Vœux de Hollande : cap ou pas cap ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2057 Hollande capitaine de Pédalo

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vœux de Hollande : cap ou pas cap ?

Publié le 3 janvier 2014
- A +

Par Pierre Duriez.

imgscan contrepoints 2057 Hollande capitaine de PédaloLes vœux qu’a adressé François Hollande aux Français ressemblent à epsilon près à ceux de l’an dernier. Priorité à l’emploi et à la baisse des dépenses publiques. On connaît la chanson. Dans cette antienne mille fois répétée, un nouvel élément est toutefois venu se glisser : le « pacte de responsabilité ». Difficile de ne pas penser au « pacte de compétitivité », sorti des cartons fin 2012 et qui avait accouché du CICE, mécanisme d’allégement des charges à l’efficacité surtout cosmétique. Rebelote ? Force est de constater que le « nouveau cap » pris par Hollande manque encore singulièrement de clarté. Et contient en apparence tous les motifs de l’enfumage.

Il était beau, notre président, martial, derrière son lutrin, à la tribune comme à la barre d’un vaisseau qu’à force de coupes, tonsures et amputations à tire-larigot, il a réduit à l’état de frêle esquif. Il fallait voir ça. Il y avait du Géricault dans la composition symbolique, du « Radeau de La Méduse » dans les lignes de force. « Ok, on a un peu déconné jusqu’à présent, on s’est échoué lamentablement, mais il n’y a pas de raison que la poignée de survivants n’accomplissent pas de grandes choses », pouvait-on lire en creux derrière son babillage de circonstance. Avouez, ça électrise.

L’Élysée avait promis des vœux combatifs. Aux armes. Sa Grosse Bertha prend les traits d’un « pacte de responsabilité » « fondé sur un principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes (…) et, en contrepartie, plus d’embauches et plus de dialogue social ». Bim. Hollande se met ainsi au diapason du Medef, qui s’est engagé il y a peu à créer un million d’emplois à condition qu’impôts et dépenses publiques diminuent.

Pierre Gattaz, président d’ordinaire tout feu tout flamme de l’organisation patronale, a la jubilation froide. Il se dit prêt à s’engager sur le front aux côtés du gouvernement, si ce dernier traduit vraiment ses paroles en actes. Et ce dès l’élaboration des projets de budget pour 2015, et non, comme prévu, pour la fin du quinquennat, en 2017. Sous peine de bouder les Assises de la fiscalité prévues au printemps 2014.

Douterait-il, l’ami Pierre ? On ne s’en étonnerait pas. L’allocution de François Hollande ressemblait à une partition pour demeurés, à du sous André Rieu mal dégrossi. Il y a des signes qui ne trompent pas. À quoi bon nous sortir une Symphonie du Nouveau Monde (no offense, Dvořák) si c’est pour reprendre, éternellement, les mêmes motifs ? La forme trahit le fond – ou son absence. Hollande recycle Hollande, voudrait nous faire croire que ça y est, cette fois c’est bon, n’en jetez plus, il a compris, mais s’abîme sur les mêmes écueils, dévide, éternellement, la même bobine de platitudes.

imgscan contrepoints cap hollande 2013-2540Quelles charges sont concernées par son « pacte » ? Pour quels montants ? À quel rythme ? On n’en saura pas plus. Peut-être faudrait-il recommander au président la lecture du Livre blanc publié par GEEA, groupe de parlementaires réunis sous la houlette d’Olivier Dassault. L’ouvrage, paru en décembre, en appelle à un « Big-Bang économique, fiscal et culturel ». « Big-Bang », vraiment ? Ça sent un peu l’esbroufe d’étudiant en marketing idéologique, cette affaire. Eh bien pas tant. Derrière la pompe, des idées, articulées autour d’une vingtaine de propositions : non remplacement de deux fonctionnaires sur trois, réforme de l’enseignement de l’économie au lycée ou encore multiplication des Business Angels, pour ne citer qu’elles.

« Quoi, des idées concrètes ? Las, vous n’y pensez pas ! Des révolutions ont été faites pour moins que ça ». Non, non, on plaisantait. Pas cap, on sait. On ne vous soupçonne pas d’autres aptitudes que celle de façonner un décorum en carton et en trompe-l’œil. De planter un décor sans relief ni substance, quitte à planter la France.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Flanby aurait plutôt une tête de Hell’s Angels vous trouvez pas ? ..

  • François Hollande, va sans nul doute continuer a moderniser un ays atomiser par 10 ans d’une droite qui ne savait pas gérer, et qui ne mérite plus de revenir au pouvoir. Il faut lui apporter tout notre soutien à cette tâche difficile.

  • C’est curieux cette manie qu’ont les s(oci)alauds de toujours dissimuler leurs coups bas derrière un « pacte » (merci à l’immortel Audiard).
    Un pacte c’est avec le Diable que ça se passe, non?

    • « pacte de responsabilite »….. ?

      Il n’a qu’a demander a Fabius « responsable mais pas coupable » dans l’affaire du sang contamine….

      Un peu genre Cahuzac qui n’a jamais eu de compte a l’etranger…..

      • etes-vous sur qu’il n’a jamais eu de compte à l’etranger ? vu la fortune de sa famille, il doit bien etre candidat à en avoir un ?

        • houps, j’ai lu trop vite…

          c’était pour fabius, qui selon certains était gené aux entournures quand on a commencé à parler de compte à l’etranger en 2012

  • @ LM, c’est du second degré j’espère!?

  • Ce qui est marrant c’est que vous l’écoutez encore.
    Pour moi le seul moment important est celui où il annoncera sa démission.
    Le reste, il peut le garder pour lui-même.

    • en france , à l’heure actuelle , un dirigeant ne démissionne pas ; la place est trop bonne ;et est ce que dans ce cas il aurait droit à sa retraite de président ?

      • Quand on est dans le camp du Bien, on ne démissionne pas. Ca reviendrait à reconnaître qu’on s’est trompé et qu’on n’est pas à la hauteur de la tâche.

        Quand on est socialiste, on est obsédé pathologiquement par le pouvoir et l’argent. Ca fait deux bonnes raisons s’accrocher à la place par tous les moyens.

        Mollande ne démissionnera pas.

  • « pacte de responsabilité »
    Ça veut dire quoi « responsabilité » pour un fonctionnaire => erreur => promotion
    Pour un politique ???, vont-ils rembourser le pays du montant de leurs erreurs ???, vont-ils aller en taule ???
    Ce mot n’existe pas dans le dictionnaire du fonctionnaire et du politique, comment peuvent-ils utiliser un terme dont ils ne connaissent pas le sens ???
    Une vraie bande de clowns, mais ils ne me font pas rire du tout, de mauvais clowns, je respecte les vrais pas les faux.

    • +1, c’est scandaleux qu’on fasse des procès pour tout et n’importe quoi alors que des personnes qui mettent un pays entier dans la merde soient impunies.

  • Ces effets d’annonce sont ridicules.
    Les mots choisis aussi: un pacte imposé aux entreprise s’appelle un diktat.
    Le pire est que tous se précipitent pour en discuter les modalités avant même de se poser la question si c’est une bonne idée.

  • Maintenant, il faudra voter pour, ceux ou celles, qui veulent « taper fort »
    Les réformettes ne suffiront plus. C’est de la dépense d’energie inutile.
    la plupart des militants de base de l’UMP veulent un grand coup de barre à droite et que ça tape fort contre les acquis sociaux du socialisme.

  • Hollande vient de faire savoir après le premier conseil des ministres de 2014, qu’il veut aller plus vite en gouvernant par décrets et ordonnances.
    C’est un premier pas vers la dictature.
    Compte tenu du soutien dérisoire qu’il a dans l’opinion publique, cette intention d’agir est digne de celle de la Corée du Nord.
    Il est temps que les Français se révoltent car ça ne peut plus durer.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/03/97001-20140103FILWWW00323-hollande-preconise-l-usage-des-decrets-et-ordonnances.php

    • Et Valls l’infamant veut organiser des manifestations contre l’infâme Dieudonné .L’on se croirait dans les années vingt ou la gauche allemande à briser dans l’oeuf la république de Weimar en paralysant l’essor démocratique et économique de l’Allemagne et participant ainsi à la montée du nazisme..

      • Oui, un ministre (?) de l’Intérieur, en exercice, qui appelle ouvertement à l’organisation de « trouble à l’ordre public » afin de pouvoir justifier… une action contre « trouble à l’ordre public »… ! tout cela dans l’optique d’achever une vendetta personnelle (?) contre un individu.

        Bienvenue dans la France « normale » 2014 du président « normal », AKA Neuneu Hollande.

        Et ce qui est d’autant plus stupéfiant… c’est la constance du Catalan.

        Hier ou avant hier sur RTL (« petit entrepreneur de la haine ») et ce matin sur Europe 1.

        Il aura au moins ce mérite : la constance dans l’infâmie.

        Et personne ne réagit…

  • « Réforme de l’enseignement de l’économie au lycée… » Je ne savais pas que l’Économie était enseignée au lycée. Mais si c’est le cas , on ne va quand même pas le réformer. Pourquoi se tirer une balle dans le pied?

  • Il y avait longtemps que je n’avais pas fait de commentaire . C’est devenu compliqué d’ou des essais plus ou moins fructueux.
    Il faudrait (je parle à Contrepoint ) indiquer ce qui est attendu dans les champs de réponses.
    Tant pis pour mon commentaire sur l’économie enseignée au lycée.

  • Les entreprises embauchent quand leur carnet de commande l’exige. Point-barre. Ces théories du « donnant-donnant » sont du jus de cerveau de fonctionnaire socialiste incompétent. Rien à attendre de ça. Pathétique.

  • Hollande ment à longueur de journée. Ce qu’il raconte n’a aucune importance et de plus il parle de manière hachée, avec un français approximatif.
    Il fait de la comm et de la mauvaise comm, qui plus est.

    Aucun intérêt à l’écouter.

    • D’un autre côté, il n’est jamais indispensable d’écouter un politicien : il y a toujours une nuée de journalistes pour nous expliquer ensuite ce qu’il a dit, ce qu’il a voulu dire, ce qu’il aurait du dire …

      Les articles de fond sont plus rares.

  • Comme si on espérait encore.
    Son pacte de responsabilité se résumera en guise de réforme à déplacer quelques ponctions du contribuable A au contribuable B, et lorsque le tout se sera avéré être un échec total ils prétendront que la faute en incombe au patronat qui n’a pas respecté sa part du marché.

    • Très juste. Et le contribuable B porte bien son nom. B comme Baisé.

      • Contribuable Baisé ça fait encore un peu pléonasme. C’est juste la 53ième année consécutive qu’on nous raconte que tout va aller mieux alors qu’on coule de plus en plus vite.

        Remarquez Hollande tiendra bien quelques uns de ses objectifs. Quand on promet en parallèle que la fiscalité va rester stable et qu’on va la réformer ou qu’on va faire des réductions de dépenses publiques sans austérité on peut être presque sûr d’atteindre les 50% de réussite. Minimum.
        D’après les journaleux il s’agit d’un énième virage social-libéral pour Toumou mais la gauche ne s’inquiète plus : même eux savent aujourd’hui qu’il ne tourne pas à droite mais en rond.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Quiconque pense que l’État doit intervenir massivement dans l’économie d’un pays sera certainement enchanté d’apprendre que la France jouit du privilège ambigu d’avoir reçu l’une des plus mauvaises notes du récent rapport Fraser 2021 sur la liberté économique au regard du critère « taille de l’État ». Avec un petit score de 5/10, elle occupe le 155ème rang sur 165 pays étudiés, en proche compagnie de véritables titans de la prospérité et de la liberté comme le Venezuela ou la Libye.

Car bien sûr, toute per... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle cr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles