Les Français peuvent-il encore épargner ?

Existe-t-il encore des solutions d’épargne pour préserver un peu de pouvoir d’achat sans risque de se faire spolier ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Français peuvent-il encore épargner ?

Publié le 26 décembre 2013
- A +

Par Charles Sannat.

épargneConfiscation de l’épargne, augmentation des tarifs bancaires… À force de tirer sur la corde, la relation de confiance entre particuliers et banques s’étiole de plus en plus et cela ressort particulièrement dans l’enquête menée pour la troisième année consécutive par l’institut de sondage IFOP pour aucoffre.com. Il apparaît qu’aux yeux des Français, réalistes, la crise n’est toujours pas finie et que nous ne sommes pas à l’abri de la faillite bancaire. Dans un tel contexte, quelles solutions d’épargne existe-t-il pour que les Français puissent préserver un peu de pouvoir d’achat sans risque de se faire spolier ?

Les pauvres n’épargnent pas et les banques n’épargnent pas les pauvres

Qui dit épargne dit banques. On peut donc partir d’elles pour parler de l’épargne des Français, ces banques qui prêtent beaucoup plus qu’elles n’ont en réserve, ces banques insolvables par rapacité, ces banques qui ont voulu jouer les apprenties sorcières avec des produits tout droit sortis de l’enfer (les CDS), ces mêmes banques qui ont truqué le taux du LIBOR sans être inquiétées outre mesure, ces banques qui ont eu droit à moult plans de sauvetage à la Lehman Brothers, mais qui elles n’ont sauvé personne… Eh bien, ces mêmes banques vont augmenter leurs tarifs en 2014, selon un article du site Les Échos (vous pouvez consulter le tableau récapitulant les hausses des tarifs bancaires en 2014 sur le site Les Échos).

De plus en plus de Français, financièrement exsangues, n’arrivent déjà pas à mettre d’argent de côté ou sont de plus en plus amenés à puiser dans leurs réserves. Si en plus les banques augmentent leurs tarifs, la cote de confiance des particuliers dans leur(s) banque(s) ne peut que dégringoler. Ce désamour se ressent de plus en plus fortement dans l’opinion publique.

Dans l’opinion : ras-le-bol des banques et l’or toujours plébiscité

Pour la troisième année consécutive, l’institut de sondage IFOP a réalisé une enquête en novembre 2013 auprès d’un échantillon de 1001 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Si ce sondage avait été effectué encore plus récemment, les chiffres seraient encore plus tranchés.

La crainte d’une faillite bancaire a ainsi légèrement augmenté cette année et concerne désormais près de 6 Français sur 10 (59%, +3 points). Parallèlement, on observe un reflux plus ou moins important s’agissant du niveau de confiance des Français à l’égard de leur propre banque (59%, -5 points en un an) et de l’euro (44%, -4 points). La confiance accordée à des institutions plus génériques, comme les banques publiques (65%) ou les banques privées traditionnelles (61%), bien que demeurant élevée, s’étiole néanmoins depuis novembre 2012 (avec des baisses respectives de 5 points).

Dans ce contexte moribond pour l’épargne des Français, l’or apparaît comme un des placements préférés. En un an, la plupart des placements classiques, jugés fiables et sécurisés (immobilier mis à part qui ne perd que 4 points) ont perdu énormément de points dans la confiance des Français : jusqu’à –19 points pour le livret d’épargne ! Comptes bancaires et assurances vie perdent quant à eux 11 et 12 points, alors que l’or, qui se place 3e dans le chart des meilleurs placements de confiance, est celui qui perd le moins de points !

Confiscation de l’épargne, nous y sommes…

imgscan contrepoints 2013-2519 épargneEt encore, les chiffres auraient sûrement été beaucoup plus tranchés en faveur de l’or et en défaveur des autres placements si l’enquête avait été réalisée après l’annonce de la spoliation de l’épargne en cas de sauvetage des banques…

Alors que nombreux sont ceux qui se posent la question de la confiscation de l’or par l’État, avant cette étape ultime (qui ne serait hypothétiquement envisageable qu’en cas de force majeure, tel qu’une guerre), se pose la question de la confiscation de l’épargne. Et nous y voilà.

Si nous prônons le choix de l’épargne dans les métaux précieux et les actifs tangibles en général, c’est que l’épargne bancaire nous paraît plus incertaine et plus risquée depuis le tournant de la crise en 2008. C’est officiel, à partir de 2016, les épargnants seront mis à contribution : « Après la ponction des épargnants chypriotes cette année et l’idée émise par le FMI d’une supertaxe de 10% sur le patrimoine, l’Europe vient d’entériner la participation des déposants au renflouement des banques en cas de crise grave », annonce l’article de challenges.fr le 13 décembre dernier. Un accord scellé par l’Union européenne le 11 décembre dernier. Voilà ce qui nous attend avec l’Union bancaire à venir…


Sur le web.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Je me disais justement que j’allais planquer mon fric sous mon matelas… ca confirme…

  • Vous avez un gros problème avec les banques 🙂
    Même si les banques françaises sont particulièrement arriérées, vous avez tout faux.

    – non, elles ne risquent pas de tomber en faillite, et les dernières dispositions communautaires renforcent encore cette sécurité.
    – si leurs frais augmentent, c’est parce que les ponctions gouvernementales sont insupportables.
    – si le rendement de votre épargne est ridicule, vous pouvez évidemment placer ailleurs en toute légalité : vous aurez un rendement d’environ 5 %, précompté au tarif français.
    – évidemment que les banques ne prêtent pas aux pauvres ! Elles ne sont pas là pour jouer casino avec l’argent des déposants. Mais elle protègent ainsi les pauvres du surendettement, ne l’oubliez pas.

    Enfin, l’or n’est pas une bonne idée ! Sa valeur réelle repose sur sa plasticité et son caractère inoxydable, essentiellement utile en bijouterie et en dentisterie. Le reste est de pure convenance. L’o est donc évalué fort haut pour l’instant, mais pourrait dégringoler brusquement avec la reprise ou un retour de confiance.

    • « Sa valeur réelle… »

      La valeur réelle n’existe pas. La valeur est une estimation d’une chose par rapport à une autre.
      La valeur ne provient pas de l’utilité ou des caractéristiques de l’objet. Relire Bastiat.

      L’or à cependant de nombreux atouts en tant que monnaie qui la rendent parfaitement viable dans ce rôle, comme le prouve le fait qu’il ait conservé sa valeur depuis l’antiquité, et dans l’histoire récente malgré les attaques qu’il a subit.

    • @mps
      Il est de bon ton effectivement de « taper » sur les banques françaises, le Credit Agricole en particulier, dont je suis client et où on me conseille régulièrement depuis la crise grecque de retirer TOUT MON ARGENT de chez eux.
      Ce que je n’ai pas fait, bien entendu car c’est de l’intox absolue.

    • la reprise?il faudrait que les pays se désendettent d’abord,ce n’est pas le cas

  • Je ne sais pas si, comme toute transaction sur l’or est enrégistrée, au cas où l’épargne serait taxée, l’épargne en or aussi. Je ne vois pas pourquoi, même dans l’intérêt du pouvoir, il taxerait l’épargne « liquide » et pas l’or.

    • Je suis d’accord avec vous…. En tout cas pour la grosse partie de l’or « non physique »(ETF), qui reste un produit financier et que pourrais donc etre taxé au meme titre que n’importe quel autre produit…

  • dificile d’épargner quand on voit ses revenus se casser la gueule à la vitesses grand V ; on a connu le travailler plus pour gagner plus , puis ça a glissé vers le travailler plus pour gagner moins , à quand le travailler plus et crever de misère ? parti comme ça , je ne vois pas trés bien ce que les pébrons qui nous dirigent vont pouvoir taxer ;

    • rassurer vous, depuis 2008, épargner, ça ne rapporte pas grand chose, ou si plutot: des ennuis. pas étonnant que ceux qui ont un gros tas d’épargne songe à acheter de l’or.
      la seule chose qui rapporte en france à l’heure actuelle, c’est une rente d’état…

  • De toutes façons, c’est compliqué d’acheter de l’or physique , et l’or papier c’est la multiplication des pains donc il n’aura bientôt que le valeur du Kg de papier, et c’est au moins aussi taxable qu’une assurance vie ou un livret…
    Reste l’immobilier… Ou alors on craque tout…

    • En quoi c’est compliqué d’acheter de l’or physique?

    • Pour l’Etat, l’immobilier est une super-garantie de solvabilité. Par définition non délocalisable et complètement déclaré. Si vous possédez un tel bien, l’Etat peut vous taxer dessus (ou à côté) à outrance, vous vous y accrocherez tellement que vous payerez pour éviter la saisie.

  • un investissemnt peut avoir de l’avenir… le terrain agricole:

    le monde va devenir de plus en plus chinois ( sans jeu de mots ) , c’est indéniable. en chine, un travailleur paysan vit sur moins d’un hectare. en europe, sur 50 hectares. la conséquence ne ce fait pas attendre: le prix du terrain agricole peut etre 50 fois plus cher en asie qu’en europe. loin de moi l’idée de dire que le terrain en europe sera bientot aussi cher qu’en asie, mais tout de mème, par un effet évident d’osmose, le prix du terrain agricole devrait monter dans l’avenir.

    • Je ne sais pas. La tendance est a l’augmentation rapides des rendements (nombre de récoltes par ans, rendement des plantes elles-mêmes..). On dit que la France est à la traîne la-dessus. Le prix du terrain pourrait tout aussi bien s’écrouler.
      Et on est jamais à l’abri du gouvernement un peu plus socialiste qui nationalise, des invasions de Roms…

      C’est un marché qui me paraît difficile à lire, encore plus sur du long terme. (à cour/moyen terme, en achetant suffisamment de terrain, en laissant en jachère et en touchant les subventions de l’UE, ça peut peut-être valoir le coup. Mais ça demande une toute autre quantité de fric).

      • effectivement, le prix du terrain agricole peut monter dans les zone dynamiques ( 50 euro/ hectare dans le mato grosso au brésil et 5000 euro aujourd’hui ) et baisser dans les zones de déprise. mais il est peu probable qu’il s’effondre.
        en france, c’est un marché opaque car controlé par la safer, c’est à dire la profession, néanmoins ça reste du domaine du possible et les solutions sont multiples:
        faire valoir personnel lorsqu’on est de la partie, plutot que de louer bètement.
        achat et mise en culture par un chef de culture et des salariés quand on dispose de beaucoup de capitaux.
        achats de parts d’un groupement foncier agricole ( notament dans le domaine viticole ou l’hectare est extèmement cher) .
        projet agroforestier, ou le propriétaire exploite les arbres ( à faible densité ) et loue le foncier à un exploitant agricole.
        quand à la jachère subventionnée, elle n’existe plus en europe.

    • Investissez dans des fonds, y en a des bons à l’étranger

  • Evidemment que l’ épargne rapporte ! c’ est vrai de + en + difficile en Fr
    il faut prendre un peu de risques et surtout faire de bons choix , se méfier des conseils de soit disants experts et si possible gérer soi meme ses affaires ce que je fais.
    Pour la terre agricole il y a hélas la déforestation en Asie , au Brésil donc + de production . Je pense que le prix des terres agric montera à long terme et ne devrait pas fortement baisser vu la démo mondiale , les rendements / ha peuvent encore augmenter dans certaines régions par ex Europe Est , Chine

    •  » la déforestation en asie  »

      la chine est le pays au monde qui plante le plus d’arbre. le deuxième étant le brésil.

       » les rendement peuvent encore montrer dans certaines regions  »

      le continent ou ils peuvent le plus monter, n’est pas la chine, ou ils sont souvent trés important ( 130qx de riz à l’hectar avec les nouvelles variétés hybrides ) mais en afrique, ou il sont souvent trés faible par manque de méthode et de capitaux ( engrais, variété moderne, infrastructure, mecanisation… )

      • Non le Brésil ( Amazonie ) détruit plus de foret qu ‘il n’ en replante , l’ Indonésie production d’ huile de palme fait partie de l Asie j’ai oublié la destruction forestière aussi en Afrique , il faut aussi noter la destruction de terres nouricières ( routes , zones commerciales, lotissements etc ..
        Pour les rendements moyens en blé ils ont peu évolué en Occident autour de 80qx / ha je me trompe ?
        Pour les rendt en Afrique vs avez tout à fait raison .

  • Acheter mon or, acheter mon or dixit C. Sannat (Direction de la Recherche Économique d’AuCoffre.com).
    Pour rappel, AUCoffre ce sont des vendeurs d’or.

    J’ai horreur de ces gens qui jouent sur les peurs pour vous faire acheter tout et n’importe quoi. C’est tout simplement malhonnête.

    Au fait l’or a perdu combien en 2013, entre 20 et 30% non?

    • Effectivement, il n’a que cela en tete, l’or… a chaque fois que je relis un de ses articles, je me sevre pour quelques mois!
      Celui d’aujourd’hui incluant les commentaires populistes sur les banques est edifiant! Je repasserai peut-etre dans quelques mois, quand j’aurais oublie le peu d’interet qu’apporte l’auteur a la satisfaction de ma curiosite.

    • Je vous trouve un peu sévère :
      – personne ne vous oblige à acheter quoi que ce soit,
      – C. Sannat ne se cache pas de travailler pour Aucoffre.com, c’est indiqué dans le cartouche de présentation,
      – l’or physique, quoiqu’on en pense, restera une valeur refuge pour beaucoup.
      – effectivement, l’or a beaucoup chuté en 2013, mais regardez la courbe sur les années précédentes, c’est une option de placement à long terme.

      Bonnes fêtes de fin d’année.

      • Oui comme on dit les conseilleurs ne sont pas les p… il faut voir que si vous avez acheté à 1300/ 1400$ vous etes perdant de plus vous avez raté d’ autres opportunités donc ce 27/12 vous etes doublement perdant …

        • Effectivement, le placement sur l’or physique est aussi un « jeu » qui peut s’avérer perdant si vous avez besoin de vos fonds sur une période de forte baisse du cours (par rapport à votre date d’achat). Il convient aussi d’y placer de l’argent « non indispensable » (c’est le terme le moins inadapté que j’ai sous la main) et de pouvoir avoir le luxe d’être patient – un peu comme la bourse-.

          • @ jeje Tout à fait d’ accord surtout que si on a besoin de fond il faut vendre et comme par hazard quand les cours st au plus bas !
            Pour @riff les cycles sur l’ or sont long par ex 12 ans de hausse jusq’ en 2013 et de meme à la baisse donc si vous vendez 5 ans après l’ achat vous pouvez qd meme etre perdant .

        • Vous êtes perdant si vous vendez, précision importante, si vous achetez de l’or, vous faites forcément un placement de long terme, si vous vendez aussitôt que ça baisse, peut-être n’avez-vous pas compris ce qu’est un placement de long terme.

      • Pour la défense de Sannat l’ once ( env 28gr) en 2007 : 685 $ ce jour env 1200 compter aussi le change, valeur dollar contre euro .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance », lisent Virgile et Dante au-dessus de la porte de l’Enfer.

Une recommandation similaire pourrait être adressée à ceux qui cherchent, dans un monde où l’inflation est élevée, à placer intelligemment leur épargne. Il est communément admis qu’il est préférable de ne pas conserver de liquidités trop importantes lorsque la valeur de la monnaie s’érode rapidement. Pourtant, dans le même temps, investir son épargne en période d’inflation peut se révéler hasardeux.

En effet, la créatio... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Certains experts soutiennent que la clé de la croissance économique est le renforcement du marché du travail, qui repose sur l'idée qu'en raison de la réduction du nombre de chômeurs, davantage de personnes peuvent se permettre d'augmenter leurs dépenses. Par conséquent, la croissance économique suit le mouvement.

 

L'expansion de la réserve d'épargne - et non la baisse du chômage - est la clé de la croissance économique

Toutefois, le principal moteur de la croissance économique est l'accroissement... Poursuivre la lecture

Par Frank Shostak.

Selon de nombreux commentateurs économiques, la réduction des impôts est un moyen efficace de générer une croissance économique. La baisse des impôts, dit-on, mettra plus d'argent dans les poches des consommateurs, déclenchant ainsi une croissance économique. Cette façon de penser est fondée sur la croyance qu'une augmentation donnée en dollars des dépenses de consommation fera augmenter le produit intérieur brut (PIB) de l'économie d'un multiple de l'augmentation des dépenses de consommation.

Supposons que su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles