Lettre ouverte à mes compatriotes musulmans

Adel Taamalli se définit comme membre de la deuxième génération de l’immigration musulmane en France. Il nous livre ici une lettre ouverte à ses compatriotes musulmans de France, dans laquelle il évoque leur place, leur histoire récente, et leurs devoirs futurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettre ouverte à mes compatriotes musulmans

Publié le 26 décembre 2013
- A +

Par Adel Taamalli.

image

Mes chers compatriotes,

Pour des raisons d’honnêteté intellectuelle, je réfléchissais déjà à l’élaboration de cet appel au moment même où je rédigeais la Lettre ouverte à mes compatriotes non-musulmans parue sur oumma.com1.

Mes chers compatriotes,

C’est en tant que Français musulman que je vous parle, exprimant la totalité de mon Moi sans reniement d’aucune des parcelles qui façonnent, je crois, mon identité, et ce, sans doute pour toujours.

Mes chers compatriotes,

C’est du rôle des musulmans dans ce pays, la France, et de celui qui façonnera notre avenir commun avec nos compatriotes non-musulmans, que je souhaite ici m’entretenir avec vous. Car j’entraperçois notre avenir commun et j’ai peur de l’horrible tournure qu’il peut prendre.

Nous sommes installés durablement en France, un pays non-musulman

Mes chers compatriotes,

L’une des tournures les plus inattendues de l’Histoire autorisa l’installation de la plupart de nos parents dans l’Hexagone, anciennement « Fille aînée de l’Église ». Appelés par notre patrie pour qu’ils participent de sa Reconstruction après les affres de la Seconde Guerre Mondiale, mais aussi de son développement économique lors des Trente Glorieuses et durant les périodes suivantes, ils surent saisir cette occasion unique de s’extraire des difficultés sociales de leurs pays d’origine.

Parce qu’ils possédaient des rudiments ou une bonne maîtrise de la langue de Molière, ce qui est une conséquence directe de la colonisation (qui s’est tout de même majoritairement manifestée par une intrusion inégalitaire et injuste des puissances occidentales dans les pays de nos aïeux), nos parents ont pu s’insérer pacifiquement dans le tableau sociologique complexe de la France grâce à leur dur labeur et à leur faculté de résistance hors du commun.

Du fait de l’existence du droit du sol, une des spécificités françaises qui fait honneur à notre pays, nous possédons quasiment tous la nationalité de notre patrie de naissance.

Grâce à l’éducation pour tous, inscrite dans le marbre du droit français, nous avons pu bénéficier d’une instruction gratuite et obligatoire. Nous nous sommes vus inculqués, avec plus ou moins de force selon les lieux et les personnes, la faculté de penser par nous-mêmes, ainsi que les valeurs profondément humaines de respect, de tolérance, de laïcité, de liberté, d’égalité et de fraternité. Cela est aussi le cas de nos enfants.

Notre pays la France nous a offert et nous offre encore indéniablement une chance de réussite dans le pays de l’égalité des chances.

Et pourtant !

Des difficultés d’intégration sociale majeures

Mes chers compatriotes,

D’où viennent ces obstacles disséminés sur nos routes? Ne sommes-nous pas tous de la même patrie, la France, ce pays du mérite ?

Comment se fait-il que nous sommes de loin la communauté française qui s’en sort le moins bien sur le plan de l’insertion et de l’intégration sociales ? Les musulmans ou les personnes prétendues comme telles ne cherchent-ils pas à vivre dans leur grande majorité avant tout et comme toutes les autres composantes de la société dans le respect des lois de la République et dans la recherche d’une stabilité économique ?

Or, nous avons vécu et grandi pour la plupart dans ces quartiers défavorisés que l’on a appelés banlieues, ZUP, ou zones de non-droit…

De plus dès le commencement de notre formation, l’égalité officielle se muait en inégalité de fait puisque les professeurs les moins expérimentés étaient envoyés dans nos écoles pour nous distiller certes avec le plus grand courage pour leur grande majorité les programmes de leur matière.

De même beaucoup d’entre nous affrontaient l’échec scolaire et la sortie du circuit de l’éducation par la plus petite des portes, c’est-à-dire sans diplômes et avec aucune qualification requise pour se mouvoir aisément dans le dur marché du travail.

Ajouté à cela le développement plus fort qu’ailleurs d’un même phénomène qui gangrène depuis tant d’années la France de l’intérieur, le chômage croissant et persistant.

Les services de l’État semblaient se défiler de plus en plus en quittant les territoires dans lesquels nous avions « élu » domicile.

De fait une mixité sociale quasi-inexistante à cause de la non-prévoyance de l’action des pouvoirs publics, un sentiment plus ou moins diffus de non-appartenance à la nation qui nous a vus pourtant surgir au monde, et la liaison fantasmée mais ô combien salvatrice sur le plan psychologique avec nos pays d’origine, entretenue par nos parents organisant les vacances au « bled » et favorisant le développement des paraboles, ont été pour la plupart d’entre nous le seul horizon culturel. Tout cela dans une déliquescence relative des possibilités économiques offertes par la vie de quartier.

Les conséquences néfastes de cette inégalité sociale

Mes chers compatriotes,

Nos quartiers ont été le lieu privilégié des trafics en tout genre. Plaque tournante du commerce illicite du shit, des menus larcins et du développement des incivilités, la délinquance visible s’y est développée plus qu’ailleurs.

Le phénomène des bandes a été dans beaucoup d’endroits le lien sociologique le plus fort pour les jeunes.

Beaucoup d’entre nous mais non la majorité connurent la prison. Certains parmi eux développant une acuité certaine dans la connaissance des étapes de la procédure judiciaire (garde-à-vue, préventive, mise en examen, acquittement, avocat, interrogatoire, permission, conditionnelle…)

Certains autres plus rarement ont continué leur développement dans le crime et les trafics plus importants encore (braquage de banque, importation de grosses quantités de shit…). Pour les plus « chevronnés » encore, l’entrée dans le grand banditisme fut l’étape ultime.

Bien que tous ces échecs fussent l’apanage d’une minorité et non l’exclusivité de musulmans ou de prétendus comme tels, puisque la majorité des enfants issus des quartiers populaires se sont exclus de la logique infernale de la répétition de ces méfaits, ils contribuèrent et contribuent encore puisqu’ils sont d’actualité au développement d’une image néfaste développée à l’encontre des gens de notre religion.

Les fantasmes sur la peur de l’islam

Mes chers compatriotes,

Oh ! N’allez pas croire que j’oublie les développements récents de ce sentiment de peur de l’islam qui se fait jour dans les têtes de beaucoup parmi nos compatriotes non-musulmans. Et que je mets de côté le nombre grandissant des actes d’islamophobie résultat entre autres, d’une ambiance entretenue par nos politiques depuis un certain nombre d’années sans doute pour des visées électoralistes.

Le « problème » du voile à l’école fut la première pierre de la construction de cette césure étendue dans le pays à propos de notre religion.

Ceux du halal, de la polygamie, de l’excision, du communautarisme, du sacrifice du mouton, de la circoncision, aujourd’hui de l’intégration, sont sciemment ou avec sincérité rappelés par certains de nos compatriotes encouragés par les médias.

Avec une absence de recul majeur, les conflits sanglants qui se sont déroulé ou ont encore lieu dans beaucoup de pays musulmans du monde servent de prétexte à beaucoup pour s’empêcher de ne pas croire que nous sommes potentiellement tous enclins à un genre de relation sociale basé exclusivement sur la violence.

Enfin plus grave encore, des minorités se réclamant de l’islam ont agi par des actes terroristes visant des civils, dans notre pays comme dans d’autres. Des dizaines d’attentats ont eu lieu tous les ans depuis le plus épouvantable d’entre tous, celui du 11 septembre 2001 à New York, à Washington, et dans la campagne américaine.

Un avenir français

Mes chers compatriotes,

L’acceptation par nos compatriotes de notre présence et de nos droits sur le sol de notre patrie passe par le chemin de la reconnaissance en nous-mêmes de notre rôle historique.

Si nous souhaitons inverser la tendance d’exclusion sociale, ne devons-nous pas nous investir dans les luttes démocratiques pour le mieux de notre société ? Le travail associatif, la participation aux combats politiques pacifiques, grâce à l’intérêt que nous déploierons pour les affaires publiques qui régissent la vie de notre pays (et pas seulement sur ce qui regarde la place des musulmans dans l’édifice national), sont les occasions qui s’offrent à nous pour nous développer sereinement.

Et la peur de l’islam, me demanderiez-vous? N’est-ce pas par le développement d’un véritable islam de France qu’elle sera annihilée, vous questionnerais-je ? Celui-ci doit comprendre plusieurs choses s’il veut réellement se faire accepter comme tel par nos compatriotes.

La première tient en l’Histoire de France. Celle-ci a été composée par le développement de ce qui fut appelé le gallicanisme, une spécificité de la religion catholique française qui n’hésitait pas à promouvoir une organisation autonome de l’Église de France, par rapport au Vatican et à son pape qui visait la toute-puissance au sein des nations chrétiennes. Les pays d’origine doivent donc être écartés des luttes de pouvoir au sein des institutions musulmanes de France. Il est opportun de s’inspirer de cette doctrine politico-religieuse au sein du Conseil Français du Culte Musulman. Ainsi c’est comme cela que celui-ci fera place dans ses organes et bureaux à des musulmans nés en France, qui représenteront les composantes réelles de la communauté et qui tenteront de répondre aux vrais problèmes que rencontre la société tout entière.

La deuxième a trait à la sortie de la vie entre-soi. Les musulmans ont parfois cette particularité de ne se sentir à l’aise qu’avec leurs coreligionnaires. Or, nous devons chercher à connaître l’autre. Dieu ne dit-Il pas qu’Il a crée les différents peuples afin qu’ils s’entre-connaissent2 ? Notre Créateur étant Souverain dans la portée interprétative qu’Il a mise dans la Parole coranique, et sachant déjà au moment de leurs révélations que nos situations complexes actuelles allaient exister, cela ne signifie-t-il pas qu’il faille interpréter ce verset dans un sens de rapprochement avec les personnes d’autres religions, et qui sont en plus nos compatriotes ? Les voisins, les collègues de travail, les amis de nos amis s’ils sont non-musulmans gagnent à être connus. Il faut donc s’ouvrir aux autres, par des repas communs, des sorties, des débats ouverts, des entraides mutuelles. Ce n’est que comme cela que nous saurons créer une nation tolérante. Ce n’est qu’ainsi que nous développerons un attachement sincère à notre patrie commune, lieu où Dieu nous a fait naître.

La troisième concerne les conflits qui parsèment le monde musulman. Nous avons le droit de ne pas souhaiter que la France intervienne militairement au Mali, en Libye, en Afghanistan ou ailleurs. Et de le faire savoir pacifiquement. Mais encore faut-il reconnaître que ces décisions sont le résultat d’une application stricte de la constitution, la même qui régit nos vies dans le principe de la liberté. Cependant, nous devons comprendre que les guerres qui ont lieu dans le monde musulman sont d’abord liées, dans leur éclosion, au fait qu’elles font partie du monde du Sud, de ce que l’on appelait le Tiers-Monde c’est-à-dire d’un endroit de la Terre qui est majoritairement défavorisé sur le plan du développement économique et de la division internationale du travail. D’autant plus que la colonisation en désorganisant les structures de ces sociétés et en permettant, lors des indépendances, de nouvelles logiques frontalières non respectueuses de l’Histoire, ont été le germe à des conflits ultérieurs, surtout en Afrique. Les guerres qui ensanglantent le monde musulman n’ont rien à voir avec une prétendue essence de l’islam qui les favoriserait. Elles sont des phénomènes participant de l’évolution de ce que Francis Fukuyama appelait le monde historique, celui qui tranche avec les pays riches et démocratiques dans lesquels nous vivons et qui sont « sortis de l’Histoire »3.

Ce qui nous amène à la quatrième idée que nous devons absolument intégrer dans nos logiques de pensée. La France fait partie comme l’Occident d’un monde unique, celui de la démocratie libérale. Force est de constater que c’est parce que nous vivons dans un tel monde que nous pouvons développer notre pratique du culte librement et que nous avons le loisir de penser nos principes éthiques et, en conséquence, notre action politique pacifique. Or cette liberté il importe de la chérir, pas seulement pour nos coreligionnaires. Le développement des droits inaliénables dont nous profitons tous, au-delà des problèmes liés à la peur de l’islam dont il convient d’inverser la tendance par des actions démocratiques, est un moment unique dans l’Histoire et d’une valeur inégalée pour nous adeptes de l’islam. Ils ont été développés en Occident, mais ils n’appartiennent pas uniquement aux Occidentaux. Ils sont universels. N’est-il donc pas temps, par une sagesse temporalisée à notre époque, de s’opposer à l’application des châtiments ou peines d’apostasie dans certaines parties du monde musulman ? Plus globalement, par un développement du moratoire de Tariq Ramadan4, ne serait-il pas sage d’appeler à un arrêt total et immédiat de tout châtiment corporel en application de la sharia ? Ceci est notre réalité que de devoir se confronter à cela dans notre monde globalisé. Ce qui n’est pas facile mais est de l’ordre d’une Mission terrestre que Dieu nous a donnée puisque rien n’est dû au hasard. Ne devons-nous donc pas la remplir ?

Enfin, cinquième action à entreprendre, il est important de toujours affirmer que nous ne cautionnons absolument pas les actes terroristes visant les civils. Lors des guerres que le prophète (pbsl5) dut mener parce que Dieu le lui ordonna pour préserver sa Mission qui changea la face du monde et qui fait que nous sommes musulmans, il insista toujours pour que les civils, les femmes, les enfants, et même les arbres, ne soient pas sciemment atteints par les actes de violence. Il s’agit là de la première apparition dans l’Histoire de principes humains régissant la guerre6. Or, les attentats terroristes djihadistes sont incontestablement des actions qui portent atteinte à des civils, quels que soient les contextes dans lesquels ils apparaissent. Notre prophète, celui que nous considérons être le meilleur des hommes, a interdit à tout musulman d’utiliser ce genre de procédés. Nous devons donc nous élever contre cela. Et rajouter, sans faire injure à nos compatriotes, que nous sommes contre tous les bombardements de civils que des pays comme les États-Unis et Israël développent massivement lors de leurs guerres contre des pays musulmans ou prétendument comme tels (Afghanistan, Irak, Liban, Palestine).

Conclusion : nous sommes des musulmans de France

Mes chers compatriotes,

Je suis sûr que vous vous sentez en majorité attachés à votre pays, la France. Je l’ai vu récemment dans le soutien que vous avez exprimé en faveur de l’Équipe de France avant son match héroïque face à l’Ukraine, puis une fois la victoire consommée. Je le remarque dans votre volonté de vous en sortir légalement par le travail et de fonder une famille dans la dignité. Je le sens dans votre inclinaison à jouir de votre liberté dans le rire à outrance, une des pratiques que vous affectionnez le plus, sans doute pour oublier les dures épreuves de la vie, et l’obligatoire sentiment de déracinement que vous ressentez et qui est né du fait que vous êtes les premières générations de musulmans de France, vivant par ailleurs un attachement légitime au pays d’origine, celui de vos parents.

Mes chers compatriotes,

Je vous appelle à insister sur votre appartenance incontestable à la nation française. Attachez-vous y ! Développez pour elle un amour sincère! Participez de son développement selon votre propre éthique que vous vous construirez librement! Soyez des démocrates ! Soyez fiers d’être Français !

Mes chers compatriotes,

Prenez conscience que vous êtes des musulmans de France. Que vous devez remplir un rôle historique, celui de construire un islam de France. Intéressez-vous-y ! Car votre religion est et sera une composante majeure de l’identité française.

Mes chers compatriotes,

Œuvrez pour la paix ! Ce n’est que comme cela que vous empêcherez qu’un passé, pas si lointain que cela pour l’Europe, ne se représente à nous à l’avenir, ne serait-ce que par le simple petit bout de son nez.


Un article publié initialement par Nawaat.org.

  1. Lettre ouverte à mes compatriotes non-musulmans, oumma.com, le 31. octobre 2013.
  2. « Nous vous avons répartis en peuples et en tribus, pour que vous fassiez connaissance entre vous», Coran, s. 49, v. 13
  3. Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le Dernier homme, 1992
  4. Intellectuel suisse musulman, voir sa position sur les châtiments corporels détaillée sur Wikipedia.
  5. « pbsl » est un acronyme signifiant « que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui » (en arabe ﷵ). Cette eulogie est prononcée par les musulmans à chaque fois qu’ils citent le nom du prophète de l’islam. Il en existe d’autres.
  6. Mohammed Talbi et Gwendoline Jarczyck, Penseur libre en islam, 2002, p. 294
Voir les commentaires (98)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (98)
  • Il n’y a pas d’egalité des chances, c’est utopique. Meme un enfant de bonne famille fait ses valises et part à l’etranger. Restera en effet les Zup et zones sensibles, et pas de travail. Ni pour les pauvres, ni les riches, ni les musulmans. Et d’ailleurs que vient faire l’islam la dedans ?
    Le vrai problème vient de la politique, pas des Français, ni des arabes, ni des noirs, ni des chinois….c’est le socialisme qui divise, l’islam achève le tableau.
    Et que dire de ces jeunes qui refusent la France, sa langue, sa culture. Pourquoi cultivent ils cette haine des autres ?
    Le problème est bien plus complexe et on pourra le traiter avec un peuple unis. Une politique honnête avec des règles identiques pour tous et toutes. Des règles qui sont valables aussi bien pour l’homme politique, que l’homme de la rue. Nous avions cela avec la déclaration des droits de l’homme. La liberté, l’amour, le partage des valeurs profondes et humaines: cela n’est pas l’islam, la religion, le socialisme : cela est le libéralisme.

    • La réponse à ta question ,Golum est dans l’article. Ils cultivent la haine des autres parce que leurs parents les éduquent dans leur culture d’origine.
      Il ne vous a pas échappé que ces jeunes ne parlent même pas le français correctement , alors qu’ils vont à l’école. Ils cultivent leur accent, parlent le verlan et crachent en permanence.
      Et pendant ce temps notre président veut régler les problèmes du « vivre ensemble » au Mali et en Centrafrique. C’est dingue !!!

      • J’ai lu l’article en travers….ça me fatigue les musulmans, l’islam….je suis catholique et je ne brûle pas de voitures….est ce à dire que tous les catholiques sont comme moi ? Non.
        Pourquoi toujours voire les choses du côté des pauvres musulmans qui sont des martyrs de nos sociétés capitalistes ? Ils peuvent rester chez eux pour pratiquer leur culte, personne ne les oblige à nous subir, nous haïr, nous cracher dessus.
        Je suis donc, je vais me répéter, pour les mêmes droits pour tous et toutes. Peu importe la couleur ou la religion. Un criminel est un criminel. Point. Et c’est valable pour nos élus escrocs bien entendu.

  • Ce billet, cette « lettre ouverte » ainsi nommée, contient, à mon sens, diverses propositions plus ou moins bonne. Je n’ai ni le temps ni l’envie de la reprendre point par point, mais je vais néanmoins tenter de répondre quelque chose.

    Certes, devenir anarcap m’a rendu beaucoup, beaucoup plus tolérant envers beaucoup de choses. Cependant, si l’on ne peut mettre de côté les errements et inconséquences diverses des politiciens français, notamment au regard de des politiques immobilière et urbaine, on ne saurait écarter la responsabilité des individus, celle-ci résultant de la propriété de leur corps. En ce sens, les discours d’auto-victimisation me semblent être déplacés : certains, issus des mêmes milieux, parviennent à s’en sortir brillamment. Si tous les individus ne sont pas égaux en leurs talents et capacités, rien ne prévient néanmoins la possibilité de monter dans l’échelle sociale, ni celle de ne pas manquer aux devoirs de respecter autrui, sa propriété tant que sa personne, du fait de l’axiome de non-agression. SI certains « musulmans » ou se disant comme tels ne portent pas respect à ces principes, il est nécessaire de les sanctionner durement sans regard à leur confession.

    Ensuite, juste pour dire, faire un parallèle entre « islam de France » et le gallicanisme, c’est assez osé. De plus, poser comme hypothèse la volonté prétendue du pape d’imposer ses vues tant au niveau temporel que spirituel témoigne d’une méconnaissance de l’histoire de la religion chrétienne. Par ailleurs, en ce temps, la religion chrétienne n’était que chrétienne et non catholique, ce substantif s’étant développé suite au schisme auguré par le protestantisme. Le gallicanisme est né après la querelle entre Philippe le Bel et Boniface VIII au XIVe siècle tandis que la Réforme ne débute qu’au XVe siècle.

    Enfin, et je rejoins un petit peu Golum ici, il n’y a pas et n’aura jamais d’égalité des chances. C’est dépourvu de sens et revient à nier la singularité de chacun. Habitant à Lille, en dessous d’un certain revenu, la plupart des services deviennent « gratuits » (et lisez, ici, « payés par les autres »), ainsi les transports en commun de la métropole lilloise, les musées, l’opéra, la faculté (quoique celle-ci n’est pas gratuite mais doit être payée 5€ pour les pauvres), les collèges et lycées, les cantines et autres. La liste est longue. En ce sens, avoir un retour sur investissement en ayant un jeune ou moins jeune formé et qualifié, à même de rendre un service sur le marché, serait la moindre des choses, n’est-ce pas ? Sinon, c’est, en plus d’être une négation pleine et entière de la liberté individuelle, c’est une allocation des ressources particulièrement déficiente qui est mise en exergue.

    Enfin, un « Islam de France »… Non merci, pas maintenant. Si les qataris décident de financer un hypothétique, quoique souhaitable, « Secours islamique », à l’instar du Secours Catholique, plutôt que des stades de foot et des joueurs cons comme des placards, pourquoi pas, sinon, gardez donc cet islam de France chez vous et dans les lieux de cultes. Et sans trop de bruit d’ailleurs. Vous avez dénoté, avec exactitude, le passé intrinsèquement catholique de la France. Quoique le travail de sape des médias anticléricaux, en passant très complaisants avec vous, ait bien avancé, vous ne le remplacerez pas par un Islam de France. J’ai cru comprendre que votre intention n’est pas de former un nouveau monopole confessionnel, et c’est louable et en parfait accord avec le libéralisme, quoique certains ne pensent pas comme vous et sont déterminés à propager l’islam par tous les moyens. Chose que je réfute totalement.

    Pour synthétiser ce commentaire, il suffit de reprendre sa petite grille de lecture libérale/libertarienne : les gens, quels que puissent être les facteurs extérieurs à eux, sont libres et responsables par nature. Il n’est pas besoin d’écrire des lettres ouvertes aux inconséquents à qui les contribuables donnent sans recevoir et sans consentement, mais simplement de sanctionner le respect du droit naturel.

  • J’évoquerai bien les nombreux points qui me dérange mais je vais poser une question pour le fun. En quoi ce texte qui propose aux musulmans de France de se rouler devant elle, est il compatible avec moins d’état et le laissez-fairisme?

    • Merci ! C’est ça qui me dérange beaucoup également, et que j’ai omis dans mon commentaire ! En somme, je plussoie.

    • Cédric: « est il compatible avec moins d’état et le laissez-fairisme? »

      Pas lu l’article mais il me semble que l’état régalien est quasiment absent de ces zones, il a laissé la place au mauvais cholestérol interventionniste et social à tout crin.

      Le volet interventionniste et social empêche totalement la création de richesse et l’absence de l’état régalien ne garanti pas les droits fondamentaux et voue à l’échec toute tentative de création.

      C’est la double peine.

  • bonjour,

    c’est un joli texte, j’aie beaucoup aimé. En effet, en France, on a besoin de plus de tolérance, mais je pense que le « vivre ensemblisme » forcé créé des tension plus qu’il ne résout de problème.

    laisser les hommes libres, et il échangerons des idée, des biens, passerons du temps ensemble…

    cependant, je ne comprend pas votre passage contre la lutte anti-terroriste.
    vous insister sur la séparation entre les musulmans et les terroristes (qui, a mon sens, et d’après ce que j’ai apris de l’islam, sont tous sauf musulmans) qui instrumentalise l’islam a leurs profit.

    comme vous le savez, ces groupes armés ont une haine profonde pour notre société, que vous dites tant aimée…

    alors pourquoi tant de délicatesse et de laxisme a l’égard des terroristes ?

  • Nos quartiers ont été le lieu privilégié des trafics en tout genre. Plaque tournante du commerce illicite du shit, des menus larcins et du développement des incivilités, la délinquance visible s’y est développée plus qu’ailleurs.

    Le phénomène des bandes a été dans beaucoup d’endroits le lien sociologique le plus fort pour les jeunes.

    Beaucoup d’entre nous mais non la majorité connurent la prison. Certains parmi eux développant une acuité certaine dans la connaissance des étapes de la procédure judiciaire (garde-à-vue, préventive, mise en examen, acquittement, avocat, interrogatoire, permission, conditionnelle…)

    Certains autres plus rarement ont continué leur développement dans le crime et les trafics plus importants encore (braquage de banque, importation de grosses quantités de shit…). Pour les plus « chevronnés » encore, l’entrée dans le grand banditisme fut l’étape ultime.

    pourquoi presenter cela au passé ?

    • Pour nier la réalité , ce que fait cet article qui est de mauvaise foi et qui pourrait figurer dans n’importe quel journal gauchiste.

    • C’était avant le socialisme de Hollande….maintenant nous sommes tous beaux et gentils tout plein !

      Même droits pour tous et toutes, point !

      Un Etat régalien qui sert à protéger les gens et non à les plumer.

      Les religions, les races….c’est une invention socialiste pour nous plumer davantage. Rien d’autre.
      Et les musulmans sont libres d’être des musulmans hors de France. Le musulman de France, ça me fait sourire. C’est gentillet comme expression. Une version soft, édulcoré pour nous faire avaler la pilule amer de notre culture qui part en fumé au profit d’une autre.

  • Est-ce que cela veut dire que tous les musulmans se comportent de la même façon ou aurai je raté un détail?

  • merci pour cet article, mais pourrait-on un jour, une foi seulement… nous présenter l’avis d’un nord africain athée ??

  • Comme ça a déjà été dit, il ne faut pas oublier la responsabilité des individus. La victimisation des musulmans commence à lasser. La France est très cosmopolite, il y a toutes les nationalités et pourtant, les musulmans sont ceux dont on entend parler le plus. Parce que par rapport aux autres communautés, les musulmans sont ceux qui ont le plus de revendications et de contestations. Et que politiquement, ça fait bien de mettre en avant certaines affaires en collant l’étiquette « racisme ».

    Beaucoup de musulmans ne font pas d’effort pour s’intégrer, et exigent de leur pays d’accueil de s’adapter à eux. Le hallal qui commence à envahir les rayons des supermarchés, les repas hallal imposés dans les cantines, les horaires de piscine aménagés, les cours d’arabe qu’on commence à proposer dans certaines écoles, les polémiques sur le voile, le nombre de femmes qui portent la burka en public et les scandales suite à des contrôles d’identité, les mosquées construites (alors que parfois, dans le même temps on détruit une Eglise « parce que, comprenez m’sieurs dames, ça coûte trop cher! »), on a rebaptisé les « fêtes de Noël » (mais bizarrement, la « prime de Noël » n’est pas refusée)…etc. Le principe de laïcité est bafoué, certaines lois ne sont pas respectées impunément et sans qu’il ne se passe rien.

    Les gens en ont assez de cette intrusion dans leur vie quotidienne, qu’on les pointe du doigt en les taxant de racistes (mot largement détourné, utilisé à la moindre contrariété et à sens unique) et des inégalités qui en découlent. Combien de morveux n’ont pas de sanction pour leurs méfaits parce qu’ils sont « issus de milieux défavorisés et qu’ils ont eu une enfance difficile et blablabla »? Qui se soucie des victimes?
    Il n’y a pas que les gamins dans les banlieues qui ont une enfance difficile et il n’y a pas que dans les beaux quartiers que les enfants ont une enfance heureuse. Fort heureusement, un enfant malheureux ne fait pas systématiquement un délinquant. Tout comme un enfant heureux ne sera pas forcément quelqu’un de bien.
    Un con est un con: peu importe sa couleur de peau, sa religion, son vécu. Et il ne devrait pas y avoir de différence de traitement.

    La France fait beaucoup d’efforts pour intégrer tous les immigrés, quelle que soit leur origine et ça ne suffit pas. Alors les gens disent stop. Les gens aimeraient se sentir chez eux, avec leurs traditions et le respect du à chacun.

    La majorité des gens n’est pas islamophobe ou raciste: elle veut qu’on lui foute la paix.

    • « Comme ça a déjà été dit, il ne faut pas oublier la responsabilité des individus. La victimisation des musulmans commence à lasser. »

      Il me semble que vous faites un contresens, l’auteur justement mets l’entière responsabilité de la situation des musulmans sur leurs épaules à eux. A aucun moment il n’est écrit « tout cela est la faute d’untel ou d’untel ».

      Pour le reste vous mélangez énormément de choses, des pratiques commerciales (pourquoi reprocher à un commerçant de satisfaire ses clients musulmans?), des faits totalement imaginaires (notamment cette histoire d’horaires de piscine, trouvez-moi donc une preuve), etc.

      Enfin : l’auteur, en réalité, dit la même chose que vous en étant bien plus dur avec les musulmans que vous ne l’êtes! Relisez bien l’article, vous le verrez et le comprendrez aisément.

      • Pour la responsabilité des individus, je parlais de commentaires précédents, pas de l’auteur du texte.

        L’auteur a effectivement des propos durs vis-à-vis des musulmans, rassurez-vous, je ne suis pas passée à côté… Et si tous les individus pensaient comme lui, nous pourrions tous vivre ensemble sans aucun problème.
        Seulement, le passage sur les banlieues, personnellement, je l’ai interprété comme de la victimisation. Je ne dis pas que c’est obligatoirement comme cela qu’il faut l’interpréter, c’est mon ressenti à la lecture, parce que j’y ai senti une nuance. Les HLM ne sont pas tous des ghettos, d’où ma remarque sur la responsabilité des individus.

        Les pratiques commerciales: je ne suis pas contre le hallal, et je comprends bien que ce n’est pas par philanthropie que les centres commerciaux disposent de rayons hallal.
        Je dis simplement qu’il m’est arrivé plusieurs fois de chercher un bout de temps un produit non estampillé « hallal », dans des rayons bien pleins (je le précise pour éviter qu’on me réponde « ben forcément, tous les autres produits étaient en rupture… »). Ce n’est pas systématique bien sûr, mais je constate que d’un rayon spécifique, on est passés à des produits hallal dans tous les rayons, disséminés parmi des produits « non hallal ».
        Les cantines: une amie l’a vécu à son travail, repas hallal pour tout le monde, pas d’autre choix. Et ça arrive dans des cantines, mon petit frère y a eu droit. Pas tous les jours, mais on ne laisse pas le choix.
        Les horaires de piscine: j’avoue, je ne sais plus où j’avais lu ça et je ne vais pas assez à la piscine pour vérifier dans ma ville. Donc, celui-ci, on l’enlève de la liste pour être sûr.

        Pour tout le reste, je ne sais pas ce que vous estimez être « totalement imaginaire ».

        Ce n’est pas la question de vouloir mélanger les choses: je constate simplement que dans notre quotidien, il y a beaucoup de changements petit à petit, qui ne servent qu’une communauté, au détriment des gens qui n’en font pas partie. C’est le fait d’imposer qui me dérange, j’aime être libre de choisir.

        • En fait, je m’en fiche du hallal. Je comprends qu’une communauté ait ses rituels, ses traditions, ses croyances, sa gastronomie…Ce qui ne me plaît pas, c’est qu’on nous le mette bien en évidence et que je doive chercher les produits qui m’intéressent alors que je suis « chez moi ». J’entends par là que la France n’est pas un pays musulman et qu’on n’arrête pas de mettre cette communauté en avant.

          Ceci étant, je doute que les chrétiens aient autant de facilité dans les pays musulmans.

          •  » je comprend qu’une communauté ai ses rituels  »

            jusqu’au 19ième siècle, en chine, il était fréquent que les femmes aient les pieds bandés, par signe de soumission. dés l’instauration de la republique en 1911, cette pratique barbare a été interdite.
            voila un peuple civilisé !
            évidemment, certains leur reprocheront de manger les chiens, sauf qu’ils ne les égorgent pas en leur tenant la tète dans la direction d’une grotte situé dans un desert pour les tuer. ils leur assènent un bon coup sur la tète pour les étourdir, et l’affaire est joué…

            • Oui, yénéral, et ce peuple civilisé a remarquablement adapté le communisme…C’est de l’humour de votre part?

            • pour rené le honsec:

              si le communisme a pu la ou il a passé, nous débarrassé du moyen-age et de sa barbarie, alors vive le communisme. il n’a malheureusement pas du passé entre l ‘indus et les chaine de l’atlas, et c’est bien dommage, quelle progrés cela aurait été pour l’humanité !

          • Je suis d’accord. Je suis pour le respect mutuel.

            En acceptant les étrangers sans conditions, l’on ne peut pas s’étonner du résultat….

            Un contrat doit être obligatoire et c’est la carotte pour les nouveaux entrants.

            Les autres, on peut les intégrer : avec fermeté !
            Un sale gosse, on le punit. Un gosse des ZUPs : on l’encourage dans la délinquance !

        • Pourquoi vouloir interdire le Hallal? Et pourquoi pas le kasher? J’ai du mal a croire qu’au finale ça augmente la liberté des individus…

          • Il est vrai qu’on ne trouve quasiment pas de produits kaschères dans les grandes surfaces. En tout cas, je ne me rappelle pas en avoir vu dans les rayons, ou alors ça doit être infime et ça ne m’a pas laissé un souvenir impérissable…

            Je ne suis pas pour une interdiction de quoi que ce soit, justement pour la liberté de chacun. Je dis simplement que la France n’est pas un pays musulman et que les coutumes de cette communauté commencent à s’imposer dans notre mode de vie. Votre réflexion sur le kaschère le montre bien: on ne parle que du hallal parce que le kaschère n’est pas autant mis en avant. Et comme on n’en entend pas parler, ça ne gêne personne.

            • j’avait un copain qui avait une boucherie  » karcher « , il a du fermer, il n’avait plus de clients…

            • Mais que cela vous gène en veut pas dire que cela gène tout le monde. Moi ça ne gène pas. Et comme je pense que les abattoir bretons ne sont pas trop riche pour se passer du business du Hallal, je trouve que c’est une très belle opportunité de gagner de l’argent. Mais sans doute les bretons ne sont ils pas assez français pour vous….

      •  » finalement… j’suis pas si koun koun que j’en ai l’air !! « 

      • Vous avez tout à fait raison restons sur les faits et pas d’interprétations de ce qui n’est pas dit
        l’article est très intéressant, il va dans le sens d’une responsabilisation des individus, mais la citation de Tarik Ramadan me dérange cependant profondément car elle en contradiction avec le reste de l’article :qu’est ce que le « moratoire » de monsieur ramadan si ce n’est un replis tactique…. en attendant quoi? d’être majoritaire et d’imposer d’autres contraintes, mais islamiques celles la?
        Dans une approche véritablement libérale, musulman ou pas, il ne peu pas y avoir de « moratoire » mais simplement une acceptation de la liberté de son prochain dans la limite ou son expression n’empiète pas sur la mienne
        Quant à rester entre soi et la nécessité de s’ouvrir à l’autre, cela parait de bon sens en théorie mais c’est en réalité une approche intellectuelle et désincarnée des relations humaines
        Les affinités précédent l’amitié ou même l’envie de se fréquenter et pas l’inverse, donc si une personne ne fréquente que des papous, des suédois ou bien des philatélistes, c’est parce qu’elle se sent des affinités avec et pas parce qu’elle s’est dit que se serait bien d’avoir un spécialiste du timbre poste dans ces connaissances!!
        en conclusion un article intelligent ou les individus sont responsables par leur comportement du bien être présent et futur de la communauté musulmane mais ou la finalité et la priorité reste tout de même la communauté et pas l’individu au sens libéral!

      • Moi je trouve pas que cette lettre soit particulièrement dure envers nos compatriotes musulmans, l’auteur tente de nous faire croire qu’il met en évidence la responsabilité de sa communauté dans le destin qui est le sien mais lorsqu’on regarde bien le texte, chaque travers de sa communauté qui est souligné est aussitôt justifié par la colonisation, l’abandon de l’état, les guerres occidentales, les quartiers défavorisés, le manque d’égalité, l’islamophobie de la société française et je m’arrête là, tout cela est dans le texte. Une fois de plus on pose la communauté musulmane en pauvre victime alors que ses revendications sont de plus en plus fortes et de plus en plus présentes, mais le caractère de ces revendications semble exaspérer les autres communautés. La communauté musulmane souhaite une adaptation de la société française à ses valeurs. En fait l’auteur ne remet pas en cause ce souhait il donne juste le moyen d’y parvenir…

    • Oui je suis tout à fait d’accord avec votre analyse, il serait souhaitable que l’auteur de ce texte écoute ce que disait le roi du Maroc Hassan II en 1999. La vidéo est encore visible sur youtub., cela fait comprendre bien des attitudes des musulmans. Sans oublier que la France est Gréco-Judéo Chrétienne point à la ligne.

      • La France n’a rien de grec…les institutions française sont issue du monde romain. Vous allez me dire que Rome et la Grèce était liés, je vous répondrais que la Grèce était lié à l’Egypte…..
        On peut pas dire non plus que le judaïsme est une place significative dans l’histoire de France surtout quand on connais le role qu’il a joué dans l’empire romain.
        Après si ce que vous voulez c’est transformer la France en Arabie Saoudite de blancs dites le et ne vous faites pas passer pour un libéral.

        • Cédric , il faut reconnaître que la civilisation européenne, à laquelle la France appartient , doit à l’héritage gréco-romain, la raison philosophique (Athènes) et juridique (Rome), et celui de Jérusalem a façonné sa spiritualité, son âme.

          • Les ouvrages des auteurs grecs sont revenues en Europe vers la fin du moyen age. C’est d’ailleurs pour ça que le moyen age a produit des système logique très subtiles sur les reste de la philosophie grecs. Mais totalement différents. Mais surtout pourquoi ne pas y inclure l’Egypte?
            Pour ce qui est du judaïsme désolé mais vous ne trouverez rien.

            • Incroyable de nier l’apport du judaïsme, et que faites vous de la Bible texte fondateur de notre culture. Un libéral devrait voir dans le commandement « tu ne voleras pas » la reconnaissance du droit de propriété. Et j’ajoute que le christianisme est né du judaïsme. Jésus était juif. Et oui!!!

        • La science grecque est une composante fondamentale de la civilisation occidentale. Nemo a écrit un bon livre à ce sujet.

          Le fait est que, pas seulement en France, mais dans tout le monde occidental, voir tout le dar el harb, l’intégration de l’immigration musulmane est un échec, et son assimilation est impossible. Et la cause n’est pas ethnique, mais avant tout culturelle : l’islam, qui faconne leur culture, est une religion totaliste au sens de Popper. Or, l’intégration, devant à terme mener à l’assimilation, implique l’adoption progressive par les immigrants et leurs descendants des moeurs, de la culture et des us et coutumes de la population locale : en somme, déplacer le curseur de l’identité du milieu d’origine vers le milieu d’accueil. Ce qui, a terme, est incompatible avec la préservation de la culture d’origine.

        •  » la france n’a rien de grec  »

          ha bon ? et pourquoi aprennait-on le grec à l’école alors, pour faire chic ?

      • La France n’est pas Gréco-Judéo-Chrétienne… ça, c’est un mensonge diffusé par certaines sectes dont celle du plébéien Soral… La France est historiquement et culturellement gauloise, celte et gréco-romaine, judéo-chrétienne. Personnellement, je choisis largement sa version gréco-romaine qu’on rencontre disséminée un peu partout dans les siècles français.

  • Un peu long et ambigu : la France bien que considérée comme non musulmane (première ligne) doit avoir « votre » religion comme composante majeure de l’identité (dernière ligne).

    On parle beaucoup de la susceptibilité des peuples anciennement colonisés quand à la permanence dans le discours « dominant » de poncifs variés traduisant un attachement (conscient ou non, c’est là le problème) à des valeurs racistes anciennes. L’inverse est vrai, et on en voit là une belle preuve. Comme c’est le propre des discours sincères (et celui là en a l’apparence) que de s’ouvrir à la critique injuste, allons y pour des remarques variées, qui traduisent un soupçon, tout en reconnaissant au texte une mesure estimable.

    La première porte sur le « nous ». Alors que la grande majorité du texte, très lisse, semble raisonnable, la répétition du « nous », qui l’installe, est un problème, voire LE problème. Quel est son équivalent « dans l’autre sens » ? Et bien il est ce que l’on voudrait éviter de voir, ou favoriser, c’est la question.

    L’ambiguité (l’expression « mes chers compatriotes » est utilisée de manière répétitive à la place de « mes chers compatriotes musulmans » ) a un coté naïf : en imitant naïvement l’appel un peu ampoulé (et délicatement raciste) à une communauté patriotique initié par Giscard d’Estaing (les gaullistes employaient « Françaises Français »),
    voir par exemple:
    http://discours.vie-publique.fr/notices/807020300.html
    , on fait semblant, on officialise, on fait « comme ci », bref on imite sans raison vraiment institutionnelle. C’est le propre des discours « dominés », qui cherchent à reproduire localement la puissance du colonisateur, le drame des ex-colonies, qui ont du fait de leur autonomie nationale, au moins le mérite de leur indépendance, et qui quand ils s’exercent dans l’environnement d’origine ne sont que le triste déguisement de la difficulté à s’assimiler.
    A moins qu’on ne soit, ce qui est plus vraisemblable, dans le kidnapping. Après tout, tout le monde ne lit pas entre les lignes.

    Le constat sur les problèmes de l’immigration est sévère: ordinairement il est celui de ceux qui proclament sont échec historique, à moins que, avec la répétition de l’affirmation du droit du sol, on ne veuille sanctuariser une communauté d’identités et de situations sociales autour d’une religion.
    Dans ce cas l’échec sera d’autant plus grand qu’il semble ignorer les autres immigrations du tiers monde (charitablement masquées derrière l’expression « difficultés sociales des pays d’origine »), sachant que le tiers monde c’est par exemple AUSSI la situation des roms bulgares, européens et chrétiens pourtant.

    L’auteur du texte est manifestement pieux, c’est un
    religieux et par conséquent est officiellement ici le défenseur d’une « institution » (dans le sens, très Français, d’une revanche laïcarde envers l’Eglise) qui a vocation à exercer une emprise sur la psyché des gens.

    Qu’il sache que comme religieux, il exerce sa mission chez le plus irréligieux des peuples, celui là même qui a inventé et généralisé l’athéisme et qui pourrait bien ruiner ses prétentions à faire souche de cette manière.

    En deux mots, pour clarifier mon ironie: l’islam, comme toute les religions, à vocation à sortir de l’histoire, et c’est perdre son temps que de l’utiliser pour quoique ce soit.

    Vive la paix au demeurant, en espérant que la prochaine guerre de religion ne soit que littéraire.

  • Cet article me conforte dans l’idée que décidément ces « français musulmans » ne comprennent pas leur pays.
    La question posée par l’auteur est la suivante : Comment se fait-il que nous sommes loin de la communauté française ?
    Le « nous » désigne ses compatriotes français musulmans , les autres étant les non-musulmans. Il est bien curieux pour un français de s’adresser à ces compatriotes en faisant apparaître l’appartenance confessionnelle des uns et des autres. Il me semble que l’esprit même de la laïcité n’a pas vraiment été intégré. Avez-vous lu des articles de juifs, de protestants, de catholiques , opérant cette distinction ? C’est comme si moi je prenais la parole sur ce site en disant : « moi Gauthier athée, ou catholique, ou juif … »
    Pour un musulman ça va de soi: il est d’abord et avant tout musulman et la citoyenneté vient ensuite. Qu’il ne s’étonne pas alors de sa difficulté à s’intégrer dans ce pays , où les individus ne se définissent pas d’abord par leur confession.
    Mais quelles sont les raisons de l’auteur ?
    Pour les comprendre, il faut d’abord admettre le postulat suivant : La France est seule responsable de cet échec, car les musulmans, dans leur grande majorité, ont un réel désir d’intégration .
    Ainsi jouissant d’une instruction scolaire GRATUITE ( et toutes les aides qui vont avec), ils ne peuvent pas apprendre correctement. Ils ont les professeurs « les moins expérimentés ». Il faut entendre, de jeunes professeurs et pour la majorité des femmes -c’est moi qui l’ajoute, car ça peut aider à comprendre la suite.
    Les conséquences de l’échec scolaire sont : l’absence de diplômes, de qualification et leur nombre élevé dans les rangs des chômeurs.
    Pas un mot , bien sûr, sur l’incapacité du plus grand nombre à effectuer un travail scolaire, d’accepter la discipline indispensable ( la violence dans les collèges et les lycées, fait fuir les « français non-musulman »), pour entreprendre une formation intellectuelle; et je ne vois pas en quoi un jeune professeur ( surtout femme) peut être responsable de cet état de fait. Faire croire que le problème vient de l’inexpérience des professeurs est honteux. Leur bonne volonté, leur compétence, leur patience ne vient pas à bout de ces élèves déchaînés qui passent leur temps à les insulter, ou même à les frapper.
    Il faut rappeler cette évidence : tout vieux professeur a été inexpérimenté en début de carrière.(incroyable, non!).
    Il fut un temps où il ne venait à l’esprit de personne de penser que la jeunesse d’un professeur était la marque de son incompétence. Aujourd’hui même le ministre de l’EN ( qui a été un très jeune diplômé) ne cesse de le répéter, et cela est repris en coeur par tous ceux qui veulent se décharger de toute responsabilité.
    C’est bien là le problème, s’exonérer de toute responsabilité et faire croire que ces jeunes issus de l’immigration sont des victimes de la société française.
    Que font les parents de ces enfants ?
    Ils les élèvent comme « au bled », c’est-à-dire dans la rue, où très jeunes ils sont confrontés aux phénomènes de bandes qui sévissent dans ces quartiers.
    S’ajoute à cela – l’auteur le dit lui-même- , « les vacances au bled », et le développement des paraboles qui ont été pour le plus grand nombre « le seul horizon culturel ». Tout est dit . Si les parents n’ont pas à coeur l’intégration de leurs enfants dans la culture du pays, celle-ci ne se fera pas, ils continueront à cultiver la culture de leurs pays d’origine, qui est « ô combien salvatrice sur le plan psychologique »; En gros ça veut dire que les parents cultivent la nostalgie du pays et doivent instiller dans l’esprit de ces enfants une méfiance pour ne pas dire haine de la France, qui ne serait pas suffisamment accueillante.
    Moi, je pense que l’intégration ne peut se faire que si on admet une asymétrie entre la culture du pays d’accueil et le pays d’origine. Mon père, enfant d’immigré l’avait très bien compris en devenant instituteur. Il a été- et mon grand-père en tirait une très grande fierté- le premier boursier et lettré de sa famille. Ce n’était pas le destin que lui réservait son pays d’origine.
    J’aimerais que nous fassions notre la devise américaine : »Demande toi ce que tu peux faire pour ton pays et non pas ce qu’il peut faire pour toi. »
    Autrement dit : bosse et cesse de te plaindre !!!

    • « Pour les comprendre, il faut d’abord admettre le postulat suivant : La France est seule responsable de cet échec, car les musulmans, dans leur grande majorité, ont un réel désir d’intégration . »

      « issus de l’immigration sont des victimes de la société française. »

      C’est un contresens, l’auteur dit exactement le contraire, pas une seule fois il ne pointe la responsabilité de quiconque, sauf celle des musulmans eux-mêmes.

      •  » alors là: y m’épate, y m’épate, y m’épate …. « 

      • Léopold Saroyan, il faut apprendre à lire avant de parler de « contresens ». Alors , reprenez l’article de « Or nous avons vécu…nous avions élu domicile. »
        C’est là que la victime pointe tous les manquements de l’Etat à savoir (au risque de me répéter):
        -Les professeurs inexpérimentés.
        -Les services de l’Etat qui se défilent. ( On se demande bien pourquoi?)
        -une mixité quasi inexistante à cause de la non-prévoyance de l’action des pouvoirs publics.
        Dans cette partie il énonce donc les causes des malheurs des musulmans, et a aucun moment il n’envisage de s’interroger sur sa culture musulmane, qui comme tout le monde le sait est très ouverte à l’autre, à la différence, à l’égalité des sexes etc…
        Ensuite il examine les conséquences néfastes de cette inégalité sociale.
        la relation de causalité qui est établie est pourtant claire : les causes ( citées) sont à l’origine de cette inégalité sociale , et les pauvres victimes n’ont pas eu d’autres choix que la délinquance sous toutes ses formes. La faute à qui , donc !
        Et le bouquet final c’est le paragraphe où il est question des fantasmes sur la peur de l’Islam.
        Même pas le début d’une critique de cette religion qui enferme les croyants dans une communauté à laquelle ils ne peuvent échapper , car l’apostasie est punie par l’Islam.
        Alors M Léopold , il faut apprendre à lire!!!

  • Desole, mais ma reponse en deux points :

    Primo : Si les musulmans oubliaient definitivement leur religion, ils s’integreraient peut-etre bmieux a nos societes de type democratique (cf. l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme du 31 juillet 2001dans lequel elle affirme que la loi islamique est incompatible avec la démocratie et les droits de l’homme)
    Voir site : http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/01/18/la-loi-islamique-est-incompatible-avec-la-democratie-et-les-droits-de-lhomme/

    Secundo : Quand on veut s’integrer, on adopte les uses et coutumes, les lois du pays d’accueil !
    (ca passe par l’adoption de prenoms locaux pour les nouveaux nes, le respect des modes de vie qui ont fait du pays un lieu d’accueil….. sinon, je ne vois pas l’interet de fuir un pays du tiers-monde si c’est pour en recreer le modele ailleurs).

    Conclusion pour les gens un peu lent du citron : quand on entre sur un terrain de foot ou des gens y jouent deja, c’est pour jouer au foot. Si tu veux jouer au rugby tu vas ailleurs !

    • « on adopte les uses et coutumes »

      Et pourquoi pas aussi la langue ?

    • La loi islamique n’existe pas. L’islam n’est pas une religion mais bien une réunion de plusieurs religion différentes.
      Aucune loi ne force les citoyens a adopté des coutumes du pays d’accueil.
      Le Qatar est par tête de pipe beaucoup plus riche et de loin que la France ce n’est donc pas un pays du tiers monde.
      Pour finir toute une partie des extrémiste les plus radicaux étaient/sont pourchassé dans leurs pays pour leurs croyances. Ce qu’il cherchent c’est donc explicitement un endroit pour vivre leurs foi.

