Analyse du programme du parti libertarien belge

Parti Libertarien

Analyse des points fondamentaux du programme du Parti Libertarien belge (monnaie, justice, etc.) et de sa stratégie politique.

Par Ronny Ktorza.

Dans un précédent article, nous avions présenté le Parti libertarien belge et montré qu’une véritable branche alternative libertarienne se constituait petit à petit dans le monde, suite à l’échec de nombreux partis libéraux. Nous avions également étudié quelques axes du programme de cette formation politique belge.

Nous allons maintenant nous intéresser à d’autres points fondamentaux dudit parti (monnaie, justice et… stratégie politique).

Un autre point de la tribune de Patrick Smets mérite d’être souligné, tant il est susceptible d’intéresser les lecteurs de Contrepoints : le retour de l’étalon-or. On peut constater que le Parti libertarien belge n’est pas favorable à un abandon de l’euro. Cette position peut paraître étonnante pour un parti libertarien mais elle ne l’est pas tant que cela, surtout si on lit ce très riche article de l’économiste espagnol Jesús Huerta de Soto, lequel explique que de nombreux pays européens n’ont pas complètement sombré dans la récente crise économique du fait de la discipline monétaire introduite par l’euro. Sur la question monétaire, force est de constater que Patrick Smets a compris que ce thème, plus épineux qu’il n’y paraît, est la cause de la crise économique actuelle. En cela, le Parti libertarien belge propose des solutions véritablement innovantes que les partis de droite et de gauche traditionnels du pays ignorent, se désintéressant totalement de la question de la monnaie.

On sera toutefois beaucoup plus circonspect sur le système électif des juges de paix proposé par Patrick Smets. Certes, la justice de paix ne traite généralement que des affaires de faible importance mais introduire le virus « démocratiste » au sein de l’institution judiciaire n’est pas sans danger et le risque majeur est de privilégier une certaine forme de démagogie au détriment de la qualité professionnelle. Un juge verrait son indépendance rognée s’il devait s’adapter aux velléités, pas souvent pertinentes, du peuple en matière de justice. Il y a quelques années, un sondage, réalisé par l’Ifop pour Le Figaro, indiquait qu’une écrasante majorité des Français trouvaient que les juges n’étaient pas assez sévères. Visiblement, la plupart d’entre eux n’ont jamais mis un pied dans un tribunal… Pourtant, même s’ils savent que ce sentiment de « légèreté » n’est pas fondé, les juges, pour être élus ou réélus, accroîtraient la lourdeur des peines pour mieux coller aux aspirations populaires, fût-ce au détriment d’une bonne justice.

Patrick Smets parle également de l’indépendance de la justice, un principe que peu de monde, si ce n’est les pouvoirs exécutif et législatif, dénie. Tout dépend surtout de la manière de la mettre en place.

En revanche, nous ne pouvons qu’applaudir au fait que le président du Parti libertarien belge souhaite faciliter la mise en jeu de la responsabilité des juges, lesquels bénéficient, de facto et de jure, d’une immunité beaucoup trop importante.

De même, nous sommes heureux de voir que Patrick Smets défende le droit au port d’armes et s’inscrive, en ce sens, dans la tradition libertarienne.

Par contre, ce Parti s’est dit prêt à envisager des alliances avec – dit-il – des « partis de droite ou de gauche » pour les élections de 2014. Sans verser dans l’« isolationnisme », peut-on tout de même regretter que cette formation n’ait pas mieux suivi l’échec patent d’Alternative libérale, un ancien parti politique français qui a amorcé son déclin au moment où il fit le piteux choix de soutenir, sans réserve, François Bayrou à l’élection présidentielle de 2007 ?

Enfin, il aurait été salutaire que le Parti libertarien belge, à l’instar d’un Ron Paul, aux États-Unis, insiste sur le fait que le système étatique actuel tend à favoriser les plus aisés qui bénéficient de grandes largesses budgétaires. Le mouvement Occupy Wall Street est truffé de défauts mais il est né à la suite d’une révolte assez saine contre les plus puissants.

À noter que, récemment, en septembre 2013, le Parti libertarien belge a organisé une université d’été, invitant ce spécialiste de l’École autrichienne d’économie, GabrielGimenez-Roche.


Paru initialement sur 24hgold.