2014 verra-t-elle la crispation fiscale en Europe ?

L’Italie envisage de restreindre certaines activités sur son sol national à des sociétés multinationales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2014 verra-t-elle la crispation fiscale en Europe ?

Publié le 31 décembre 2013
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Crise euro Union européenne

Les géants d’Internet et leur optimisation fiscale énervent

Ah ! Ils étaient beaux les idéaux de liberté de circulation des personnes, des biens et des capitaux ! Quand le foin manque, c’est le retour de chacun pour soi… Les députés italiens viennent d’approuver, dans le cadre du vote du budget 2014, une mesure obligeant les géants d’Internet à vendre leur publicité uniquement à travers des intermédiaires transalpins.

Toutes les grosses sociétés opèrent des montages d’optimisation fiscale. Après la France qui a brandi l’arme technocratique du « redressement fiscal », c’est maintenant l’Italie qui s’attaque à Google. Les députés transalpins ont voté vendredi 20 décembre une mesure obligeant les géants de l’Internet à vendre leur publicité en recourant uniquement à des intermédiaires italiens. Une façon différente de la française d’essayer de récupérer davantage d’impôts suite à l’activité de ces entreprises (Microsoft est aussi visée, tout comme Amazon ou Facebook), qui vendent généralement leur publicité à travers des intermédiaires situés dans des pays à faible taux d’imposition, comme le Luxembourg ou l’Irlande.

L’État espère percevoir entre 100 et 150 millions d’euros par an suite à cette mesure – qui doit entrer en vigueur dès le 1er janvier 2014.

Une mesure probablement pas conforme avec les règles européennes

Bien évidemment, la Commission européenne a exprimé « des doutes sérieux » concernant cette mesure qui semble a priori violer les règles du marché unique et de la non-discrimination en Europe. Même le chef du gouvernement italien, Enrico Letta, a jugé que cette mesure avait besoin de « coordination avec les règles européennes » et qu’il était important que ce sujet devienne « une priorité » pour l’Union européenne.

Comme toujours, ce sont les pays qui taxent le plus, comme la France, qui, tout en réclamant officiellement un alignement européen, prennent des mesures discriminatoires et anti européennes. En effet, une harmonisation fiscale ne se ferait que sur des bases d’imposition sans aucune mesure avec les conditions pratiquées par les États les plus gourmands. Lors du Conseil européen dédié au numérique qui s’est tenu fin octobre, notre pays était apparu bien isolé. Il faut dire que l’attitude qui consiste à se déclarer européen quand cela arrange, en particulier dans l’espoir d’une mutualisation de sa dette avec les pays bien gérés, et partisan d’une fiscalité nationale quand on se fait piquer des recettes par des voisins mieux gérés a tendance à énerver.


Sur le web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Italie, mauvais élève européen de la décennie précédente…Et je vois qu’ils tiennent à garder leur place pour celle-ci, faut dire que la Grèce a une longueur d’avance.
    Ce pays est dans un bien triste état.

    • Grèce ? Mais tout va bien là bas.

      Ils prennent pour six mois la présidence de l’UE (non, non, il est interdit de rire). Et pour fêter cela, leur Hollande national (ou Zayrault ? On ne sait plus) affirme que la Grèce « sortira des plans d’aide en 2014 ».

      Promis, juré, la Grèce ne demandera plus de pognon… Même pas une p’tite ligne de crédit. Nibe. Rien.

      Une chose est certaine : la poilade est assurée en 2014…

  • Pas très sérieux nos voisins Italiens…

  • j’ai du mal à comprendre de ce que les députains italiens espèrent. Les sociétés internet en seront quitte pour adopter un montage « Disneyland » : sous prétexte de brevets divers et droit de marque, paiements de royalties à la société mère internationale assurant un déficit permanent à la société fille nationale. Avec un peu de malchance ça peut même se traduire par une perte lourde pour l’état italien

  • Cette taxe ne verra pas le jour. Par crainte des sanctions UE, le 27/12 le gouvernement italien a décidé de renvoyer sa modification à juillet 2014 et la situation politique italienne n’est pas des plus stables. Il se peut que de nouvelles élections aient lieu avant l’été prochaine.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
uerss
13
Sauvegarder cet article

La chute de l’UERSS

Article disponible en podcast ici.

 

De l'UE à l'UERSS

Il faut se remémorer l'UE libérale. Son histoire commence avec la communauté européenne du charbon et de l’acier en 1951. Son but figure dans le titre : créer une solidarité autour du charbon et de l’acier pour accroître les économies de chacun.

Cette vision libérale centrée sur l’économie est arrivée à son maximum avec Shengen en 1985 et l’ECU (ancêtre de l’euro) en 1979. L’UE voulait que l’argent, les citoyens, les entreprises et les idées circulent le plus li... Poursuivre la lecture

union européenne
3
Sauvegarder cet article

La gestion de la crise énergétique actuelle, la planification écologique, ou encore les récentes manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas posent de plus en plus la question du bien-fondé des politiques européennes. Si cela est particulièrement notable depuis la guerre en Ukraine, la plupart des pays européens subissent aujourd’hui les conséquences d’un système énergétique européen fragilisé depuis plusieurs années par des politiques expérimentales et des investissements dans des sources d’énergies peu fiables et résilientes.

L’engoue... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles