Hollande : conférence de presse ou relooking extrême ?

Seul élément tangible : la fin des cotisations familiales payées par les entreprises d’ici 2017. Pour le reste, François Hollande excelle dans le double-discours.

Par Marc Crapez.

Francois-Hollande

Janvier 2008, un certain François Hollande reprochait au président Sarkozy une conduite où « il nous installe… comme des voyeurs » et un discours cosmétique où « il capte, capture, picore des références, des concepts ».

Aujourd’hui, le seul élément tangible de son discours figure à la rubrique « allègement du coût du travail ». Hollande y annonce la fin des cotisations familiales payées par les entreprises d’ici 2017 et l’inscription du CICE dans ce processus. Relancé par un journaliste de L’Opinion, il veut « être précis » et déclare que cette baisse des cotisations s’effectuera moyennant un arrêt du CICE.

Pour le reste, Hollande va créer 3 comités Théodule supplémentaires : Conseil de simplification, Observatoire des contreparties et Conseil stratégique de la dépense. Il veut « rassurer les frileux » sur l’Europe et « pourchasser » le racisme (terme déjà employé en novembre dernier). Concernant le statut de la Première dame : « je ne répondrai à aucune question ». Et il écarte un problème de failles dans sa sécurité.

Deux fers au feu

Il n’a pas eu droit aux questions gênantes : pourquoi n’a-t-il pas fait faire d’enquête préalable sur les lieux où il se rendait ? Ou encore : pourquoi, alors que le Tout-Paris savait, les journalistes sont-ils restés muets pendant plusieurs mois ? À l’époque de l’affaire Strauss-Kahn, la presse anglo-saxonne avait jugé sévèrement le silence des journalistes français au sujet des frasques de DSK antérieures à l’affaire du Sofitel. Cette rétention délibérée d’information fut perçue comme une déférence pour l’impunité des puissants, voire un « code du silence » propre aux élites françaises, selon l’expression du New York Times.

Se pose enfin la question de la duplicité éventuelle et toute mitterrandienne de celui qui garde deux fers au feu. Duplicité sur l’oreiller comme dans l’exercice du pouvoir. Du « changement c’est maintenant », on est passé, il y a quinze jours, lors de ses vœux, à un « les résultats sont forcément longs à apparaître mais ils sont là ». Où exactement ? Mystère. Aujourd’hui, Hollande annonce que le choc de simplification « est là ». Où ? Mystère. Et que le nombre de régions devrait varier. En plus ou en moins ? Mystère.

Tantôt il veut « produire plus » (vocabulaire de droite) et tantôt « ne pas procéder à des coupes budgétaires aveugles… et indifférenciées » (vocabulaire de gauche). Il excelle dans l’exercice d’équilibriste du double-discours. En 2013, pendant que les médias veulent voir dans ses discours l’annonce d’un infléchissement libéral de sa politique, il redonne à la capitale corrézienne, Tulle, un tribunal de grande instance supprimé par la réforme de la carte judiciaire de Rachida Dati. Et abolit la journée de carence instaurée sous Sarkozy, afin de donner des gages aux syndicats de fonctionnaires.

Le 30 avril dernier, en visite aux Mureaux, il déclarait : « J’ai d’ailleurs dit aux Français la vérité, hein, la courbe du chômage elle ne s’inversera qu’à la fin de l’année ». Comme s’il avait toujours courageusement prévenu que le chômage allait grimper durant un an et demi après son élection ! La vérité est toute autre. Premièrement, il avait commencé, le 9 septembre 2012, par promettre une inversion palpable dès l’année suivante, en août 2013. Cet engagement fut ensuite décalé de quatre mois, en décembre 2013, avec la complicité des journalistes et de la mémoire courte du public. Deuxièmement, il n’avait pas promis une inversion in extremis, ou un rebond technique, mais un renversement de tendance durable.


Du même auteur :

  • Hollande émet le vœu de « réduire la dépense publique », Contrepoints, 01/01/14.
  • Légitimité zéro : qui peut encore sauver la France du quinquennat perdu de François Hollande ?, entretien à Atlantico.fr, 30/10/13.
  • Conférence de presse : Hollande tourne en rond, Contrepoints, 17/05/13.
  • Hollande veut forcer sa nature, Contrepoints, 16/03/13.
  • Hollande veut être « au plus haut », Lecercle.lesechos.fr, 16/03/12.
  • Hollande entre Mitterrac et Chirand, Marianne.fr, 12/01/12.

Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.