      • « La loi islamique n’existe pas »,…. point de vu interessant, qu’il faudrait partager avec les habitants de Mauritanie, Afghanistan, Iran, Comores,…etc qui sont officiellement des Republiques islamiques et ont bati leur systeme juridique sur le Coran.

        « l’Islam n’est pas une religion »….. zut ! un milliard de pratiquants seraient donc dans l’erreur?

        « une reunion de plusieurs religions differentes » je serai curieux de savoir lequelles ? (au mieux, on peut dire que l’Islam s’inspire en partie des 4 precedents messages des prophetes avant Mahomet).

        « aucune loi ne force les citoyens a adopter les coutumes du pays d’accueil » waouh !!! les lois d’un etat formalisent les regles de vie au sein d’un communaute (revoir « l’Esprit des lois » de Montesquieu)
        Question : vous avez deja essayer de boire de l’alcool en public a Teheran ou tenir par la main votre concubine au Maroc en n’etant pas accompagne par une tierce personne ?????

        « une partie des extremistes radicaux sont pourchasses dans leur pays pour leur croyance »….. vous etes allez voir en Arabie Saoudite, au Qatar, en Iran, en (Republique islamique d’) Afghanistan,….? Ils sont sponsorises par l’Etat afin d’exporter le Djihad visant a etablir le Khalifat mondial.

        Mon cher Cedric, j’apprecie votre liberte de ton et votre franchise, malheureusement, pour debattre il faut avoir des arguments bases sur des connaissances.

        On ne part pas a la chasse sans cartouches……

    • Oui, et peut-être qu’on devrait se faire opérer pour changer notre couleur de peau, porter des lentilles pour avoir les yeux moins foncés? Et tout ca vous ferais plaisir? oh! mais alors je vais de ce pas prendre RDV!!!

      Vous racontez n’importe quoi, vous êtes remplit de haine, alors ne faites pas de votre problème celui des musulmans.

      Et pour finir, si vous commenciez par montrer un peu de respect pour les personnes qui vous lisent? !

      En conclusion, si les français vous dérangent (incluant TOUS les français, quel que soit leurs origines, leurs cultures, ou religions), vous devriez peut-être immigrer vers un autre pays, en vous souhaitant ne pas être accueilli par quelqu’un dans votre genre!

  • C’est malheureusement vrai! Il suffit de voir comment a tourné le fameux « printemps arabe »…

  • Quel pensum… Quel pensum !

    « Musulmans de France »…. ça ne veut rien dire.

    C’est comme « Catholiques de France », « Boudhistes de France », « Végétariens de France », « Communistes de France », « Gays de France », …

    Toujours cette obsession égo centrique : « moi je », « moi musulman »…

    Toujours à vouloir se déclarer, s’identifier, se comparer, se mettre de côté, en réserve de, en dehors de… mais en même pleurant d’être mis au ban, ignorés, « stigmatisés », pas « respectés », etc.

    Je vais vous dire ce que pensent une grande majorité de « non musulmans de France » : vous nous pompez l’air.

    En clair : vous nous fatiguez.

    Il y 50 ans l’islam n’existait pas en France. Il y avait la Grande mosquée de Paris (près du jardin des plantes) et basta.

    Aujourd’hui, c’est comme si on ne parlait que des musulmans.

    Non seulement en France, mais dans le MONDE ENTIER.

    Des (je ne ferais pas l’erreur d’écrire « les ») musulmans font parler d’eux, de manière obsessionnelle, compulsive, partout, en permanence, sous quasiment toutes les latitudes.

    De l’Europe du nord en passant par l’Afrique, l’Europe du sud, le Moyen Orient, l’Asie, l’Asie du sud-est, l’Amérique du nord.

    C’est proprement stupéfiant.

    Donc oui nous sommes fatigués. Cet islam là nous fatigue. Il n’y a pas d’autre mot.

    Avec ses petits ou grands malheurs, ses doutes, son mal-être, ses problèmes, ses histoires, et toute la place qu’il prend.

    Les « Musulmans de France » devraient simplement… se faire oublier.

    Et arrêter de vouloir se définir, se coller des étiquettes.

    Vous êtes Français. Ou vous ne l’êtes pas.

    L’entre-deux est un mythe, un produit marketing pour les gogos. Mais surtout une fiction.

  • Quand un ethno-socio-politico-etc…logue pourra-t-il faire une étude comparative raisonnée sur l’adaptation des Portugais en France, très longtemps la plus importante communauté étrangère et celle des « musulmans », (puisqu’on ne fait jamais état, comme dans cet article, des ethnies qui la composent). Personnellement, je n’ai jamais entendu parler de problèmes d’intégration, de problèmes scolaires, de problèmes de chômage et autres chez les Portugais. Alors?

    • Pourtant si. Lors de leur arrivée en france, les portugais étaient aussi mal vu que les roms aujourd’hui. On les considérait pas intégrable, trop différent, trop bigot etc … les quartiers où ils vivaient en masse étaient considéré comme des coupe-gorge.
      L’être humain a la mémoire courte. Il se passera la même chose pour les magrébins, dès lors qu’on aura trouvé un autre bouc émissaire « trop différent et pas intégrable ».

      • Rem. Vucinic : « Lors de leur arrivée en france, les portugais étaient aussi mal vu que les roms aujourd’hui. »
        ———————————————-
        Affirmation gratuite et grotesque ! Quand les Portugais ont une sale réputation, c’est d’arriérés, de crados et de pas très futés (cf la blague, pourquoi le Portugais s’appelle souvent Manuel, parce que tu ne vas pas l’appeler Intellectuel quand même ?) mais certainement pas de voleurs, d’arnaqueurs ou de voyous. Vous devez sûrement confondre Portugais et Siciliens.

        Mais même en supposant que ce soit vrai, c’est très con comme argument, vu que les Portugais étaient arrivés en France en même temps que les musulmans, voire après ! Deux générations après, il n’y a plus de problème d’intégration pour les uns et de plus en plus pour les autres. Conclusion ?

    • René,

      D’abord, concernant la réussite scolaire des enfants d’immigrés, vous vous trompez : ils réussissent aussi bien sinon légèrement mieux que les enfants d’autochtones. Car la variable la plus importante concernant la réussite scolaire des enfants est le statut socio-économique des parents, et non leur race ou leur religion. A statut socio-économique égal, les enfants d’immigrés réussisent aussi bien que les enfants de français.

      Ensuite, vous dites « je n’ai jamais entendu parler de problèmes d’intégration, de problèmes scolaires, de problèmes de chômage et autres chez les Portugais. » sous-entendu « en revanche concernant les africains d’origine… ». C’est un procédé rhétorique curieux, car ce n’est pas parce que vous n’avez jamais vu de tigres blancs que les tigres blancs n’existent pas.

      Enfin, et bien entendu, vous entendez beaucoup parler à la TV des africains d’origine « qui foutent la merde » comme on dit, mais les anonymes (comme l’auteur de l’article), ceux qui bossent dans leur coin, vous n’en entendrez jamais parler.

      De toute façon tout cela n’est pas grave, l’histoire donnera tort à tous les « libéraux » qui croient que l’immigration africaine va tuer la France. C’est bien entendu faux.

      •  » alors LA …………….. y m’épate, y m’épate, y m’épate, mais alors là, y m’épate!!!….. « 

      • Je suis d’accord avec l’intégration réussie de la majorité d’enfants immigrés. Le problème est le fort taux de non-réussite qui ne s’est pas réduit malgré les efforts orientés des gouvernements successif. N’ayant jamais été marxiste, je ne crois pas aux seuls déterminants socio-économiques et accorde une grande importance aux déterminants socio-culturels. Ainsi, en tant que Breton, issu d’une population qui a beaucoup contribué à l’émigration interne à l’hexagone, je constate le peu de délinquance chez mes compatriotes émigrés sur plus d’un siècle, tout aussi bien que, par exemple,les Auvergnats. Je suis par ailleurs très familiarisé avec les tigres blancs, grâce aux médias. Cette image étant, effectivement,parlante.

        • Les très importants problèmes sociaux rencontrés par l’immigration non européenne sont d’abord causés par l’explosion des cadres culturels d’origine au contact du monde européen. La criminalité avant d’être sociale ou culturelle est d’abord inadaptation et dénote les terribles difficultés culturelles à vivre et penser dans un monde fondamentalement étranger, voire hostile.

          Un autre point est l’islam. Soigneusement maintenu dans son profond état d’arriération par le colonisateur comme opium du peuple différentialiste, il constitue un handicap culturel fondamental. Traditionnel, il est pitoyable, bien plus que la vieille bigoterie catholique; repensé, il est autoritaire, puis fanatique.

          On ne peut que souhaiter que s’active rapidement ce que prédit Michel Onfray et qui est sans doute le devenir inéluctable de cette soi disant menace: sa disparition.

    •  » Personnellement, je n’ai jamais entendu parler de problèmes d’intégration, de problèmes scolaires, de problèmes de chômage et autres chez les Portugais. Alors? »

      C’est une blague ? Vous comptez ensuite nous parler de l’intégration harmonieuse des italiens en France ou des irlandais aux Etats-Unis ?

      Daignez ouvrir un livre d’histoire, s’il vous plaît, au lieu de raconter n’importe quoi.

      • L’assimilation des immigrés italiens, portugais ou irlandais n’a toujours été qu’un problème temporaire, etant donné le taux de mariage mixte entre eux et les locaux. Pour l’immigration maghrebine, le taux de mariage mixte est anecdotiques, et j’ai peur que les problèmes resteront pour des siècles, avec un fort risque de libanisation.

      • a) Il se trouve que j’ai gagné une partie de ma vie professionnelle en tant qu’auteur d’albums historiques dans un contexte d’économie de marché sans avoir aucun rapport avec l’état. J’ai une solide culture historique qui me permet d’exprimer des opinions étayées.
        b) Quand j’évoque la communauté portugaise en France, je ne trouve pas pertinent de me répondre avec des poncifs non-étayés sur d’autres ethnies dans le Nouveau-Monde.Il reste à me répondre sur la criminalité portugaise: si j’ai cité cet exemple, c’est parce qu’il prouve qu’il y a des ethnies qui se sont intégrées sans grands problèmes. Alors?

    • Parce qu’ils sont chrétiens et appartiennent de ce fait à la culture occidentale. Les lieux de prière étant les mêmes ils ont pu tout comme les Espagnols et les Italiens s’intégrer sans problèmes. Les langues aussi sont proches et ont sait que la langue façonne les représentations du monde, qui du même coup sont similaires.
      Il y a une raison qui empêche les musulmans de s’intégrer, outre leur culture totalement différente , c’est la colonisation. Ils sont toujours tournés vers ce passé qu’ils ne digèrent pas , mais jamais ils ne s’interrogent sur l’histoire du fiasco de leur indépendance. Je pense particulièrement aux franco-algériens.

  • Musulman de France ne veut effectivement rien dire, mais pas pour les raisons évoqués, tout simplement parce que l’Islam ne reconnait pas la Nation en dehors d’une scission entre Nation islamique/non islamique. Il y a une tendance qui voit se répandre ces « musulmans » du XXIe siècle, qui analysent leur religion par le prisme des valeurs occidentales. Je ne dis pas que ces gens n’ont pas le droit d’avoir leur conviction et leur spiritualité, mais ils n’ont de musulman que le nom. Et traitent avec mépris ce qu’ils appellent « salafistes » alors qu’au vu du sens même de ce mot, n’importe quel musulman cohérent devrait s’en réclamer. Pour la énième fois, la seule religion fondamentalement soluble dans le monde occidental est le christianisme, l’Islam n’a pas pour finalité le « vivre ensemble » et le « respect des valeurs individuelles ». Cette hypocrisie est assez insupportable.

  • Il y a aussi des »vrais » français dans les cités ,je pense que la vie doit encore être plus difficile pour eux. Les dieux ont été crées par les hommes. Tous ceux qui le désirent peuvent croire a cette utopie,mais discrètement . Notre liberté s’arrête ou commence celle des autres. La vue de toutes ces panoplies vestimentaires me hérisse. le catholicisme venant de ces contrées a apporté avec lui le retour a la barbarie ,2000 ans ont été pour sortir de ce bourbier,alors nous imposer de nouveau cette horreur .NON .On peut-être contre le catholicisme et contre l’islam

  • Article sans imagination aucune. Il reprend tous les lieux communs médiatiques sans rien approfondir. Il est sans force car il nie le réel et surestime la parole.

    (*noter : quand je parle d’un peuple, je parle en fait d’une composante d’entre lui. Il n’y a jamais de réalité aussi homogène dans la vie.)

    Les musulmans ne sont pas un problème pour la France, ils sont un problème pour tout État qui les encadre. Ce point de vue franco-français me fait sourire. Comme si les problèmes se posaient en France seule. Allez à Oslo monsieur, au Danemark, en Angleterre, en Algérie, en Égypte, au Pakistan, en Inde… Pour tous, les masses musulmanes sont un fardo. Un fardo dangereux.
    Et ceci est directement du à l’idéologie religieuse surranée. Toutes ces fadaises inventées il y a des milliers d’années ou plus récemment sont des artifices qui brisent le lien constant que l’homme doit entretenir avec le réel. L’idéologie est mauvaise, laïc ou religieuse. L’empirisme renouvelé constamment est la solution. Les musulmans comme les juifs et les roms sont inclinées à vivre entre-soi de manière idéologique. C’est la pire des choses. Cela cultive la haine qu’on peut leur porter. Leurs principes sont négatifs car asociaux. On en remarque les méfaits dès l’Antiquité pour les Juifs qui produisaient chez beaucoup de peuple le ressentiment du fait de cet volonté de se tenir à l’écart.
    Les musulmans font pareil, ils produiront les même méfaits. Tout est courru d’avance. Le futur s’écrira à l’encre noir car les faits sociaux sont sont inarrrétable par leur massivité. Croissance démographique, réservoirde pauvreté, idéologie qui entretient l’appauvrissement, volonté consciente de s’accroitre pour constituer la communauté la plus nombreuse, la France est morte. Elle deviendra autre chose. Les plus riches le savent, ils commencent à fuir… Et ceci partout en Europe. L’histoire ne s’embarrasse pas de sentiment. Rome est morte, Cordou aussi, Paris tombera.

    Monsieur, vos propos sont sans conséquence. Partout l’islam représente un danger pour les populations qui le pratiquent. Partout le musulman est obligé de cultiver la défiance de l’autre. En France, la défiance du kafir, dans une société massivement musulmane, il cultivera la défiance de l’inconnu, du voisin. La société musulmane est une société de défiance. Le musulman part du principe que l’autre est fondamentalement mauvais, dangereux. Allah doit le chatier, ses représentant le doive aussi. Il faut ramener dans le bon chemin celui qui s’écarte du bon chemin par la force si besoin. Partout en milieu musulman, le voile, la vitre teintée des berlines, les lunettes larges des femmes, les jardins inexistants, les volets fermés, les espaces publics pauvres… Société de défiance qui produit la violence. Un point c’est tout.
    La France est anecdotique dans tout cela. La société musulmane produit la violence car défiante quelque soit les gens qui la compose. Pas une seule démocratie, pas un seul pays vivant heureux. Partout la terreur d’Etat ou de groupuscules islamisés ou du tbergigue qui signifie la médisance de l’autre… Sociétés pauvres, laides et malheureuses qu’une grande partie veule fuir.
    Pkoi laides ? Pke le musulman ne se soucie que de son clan car il se méfie de l’inconnu. Alors les espaces publics tombent en ruine. Allez à Alger, Casablanca, au Caire, à Baghdad, à la goute d’or, dans les quartiers nords de Marseille. Ces villes sont sales, laides car la société musulmane y est majoritaire et que dans ces espaces, tout le monde se défie de tous les autres !

    Changez de religion monsieur. Tout est clair, vous n’y pourrez rien. On ne change ni le communisme, ni l’islam. Il faut attendre qu’ils meurent !

    • Patrice17, ce que vous racontez est du vent du début à la fin. Qu’ont commis les musulmans comme crime au XXème siècle? Quelques lapidations, quelques attentats?

      Vous voulez qu’on parle du bilan des occidentaux, singulièrement de celui des français et, me souffle-t-on à l’oreille, des allemands? Qu’on rigole un peu?

      Si d’après ce que vous dites les musulmans posent un problème au monde, alors que dire de nous, occidentaux, qui mettons régulièrement la planète à feu et à sang? Massacrant ici 6 millions de juifs, inventant là cette idéologie mortifère qu’est le nationalisme ou le communisme et qui a fait des dizaines de millions de morts? Se lançant là dans une course à l’armement faisant que les USA et l’URSS possèdaient alors de quoi détruire 100 fois notre système solaire dans son entierté?

      Allons allons, cessez donc vos sottises.

      • Il ne s’agit pas de faire le concours du plus affreux. Les Occidentaux ont dominé le monde parce qu’ils étaient les plus forts dans beaucoup de domaines. Gengis Khan a fait de même à une époque pour les mêmes raisons. L’Empire Ottoman n’était pas mal non plus…
        Aujourd’hui l’Islam progresse plus par notre faiblesse que par sa force. Et, ce qui est notable dans ce long discours qui est peut-être (?) sincère, c’est qu’il porte en lui cette incapacité à se remettre profondément en cause. Mais c’est impossible, car comme l’ortie a son principe urticant, le musulman a l’islam en lui et dans sa chair. Donc on reste en surface pour expliquer son comportement que l’on attribue en profondeur aux autres. « Nous on est bien et prêts à tout, mais pas les autres… »
        Le schéma de fonctionnement est connu et bien rôdé (à noter que la Gauche a le même). On initie un problème, on attend la réaction, on s’en offusque en criant au racisme (par exemple), on se pose en victime, on menace, on casse éventuellement, et on demande réparation. Et le tour est joué et au suivant!

      • Votre sanglot sur l’homme blanc ne tient pas. Vous êtes la victime imbécile, hagard d’un débat médiatique qui se maintient dans les caniveaux. Les faits se transposent en mots. Vous parlez des occidentaux. Mais il n’existe d’unité idéologique en occident que depuis 1945 autour du libéralisme. Le bilan des Occidentaux ? De quoi parlez-vous ? nous, massacrant les juifs ? Isolez moi de vos massacres, monsieur. Je suis un libéral occidental et moi (et mon monde) avons défendu les juifs car nous avons combattu contre le pouvoir nazi et l’avons anéanti. Nationalisme, communisme ? Cela n’est pas ma position, ni celle du monde occidental aujourd’hui. C’est l’autoritarisme des empires centraux (le même que défend l’idéologie islamique), c’est le totalitarisme de Marx et Lénine qui sont responsables de leurs folie. Pas les Occidentaux, pas les libéraux. Vous délirez et considérez dans votre imaginaire raciste l’occidental comme le blanc. Tamisez un peu votre pensée monsieur, vous verrez des cafards grouillant sur la maille.
        Je suis un libéral défendant la liberté d’individus responsables monsieur. Comparez donc l’idéologie libéral avec le totalitarisme nazi, communiste et islamique. Ne vous laissez pas influencer par la couleur de la peau.
        Donc, mon bilan d’occidental, je le regarde avec son rationalisme excessif, son inclinaison au capitalisme, sa liberté énorme qui donne à des millions de gens creux comme vous le droit de parler…
        Le nationalisme ? l’islam l’a inventé quasiment : « vous êtes la meilleure des communautés » (S3/V110) combattant depuis 1500 ans contre le mécréant, divisant la méditerranée en son milieu entre pur et impur (99% de musulmans au sud, des millions de gens différents au nord).
        La course à l’armement ? vous vouliez quoi ? qu’on se couchât devant Staline ? Le monde démocratique meurt aujourd’hui en partie par la faute de gens malheureux comme vous, propriétaires vomissant ses chips devant M6. Réfléchissez monsieur : observer calmement, découpez, classez l’information, recomposez la, lisez nuit et jour pour comprendre et vous changerez. Regardez l’Europe aujourd’hui permettant la liberté de millions de gens, une égalité toute formelle mais révolutionnaire à l’échelle de l’histoire. Le jaune sur les juifs, c’est la Baghdad de l’âge d’or Abbasside qui l’a inventé. L’islam est communautaire à en crever.
        Alors croyez-vous que j’exècre les musulmans. Pas du tout monsieur. Je parle de l’islam qui je le dis plus haut rend fous ses propres croyants. Depuis le temps que je vis dans ce monde musulman (je suis au Maroc), j’observe des personnes bien plus libre et vigoureux que vous. Ils sont nombreux à vouloir la liberté, le changement. Mais toujours ces groupes de fanatiques qui les oppressent et vous fait risquer la vie. On meurt vite dans un monde dominé par les principes musulmans. Et puis, tous ces serfs libérés au nord profitant des saucissons dont ils ont été privés 1000 ans et qui ne se donne pas à fond pour combattre la liberté que certains leur ont donnée.
        Monsieurs, il faut vous réveiller.
        Si je devais mettre une note à votre copie, ce serai un 1. 1/20 parce qu’on ne raconte pas sur sa copie, petit Léopold, ce qu’on entend à la télé sans en avoir vérifié les sources, pesé les notions, vérifié les faits. Mot sur le carnet : Madame, veillez à ce que Léopold lise bien le soir son manuel pour le sortir de l’influence néfaste du qu’en-dira-t-on !! » A signer pour la prochaine séance !!

        • « Votre sanglot sur l’homme blanc ne tient pas. »

          Encore une fois vous ne savez pas lire, l’auteur de l’article écrit le contraire de ce que vous comprenez. C’est un bien curieux phénomène.

      •  » qu’est ce qu’y a , qu’est ce qu’y a ? vous etes drole vous!

        maintenant , elle va marcher beaucoup moins bien ! forcément…. « 

      • ce n’est pas LES OCCIDENTAUX qui ont massacré 6 millions de juifs, mais le catholisisme romain, par sa façon d’exclure tous ce qui n’est pas comforme à son dogme. s’il est aujourd’hui largement amendé et innofensif, l’islam , lui, ne c’est toujours pas amendé, et est assez offensif ( sahel, caucase, thailand, philippine, darfour, massacre des chretien d’orient, des coptes….

        • @yeneralalcazar
          Vous vraiment beaucoup moins drôle que le personnage d’un album de Tintin…

          Et surtout, vous racontez n’importe quoi…
          Accuser le « catholicisme romain » du massacre de 6 millions de juifs…au secours !!!
          Quelle taille vous faites pour la camisole ?

          Par contre, tout à fait d’accord avec Christophe et Sal !!!

        • A force d’écrire n’importe quoi, on falsifie l’Histoire. Les Allemands qui ont inventé le nazisme sont majoritairement protestants, et ça personne ne le dit. Les pogroms existaient en Russie et ce sont des orthodoxes.

      • Le potentiels en terme de liberté et de développement économique de toutes les cultures ne sont pas les mêmes. Les cultures façonnées par l’islam ont prouvé qu’elles étaient stériles de ce coté là, avec une religion bloquée dans ses dogmes depuis 800 ans. Il suffit de regarder le nombre de traduction de livre vers l’arabe, le nombre de page lu par habitant et par an, le nombre de prix Nobel, le nombre de brevet…
        Je n’ai aucun doute sur le fait qu’ils auraient pu commettre des atrocités, comme par exemple tuer tous les polythéistes indiens, si ils en avaient eu les moyens techniques, démographiques et économiques. Les ottomans, bien qu’ayant un très gros retard, n’ont pas eu de mal à commettre deux génocides.

      • Je ne résiste pas au plaisir…L’Arménie, ça vous dit?

      • Non M Sorayan, Patrice 17 dit le vrai et vous devriez plutôt que de parler sans rien connaître de cette religion totalitaire et totalisante, lire le Coran. Au moins vous seriez au niveau dans les débats.

        • Ah? Argumentez donc un peu sur la pédophilie du prophète. Il est clairement mentionné qu’il connut sa dernière épouse quand celle-ci fut très très jeune. Si vous le désirez je retrouve les citation exacte. Mais comme vous connaissez ce Coran je crois que c’est inutile.
          Si vous vous sentez l’âme de broder un argumentaire rocambolesque sur cette sinistre histoire allez-y je suis votre lecteur !

          • Ce n’est pas à moi de prouver le contraire de ce que vous affirmez : tout à votre volonté de ramener le débat dans la boue, vous mentionnez que le prophète de l’islam aurait été pédophile. C’est à vous de prouver ce point. Les travaux de Ruqayyah Maqsood montrent qu’Aïcha avait 19 ans lors de son mariage.

            Cessez donc de raconter n’importe quoi et essayez de contribuer à élever le débat, pas l’abaisser haineusement.

  • L’article et les commentaires sont à pleurer de rire.

    Quelqu’un ici pourrait-il me dire qui sont les « musulmans de france », qui sont ceux qui « revendiquent des choses » ?
    Dites-moi, quelle institution représente la majorité des musulmans, et s’exprime pour eux ? Le CFCM, creature de l’Etat, peut-être ?
    Si quelqu’un parvient à répondre à cette question de façon satisfaisante, nous pourrons déjà déterminer qui sont ces fameux musulmans qui font chier tout le monde, aux dires de certains.

    En l’etat, je ne vois que des commentateurs déversant leur logghorée sur une poignée d’islamistes, d’arriérés ou ce qu’ils imaginent être les musulmans. A aucun moment je n’ai vu de citations de representants musulmans, ou de musulmans de différents bords eux-mêmes.
    Tout le monde ici parle des musulmans, mais personne ne sait exactement de qui il est question.

    Venir prétendre ensuite qu’il existe UN Islam en France, que tous les musulmans font la même chose, pensent la même chose, font telle chose ou telle chose dans les ecoles, parlent ou ne parlent pas français, est parfaitement grotesque.
    Vous est-il venu a l’esprit que les fameux musulmans sont aussi et avant tout : membres de leurs quartiers, marocains/tunisiens/je ne sais quoi, riches, pauvres, pères de famille, sans attaches, rejetés ou aidés par le système, etc. ?

    Mais il est tellement plus simple de parler a la place des gens, auteur et commentateurs.

    • Ouf, ça fait plaisir d’être rassuré! Je pensais qu’il y avait un problème au vue des actualités locales, nationales, mondiales. Mais non, rien de tout ça. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.
      Ce sentiment d’insécurité, quand il vous tient…

      • Merci de confirmer mes dires.
        Si vous n’avez que : « ohlala les musulmans ohlala l’insécurité, espece de bien pensant » comme argument à formuler, on va en rester là.
        La discussion risquerait de ne pas être très intéressante, voyez-vous ?

        Sans rancunes, le bonjour à votre femme.

  • La morale dominante en France porte les traces essentiellement de la culture catholique. mais Il y a des ressemblances avec la morale des musulmans ordinaires: rappel constant des règles, du bien et du mal, comptabilisation, utilisation du ressort de la culpabilisation .. en fait ce que devra faire le projet de morale laïc c’est faire oublier les fondements religieux pour poser des bases plus sociologiques et historiques. Plus naturelle aussi, tabler sur l’empathie, la solidarité, l’équité,

  • « Je suis le prophète du carnage, je suis un rieur sanglant ». (Mahomet, Hadith, Ibn Taymiya)

    Quatorze siècles d’exégèse coranique pour nous aider à comprendre le jihad

    http://webresistant.over-blog.com/article-de-la-coercition-dans-l-islam-69868350.html

    Le Coran et le recours à la coercition

    http://webresistant.over-blog.com/article-islam-et-liberalisme-69867643.html

  •  » ce jeter dans les bras de l’islam pour un libéral, à cause de la peur d’un fantome, mème si c’est le fantome du communisme, n’est la preuve ni d’un grand discernement, ni d’un grand courage  »

    jean-baptiste Botul

  • Je suis fils d’immigré issu des quartiers sensibles. j’ai vécu l’absurdie de l’école publique et les « inégalités sociales ». Je ne me reconnais pas dans cet article. D’ai!lleurs je ne reconnais pas le dessin des quartiers que vous faites.
    Vous entretenez la division avec cette manière de penser les Hommes. Votre seul intérêt est de tenter d’officialiser, d’institutionnaliser une religion en France.
    Pourquoi ne pas plutôt appeler à abandonner l’islam qui, comme toutes religions, n’est qu’un obscurantisme ?

    Si il y a bien une leçon à tirer de l’histoire de France c’est l’émergence de cette raison qui à permis à l’Homme de trouver son indépendance d’esprit, son affranchissement d’une chimère.

    Vos croyances vous honorent, gardez-les pour vous, votre famille, vos amis.

  • Pour ceux qui ont la flemme de lire l’article, je vais le résumer:

    « Les musulmans sont arrivés au mauvais endroit au mauvais moment: la France du 20e siècle.  »

    Ca explique pourquoi tout se passe bien en Algérie, Tunisie, Egypte, Liban, Libye, Maroc, Soudan, Mali, Palestine, Turquie, Maldives, Pakistan, Afganistan, Somalie, Syrie, Yémen, Irak, Centre Afrique, et je dois surement encore oublier quelques petits lopins de terres islamiques paradisiaques…
    Faudra peut être un jour arrêtez les lettres ouvertes et se pencher sur une littérature libérale mettant l’accent sur des valeurs telles que le principe de non-agression, je pense que ça pourrait servir.

  • Cet article ne fait qu’entretenir le communautarisme comme beaucoup le font remarquer, et comme l’illustre l’abondance de commentaires partisans, pour un texte au final assez creux.

    Le site Nawaat alimente volontairement cette division pour divertir des vrais sujets.

    Quelques détails sur l’identité de Nawaat :
    http://www.tunisie-secret.com/Selon-Jeune-Afrique-Nawaat-est-finance-par-le-sioniste-George-Soros-et-Tunisie-Secret-est-inspiree-par-le-bourguibisme_a227.html

  • Juste un mot : MERCI !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un fait regrettable, la France est le pays développé le plus taxé au monde. Elle est devenue malheureusement et pour longtemps un enfer fiscal.

Principalement sous la présidence Macron, le ministre des Finances veut nous faire croire que les impôts ont diminué. C’est vrai pour certains tandis que d'autres ont augmenté. Et ce n’est pas fini car deux domaines vont aggraver la situation : la transition écologique et surtout le retour de l’inflation et donc obligatoirement une remontée des taux d’intérêts.

 

Prélèveme... Poursuivre la lecture

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles