente.

    • Espérons….
      Ils parlent aussi de démocratie. Ils laissent entendre que le flan serait un poil plus libéral. Peut être qu’ils pensent au sexe….je sais pas trop. En tout cas les anglophones se gaussent du pépère qui dort jusqu’à 11h du matin chez sa nouvelle conquête….
      Comme quoi, il ne mérite pas sa place de président et bien ses 20% d’opinion mollassonne !

  • Guillaume Nicoulaud : « Ceci étant dûment dit, revenons-en au débat. »

    Quel débat ?
    Tout ceux qui sont contre le socialisme-corporatiste débridé de l’oligarchie et de leurs clients, naïfs ou bénéficiaire sont des fasciiiistes.

    Et puis ça s’arrête là.

  • Si j’adhere à 100% c’est que je suis libéral. De là à demander aux ennemis du respect, de l’ecoute, de la compréhension, que dis je, même de l’intelligence, non.

    Les socialo-ecolo-communistes sont par définition en dehors de leurs pompes. ( funèbres….)

    Un socialo/communiste est de la mauvaise herbe qui s’est rataché au concept vendeur de la démocratie libérale…en saupoudrant ça et là quelques idées progressistes pour faire soit disant évoluer l’humain faible et précaire : homo, pauvre, bête, et que sais je encore.

    Ce salopard de socialo ment. A lui même, aux autres, quitte à ruiner un pays entier et à amener un « peuple » au fond du trou.

    Pour conclure, je ne marchande pas avec cette mauvaise graine, quitte à la laisser dans l’ignorance et la bêtise d’exister.

    • Comme disait l’autre ; « je parle pas au cons, ca les éduque ! »
      Paradoxe ? Vous risquez d’éduquez la mauvaise graine…

  • Depuis 30 ans, pour combatre le chomage et la pauvreté, les suisses ont fait exactement le contraire de ce que nous avons fait en France. Si nous avons choisi les solutions de facilité plus séduisantes sur le plan electoral, les suisses eux sont restés prévoyant et prudent en se divant que seul le travail, l´innovation et la création pouvait créer du travail. Alors que nous avons choisi de travailler moins eux ils ont décidé de travailler plus et mieux.
    -Nous avons instauré les 35 heures eux ils travaillent 42 heures
    -Nous avons instauré la retraite à 60 ans eux ils l´ont mis à 65 ans
    -Nous avons adopté l´euro eux ils ont conservé le franc suisse
    -Nous avons instauré la cinquième semaines de congés payées eux ils sont restés à 4 semaines.
    -En france nous avons 80% de bacheliers tandis que en suisse c´est 80% d´apprentis qui dès l´age de 15 vont apprendre un métier car comme a dit un ministre suisse plus il y aura de bacheliers et plus le chomage des jeunes sera élevé……Sacré suisse!!!
    Résultat: La richesse par habitant est presque le double en suisse, le chomage est de 3,1% en suisse contre presque 11 en France et surtout le chomage des jeunes est de 3%, en suisse (le plus bas d´Erurope) contre 24% en France….Alors il ne faut pas s´étonner si les français émigrent en suisse le pays ou on travaille plus.
    Voici un exellent reportage sur le miracle suisse: http://libertarien.overblog.com/2013/12/le-jour-ou-france-2-a-d%C3%A9couvert-la-r%C3%A9ussite-de-la-suisse.html

    • C’est pour ça qu’un ministre socialo a dit en Suisse:

      – oui, mais vous, vous avez un système archaïque….nous au moins on assure.

      Je ne sais pas comment on doit prendre la bêtise humaine, mais là, il y a des baffes qui se perdent!

    • Oui, mais les suisses sont à 63% germanophone/phile. Et donc, ils sont beaucoup moins perméables au gauchisme, sachant que les gauchistes chez eux sont plus à droite que le FN.
      Elle est là la différence.

      Si la Suisse était francophone, elle croulerait sous la gauche, voir l’état du Quebec.

  • Mr. Guillaume Nicoulaud découvre le fil à couper le beurre. L’invective, la démonisation, la censure font partie de l’éternel arsenal de gauche; ainsi que l’auto-proclamation de son identification au bien

  • Ce que je pense de tout ça est maintenant très clair dans mon esprit : pour discuter , débattre , il faut être deux. Quand l’une des parties veut avoir raison à tout prix et écraser l’autre, c’est inutile de débattre, il faut passer son chemin.
    L’autre jour, il paraît que Guaino est parti d’un plateau de TV. Je ne sais pas comment ça s’est passé mais il se pourrait bien qu’il ait eu raison.

    J’en suis venue à ne plus écouter les radios généralistes ( sauf pour le flash d’info ), j’ai laissé tomber la TV depuis belle lurette. Je ne lis plus leurs journaux.
    Je suis en train de boycotter le système politico-médiatique.
    Ces gens-là n’existent que par notre passivité. Si nous leur tournons le dos en masse, ils ne seront plus rien.
    Pour débattre, il faut aller sur d’autres supports, comme Internet et s’adresser aux gens qui veulent aussi débattre honnêtement.

    Tant que vous réclamez le droit de discuter avec eux, ils auront le pouvoir de vous écraser.
    Tournez le dos.

    « Ne les croyez pas, ne les craignez pas, ne leur demandez rien »

    • Ils existent encore avec le vote de la génération pourrie de 68, quand les 68tards ne voteront plus, il y aura plus d’espace pour reconstruire, car la caste n’aura plus assez de suffrages pour se maintenir.
      C’est d’ailleurs pour cela qu ‘ils en font venir d’autres par bateaux entiers.

      • Pas bête.

        Une nouvelle caste prendra alors la place. Une caste élevée et nourrit par les 68…..
        Les rênes du pouvoir ne sortiront pas des mains (sales) de nos technocrates-bourgeois socialistes (en opposition à leurs valeurs de consommation….) !

        Et si tout cela n’était qu’un leur. Une simple diversion:

        – Je fais croire que je suis socialiste pour prendre le pouvoir
        – Je consomme comme un porc communiste
        – Je capitalise comme un gros capitaliste

        Et je continue à faire chier les gens avec taxes et lois débiles !!!

        Pendant ce temps, je peux continuer mon petit manège peinard.

  • « il n’y aura bientôt plus de débat public possible et donc, plus de République. »
    Il n’y en a déjà plus.

    Pour qu’il y en ait, il faudrait que tous s’accordent à limiter la loi au strict nécessaire objectivement.
    Donc à s’interdire de légiférer sur des sujets tels que le sens de la vie, le bonheur, l’amour etc.
    Autrement dit, il faudrait que la république soit laïque.

  • C’est quoi la « république » dans sa version française ?

  • Un bon point pour nos amis socialistes : la carte identité est valable 15 ans à compter du 1/1/2014

  • Ceux qui font un minimum d’effort ne sont pas socialiste longtemps, ceux qui le sont encore rendu à l’âge adulte son pour la plupart des causes perdues et discuter avec eux est rarement productif.
    C’est comme le jour de la marmotte, discuter avec eux plusieurs fois c’est comme si le lendemain ils se réveillaient en ayant plus aucun souvenir de la discussion précédente.
    Le plus troublant c’est de voir des journalistes, dont le métier est supposément de faire des recherches, cacher des faits, mentir, dénigrer, faire du militantisme et passer des années de carrières sans rien prendre du tout.

  • Pourquoi arreteraaient ils puisque cette stratégie a réussi à plusieurs repreise et que c’est la seule option possible quand on est mis face à ses contradictions?

    Le problème ce sont les médias…les observateurs eclairés du debat devraient signaler justement l’attaque à la personne et la non réponse sur le fond…voire les mensonges.
    Or les médias préferent disserter sur la forme que sur le fond…

    Contre le mariage gay= homophobe, contre la discrimination positive= raciste/machiste au choix, contre l’europe= ringard…etc etc..cette strategie a marché, ce qui devrait signaler la bassesse des médias…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

Nous avons déjà rappelé dans le volet précédent de cette série les origines de la terrible catastrophe qui est survenue et de la crise profonde qui en découle. Nous avons aussi montré en quoi le libéralisme ne pouvait en aucun cas y être lié et que, au contraire, c’est bien la gestion calamiteuse des États qui est plutôt en cause.

Loin de partager ce diagnostic, l’époque semble au contraire se présenter comme une fantastique opportunité, de toutes parts, de rêver le « monde d’après », selon le mode bien conn... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Le penchant de l'homme à chercher des boucs émissaires responsables de ses malheurs était l’objet du célèbre ouvrage de René Girard intitulé Le bouc émissaire. Il semble bien qu’en ces temps troublés, un néologisme déjà très en vogue depuis un certain temps occupe plus que jamais ce rôle bien commode et rédempteur.

Il n’est plus un journal, un magazine, une émission radiophonique ou télévisuelle, un ouvrage à la mode, un discours public ou privé, qui ne nous serve à l’heure actuelle des analyses très vagues ... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Dans « libéralisme », il y a « liberté ». Or, l’idée de liberté est très difficile à définir. D’autant plus difficile qu’on peut y associer tout et son contraire. Ainsi, les libéraux ne sont pas seuls, loin de là, à se réclamer de la liberté.

Même les révolutionnaires – et je ne parle pas seulement de ceux de 1789, mais évoque plutôt ceux de la Terreur – étaient capables de mener leurs exactions, meurtres et massacres de masse au nom de la liberté. On perçoit bien que l’on ne parle pas de la même.

En ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles