Le loup dans la bergerie

Avec « Les loups de Wall Street », Martin Scorsese nous propose une véritable catharsis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le loup dans la bergerie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 janvier 2014
- A +

Par Alexandre C.

LE-LOUP-DE-WALL-STREET

Le dernier film de Martin Scorsese, Le Loup de Wall Street, est une adaptation à l’écran de la vie de Jordan Belfort (et de son livre The Wolf of Wall Street1), un trader rattrapé pour plusieurs fraudes dans les années 90. Malgré la performance de Leonardo Di Caprio, le film a particulièrement été égratigné par la critique notamment pour les excès qui y sont présentés : drogue, sexe, argent facile…

La fille d’un des anciens acolytes de notre Loup, Christina McDowell2 a vertement accusé le réalisateur et l’acteur principal du film de faire l’éloge d’un mode de vie qui a détruit la vie de milliers de personnes par la spoliation de biens. Outre cela, le film montre selon elle une image proprement misogyne de la femme, considérée comme un amusement au même titre que la drogue ou les voitures de luxe. Certains personnages féminins ont pourtant une certaine grandeur comme la première femme de Belfort.

Toutefois, à bien regarder le film, il s’agit bel et bien de la dénonciation des excès d’une bande de gens à qui tout échappe. Décemment, on ne peut pas croire un seul instant que l’un ou l’autre des deux hommes ne glorifie ce type de comportement. En réalité, le film, comme Taxi Driver en son temps ou bien Les Affranchis – deux autres monuments de Scorsese avec Robert de Niro notamment –, fait appel à la catharsis, c’est-à-dire à une représentation dramatique, exagérée jusqu’à l’extrême, d’une situation pour en dégoûter le spectateur. Et force est de constater que cela fonctionne à merveille, tant la déchéance de notre trader fou n’incite pas à suivre sa trajectoire professionnelle et personnelle. On rappellera au passage que l’homme a fait de la prison.

Alors un conseil, courrez-y ne serait-ce que pour le jeu des acteurs, les dialogues, certaines situations drôles mais aussi pour apprécier la chute sans fin et tragique de cet homme aujourd’hui reconverti en conférencier, une vie plus calme et respectable de ce qu’il était jadis. Preuve que la thérapie a marché sur lui aussi.

Le loup de Wall Street, biopic américain (2013), réalisé par Martin Scorsese avec Leonardo Di Caprio, Jonah Hill, Margot Robbie. Durée : 180 minutes.


Sur le web.

  1. Une suite intitulée Catching the Wolf of Wall Street est également sortie. Les deux sont devenus des best-sellers.
  2. Une transcription de cette lettre est disponible à ce lien.
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Jordan Belfort n’était pas trader mais broker ou courtier en français.

  • Désolé LM
    il n’était ni trader ni broker ni courtier mais un escroc excellent vendeur qui n’avait rien a voir avec Wall street dont on se demande comment il pu prospérer si longtemps

  • Sans contester la qualité du film, je crains qu’il n’accrédite encore plus l’idée socialiste selon laquelle la finance est perverse à cause de la cupidité des hommes (sauf les fonctionnaires, va de soi).

    Comme dit Sowell, j’ai essayé d’être plus cupide et je n’ai pas été mieux payé.
    La perversion de la finance par l’État, voilà le vrai sujet.
    Sans l’hubris des politiciens, pas de création monétaire débridée, pas d’effet de ruissellement pour enrichir la finance au détriment des autres, ni de bulle immobilière ou des édudes…

  • Ce qui est étonnant, c’est que les mêmes spectateurs
    qui idoleront le personnage par sa réussite, et sa quête frénétique de vanité, voir même aimeraient être à sa place
    Le haïrait s’il leur avait escroqué 1€

    Un peu comme celui qui achete des produits sous vides et qui critique son voisin pak il a un 4*4  »qui pollue »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
finance
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Jacques Handali.

Depuis qu’un groupe de petits investisseurs a fait perdre plusieurs milliards de dollars à des Hedge Funds, certains se demandent si une nouvelle force n’est pas en train d’émerger à Wall Street. La presse financière loue leurs prouesses, et il est désormais impossible pour ces communautés de particuliers d’échapper à leur quart d'heure de célébrité.

Leur cible ? GameStop dont le prix a été multiplié par 26 en un mois, passant de 18 à 480 dollars ! La presse est toujours friande de ces occurrences disru... Poursuivre la lecture

Par Franky Bee.

Alors que nos médias franco-centrés avaient le regard tourné vers l’Élysée et Matignon, guettant les éventuels signaux avant-coureurs d’un troisième reconfinement, la planète finance était frappée par un évènement d’une ampleur exceptionnelle.

En quelques jours, des groupes de milliers, voire millions, d’internautes, regroupés sous la bannière « WallStreetBets » - ou tout simplement « WSB » - ont mis la bourse américaine en ébullition. Et le symbole de cette action initiée à travers des groupes de discussion sur... Poursuivre la lecture

Par Sébastien Thiboumery.

Eastman Kodak, on l’oublie souvent, est l’inventeur du numérique. Mais par peur de mettre en péril son activité traditionnelle (la pellicule), l’entreprise a renoncé à provoquer le changement. Pour finalement le subir car d’autres acteurs (japonais) se sont engouffrés dans la brèche.

Après plus d’un siècle de fabrication d’appareils et d’équipements photographiques, Kodak a ainsi annoncé le 28 juillet 2020 sa reconversion partielle dans la fabrication de médicaments génériques. La Maison Blanche avait é... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles