La réforme du marché du travail espagnol en bonne voie

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réforme du marché du travail espagnol en bonne voie

Publié le 18 décembre 2013
- A +

L’Espagne a pris des mesures courageuses pour renforcer son marché du travail. Les mesures récemment mises en œuvre ont aidé à créer des emplois et devraient renforcer encore la compétitivité et l’emploi dans les années à venir.

OCDE 2012 Labour market reform SpainSelon un nouveau rapport de l’OCDE, il faudrait cependant déployer de nouveaux efforts en vue d’intensifier la concurrence sur les marchés de produits et pour améliorer l’aide aux demandeurs d’emploi, en particulier parmi les jeunes.

L’examen réalisé par l’OCDE de la réforme 2012 du marché du travail en Espagne révèle que, malgré un contexte économique encore difficile, les entreprises sont plus nombreuses à embaucher des travailleurs sur contrat permanent depuis l’adoption de la loi.

Il faut cependant faire plus pour réduire le taux de chômage qui se situait à 26,7% en octobre. Lutter contre le chômage se révèle d’autant plus difficile que les chiffres de la croissance économique mondiale et du commerce sont inférieurs aux prévisions. La priorité du gouvernement dans les mois à venir devrait être de créer des emplois et faire en sorte que les personnes sans emploi ne soient pas laissées pour compte.

OCDE Espagne coût main d'oeuvreLa réforme espagnole a permis d’améliorer la compétitivité des entreprises en leur facilitant l’ajustement des salaires et du temps de travail en cas de choc. Les coûts de main-d’œuvre dans le secteur des entreprises ont diminué de 3,2% entre la fin de 2011 et le deuxième trimestre de 2013 et l’OCDE attribue cette baisse, pour plus de moitié, aux mesures de la réforme.

La réforme a aussi encouragé les entreprises à accroître l’embauche de travailleurs sur contrat permanent, d’environ 30% en moyenne, même si l’effet sur l’offre de contrats temporaires paraît plus limité. Quelque 25.000 contrats permanents supplémentaires sont créés chaque mois grâce à la réforme, principalement dans les entreprises de moins de 100 salariés.

Cependant, la moitié des chômeurs sont sans travail depuis 12 mois ou plus, soit deux fois plus qu’avant la crise. De nouvelles réformes sont donc nécessaires pour développer la création d’emplois et aider les chômeurs à retrouver un travail, et pour réduire encore la segmentation toujours importante du marché du travail espagnol.

Les modifications apportées au système de conventions collectives et aux réglementations en matière de licenciement ont accru la possibilité pour les entreprises de recourir à une stratégie d’ajustement interne face à un choc – en agissant sur les salaires et sur le temps de travail – au lieu de licencier une partie de leur main-d’œuvre. L’Espagne reste toutefois l’un des pays de l’OCDE où les indemnités de cessation d’emploi à caractère obligatoire sont les plus généreuses. L’OCDE suggère de réduire avec le temps les coûts des indemnités de licenciement pour les grandes entreprises afin de les rapprocher de la moyenne de l’Europe et de l’OCDE.

Le gouvernement pourrait prendre d’autres mesures, notamment atténuer davantage l’incertitude juridique concernant les licenciements collectifs, par exemple en traitant les licenciements collectifs abusifs de la même façon que les licenciements abusifs individuels, comme cela se fait dans la plupart des pays de l’OCDE.

La marge est grande également pour rehausser l’efficacité des politiques visant à faciliter l’insertion (et la réinsertion) des demandeurs d’emploi sur le marché du travail, notamment en renforçant la coordination entre l’administration centrale et les régions.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • La flexicurité du travail (flexibilité et sécurité) marche, elle rassure autant les employeurs que les employés !
    L’Espagne ose des réformes impliquant des efforts et de la confiance de tous et je souhaite que ça réussisse.

    Malheureusement en France, lorsqu’il est question de réformes, tout le monde (ou presque) se braquent et défendent leurs positions sans rien lâcher.

    Viva Espana !

  • Comme d’habitude, c’est du pipo.

    A lire ce genre de rapports… il y aurait eu un véritable électrochoc !

    Sauf que… les chômage est toujours à niveau historiquement élevé.

    Bug.

    Et le taux de chômage des moins de 25 ans… est de 56 % !

    Re-bug.

    Vous voyez un type comme Rajoy (et avant lui la cohortes de gauchistes)
    –qui est une crapule AVEREE (scandale des enveloppes de cash)

    –qui n’a littéralement aucune marge de manoeuvre

    -qui est de toute façon un étatiste, et un menteur

    –qui est débordé par les régionalismes (Catalogne)…

    -et qui ne trouve rien de mieux que d’essayer de faire voter des lois liberticides

    http://news360x.fr/madrid-manifestation-contre-la-loi-museliere-tourne-a-laffrontement/

    … voyez vous cet homme faire de vraies réformes sérieuses en Espagne ?

    C’est un mythe.

    Comme le mythe des « réformes électrochoc » de Mario Monti en Italie ! Là aussi… on nous a servi la soupe…

    Bilan ?

    Rien. Du vent. Un discours, de la propagande.. et des « mesurettes » votées.

    L’Espagne c’est le même miroir aux alouettes, les mêmes mensonges.

    Je vais vous dire : la seule vérité en Espagne c’est ça : les banques à poil et le taux de défaut sur les prêts immobiliers.

    http://tinyurl.com/nktdlnj

  • il y a qu’a consulter les annonces  » escorte massage  » sur vivastreet pour voir ou vont travailler les jeunes epagnoles !

  • Une politique réaliste, le libre échange, un libéralisme assez affirmé sans nuire au pouvoir d’achat des travailleurs, des exportations qui reprennent vigueur, les capitaux protégés, il est normal que le pays reprenne à toute vitesse …

    Le retour à l’emploi est comme ces premières hirondelles qui oréludent au printemps.

    • La solution d’abandonner le SMIC pour redonner du travail et renforcer le pouvoir d’achat est une énorme arnaque économique.
      La preuve avec la situation en Allemagne (information bien peu relayée par Contrepoints) où le taux de pauvreté ne cesse d’augmenter.
      Certains smicards français envient le gros Konnard Kapitaliste d’Outre-Rhin, avec cigare et grosse berline Mercedes roulant sans radar à 220 km/h, et accusent le « modèle social » français de les priver de cet possibilité d’ascension sociale qui existerait ailleurs.
      Ils feraient mieux de remiser leurs fantasmes au placard et d’apprécier la chance qu’ils ont de vivre dans un pays où des lois les protègent. .

      http://www.lepoint.fr/economie/allemagne-la-pauvrete-a-un-niveau-record-19-12-2013-1772677_28.php

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Combien de temps va encore durer cette crise sanitaire subie par la population française ? Cela ne dépend que du gouvernement, et donc du président lui-même. Car il faut être parfaitement lucide : c’est le gouvernement qui est responsable de la crise sanitaire, et pas le virus Sars-CoV-2.

Depuis le début, cette crise a été plus politique que médicale, ce qui est confirmé par la politique sanitaire d’autres pays. L’Autriche semble revenir sur son plan de vaccination obligatoire, Israël abandonne la quatrième dose de vaccin, et la Suède ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles