Corinne Lepage : on ment… on dément… on s’excuse… C’est dément !

Corinne Lepage (Crédits Guillaume Paumier, licence Creative Commons)

Prenant la défense de Gilles-Éric Séralini, auteur de la fameuse étude bidonnée sur les OGM, Corinne Lepage a dérapé au Parlement européen.

Par Wackes Seppi.

Corinne LEPAGE

Conférence de presse sur fond de conflit d’intérêts…

Le 28 novembre 2013, Mme Corinne Lepage, membre du Parlement européen, a organisé une conférence de presse au Parlement européen – abusant ainsi des facilités offertes à ses membres – pour dénoncer la décision de Food & Chemical Toxicology de dépublier l’article de M. Gilles-Éric Séralini et al., « Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize » et plus encore la prétendue mainmise de l’industrie sur l’information scientifique et le processus de décision sur les OGM1.

Pourquoi a-t-elle abusé ? Manifestement par suite d’un énorme conflit d’intérêts puisqu’elle est aussi une des fondatrices du CRIIGEN, une association dont plusieurs auteurs de l’article se sont prévalus ; qu’elle en est la présidente d’honneur (sans nul doute avant de reprendre la présidence à la fin de son mandat de parlementaire) ; qu’elle a été partie prenante dans l’« étude » de M. Séralini (notamment dans le montage financier et dans son opacification2, ainsi que dans la médiatisation qui s’en est suivie3) ; etc. ; etc.

Manifestement, c’est l’activiste, co-responsable de l’utilisation des fonds (3,2 millions d’euros…) collectés auprès de Carrefour, Auchan et autres donateurs restés dans l’ombre pour la production d’une « étude » super-indigente, qui s’est exprimée ; même si elle a épicé son discours avec quelques références à ses activités parlementaires.

… de militants faisant dans l’escalade d’engagement

Mme Lepage était entourée :

  • de quatre auteurs de l’article maintenant dépublié, M. Nicolas Defarge, M. Robin Mesnage, M. Gilles-Éric Séralini (président du Conseil scientifique du CRIIGEN) et M. Joël Spiroux de Vendômois (président du CRIIGEN) ;
  • de Mme Frédérique Hilary, secrétaire du CRIIGEN ;
  • de M. Paul Deheuvels, membre de l’Académie des sciences, probablement le seul statisticien au monde à trouver, sur le plan statistique, des mérites à l’« étude » de Séralini et al. ;
  • de M. François Veillerette, officiant en qualité de représentant de Générations Futures et du Pesticide Action Network, chargé de sonner une fois encore le tocsin sur les dangers allégués des OGM ;
  • de Mme Valérie Nicolas, de la Fondation Sciences citoyennes ;
  • de Mme Nina Holland, du Corporate Europe Observatory (CEO, chargée de mettre une couche sur les conflits d’intérêts allégués.

Calomniez, calomniez…

Mme Lepage s’en est pris vivement à Mme Anne Glover, conseillère scientifique du Président Barroso, qu’elle a notamment accusée de « tradui[re] la prise de pouvoir du lobby au sein même de la Commission » et d’être une « ancienne de chez Monsanto »4.

C’était dans ses remarques liminaires, manifestement lues à partir de notes. Il y a eu plus violent encore. Mme Lepage a notamment demandé la démission de Mme Glover5 : « Je demande qu’il soit enfin dans la réalité mis un terme à ce qui n’est même plus du conflit d’intérêts, mais qui est de l’occupation de postes de responsabilité par des personnalités venues des lobbies pour défendre les intérêts des lobbies. Et je pense en particulier… à commencer par Mme Glover et à un certain nombre de personnes de l’EFSA. »

Un dérapage parfaitement contrôlé

À ce stade, on ne peut que formuler deux hypothèses, l’une aussi peu charitable que l’autre :

  1. Ou bien Mme Lepage a tenu des propos diffamatoires qui lui auront été soumis par un staff peu scrupuleux ; en quelque sorte à l’insu de son plein gré.
  2. Ou bien Mme Lepage a tenu ces propos diffamatoires en toute connaissance de cause, en sachant qu’elle ne risquait rien.

C’est d’autant plus extraordinaire que cette sensationnelle « nouvelle » d’un lien avec Monsanto serait un scoop, alors même que Mme Glover a publié son CV sur le site de la Commission et que sa carrière a été décrite par ailleurs, vu ses fonctions précédentes. Une « nouvelle » qui aurait échappé aux – nombreux – décortiqueurs de CV et chasseurs de conflits d’intérêts…

À commencer par le spécialiste de la question, le CEO. Qu’écrit-il sur la conférence de presse ? « L’eurodéputée Corinne Lepage, ainsi que Corporate Europe Observatory, ont souligné lors de la conférence de presse l’attaque manifeste du lobby de l’industrie de la biotechnologie sur les normes de sécurité alimentaire, et le rôle joué par des groupes de pression tels que l’ILSI. En outre, le rôle de la conseillère scientifique en chef du président de la Commission européenne, Anne Glover, a été mis en question. Glover a non seulement rejeté l’étude de Séralini en termes péremptoires, faisant écho à l’ensemble des arguments de l’industrie, mais elle est également connue pour répéter les propos de l’industrie selon lesquels « les cultures GM sont la clé pour nourrir le monde » et la sécurité alimentaire des OGM a été prouvée au-delà de tout doute ». Ces déclarations sont loin de « l’avis d’expert indépendant sur tous les aspects de la science, de la technologie et de l’innovation », comme le prévoit son mandat à la Commission européenne. Lepage a appelé à la démission d’Anne Glover. »

Ainsi donc, le CEO reproche à Mme Glover de pécher contre la ligne du parti alter et anti, mais, surtout, n’évoque nullement sa prétendue appartenance à l’Axe du mal monsantiste en tant qu’ancienne employée.

On doit dès lors envisager sérieusement la deuxième hypothèse… le mensonge délibéré. L’erreur de bonne foi, surtout s’agissant de l’avocate Lepage, est invraisemblable.

Un fidèle perroquet, l’AFP

« Un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures »
(Mark Twain).

L’extravagante « nouvelle » a été consciencieusement répercutée par l’AFP, sans vérification. Ce n’est pas la première fois que nous critiquerons ici un comportement choquant car contraire à la déontologie journalistique. Livrer de l’information brute aux journaux en un temps record est peut-être la mission de notre agence nationale, mais cette mission ne la dispense pas de vérifier, ni de livrer la véritable information, pas ce qui relève du caniveau.

Toujours est-il qu’une série de journaux ont repris le texte de l’AFP et donc le hoax d’une ancienne relation de travail entre Mme Glover et Monsanto…

… un mensonge et un démenti font deux dépêches

C’est bien connu. Une information démentie, c’est une nouvelle dépêche. L’AFP s’y est collée.

Mais les experts ès manipulations du cirque politico-médiatique savent aussi que publier un démenti, surtout pour des journaux qui sont passés à autre chose, n’est pas passionnant. La preuve : selon nos recherches, seuls Paris-Normandie et Agrisalon ont repris ce démenti.

Chez les Lepage, Séralini, etc., on ne se refuse rien…

En définitive, en lançant ce qui relève d’une mise au pilori compte tenu de l’hystérie que suscite le nom de cette compagnie que l’altermonde aime tant haïr et vilipender, Mme Lepage a fait – avec l’aide d’une AFP complaisante – du buzz, pour, dans l’immédiat, donner de l’audience à la conférence de presse.

C’est aussi empoisonner la vie de Mme Glover et la décrédibiliser sur le plus long terme. D’ailleurs la machine à rumeurs a commencé son œuvre.

À la litanie des Diána Bánáti, Suzie Renckens, Harry Kuiper, etc. on ajoutera donc Anne Glover…

imgscan contrepoints 2013-2496 LepageDes excuses désinvoltes…

Mme Lepage a cependant été prévoyante. Le propos diffamatoire n’est pas repris sur son blog, alors même qu’elle y reprend sa demande de démission de Mme Glover.

Mme Glover n’a pas apprécié et l’a fait savoir à Mme Lepage dans une lettre rendue publique et dont une partie a été citée par l’AFP : « Vous êtes citée comme m’ayant accusée d’être une ancienne de Monsanto. Si cela est exact, je vous demande de me présenter immédiatement des excuses publiques et de revenir sur cette déclaration, car je n’ai jamais été employée par Monsanto et n’ai jamais mené aucune étude pour eux. »

Mme Lepage s’est empressée d’obtempérer. Elle a dit, selon l’AFP, « « reconnaitre bien volontiers » son erreur et « présente ses excuses pour avoir affirmé de manière incorrecte que vous avez été employée par la compagnie Monsanto ». »

Comment interpréter « bien volontiers » ? Nous y voyons une forme de mépris.

Modernité oblige, il y a eu un échange de gazouillis (en franglais : tweets) le même jour (5 décembre 2013). Mais les excuses de Mme Lepage, on ne les lira que sur le compte de Mme Glover…

… assorties de revendications

Quand on pousse le bouchon, même en s’excusant dans la foulée, pro forma, dans le quasi-silence des médias abusés, on aurait tort de se priver de l’occasion de le pousser encore plus loin…

Mme Lepage demande donc à Mme Glover de rendre publique une déclaration d’intérêts pour « permettre d’être informé sur d’éventuels conflits d’intérêts ». Demande extravagante puisque Mme Glover en a déjà publié une de son propre chef.

Et demande plus extravagante encore quand l’AFP nous informe que Mme Lepage demande aussi « des précisions sur l’entreprise spécialisée dans les biocapteurs qu’elle a créée en 1999 et sur d’éventuels brevets déposés par cette entreprise » ; autrement dit, que Mme Lepage connaît parfaitement le parcours de Mme Glover… et a consulté la déclaration publiée.

Harcèlement

Manifestement, cette demande relève du harcèlement, d’une inquisition qui sied particulièrement bien à l’écologisme politique totalitaire.

Il faut donc battre le fer quand il est chaud. M. François Damerval, assistant parlementaire de Mme Lepage qui se présente comme son chef de cabinet s’y est collé sur un blog de Médiapart le 9 décembre 2013. En réponse à une analyse de l’excellent Yann Kindo. Mais sans préciser ses liens d’intérêts avec Mme Lepage… Et avec toujours les mêmes techniques sournoises de décrédibilisation, d’insinuations, de demi-vérités, de mensonges et autres perfidies. Qu’on en juge !

« Madame Glover, qui n’avait pas jugé utile de publier sa déclaration d’intérêt… » ? Comment expliquer à ce triste sire qu’elle n’y était pas obligée ? Ah non ! Ce n’est pas possible ! Car il a fallu qu’il se vante, le brave homme : « Il n’en demeure pas moins que Madame Glover […] a publié à la suite de ma demande sa déclaration d’intérêt » (c’est nous qui graissons ; la déclaration est datée du 6 décembre 2013). « Suite à ma demande » quand l’AFP écrit : « L’élue française demande ensuite à Mme Glover de rendre publique une déclaration d’intérêts »…

« …pour une éminente spécialiste de la biologie moléculaire elle a du (sic) croire que travailler chez Monsanto puisse (sic) être une injure. » ? Non, M. Damerval, une diffamation. Une diffamation à peu près du même tonneau que l’imputation de manquement à la probité intellectuelle du fait du financement par Greenpeace qui, dans un passé récent, a mis M. Séralini en transe, ainsi que, du reste, Mme Lepage. Une diffamation que votre patronne s’est empressée de retirer, non pas en raison d’« un trait de caractère rare en politique de reconnaitre une erreur » (qui ne s’est pas traduit sur son compte Twitter…) mais du franchissement manifeste d’une ligne rouge.

« … sa déclaration d’intérêt […] fait apparaître qu’elle est toujours actionnaire d’une petite entreprise de biotechnologie, dont on ignore le nom, les brevets déposés et/ou vendus et les liens commerciaux qui ont pu en naître » ?  Elle s’appelle Remedios, l’entreprise, M. Damerval. C’est une entreprise dérivée des recherches de son équipe (spin off company). Elle est mentionnée dans la déclaration d’intérêts, avec beaucoup de détails sur le rôle qu’y a joué Mme Glover. C’est au point 6 de la déclaration, M. Damerval.

Et sa déclaration dit aussi : « Nous avons tous deux [son époux et elle] gardé une très faible participation dans la société qui découle de notre investissement financier initial lorsque la société a été créée. Je détiens actuellement 1.135 actions ordinaires à une valeur d’émission de £ 1 chacune (à dater de 2012). » Et Mme Glover estime sa participation à moins de 0,1% de la valeur de la société. Incidemment, pour les brevets, outre ce qui est dit dans la déclaration d’intérêts, il existe d’excellentes bases de données…

En voilà donc une, de capitaliste ! Une capitaliste qui n’a plus d’autre lien avec l’entreprise depuis… 2002 (ce qui fait deux ans de séparation de plus que pour Richard E. Goodman et Monsanto…).

Mais c’est aussi qu’elle « siège au board d’une société savante Science Business aux côtés de représentants de Microsoft, Sanofi ou BP et dans les participants on compte des sociétés de biotechnologies »… C’est que fricoter avec ces gens… ça crée des conflits d’intérêts pour les ultras de la virginité intellectuelle !

Mais cette « société savante » est conçue comme un carrefour entre la recherche et l’entreprise, destiné entre autres à créer des conditions propices à l’innovation et à favoriser la valorisation des résultats de la recherche… évidemment pas celle de M. Séralini, mais celle qui est détestée par l’écologisme punitif et décroissantiste. Elle fait partie des structures dont l’Union européenne a vivement encouragé la création, et sur lesquelles l’Union se penche avec bienveillance. Mme Glover y est en conséquence en très bonne compagnie. Il y a aussi, comme membres invités, M. Pat Cox, ancien président du Parlement européen et Mme Maria da Graça Carvalho, membre du Parlement européen. Et cette boîte à idées et de réseautage invite beaucoup de membres de la Commission (commissaires et fonctionnaires) à s’exprimer dans ses réunions.

Mais il est vrai que pour les Torquemada, les Vichinsky, les McCarthy d’un certain écologisme, ils doivent tous être affligés de conflits d’intérêts. Ou «  des personnalités venues des lobbies pour défendre les intérêts des lobbies » en occupant des postes de responsabilité.


Sur le web.

Deux lectures recommandées :

  1. C’est judicieusement intitulé : « Séralini au Parlement Européen (28/11/2013) – Elsevier retire l’étude sur les OGM ».
  2. M. Séralini a expliqué les raisons du montage dans « Tous cobayes ! », repris dans le Nouvel Observateur.
  3. Dans un timing quasiment parfait, Mme Lepage a publié, dans la semaine qui a suivi la publication de M. Séralini, « La vérité sur les OGM, c’est notre affaire ! », aux éditions Charles Léopold Mayer.
  4. À 2:20.
  5. À 34:24. Voir aussi : Corinne Lepage et Gilles-Eric Séralini dénoncent les pressions contre la recherche indépendante. L’année dernière, Mme Lepage s’en prenait violemment à Mme Catherine Geslain-Lanéelle, directrice exécutive de l’EFSA ; auparavant, c’était Mme Diána Bánáty… à croire qu’elle a un problème avec les femmes aux postes de responsabilité.