Suisse : une prospérité en trompe-l’œil

Suisse

Depuis dix ans, le coût de la vie en Suisse a explosé alors qu’il était déjà très élevé au départ.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Suisse

La Suisse va bien, paraît-il. Tellement bien qu’il y a quelques jours France 2 lui a consacré une série de reportages sur le « miracle » suisse, car il va de soi que la réussite helvétique ne peut être que le résultat de l’intervention irrationnelle de quelque force supérieure…

Hélas non, le succès de la Suisse n’a rien d’un miracle. Une économie ouverte, un système scolaire où le milieu académique méprise un peu moins le monde professionnel qu’ailleurs, un État limité par la démocratie et la subsidiarité, voilà quelques recettes fondamentales pour expliquer pourquoi la Suisse s’en sort si bien face à des voisins qui s’en sortent si mal. Mais faire comprendre à un gouvernement socialiste français – exemple au hasard – que le salut vient du retrait de l’État, de la baisse des impôts et du recul de la réglementation revient à enseigner la danse classique à un tronc d’arbre. Toute transmission d’information est impossible ; au mieux n’assistera-t-on qu’à un intérêt poli et des rires sincères face à la perspective d’appliquer ici les mêmes recettes que là-bas.

La difficulté à exporter un « modèle suisse » où que ce soit ne vient pas que de l’étroitesse d’esprit d’éventuels auditeurs, mais aussi de la faiblesse des élites du pays à le comprendre – quand elles ne cherchent pas carrément à le détruire. Demandez donc à un socialiste, suisse cette fois, les raisons du succès de son pays : s’il daigne vous répondre, vous aurez droit à un galimatias d’explications confuses dont les rares éléments reconnaissables seront ostensiblement méprisés car en opposition frontale avec le programme de son parti.

Cette attitude recouvre une bonne partie du spectre politique. Centralisation, uniformisation, étatisme, contrôles, fiscalité, plans de relance, grands travaux, dilution des institutions et du peuple dans d’autres ensembles plus grands : le programme de l’establishment politique (et par extension de la proportion importante du corps électoral qui le soutient) ne correspond guère à ce qui fait le succès de la Suisse.

Leur réussite est au rendez-vous puisque la Suisse va de moins en moins bien.

Après le sentiment d’insécurité, le sentiment d’appauvrissement

Bien entendu, médiatiquement, tout est parfait ; en témoigne cette dépêche s’évertuant à marteler que rien n’a changé depuis une dizaine d’années pour la classe moyenne suisse.

Les statistiques ne confirment pas les craintes d’une érosion progressive de la classe moyenne en Suisse. Les groupes de la population à revenus moyens sont restés en grande partie stables entre 1998 et 2011, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS).

D’après la définition de l’OFS, faisaient par exemple partie de la classe moyenne en 2011 les personnes vivant seules qui disposaient d’un revenu brut mensuel compris entre 3719 et 7968 francs ou les couples ayant deux enfants de moins de 14 ans dont le revenu brut s’échelonnait entre 7809 et 16.734 francs.

Dans l’ensemble, la part de la population appartenant aux groupes à revenus moyens est restée stable au cours des années 1998 à 2011, communique l’OFS mardi. Elle était la plus grande (61% de la population) en 2009, et la plus faible (57%) en 1998. En 2011, la part était de 58%. (…)

Pour l’OFS, ces résultats montrent qu’il y a un certain décalage entre le discours public et la réalité des faits. Même si l’on observe une baisse de la part des ménages familiaux traditionnels dans le groupe des revenus moyens, les chiffres ne confirment pas les craintes d’une érosion de la classe moyenne.

Un organisme public se livrant à un peu de complaisance, quelle surprise ! Ainsi, le « ressenti » des gens quant à une baisse de leur niveau de vie ne serait qu’une illusion. On nous ressort la vieille martingale du sentiment d’insécurité, appliquée cette fois-ci à la classe moyenne.

Tous ceux vivant en Suisse depuis ces dix dernières années auront sans doute une opinion différente. L’OFS se concentre sur les revenus, pas le revenu disponible ou le pouvoir d’achat. Ce n’est pas innocent.

La classe moyenne laminée

Depuis dix ans, le coût de la vie en Suisse a explosé alors qu’il était déjà très élevé au départ.

Si l’indice des prix à la consommation et l’inflation sont restés raisonnables sur la durée – ainsi que les salaires – les autres facteurs ont augmenté parfois dramatiquement. Taxes sur l’essence et sur l’énergie, taxe-poubelle, prix de l’abonnement général pour les transports publics… Prenons le cas emblématique de l’assurance-maladie, qu’on ne pourra pas discuter puisqu’elle est obligatoire: d’une base 100 en 1999, elle est passée à 183,1 en 2013 d’après les données de l’OFS.

Rapportée graphiquement pour le seul canton de Vaud, l’évolution n’est pas aussi radicale mais suit franchement une courbe ascendante :

primes d'assurance-maladie
Évolution des primes d’assurance-maladie jusqu’à 2013 pour le canton de Vaud, base 100 en 1999.

D’après l’ASLOCA (association de défense des locataires, clairement affiliée à gauche) le prix mensuel des loyers en moyenne nationale se montait, pour un trois-pièces, à 976 francs en 2000 contre 1216 francs pour 2010, soit une majoration de 24,6% en dix ans. Mieux, l’association fait clairement le lien entre la pression sur les loyers et l’immigration:

De manière diplomatique tous s’accordent à dire que l’afflux migratoire impacte le niveau des loyers.

«La hausse néanmoins persistante des loyers reflète une demande qui demeure excédentaire. Celle-ci est stimulée par l’afflux de personnel hautement qualifié qui reste important. (…) Les données fondamentales ne devraient pas changer en 2013.» — Homegate.ch 16.1.2013

«Par contre, les loyers des nouveaux baux sont en hausse constante depuis 2005.(…) L’immigration de l’étranger, principal moteur de la demande de surfaces locatives, est restée constante et à haut niveau pendant l’année 2012. Ces prochains mois, cette dynamique devrait rester inchangée.» — Wuest & Partner, 2013/2

«L’immigration en Suisse se concentre essentiellement sur les cantons du centre. Avec environ 15.000 personnes, Zurich enregistre le plus grand nombre d’immigrés, suivi par le canton de Vaud (10.000), celui de Genève (5.800) et celui de Berne (5.200). La pénurie de logements dans l’arc lémanique entraîne aussi un fort taux d’immigration dans les cantons de Fribourg et du Valais, essentiellement constitués d’agglomérations.» — Credit Suisse, Research News, 29 avril 2013

Les Suisses payent leur énergie, leurs déplacements, leur loyer, leurs déchets, leur assurance-maladie plus chers. Et fort logiquement ils partent moins souvent en vacances et s’inquiètent du chômage, et pendant ce temps la facture sociale explose.

Mais on vous expliquera que tout cela n’est que vue de l’esprit.

À la recherche d’une explication

Si les journalistes de France 2 sont à la recherche de solutions que la France en crise s’empressera d’ignorer, le point de vue idyllique posé par la classe politique et les médias suisses sur la situation du pays obéit selon moi à une toute autre logique : il s’agit de préserver la dynamique, c’est-à-dire la libre-circulation des personnes, la disparition des frontières et la dilution progressive de la Suisse au sein de l’Union Européenne.

Ainsi, la sous-enchère salariale, la pression sur les infrastructures, la criminalité galopante, la pénurie du marché du logement… Tous ces maux n’existent pas. Des illusions. Des « sentiments », tout au plus. Par tous les moyens, le grand public doit avoir l’impression que la Suisse s’en sort mieux que ses voisins, qu’elle est sur la bonne voie et qu’il faut donc continuer le long de cette voie.

En 2014 auront lieu de nombreuses échéances électorales cruciales : l’initiative de l’UDC contre l’immigration de masse, l’initiative Ecopop, l’extension des accords de libre-circulation avec la Croatie, autant d’obstacles possibles sur la voie de la fusion dans l’Union Européenne.

Ces épreuves seront vraisemblablement les dernières. Une fois ces écueils passés, entre l’asservissement de la démocratie directe au droit international ou la suprématie du droit européen sur le droit suisse, on voit mal comment la Suisse pourrait revenir en arrière, même si la crise en Europe continue d’empirer. Il n’y aura plus qu’à briser quelques initiatives populaires gênantes (interdiction des minarets, renvoi des criminels étrangers) par la Cour Européenne des Droits de l’Homme et c’en sera fini du « miracle helvétique » : le petit pays au centre du continent sera un pays européen comme les autres, en proie aux mêmes problèmes et gouverné par les mêmes élites.

Le particularisme suisse se terminera dans l’indifférence générale et le soulagement de voisins peu enclins à goûter le succès d’un pays fonctionnant sur d’autres bases.


Sur le web.