Investissements directs étrangers en France : un énorme gâchis

Montebourg et Moscovici nous racontent des histoires en prétendant que les investisseurs étrangers se bousculent au portillon de la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Investissements directs étrangers en France : un énorme gâchis

Publié le 18 décembre 2013
- A +

Par Kevan Saab.

On entend souvent que la France est une destination privilégiée pour les investisseurs. C’est d’ailleurs, le contre-argument qui ressort de toute discussion avec les défenseurs du statu quo en matière de réformes. Le crédo étant que si on attire des investisseurs, c’est bien parce-que notre modèle est bon. De Montebourg à Moscovici, tous vous le diront, la France rayonne par son attractivité.

Voilà bien un phénomène bizarre : alors que les entrepreneurs français seraient en train de rendre gorge, des bataillons d’investisseurs étrangers toqueraient à notre porte pour les remplacer. Étrange, vous en conviendrez.

Il n’existe que deux explications logiques à ce paradoxe : soit les entrepreneurs français sont incapables de réussir là où leurs homologues étrangers arrivent à s’imposer, ou soit Messieurs Montebourg et Moscovici nous racontent des salades en prétendant que les investisseurs étrangers se bousculent au portillon. Essayons donc de tirer cette affaire au clair.

Pourquoi essayer de capter les IDE en France ?

En ces temps de crise où le protectionnisme économique est de retour en force dans les médias, il est bon de rappeler les raisons pour lesquelles il est souhaitable de rafler autant d’investissements directs étrangers (IDE) que possible. Comme tous ceux qui connaissent les rouages d’une entreprise vous le diront, le capital c’est le nerf de la guerre. Et oui, sans capital, pas d’investissements dans la chaîne de production, pas d’investissements en R&D, pas d’achat de nouveaux locaux, bref pas d’entreprise, mais surtout point d’amélioration de la productivité avec les conséquences que l’on connaît sur les salaires. Pour n’arranger en rien les choses, l’accès au capital est par nature ardu, aucun créancier ou investisseur ne voulant s’engager sans avoir été convaincu de la profitabilité future de son prêt ou de son investissement.

Avec cela en mémoire, on comprend aisément pourquoi il est judicieux, et même primordial, de capter des capitaux venant de l’étranger. Pourquoi donc priver notre économie d’un apport précieux en capital quand ce dernier crée dans son sillage de l’emploi et de la croissance ?

Comment les investisseurs décident où investir ?

Mettons nous un instant dans la peau d’un investisseur ou d’une firme planifiant ses investissements futurs. Comme on l’a dit précédemment, les investisseurs se soucient principalement de la profitabilité future de leurs investissements. Derrière cette idée très générale se cache le plus souvent toute une série d’objectifs financiers chiffrés et datés, ainsi qu’une analyse poussée des risques et des opportunités qu’offre chaque plan d’investissement.

Les méthodologies varient mais les variables affectant l’équation restent les mêmes : ainsi l’investisseur moyen s’intéressera très probablement au respect du droit de propriété dans le pays concerné, à la disponibilité de la main-d’œuvre et à son niveau de qualification, au coût du travail, au poids de la réglementation et des impôts, à la taille du marché local ou encore à la position géographique du pays, et ainsi de suite avant de choisir où placer ses pions.

La France : des résultats pas à la hauteur de nos atouts

La France déborde d’atouts inestimables dans cette course aux IDE qu’il est important de ne pas oublier. Prenons notre situation géographique unique en Europe par exemple : notre territoire, ouvert sur la Méditerranée, la Mer du Nord et l’Atlantique possède la façade maritime la plus enviable d’Europe ! Nos frontières terrestres sont, elles aussi, un legs formidable de l’Histoire de par la position centrale au cœur de l’Europe occidentale qu’elles nous donnent. Enfin, le climat, la culture et l’art de vivre à la française sont eux aussi des jokers inestimables pour charmer les investisseurs étrangers. Ajoutez à cela la qualité de nos infrastructures et le savoir-faire de notre population et vous obtenez un cocktail délicieusement attractif pour l’investisseur moyen.

Seulement voilà, le magnifique tableau dépeint plus haut est vite terni quand on regarde de plus près toutes ces choses qui affectent la vie d’une entreprise au quotidien : des taxes en tout genre aux régulations absurdes en passant par l’interventionnisme incessant du gouvernement, l’existence d’une entreprise en France ressemble plus à un parcours du combattant qu’à autre chose. L’économie française est d’ailleurs si corsetée que la France se classe péniblement 63ème, à égalité avec le Rwanda, en matière de liberté économique au classement annuel de la Heritage Fondation.

Malgré les niveaux stratosphériques qu’ont atteint les impôts et l’épaisseur du code du travail, la tendance n’est visiblement pas à l’amélioration comme le montre l’action de l’actuel gouvernement, preuve qu’on peut toujours continuer à creuser quand on pense pourtant avoir touché le fond.

Évidemment, cette absurdité économique se devait de nous impacter négativement suivant la logique décrite plus tôt. C’est chose faite comme le montre le graphique suivant extrait du Tableau de Bord de l’Attractivité de la France, édition 2012 :

IDE

Comme on peut le constater, tous les pays étudiés ici ont réussi à augmenter leur stock d’IDE entrants, mesuré en pourcentage du PIB, entre 2005 et 2011. Tous sauf la France qui a connu un recul durant cette même période ! Recul d’autant plus injustifiable que le volume des IDE entrants a largement augmenté entre 2005 et 2011 :

Flux IDE

Pire, l’augmentation des IDE entrants en France sur les deux dernières décennies est bien maigre :

Flux IDE France

Notons au passage que ces sommes sont en euros courants, c’est-à-dire non ajustés pour l’inflation.

À cette évolution décevante s’ajoutent les chiffres du nombre de projets d’investissements étrangers en France, eux aussi en relative stagnation sur ces dernières années et même en franche baisse pour l’année 2012 selon Ernst & Young :

projets IDE

Au passage, remarquons que certaines des plus récentes implantations étrangères ne se sont faites que parce que l’État a réussi à amadouer les investisseurs étrangers en leur promettant des privilèges fiscaux ou des subventions sur mesure dont l’existence même relève plus du traitement de faveur que d’une politique pro-investisseur concertée (ex : Amazon et son investissement en Saône-et-Loire). Comme souvent en France, mieux vaut être bien connecté politiquement pour s’en sortir.

Conclusion

N’en déplaise aux politiciens, les investissements étrangers en France ces dernières années sont très en deçà du potentiel du pays. Bref, contrairement à ce qu’affirment Moscovici ou Montebourg, en matière d’investissement, ces dernières années ont plus été des années de disette que des années fastes.

Pire, la France est passée complètement à côté de l’explosion des IDE liée à la mondialisation au cours de la dernière décennie, preuve supplémentaire que la politique économique que nous menons nous amène droit dans le mur. D’ailleurs, il semblerait que bon nombre d’entre nous aient déjà heurté sa surface comme en témoigne l’augmentation perpétuelle des inscrits à Pôle Emploi. Il serait temps de s’en rendre compte.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Dites-moi, quand un Français exilé en Belgique agrandit son usine restée en France, c’est un investissement étranger ou pas ?

    • J’ai du mal à imaginer un français assez sensé pour s’installer en Belgique, et en même temps assez fou pour agrandir une usine en France… Mais bon, admettons. Si les fonds viennent de Belgique, c’est un investissement étranger, quelque soit la nationalité de l’investisseur.

  • Qui voudrait investir dans un pays où le rêve de la majorité des habitants est de travailler le moins possible? Ce que démontre l’élection de ceux qui nous représentent actuellement et qui vivent tous du fruit de l’effort des autres et dont le patrimoine déclaré ne comporte aucun investissement dans l’économie productive.
    Ces politiques ne sont que des sangsues au service de leur propre intérêt et, accessoirement, de celui de ceux qui leur permettent d’être élus: c’est le social-clientélisme par excellence.

    Merci pour l’analyse très instructive de la situation.

    • « ceux qui nous représentent actuellement et qui vivent tous du fruit de l’effort des autres et dont le patrimoine déclaré ne comporte aucun investissement dans l’économie productive. »

      Ceci explique cela : soutient à l’immobilier, aux niches fiscales et torpillage de l’économie.

      • Il y a des tas de parasites qui vivent au dépens de leur hôte et sont assez malin pour ne pas tuer celui qui les fait vivre. Il faut dire qu’en général ce sont des bébêtes un peu dépourvues intellectuellement, c’est pas comme nos députés et nos gouvernants!

    • Et ceux qui veulent travailler réduisent la voilure parce que se faire piquer le fruit de son travail n’est jamais agréable. Surtout quand on voit que ça sert à engraisser politiciens et leurs amis.

  • La Chambre de Commerce Américaine en France montre que les investisseurs américains sont très pessimistes sur l’économie française et sont très gênés par la bureaucratie sans cesse croissante, et vont se retenir d’investir pour la plupart d’entre eux, voir désinvestir ! Hors ce sont les principaux investisseurs dans le pays…ça sent pas bon !

  •  » les investisseurs se bousculent au portillon de la france  »

    il y a les quatariotes, et … les quatariotes !

  • Bien la photo! il ya quelqu’un qui a dit un gros mot en bas de l’estrade? Genre ‘baisse des impots’ ou ‘libéralisme’?

  • il est à noter que les graphiques s’arrête juste avant l’entrée en scène de hollande !

    Heuresement que le ps reprend les reines du pouvoir !
    Heuresement que Montebourg est là pour garantir l’innovation et la compétitivité des entreprises française !
    Heuresement que Tourrain est là pour garantie ce merveilleux système sécuritaire français !
    Heuresement que nos députés travaillent d’arrache pied permettant la promulgation de lois utiles !
    Heuresement que l’éducation nationale nous explique comment le socialisme est indispensable à notre société !
    Heuresement que nos élus se soucient du peuple !
    Heuresement que nos prefets garantissent une bonne décentralisation !
    Heuresement que Hollande dilapide notre argent dans des guerres indispensables à la sécurité nationale !
    Heuresement que le mythe « d’assistés français », ne reste qu’un mythe !
    Heuresement que la courbe du chomage s’inverse ! (je fais confiance au PS, après tout si hollande le dit, c’est vrai. )
    Heuresement que les IDE augmentent considérablement grâce à une politique de relance sorti du chapeau du gouvernement !

    bref, il est temps de se casser

  • « Destination privilégiée »… c’est en effet un slogan qu’on sert au petit peuple, pour l’enfumer, depuis des années.

    Sarkozy. Hollande. Les clowns se suivent et la France est toujours une « destination privilégiée »… Alors que comme le note l’auteur… les entrepreneurs et investisseurs français… font le mouvement exactement inverse.

    Bref. On l’aura compris : c’est une énième arnaque.

    Et qui est facile à comprendre : c’est quoi un IDE ?

    Le Qatar qui rachète un club… de foot ? Ou un hôtel particulier à un prix hallucinant à Paris ?

    Non bien entendu. Un vrai IDE c’est quelque chose de productif : une usine, un centre de R&D.

    Et là… on peut creuser… on n’en voit pas de nouveaux chaque jour.

    La bottom line est simple : qui créé une usine par exemple aujourd’hui en France ?

    La réponse est : personne. Ni des entrepreneurs français ni des entrepreneurs étrangers.

    •  » qui crée une usine aujourd’hui en france  »

      une usine ?? vous n’y pensez pas ? ça sent mauvais, ça polue, les ouvriers regardent TF1 et vont bientot voter pour le FN… completement dépassée , l’usine. il vaut bien mieux un régiment de RSA issue de la diversité ! ou des burocrates qui travaillent à 50 km de leur pavillon.
      ça , c’est une bonne clientelle !

  • Bravo pour cet article argumenté (et surtout rempli de chiffres inconstestables) que j’attendais depuis longtemps

  • Un actionnaire résidant en France un peu fortuné paie sur ses revenus du capital 15,5 % de CSG-CRDS, puis 45 % de 60 % (abattement de 40 %) de 100, soit 27 %, puis l’ISF, qui ramené en % du dividende fait facilement 20 %, soit au total 15,5 + 27 + 20 soit 62,5 % de ses revenus. L’actionnaire résidant à l’étranger paiera de 15 à 30 % selon son pays de résidence. La même entreprise est donc deux fois plus rentable après impôt pour un non résident que pour un résident. À terme, toutes les entreprises françaises d’un quelconque intérêt appartiendront à des résidents étrangers.

    « L’arbitrage fiscal », la vente de nos actifs existants aux étrangers fait entrer à court terme des capitaux en France. Mais cela n’a rien à voir avec des capitaux étrangers qui s’investiraient en France pour créer de nouvelles entreprise, de nouveaux emplois.

  • Si l’économie repart partout sauf chez nous, toutes nos entreprises risquent de devenir « OPAbles ». Quitte à être démentelées ensuite.

  • Investir en France faut être tare, quand je vois la différence entre Hong kong et la France :

    http://www.heritage.org/index/visualize?countries=hongkong|france&src=ranking

    J’ai eu raison de m’expatrier a Hong kong en 1995, 30 points de plus que la France sur tout.

    Comme le dit H16, ce pays est foutu.

  • La France attend la poule aux oeufs d’or avec un couteau, la Belgique avec du maïs.

  • C’est surtout la photo qui me révolte. Non, mais sans blague. Lisez ces têtes. On peut y voir du cynisme, de la supériorité.

    Un air du genre: ta gueule tu ne sais pas !

    Nous ministres parasites nous avons les pleins pouvoirs, et on vous emmerde. Là, c’est dit. Rentre toi ça bien profond dans la tête et ailleurs.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Anne Hidalgo gauche française
0
Sauvegarder cet article

Par Olivier Maurice.

Y a-t-il encore une gauche en France ? On peut se poser la question : les derniers sondages indiquent que la somme des intentions de vote en faveur de candidats de gauche déclarés est à peine créditée d’un quart au premier tour de la prochaine élection présidentielle.

Alors bien sûr, un sondage à plusieurs mois de l’échéance électorale ne présume en rien de la réalité des opinions ou des décisions de votes qui seront finalement prises, mais le symbole est d’importance.

Où est passée la gauche triompha... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin. Un article de l'Iref-Europe

Dans une interview accordée au journal L’Opinion du 12 juin, le nouveau président de la Cour des comptes, le socialiste Pierre Moscovici affirme : « Il faut sortir de la logique austéritaire » !

Mais où est-ce qu’il a pu voir de l’austérité dans un pays champion du monde des dépenses publiques et des prélèvements obligatoires ?

Les dépenses publiques sont passées de 1020,5 milliards d’euros en 2007 à 1318,6 en 2018. Elles sont de 20 % supérieures à la moyenne de la zone ... Poursuivre la lecture

Moscovici - Taxe sur les dividendes
0
Sauvegarder cet article

Par h16.

Joie, bonheur et petits fours frais : la Cour des comptes a enfin un président tout neuf ! Pierre Moscovici, ex-député, ex-ministre, ex-commissaire européen devient donc le premier président de la Cour des comptes, en remplacement de Didier Migaud, après cinq mois pendant lesquels le poste fut laissé vacant.

Certes, c'est nettement plus que les deux semaines nécessaires pour faire passer le ministère de l'Intérieur du Collomb au trou du cul au Castaner : Emmanuel Macron a, comme souvent, pris son temps pour confirmer là... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles