Analyse du programme du parti libertarien belge

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Parti Libertarien

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Analyse du programme du parti libertarien belge

Publié le 4 janvier 2014
- A +

Par Ronny Ktorza.

Dans un précédent article, nous avions présenté le Parti libertarien belge et montré qu’une véritable branche alternative libertarienne se constituait petit à petit dans le monde, suite à l’échec de nombreux partis libéraux. Nous avions également étudié quelques axes du programme de cette formation politique belge.

Nous allons maintenant nous intéresser à d’autres points fondamentaux dudit parti (monnaie, justice et… stratégie politique).

Un autre point de la tribune de Patrick Smets mérite d’être souligné, tant il est susceptible d’intéresser les lecteurs de Contrepoints : le retour de l’étalon-or. On peut constater que le Parti libertarien belge n’est pas favorable à un abandon de l’euro. Cette position peut paraître étonnante pour un parti libertarien mais elle ne l’est pas tant que cela, surtout si on lit ce très riche article de l’économiste espagnol Jesús Huerta de Soto, lequel explique que de nombreux pays européens n’ont pas complètement sombré dans la récente crise économique du fait de la discipline monétaire introduite par l’euro. Sur la question monétaire, force est de constater que Patrick Smets a compris que ce thème, plus épineux qu’il n’y paraît, est la cause de la crise économique actuelle. En cela, le Parti libertarien belge propose des solutions véritablement innovantes que les partis de droite et de gauche traditionnels du pays ignorent, se désintéressant totalement de la question de la monnaie.

On sera toutefois beaucoup plus circonspect sur le système électif des juges de paix proposé par Patrick Smets. Certes, la justice de paix ne traite généralement que des affaires de faible importance mais introduire le virus « démocratiste » au sein de l’institution judiciaire n’est pas sans danger et le risque majeur est de privilégier une certaine forme de démagogie au détriment de la qualité professionnelle. Un juge verrait son indépendance rognée s’il devait s’adapter aux velléités, pas souvent pertinentes, du peuple en matière de justice. Il y a quelques années, un sondage, réalisé par l’Ifop pour Le Figaro, indiquait qu’une écrasante majorité des Français trouvaient que les juges n’étaient pas assez sévères. Visiblement, la plupart d’entre eux n’ont jamais mis un pied dans un tribunal… Pourtant, même s’ils savent que ce sentiment de « légèreté » n’est pas fondé, les juges, pour être élus ou réélus, accroîtraient la lourdeur des peines pour mieux coller aux aspirations populaires, fût-ce au détriment d’une bonne justice.

Patrick Smets parle également de l’indépendance de la justice, un principe que peu de monde, si ce n’est les pouvoirs exécutif et législatif, dénie. Tout dépend surtout de la manière de la mettre en place.

En revanche, nous ne pouvons qu’applaudir au fait que le président du Parti libertarien belge souhaite faciliter la mise en jeu de la responsabilité des juges, lesquels bénéficient, de facto et de jure, d’une immunité beaucoup trop importante.

De même, nous sommes heureux de voir que Patrick Smets défende le droit au port d’armes et s’inscrive, en ce sens, dans la tradition libertarienne.

Par contre, ce Parti s’est dit prêt à envisager des alliances avec – dit-il – des « partis de droite ou de gauche » pour les élections de 2014. Sans verser dans l’« isolationnisme », peut-on tout de même regretter que cette formation n’ait pas mieux suivi l’échec patent d’Alternative libérale, un ancien parti politique français qui a amorcé son déclin au moment où il fit le piteux choix de soutenir, sans réserve, François Bayrou à l’élection présidentielle de 2007 ?

Enfin, il aurait été salutaire que le Parti libertarien belge, à l’instar d’un Ron Paul, aux États-Unis, insiste sur le fait que le système étatique actuel tend à favoriser les plus aisés qui bénéficient de grandes largesses budgétaires. Le mouvement Occupy Wall Street est truffé de défauts mais il est né à la suite d’une révolte assez saine contre les plus puissants.

À noter que, récemment, en septembre 2013, le Parti libertarien belge a organisé une université d’été, invitant ce spécialiste de l’École autrichienne d’économie, GabrielGimenez-Roche.


Paru initialement sur 24hgold.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • L’étalon or c’est pas vraiment l’exemple de la flexibilité. Cela a déjà existé (l’union latine) et ça a explosé.
    L’élection des juges ça n’a pas grand intérêt. Pourquoi ne pas élire les chefs d’entreprises?
    Le port d’arme aussi, c’est pas la législation qui empêche les gens de porter une arme c’est l’absente de nécessité d’en porter une.

    • « L’étalon or c’est pas vraiment l’exemple de la flexibilité. Cela a déjà existé (l’union latine) et ça a explosé. »

      Ca à explosé car ça ne permettait pas de provoquer d’inflation. L’étalon-or n’a pas exploser à cause de ses défaut intrinsèques, mais parce qu’il ne permettait pas aux politiques de faire leur magouilles. L’étalon n’est pas flexible, car il est stable.

  • Il ne suffit pas de sauter comme un cabri en criant : « Liberté ! Liberté ! ». Il faut du pragmatisme et du sens économique, sinon les idées libertariennes resteront marginalisées.

    • Je vois vraiment pas en quoi ce programme va aidé la Belgique. Je dis pas qu’a Charleroi on a pas besoin d’arme à feu…
      Ces mesures me semblent fortement inspiré de ce qui ce passe aux Etats Unis. Mais on peut pas dire que Ron Paul est de quelconque succès pratique dans la gestion local. Romney et son assurance santé obligatoire avait laissé de bien meilleurs souvenir.
      La Belgique à la chance d’avoir un gouvernement faible. Elle devrait cherchez à affaiblir le pouvoir des syndicats qui sont très fort. Privatiser tout ce que les flammands ne veulent plus payer. Privatiser les entreprises publiques. C’est faisable et ça rapporte.

  • Ce travail a le mérite de proposer une alternative cohérente.
    Mais il manque une hiérarchisation des actions et l’étude d’impact sur la mise en œuvre …,

    Je ne suis pas du tout favorable au libre port d’arme. Il ne s’agit en fait qu’une illusion de sécurité . Par contre , quiconque viole un espace prive avec de mauvaises intentions, il devrait le faire a ses risques et périls absolus…,

  • dans un recent article sur contrepoint, le mème parti libetarien belge propose de faire défaut sur la dette de l’etat belge ?
    a quoi va servir un étalon or si périodiquement, comme en grèce ou au san théodoros, on dit aux créanciers: désolé, mais y a plus de sous dans les caisses, on ne peut pas vous rembourser !

  • Concernant la monnaie, le parti libertarien veut arrimer l’euro à l’or mais il veut surtout la liberté monétaire complète (création et utilisation de plusieurs monnaies en concurrence). C’est le chemin le plus simple au lieu de vouloir supprimer carrément l’euro, ce qui nous rammènerait au temps béni des monnaies nationales avec inflation à deux chiffres et dévaluations permanentes.

  • Cher Ronny, comment ne pas percevoir un clash entre le pargraphe qui recommande pas d’alliance avec les partis, et le paragraphe suivant qui parle de Ron Paul ?

  • « Il y a quelques années, un sondage, réalisé par l’Ifop pour Le Figaro, indiquait qu’une écrasante majorité des Français trouvaient que les juges n’étaient pas assez sévères. Visiblement, la plupart d’entre eux n’ont jamais mis un pied dans un tribunal… »
    —————————————————

    Vous rigolez ? Notre pays est rempli de type de 25 ans qui ont déjà 20 condamnations… pour des faits de violence, de braquage armés etc, ça vous dit long sur les peines réelles.

  • Le droit au port d’arme sent le dogmatisme à plein nez sachant qu’il n’a plus de sens en Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Robert.

« Il serait très prématuré et je pense irréaliste de penser que nous allons en finir avec ce virus d’ici la fin de l’année ». C’est ce que vient de déclarer Michael Ryan, le directeur des opérations d’urgence de l’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.).

Contre la Covid pas de victoire rapide en vue selon l’OMS

Le monde est donc loin d’avoir tourné la page d’une pandémie qui a déjà fait plus de 2,5 millions de victimes à l’échelle de la planète. Au passage, les chiffres disponibles montrent qu’à ce stade, l... Poursuivre la lecture

Par Julien Pillot[1. Julien Pillot est enseignant-chercheur en économie et stratégie (Inseec U.) / Pr. et chercheur associé (U. Paris Saclay), INSEEC School of Business & Economics]. Un article de The Conversation

Le président de la République, Emmanuel Macron, l’a admis au détour d’une phrase lors de son allocution du 24 novembre 2020 :

« il semble impossible d’envisager une ouverture des [stations de sport d’hiver] pour les fêtes, et bien préférable de privilégier une ouverture courant janvier dans de bonnes conditions »... Poursuivre la lecture

Pierre Rokfussano.

L’incertitude liée à la pandémie actuelle est propice au foisonnement de propositions politiques de transformation de nos structures économiques. À ce propos, certains médias se font l’écho de la « stratégie du choc ». Ceux-ci prétendent que nos hommes politiques, vendus au néolibéralisme, entendent profiter de la confusion pour imposer ce programme.

Or, tout observateur attentif des médias constatera que les propositions étatistes et socialistes y sont prépondérantes. Pire, le di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles