Hollande : conférence de presse ou relooking extrême ?

Seul élément tangible : la fin des cotisations familiales payées par les entreprises d’ici 2017. Pour le reste, François Hollande excelle dans le double-discours.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande : conférence de presse ou relooking extrême ?

Publié le 14 janvier 2014
- A +

Par Marc Crapez.

Francois-Hollande

Janvier 2008, un certain François Hollande reprochait au président Sarkozy une conduite où « il nous installe… comme des voyeurs » et un discours cosmétique où « il capte, capture, picore des références, des concepts ».

Aujourd’hui, le seul élément tangible de son discours figure à la rubrique « allègement du coût du travail ». Hollande y annonce la fin des cotisations familiales payées par les entreprises d’ici 2017 et l’inscription du CICE dans ce processus. Relancé par un journaliste de L’Opinion, il veut « être précis » et déclare que cette baisse des cotisations s’effectuera moyennant un arrêt du CICE.

Pour le reste, Hollande va créer 3 comités Théodule supplémentaires : Conseil de simplification, Observatoire des contreparties et Conseil stratégique de la dépense. Il veut « rassurer les frileux » sur l’Europe et « pourchasser » le racisme (terme déjà employé en novembre dernier). Concernant le statut de la Première dame : « je ne répondrai à aucune question ». Et il écarte un problème de failles dans sa sécurité.

Deux fers au feu

Il n’a pas eu droit aux questions gênantes : pourquoi n’a-t-il pas fait faire d’enquête préalable sur les lieux où il se rendait ? Ou encore : pourquoi, alors que le Tout-Paris savait, les journalistes sont-ils restés muets pendant plusieurs mois ? À l’époque de l’affaire Strauss-Kahn, la presse anglo-saxonne avait jugé sévèrement le silence des journalistes français au sujet des frasques de DSK antérieures à l’affaire du Sofitel. Cette rétention délibérée d’information fut perçue comme une déférence pour l’impunité des puissants, voire un « code du silence » propre aux élites françaises, selon l’expression du New York Times.

Se pose enfin la question de la duplicité éventuelle et toute mitterrandienne de celui qui garde deux fers au feu. Duplicité sur l’oreiller comme dans l’exercice du pouvoir. Du « changement c’est maintenant », on est passé, il y a quinze jours, lors de ses vœux, à un « les résultats sont forcément longs à apparaître mais ils sont là ». Où exactement ? Mystère. Aujourd’hui, Hollande annonce que le choc de simplification « est là ». Où ? Mystère. Et que le nombre de régions devrait varier. En plus ou en moins ? Mystère.

Tantôt il veut « produire plus » (vocabulaire de droite) et tantôt « ne pas procéder à des coupes budgétaires aveugles… et indifférenciées » (vocabulaire de gauche). Il excelle dans l’exercice d’équilibriste du double-discours. En 2013, pendant que les médias veulent voir dans ses discours l’annonce d’un infléchissement libéral de sa politique, il redonne à la capitale corrézienne, Tulle, un tribunal de grande instance supprimé par la réforme de la carte judiciaire de Rachida Dati. Et abolit la journée de carence instaurée sous Sarkozy, afin de donner des gages aux syndicats de fonctionnaires.

Le 30 avril dernier, en visite aux Mureaux, il déclarait : « J’ai d’ailleurs dit aux Français la vérité, hein, la courbe du chômage elle ne s’inversera qu’à la fin de l’année ». Comme s’il avait toujours courageusement prévenu que le chômage allait grimper durant un an et demi après son élection ! La vérité est toute autre. Premièrement, il avait commencé, le 9 septembre 2012, par promettre une inversion palpable dès l’année suivante, en août 2013. Cet engagement fut ensuite décalé de quatre mois, en décembre 2013, avec la complicité des journalistes et de la mémoire courte du public. Deuxièmement, il n’avait pas promis une inversion in extremis, ou un rebond technique, mais un renversement de tendance durable.


Du même auteur :

  • Hollande émet le vœu de « réduire la dépense publique », Contrepoints, 01/01/14.
  • Légitimité zéro : qui peut encore sauver la France du quinquennat perdu de François Hollande ?, entretien à Atlantico.fr, 30/10/13.
  • Conférence de presse : Hollande tourne en rond, Contrepoints, 17/05/13.
  • Hollande veut forcer sa nature, Contrepoints, 16/03/13.
  • Hollande veut être « au plus haut », Lecercle.lesechos.fr, 16/03/12.
  • Hollande entre Mitterrac et Chirand, Marianne.fr, 12/01/12.

Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

 

Voir les commentaires (71)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (71)
  • Pardon mais le seul point tangible est la création de ces 3 comités Théodule supplémentaires, la seule promesse crédible.

  • Vous oubliez « antisémitisme ». En plus de « racisme ». Deux mots clés, valise, orwéliens, prononcés lors de son chapitre sur l’école.

    Pour le reste, la synthèse est bonne : double langage.

    Double speak, pour rester dans le registre orwélien.

    Ainsi la Sécu… « le bien de ceux qui n’ont pas de biens » !

    Là aussi… on préserve… tout en faisant des économies… Ridicules… Puisqu’il a reparlé des… génériques (!!) et des médicaments trop prescrits (anti dépresseurs)… alors que le problème de la Sécu c’est l’Hôpital public, et les salaires….

    Bref, Hollande c’est l’alchimie de la médiocrité. C’est Bayrou sous stéréoïdes ou amphèt’.

    Un coup à gauche, un coup à droite, zou, je suis énarque, je fais une synthèse.

    C’est mimolette.

    Ajoutez à cela sa traditionnelle auto satisfaction : « la croissance est là », la courbe de ce que vous savez (non pas la cambrure de Julie) est inversée, on a déjà coupé dans les dépenses, etc.

    Hallucination collective.

    Il y a un an, c’était le CICE (qui s’en souvient aujourd’hui ?) ainsi que la boîte à outils…

    Seul fait saillant : il a officiellement rappelé ce fait indéniable : « le taux de marge des entreprises françaises est historiquement bas ».

    Tout le reste : de la merde dans un bas de soie.

    Ce type est une engeance.

    Clou dans le cercueil : l’obsession des journalistes français (celui de l’AFP en particulier, le petit kapo gauchiste)… une question de vocabulaire !… « Pouvez–vous dire que vous êtes social-démocrate… voire social-libéral ».

    France, cinquième puissance mondiale…

    Qu’on en finisse. Et vite. Il y a urgence.

  • Fin des cotisations fam. ? 1) pour l’instant c’est une promesse. 2) la liste des conditions pour accéder a cela est tellement longue, fastidieuse, coûteuse et inintéressante? Que vous devriez reviser votre positivité vis a vis de ce discours. Du flan, rien d’autre.

  • Le président du MEDEF s’est réjoui de l’annonce de la suppression, d’ici 2017, de la cotisation de 5,25% sur les charges patronales pour financer les Allocations Familiales.
    Donc ça veut dire que cette diminution de charge patronale, jusqu’ici payée par l’entreprise à l’URSSAF , ne sera pas reversée aux salariés.
    De quoi foutre un gros coup de deception, à ceux qui escomptaient récupérer dans leur salaire net les diminutions de charges patronales.

    • « De quoi foutre un gros coup de deception, à ceux qui escomptaient récupérer dans leur salaire net les diminutions de charges patronales. »

      Ce genre de baisse de charge devrait normalement se voir, à terme, sur les salaire. C’est normalement l’un des effets de la concurrence de passer d’une baisse de charge à une hausse des salaires. Evidemment, avec 10% de chômage, un code du travail quasi-sovietique et un monde de l’entreprise ultra-régulé, la concurrence ne risque pas de faire son oeuvre. Sans oublier les grilles salariales négociées avec les syndicats.

  • Il est content de lui, c’est le principal. Il sera payé par nos impôts pendant encore longtemps, il a donc l’esprit tranquille.

    Au fait, comment seront alors financés les allocations familiales, à moins que leur suppression ne soit son objectif ?

    • Une part par la réduction progressive du CICE, le reste par le retour de la croissance. Facile, non ?

      • Oui bien vu ! la pathétique référence au retour de la croissance ds son discours : « elle peut revenir »  » elle va revenir » il en parle comme si c était un être magique qui pourrait arriver à point….On dirait un chaman qui fait la danse de la pluie…

  • Le plus consternant c’est le global satisfecit des journalistes après cette mascarade. Hollande a été élu sur un programme qui est l’exact contraire de ce qu’il faut faire (écouter la communiste Marie-Noëlle Lienemann sur RMC chez Brunet ce jour) et qui n’arrive pas à se désengluer de cette incroyable contradiction.

    Les journalistes sont contents, on va pas remettre en cause le modèle social hein! Les subventions à la presse vont continuer à pleuvoir alors qu’Hollande reconnaît lui même qu’en cas de grandes difficultés financières, il faudrait privatiser la sécu (!)…

    Sur le reste, Valoche, circulez il n’y a rien à voir, et les journalistes aux ordres d’obéir.

    Lamentable.

  • M’bala M’bala a quitté l’humour pour la politique; Hollande, pour sa part, a quitté malgré lui la politique pour l’humour.
    Le monde entier raille notre président de la république et le dit nul : en économie c’est certain, et il vient de le prouver une nouvelle fois.
    Mais achtung : il est fort, très fort même dans la catégorie où il joue désormais.

    Expert du déballage emphatique d’expressions incompréhensibles,
    professionnel de la juxtaposition pompeuse et absconse,
    champion du galimatias amphigourique,
    grand maitre du charabia inintelligible,
    sans honte mais avec suffisance, doctement, il nous abreuve ad libitum d’une piquette de son cru logorrhéique.
    Des expressions obscures et clownesques dont lui seul a le secret et qui jalonnent des discours pitoyablement creux :

    CHOC DE SIMPLIFICATION
    CHOC DE MORALISATION
    (C’est creux mais ça jette, ça : CHOC)
    CHOC DE COMPETITIVITE
    CHOC BUDGETAIRE
    CHOC FISCAL
    (Si on remplace CHOC par PACTE, ca marche aussi. Ca ne veut rien dire non plus mais c’est joli)
    PACTE DE COMPETITIVITE
    PACTE BUDGETAIRE
    PACTE FISCAL
    Et pourquoi s’arrêter en chemin puisque le ridicule ne tue pas?
    On dit bien PACTE REPUBLICAIN
    Il sait faire du vertigineux, repris sérieusement par des medias qui s’échinent à décoder un truc ou il n’y a rien à comprendre!
    PACTE POUR L’EGALITE
    PACTE POUR LA CROISSANCE
    PACTE PRODUCTIF
    PACTE REDISTRIBUTIF
    PACTE EDUCATIF
    PACTE SOCIAL
    PACTE GENERATIONNEL
    PACTE D’AVENIR
    PACTE DE STABILITE
    PACTE DE CROISSANCE
    PACTE DE CONFIANCE
    PACTE DE RESPONSABILITE

    Comme Zavatta sortant à l’infini des instruments de musique de ses poches en psalmodiant « j’en ai un autre », Hollande est intarissable.
    Et la liste n’est pas exhaustive :

    CONSEIL STRATEGIQUE DE LA DEPENSE PUBLIQUE
    CONSEIL DE L’ATTRACTIVITE
    REDRESSEMENT PRODUCTIF
    EMPLOI D’AVENIR
    PAUSE FISCALE
    BOITE A OUTILS
    CONTRAT DE GENERATION

    Mais désormais on est fatigué.
    L’effet de surprise anesthésiant du début a disparu.
    Pathétique, puis risible, puis hilarant, aujourd’hui, il nous saoule.

  • tout de mème ! quel étalon !

  • J’ai juste compris qu’il n’avait rien compris.

    J’ai retenu plusisuers choses:

    – Il n’en prend pour des jambons en se retranchant derrière l’excuse de la vie privée pour ne pas répondre sur ses moeurs, oubliant volontairement que sa vie privée est financée par nous… Les gardes du corps qu’on lui paye n’ont pas vocation a servir mme.Gayet, par exemple… D’autre part, puisqu’il n’est officiellement pas le concubin de Mme.Trierweiler quand il s’agit de l’impot sur la fortune, que fait elle à l’Elysée avec nos sous en poche? Est ce que nos impots ont vocation à financer le harem de Monsieur? Ah oui, non mais c’est privé, ne regardez pas et ça ira.
    Pas un journaliste pour contredire notre bon Roi.

    – Il nous a refait le coup de l’antisémitisme, qui se base sur des accusations douteuses, sans preuves. Le benêt semble fier de s’être offert le scalpe d’un simple humoriste que les médias taillent en pièce depuis 10 ans. On a les victoires que l’on peut, n’est ce pas… La vengeance personnelle est un plat qui se mange, la chanson de la quenelle est visiblement mal passée….
    Là encore, les journalistes ne s’offusquent guère du manque de preuves de l’accusation, du caractère ridiculement excessif de la procédure pour pas grand chose, ainsi que de la décision expresse (2h top chrono) et totalement indépendante du Conseil d’Etat sur la question…. Non, on s’en fout ici.

    -Le Credit d’impot compétitivité sera bien mis en place. Encore une subvention de merde qui aura donc un effet négatif de plus. On va encore nous taxer de l’argent pour financer cette daube. Notre piniouf dit non, mais on sait bien que si. Les crédits seront a coup sur accordés a la tête du client, et de plus, il favorisera la fraude. Mon père était lui même dans un secteur visé par des crédits d’impot très généreux à une époque (la climatisation). Résultat: des centaines d’entreprises frauduleuses ont poussé à travers le pays, profitant du CI pour vendre à tout va avant de s’évaporer avec le pognon. A noter que le crédit d’impot avait fait augmenter d’autant les prix. Bah oui, si vous avez 50% de crédit d’impot, la machine qui vaut 10 000€ sera vendue 20 000…. Ici ce problème ne devrait pas se poser, mais d’autre se poseront. Pour commencer, en quoi ça va inciter les entreprises à embaucher ou les gens à entreprendre? Ce n’est qu’une mesure temporaire. Si on veut que les entreprises embauchent et investissent, si on veut que les gens créent des entreprises, il faudrait peut etre songer à leur redonner un horizon, et pas un bricolage sur quelques années. Que quand un mec se dit qu’il va créer sa boite, qu’il puisse se projeter sur 10/15 ans au moins, sans se dire que, si ça se trouve, d’ici 1 an, les règles auront de nouveau changer et que son projet viable à l’instant A ne le sera plus à l’instant B…. Mais notre président est certainement incapable de comprendre celà.

    -Abaissement des charges sur les entreprises. Double quenelle. D’une part, la différence sera réglé par le salarié. Donc nouvelle perte de pouvoir d’achat qui jouera sur les entreprises, immanquablement. Il ne suffit de transposer les impots de A sur B pour que ça marche….
    Deuxième quenelle: Môsieur va réclamer des contreparties! Et ce con nous explique en plus qu’il faut redonner des marges aux entreprises! Mais qu’en même temps, ces quelques milliards de moins de charges (qui ne représentent en réalité pas tant que ça) devront se traduire en emplois! La vérité, cher François, c’est qu’il faut que les entreprises françaises restaurent leurs marges avant d’employer. Les forcer a employer avant de restaurer leurs marges reviendra a faire du surplace, ou quasiment.

    -Dernier point, et c’est le plus grave de tous: 50 milliards de dépenses en moins…. Sur 4 ans! Soit une baisse des dépenses faramineuses de….. 1%! Là où il faudrait sabrer au moins 50 à 60% des dépenses, monsieur Hollande nous promet 1% de moins…. D’ici 2017. Autrement dit, monsieur Hollande ne fera que compenser l’inflation, ce qui signifie que la dépense ne bougera pas d’un iota. Sachant que les prévisions de recettes sont en baisses, et que de toute façon, elles sont à des années lumières de la dépenses, comment compte-t’il tenir les comptes ainsi jusque 2017?!

    La vérité, c’est qu’aujourd’hui il nous faudra à la fois du courage et du bol pour nous en sortir. On a 300 milliards de recettes et 1200 milliards de dépenses. Il faudra donc nécessairement faire chuter le taux d’imposition pour augmenter les recettes (autour de 25%) et diminuer les dépenses d’au moins 600 milliards, en tablant sur des recettes qui doublent. Ce qui n’est pas impossible, mais demandera quand même un peu de chance et un changement de mentalité surtout.
    Et compte tenu du trou de balle qu’on a au pouvoir, autant dire qu’on a bien plus de chance de décrocher l’Euromillion trois fois de suite :).

    • « On a 300 milliards de recettes et 1200 milliards de dépenses.  »

      Vous comparez les dépenses publiques générales (y compris locales et sociales) avec les seules recettes de l’Etat. Les recettes sont plus proches de 1 000 milliards d’euros.

      • Peu importe a vrai dire, ça veut quand même dire que plus de la moitié du PIB est pompé par l’Etat! Donc que les salariés et l’entreprises, qui produisent, ainsi que les actionnaires, qui apportent le capital, se partagent à eux trois moins que ce que l’Etat prend! C’est fabuleux comme système.

  • Vous exagérez quand même. Le choc de simplification, tout le monde le voit ! La preuve, nos cartes d’identité sont désormais valables 15 ans.
    Pour le reste, la bonne vieille langue de bois habituelle qui fait bien attention à ne jamais donner d’engagement précis, chiffrés, argumentés et vérifiable. D’ailleurs, on parie que la fin des cotisations familiales d’ici 2017 sera abandonné d’ici…2017 justement ? On trouvera bien toutes les excuses possibles (le modèle français qui favorise la famille et la natalité, le déficit budgétaire qui impose un report de la mesure, etc.) et, surtout, on pourra compter sur l’oubli des journalistes et de la populace.

  • Eh oui ! Seul olivier Mazerolle a eu le courage de poser une vraie question pleine de bon sens et
    cernant précisément le vrai visage du locataire de l’Élysée… Ou du motard de la rue du cirque…
    Le monsieur loyal du cirque de cette triste fin d’après midi étant le journaliste de la presse PRESIDENTIELLE … (si , si ça ne s’ invente pas ) chargé de poser … pardon de donner la réplique … enfin la main à son mentor.

  • « Hollande y annonce la fin des cotisations familiales payées par les entreprises d’ici 2017 et l’inscription du CICE dans ce processus »

    Conclusion : les entreprises seront « déchargées » du paiement des cotisations d’allocations familiales qui seront transférées « à la charge » des revenus du citoyen lambda…C’est beau le « socialisme à la Flamby !…

  • Pour l’histoire des 30 milliards d’allègement de charges lié à la suppression des cotisations versées par les entreprises, je ne le crois pas du tout. Je ne vois pas comment il pourra financer les allocations familiales, à moins de les supprimer purement et simplement…

  • Moi, j’ai une question simple : pourquoi tout ce qu’il promet est à échéance de sa réélection ??????? Parce que jusque là, il baise ?

    • Grande question en effet. La seule chose qui devrait être faite avant la fin de son mandat devrait être la légalisation de l’euthanasie (encore une question de société épineuse)… Avouez que ça laisse songeur….

    • @Jeff
      Enfin quelqu’un a compris que c’était du foutage, le vrai message est « je ne changerai rien, juste au moment de la passation du pouvoir. » Le raisonnement dans ce pays devient problématique, certainement la propagande ?

    • Apparemment, dans ce domaine il a l’air d’assurer .

  • Il faut être fou pour croire que ce président allait changer quelque chose à son dogme socialiste/collectiviste.
    Les miracles n’existent pas. Point.

  • Hollande a déduit de la maxime « on ne sort de l’ambiguïté qu’à ses dépens » tout l’avantage qu’il y avait à y rentrer plus profondément. Entre « je suis social-patriote » et « je nierai ne pas être social-démocrate », les médias ont conclu à un super-Schroeder.

    Mais en fait, le seul résultat est d’avoir lancé un sujet qui occupera le buzz pendant toute l’année et même peut-être jusqu’à 2017, cette affaire de cotisations patronales famille. Déjà les salariés, encouragés par la présentation qui en a été faite, en demandent leur part, afin d’éviter que « les patrons ne les utilisent pour augmenter leurs marges indécentes ». Tout est dit.

    L’emploi et les investissements résultent directement du taux de marge des entreprises. Voilà la seule parole, que nous n’avons pas entendue, qui n’a rien d’iconoclaste, et qui aurait été la marque d’un virage social-démocrate (il ne faut pas rêver, ça n’est pas de Hollande qu’on peut attendre même une pincée de libéralisme) qui aurait pu nous éviter le mur ou repousser l’échéance. Réjouissons-nous donc ! Il n’y en a plus pour longtemps, hier nous avons passé le point de non-retour.

    • Une précision technique : les « 30 myards »… c’est en fait 30-20 (le CICE) donc… 10 de mieux.

      Pas de quoi casser 3 pattes à un canard. Et 10 avec un « observatoire des contreparties » ! 😉

      Pour le choc on repassera.

      Bref, tout est virtuel. Autant que la non réduction des dépenses.

      Il donnera un hochet politique : certaines régions fusionneront. « Choc de simplification ».

      Sa seule habileté : gagner du temps avec son mantra « d’ici 2017 ».

      Cela entretiendra donc en effet le buzz. En tout cas durant tout 2014… Après…

      • Closer est candidat pour l’observatoire des contreparties ? Tout contre, triangulaires.

        Comment font les journalistes pour se retenir de rigoler ?

      • 10 milliards soit 0.5% du PIB sur les 4 ans qui lui reste avec des prévisions de croissance à 2% en 2016 et 2017 … Bref, des cacahuètes en comparaison des augmentations des deux dernières années !

        Conformément à ce qui était attendu, le CICE sera donc plus ou moins abrogé pour la fin de son mandat afin de récupérer les moyens nécessaires à la politique démagogique nécessaire à sa réélection …

  • Pour moi, le seul point tangible c’est qu’il ne fait pas du libéralisme, « c’est même tout le contraire » a-t-il affirmé sans honte. Donc, il fait du collectivisme, il le reconnait!

  • Je ne suis pas sur d’être convaincu par Hollande « d’ici 2017 ». Les entrepreneurs seront-ils aussi convaincus et vont-ils commencer à envisager d’embaucher « d’ici 1017 » ?

    Il a promis de clarifier sa situation baiso-sentimentalo-matrimoniale « d’ici 2017 ». Peut-être trouvera-t’il un moyen de freiner la fuite des cerveaux et des capitaux « d’ici 2017 ».

    Avec Hollande, le « n’importe quoi » c’est maintenant, le réalisme c’est « d’ici 2017 ».

  • Un ancien Premier Ministre UMP dit dans un article connexe sur son blog que l’ancien premier sectaire du Parti Socialiste l’a entendu et qu’enfin il prend les bonnes décisions ( http://www.lepoint.fr/politique/raffarin-salue-la-vision-lucide-de-hollande-15-01-2014-1780375_20.php ). Dans cette attitude, l’on voit comment les crétins de la République Française se tiennent les coudes, dans leur mépris du peuple et des réalités économiques tangibles, doublés d’une incompétence qui ne leur permettrait même par d’accéder à un niveau de cadre moyen d’une multinationale. L’art du vide sidéral en vision stratégique est bien la marque de la fabrique à crétins que représente l’ENA en France. L’art du discours vide pour gogos qui l’accompagne, la symptomatique de la persistance de la croyance que le peuple ne comprend rien et gobera les mouches : (avec les intonations interrogatives en fin de phrase) « Il y a du chômage. Je le vois. Il y a de la souffrance. J’en suis conscient. C’est terrible le chômage. Les hommes et les femmes ont besoin d’un travail pour vivre et se nourrir. Sinon, ils ne peuvent avoir une maison. Construire une vie, une famille. Je vais baisser les charges des entreprises. » Et tutti quanti dans tous les domaines… « Il y a des arbres dans la forêt. J’en suis conscient. C’est bien les arbres. Ils produisent de l’oxygène par la photosynthèse. Grâce au soleil ! Il faut faire attention au soleil. C’est important pour la vie des hommes… »

    On sait que cette baisse de N0 milliards d’€ ne va faire que permettre aux entreprises de revenir au niveau zéro après Sarkozy. Il ne nous prend pas que pour des billes. Il joue aux billes avec nos têtes sur son tas de sable. Cet homme est constitutionnellement le Président de la République – encore que la vérité sur la fausse déclaration de patrimoine n’est pas franchement établie… ce qui constitutionnellement est une mesure « d’ impeachment » -. Mais psychologiquement en fait, il est plus l’ado post-boutonneux qui sort du tunnel que fût sa carrière professionnelle entre sa sortie de l’ENA et l’accession à la Présidence. Normal (1er) qu’il soit complètement à côté de ses pompes. Il drague la comédienne et vire la journaliste comme s’il était en dernière année de Sciences Po ou d’HEC, comme un mec qui commence dans la vie et qui ne sait pas encore très bien ce qu’il veut, et il nous dit que c’est normal, tout en haut de l’Etat, devant la France effondrée et le monde hilare. C’est tout ce que l’on voit à l’écran et que l’on entend comme résonance des 4 coins du monde. D’où sort-il cet hurluberlu ? Ou va la France ? disent tous les commentateurs encore lucides en France (peu ou plus dans la presse alignée – cf la niche fiscale qui fait toujours revenir le journaliste à la niche ) et la totalité des commentateurs étrangers qui se réjouissent de l’incompétence de ces messieurs pour enfin en finir avec l’orgueil démesuré du coq gaulois. Il change aujourd’hui de chemise car il sent que cela gronde en France, mais l’objectif ultime est uniquement de rester au chaud. Voir le montant de la retraite d’Ayrault où Charles Gave prouve par les chiffres qu’il maîtrise parfaitement qu’il faudrait une fortune personnelle capitalisée de 30 millions d’€ pour avoir droit au même montant annuel. Hollande ne doit pas être en reste avec tous les postes cumulés qu’il a occupés comme son mentor, le menteur maladif et ex-Roi fainéant de la Corrèze. Le reste, ils s’en tapent. Ces personnages sont plus intéressés par leur poste que par ce qu’ils pourraient en faire avec le pouvoir qu’ils détiennent. Son revirement est seulement dû à sa cote de popularité qui doit maintenant probablement être sous les 10%, voire les 5%. Son discours d’hier est juste un petit discours calibré pour enlever un peu de pression à la cocotte française prête à exploser. Les perspectives sondagières des élections de ce Printemps montrent une UMP et un FN à 36% l’un et l’autre… Que dire de plus ? Sinon, dès aujourd’hui, il va reprendre contact avec sa vraie vie. Maîtresses et concubines, parafeurs à signer (il n’a pas encore opter pour le tampon encreur mais il y pense), serrures de l’Elysée, qu’il faut bien réparer ! Comme son prédécesseur à Versailles.

    Intéressant de relire l’histoire de Turgot, des fermiers généraux et de leur enceinte autour de Paris pour comprendre comment naît une révolte sourde et inexorable. Sans bien sûr parler du départ historique des Huguenots après la Révoc’ dont le précédent bruisse de fond dans le Landerneau politique français. Je connais de plus en plus de Français qui vont demander l’asile politique ailleurs, mais aussi le changement de nationalité. Comme moi ! On ne s’y retrouve plus dans cette France. Ce n’est plus la France, c’est la bolchevie Française.

    Pas sûr que le destin et l’avenir de tout cela soit bien différent de ce qui s’est passé ailleurs ou avant ! Je le vois dans ma commune. La méfiance et la peur sont sur tous les visages. Personne ne parle. Tout le monde s’attend au pire. L’ambiance est sordide, à la délation, à la dénonciation, aux calomnies, à la diffamation, à la recherche de boucs-émissaires. Pitoyable peuple français et son gouvernement immonde ! Qui n’aime tant que ces situations désespérées et les cultive culturellement par son vote, par son insondable bêtise politique et économique, dans son inconstance tragique matérialisée et entretenue par l’esprit girouette de ses représentants. Que peut-on attendre d’un pays qui a idéologiquement, comme administrativement et économiquement, 50 ans de retard dans un monde où chaque journée de travail compte, où les informations circulent à la vitesse de la lumière, que cela soit mal ou bien, bien que ce soit factuel ?

    • Pitoyable peuple français et ses représentants qui se réjouissent des cacahuètes apéritives alors qu’une grande majorité commence à crever de faim.

  • Ce qui a été manifeste lors de cette conférence de presse c’est l’incapacité des journalistes a posé des questions sur « la vie privée » du président. On les sentait mort de trouille , exactement comme si on était en URSS. Aujourd’hui on apprend que Gayet avait été nommée au jury de la Villa Médicis : il place donc ces maîtresses comme un vrai monarque.
    Quant à son programme « social démocrate » , le mettre en place lui demandera tellement de temps que les entreprises auront le temps de couler.
    En fait tout comme Sarkosy , sa vie personnelle est tellement prenante qu’il n’a pas eu le temps de s’occuper de la France. Pour Sarkosy , il lui a fallu six mois avant de reprendre ses esprits et c’était déjà trop tard ; Hollande, lui, se réveille au bout d’un an et demi …

    • Parce que les journalistes français sont très respectueux de la vie privée… mais alors qu’ils m’expliquent comment il est possible que tous se taisent à la promulgation de l’article 13 de la loi de programmation militaire qui instaure l’accès généralisé aux données internet des citoyens.

  • Enfin une lueur d’intelligence dans la nuit sidérale social-démocrate, avec cette remarque présidentielle : « l’offre crée la demande » ! Quelle illumination ! Ce n’est pas comme si on martelait depuis des décennies cette banale réalité à ces foutus nuisibles d’idéologues socialistes.

    Si on rapporte l’urgence économique à la vacuité du discours politique, tous partis étatistes confondus, la lueur paraît toutefois bien faible et fragile. En effet, on maintient obstinément l’Obèse intact, les 50 malheureux milliards de pseudo-économies n’y changeant rien en substance (à peine 4%, soit l’inflation cumulée jusqu’en 2017). Nous savons en effet que ce sont au minimum 300 milliards de dépenses publiques hors inflation (400 milliards avec inflation) qu’il est nécessaire de liposucer pour simplement remettre l’Obèse dans la moyenne européenne. Bref, les causes fondamentales à l’origine de la ruine de la France demeurent inchangées. Et encore, au-delà la liposuccion, ce sont bientôt deux anneaux gastriques qu’il faudra envisager, c’est-à-dire l’interdiction des dettes publiques d’une part et le plafonnement constitutionnel de l’ensemble des prélèvements obligatoires à moins de 20% du PIB (30% en cas de guerre) d’autre part.

    A propos de l’exigence de contreparties, le piège est grossier qui consiste à placer les entreprises en situation de responsabilité. Il s’agit ni plus ni moins d’accuser l’économique de l’échec annoncé du politique. Le patronat doit refuser d’entrer dans cette pathétique manipulation. Puisque l’Obèse reste obèse, la ruine de la France est certaine. Sachant cela, pourquoi les entreprises se placeraient-elles volontairement en situation de bouc-émissaire ? Elles doivent refuser fermement de négocier quoi que ce soit. Les entreprises n’appartiennent pas à l’Etat obèse, elles n’ont strictement aucune contrepartie à donner aux politiciens. A quel titre les victimes devraient-elles donner des contreparties à leur bourreau ?

    Laissons donc la caste politicienne assumer sa totale responsabilité dans la crise terminale de la social-démocratie ! A-t-on encore besoin de ces minables (citation) politiciens ? Bien sûr que non !

    • « A propos de l’exigence de contreparties » …
      Tout pareil que vous. Pour qui décortique sa manière de procéder, il s’agit de présenter une facture à quelqu’un en déclamant aux témoins qu’on est dans le dialogue et là pour faire avancer les choses. C’est évidemment totalement à l’inverse d’une position libérale et responsable.

  • Les choses sont au moins clarifiées concernant les charges patronales suite à la decision de supprimer les charges patronales d’allocations familiales
    Les niais qui croyaient au vertu du patronat de verser un « salaire complet » peuvent pleurer
    Ce qui n’ira pas dans les caisses de l’URRSAF ira dans la caisse de l’entreprise mais certainemnt pas dans le salaire net des employés

    • Bof ! Ce n’est qu’une manipulation socialiste de plus, diviser les Français pour mieux régner. Le salaire complet doit évidemment accompagner la privatisation complète de la SS. Sinon, il n’a aucun sens.

    • Quel mal voyez-vous à ce que ça aille dans les caisses de l’entreprise ? Si ça y va, l’entreprise peut l’utiliser pour acheter de nouvelles machines, embaucher, baisser ses prix et conquérir des marchés. Si par contre on ne change pas votre salaire brut, et donc rien au développement des entreprises, n’oubliez vous pas que si vous touchez directement la part familiale, il vous faut soit renoncer aux prestations, soit les financer sous votre propre responsabilité ?

  • Pierre Gattaz, sur itélé était dubitatif; il a trouvé que le discours de Hollande restait flou. J’ai vu le désespoir dans ses yeux…

    • D’un autre côté, qui peut croire ou espérer une décision concrête et une prise de décision tranchée de la part de Hollande. Les dirigeants des PME agiront non en fonction des déclarations de Hollande mais en fonction de leur marges financières et de la demande pour leurs produits. Ils ne vont surement pas embaucher sans perspectives claires sur les coûts et l’activité économique.
      On peut peut-être influer sur le « moral des ménages » par des grands discours (dans le cas présent, l’influence est plutôt à la démoralisation) mais on ne décrète pas la croissance.
      Rien de concret = pas de baisse du chomage ou de relance à espérer. Au mieux, un peu moins de faillites de PME mais avec l’augmentation de la TVA je ne parierais même pas la dessus.

  • La baisse des cotisations familiales se fera jusqu’à 2017, on a donc le temps avant de voir venir. Mais étant donné qu’aucune coupe claire dans les dépenses sociales par ailleurs n’est avancée, il faudra bien les récupérer, par les impôts par exemple.

  • Avec une publication sur sa vie privé quelques jours avant cette conférence de presse, l’animal pouvait miser sur une présence importante de journaliste de tout pays. Il pouvait donc faire une entrée fracassante dans des déclarations d’orientation politique forte.
    Le scénario était maîtrisé, mais l’acteur a raté sa prestation. La BBC a coupé sa retranscription en direct dés la première réponse, indiquant par là que tout le reste du menu de la soirée était déjà clairement connu de tous : du flan. Les imprécations de Hollande n’ont pas changé la courbe du chômage, celles de hier n’ont aucune chance de relancer la croissance qu’il espère. Et les chiffres annoncés sont du pipi de chat qui montrent à sa cour qu’il prend des décisions, quand même ! et qui montrent à ceux qui connaissent le désastre qu’il n’a strictement rien compris au problème.
    Résultat, derrière tout ce charabia, on retient trois choses essentielles :
    – Il ne maîtrise pas ce qu’il se passe dans sa vie privée. Incapable d’aborder le sujet et de clarifier la donne, alors qu’on l’imaginait (pas moi, franchement, mais bon) tombeur et homme ferme dans sa vie privé, il se dévoile en direct et devant tous les journalistes comme un patachon, le nounours de ses dames.
    – Il manipule toujours sa cour comme il se doit ; les journalistes socialistes venus comme des poules à l’appel du fermier pour manger des graines repartent ventre plein et satisfaits ; il va mettre au pas les patrons et tout est là (caché dans les bois) : croissance, emploi, etc. On accélère le mouvement, qu’il a dit !
    – Il travaille pour sa réélection. En plaçant la menace de la France dans le personnage de Dieudonné, il pousse ses électeurs adversaires un peu plus à droite pour dépouiller l’UMP et conscientise son propre camps à une lutte pour la France, la République et tout le toutim contre l’antisémitisme. Politiquement habile, totalement désastreux pour la société.

    Et personne en séance pour lui jeter du popcorn à la face.
    Désolant.

  • la france est inréformable sans changement complet du système electoral.
    la seule solution qu’ont les dirigeants de gauche ou de droite, est donc de gagner du temps, en espèrant que la croissance tirée par les émergents ou les  » states  » reviendra, un jour, et profitera, un peu, au pays.
    ainsi, le déclin relatif, sera peut-etre accepter par les français sans qu’ils leur prennent l’idée de faire de l’histoire, comme en 1789, 1830, 1848, 1871… il y aura bien sur quelques réformettes, prélevement par ci, redistribution par la… tractation avec les syndicats ou autres organisations professionnelle…
    aprés, d’ici 20 ans, quand la génération des 30 glorieuses sera progressivement passée de l’autre coté de l’église, la situation du  » musée  » s’ameliorera peut-etre toute seule, sans que personne n’ai besoin de  » marcher sur 100.000 cadavres ?

    • Première disposition à prendre : obligation pour un fonctionnaire de quitter son emploi planqué s’il souhaite être élu, comme dans toutes les autres démocraties dignes de ce nom.

      • ce ne sera pas suffisant !

        il faut réformer dans l’autre sens: au niveau du collège electoral, par exemple:

        une voix pour tous le monde
        une voix suplémentaire pour ceux qui travaillentent
        encore une voix suplémentaire pour ceux qui travaillent à leur compte.

        évidemment pour pondre cela, il ne faut pas sortir de l’ena, et avoir un certain courrage politique.

        • Bien entendu, cette règle, ça donne trois voix pour chaque agriculteur hein ?

          • c’est vrai, je n’y avait mème pas pensé !!

            ce n’est pas une bonne nouvelle pour le pays: la profession agricole est la plus antilibérale, collectivisée et bornée qui soit en france ( peut-etre quand  » l’ordre nouveau  » aura été établi, faudra-t-il faire une exeption et leur donner 0 voix… )
            je pensais plutot aux commerçant, artisant, dirigeant de PME… tout ce qui a interet à bossé dure et à équilibrer le compte de résultat.

  • Je crois qu’il ne faut pas se leurrer. Le discours de Hollande n’a aucun intérêt. Il part dans tous les sens pour noyer une fois de plus le poisson. Il veut gagner du temps. C’est tout. Il fait ça depuis le début et il continue. Une fois qu’on a compris ça, on a tout compris.
    Il en profite quand même pour niquer les patrons en leur faisant porter la responsabilité future de l’échec

  • C’est marrant; voue écoutez encore ce guignol.
    Pourquoi ?

  • Bon article.
    Maintenant, sur le transfert des cotis fam, je demande à voir… le tout reposant sur le dialogue social…. on est pas rendu !
    En résumé, y a que dalle.

    •  » y a que dalle  » !!

      bonsang de bonsoir, mais c’est vrai… je n’y avais pas pensé: béatrice Dalle !! voila une actrice pour assouvir le tempérament du beignet !!

      avez vous son adresse ? numéro de téléphone ? si elle fait monter la température au delà de 37,2 °c le matin, la patrie est sauvée…

      • il faut bien dire que la béatrice a une bouche, mes amis, qui peut bien avaler aux moins trois  » réformes  » à la foi !!
        alors la  » réforme  » de soitfranc hollande, si grosse, si osée soit-elle, ça ne doit pas etre un problème:
        je vois déja les titres des gazettes: une actrice sur le retour avale une réforme à l’élysée !!
        de quoi relancer sa carrière ilico presto, avec peut-etre, sait-on jamais, une suite, un remake: béatrice avale une  » réforme  » au fort de brégançon…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles