La pression fiscale continue de croître dans l’OCDE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La pression fiscale continue de croître dans l’OCDE

Publié le 17 décembre 2013
- A +

Les recettes fiscales poursuivent leur rebond depuis le creux enregistré dans presque tous les pays en 2008 et 2009, au plus fort de la crise économique mondiale.

OCDE Statistiques des recettes publiques 2013Selon les dernières Statistiques des recettes publiques de l’OCDE, le ratio moyen recettes fiscales-PIB dans les pays de l’OCDE s’est établi à 34,6% en 2012, contre 34,1% en 2011 et 33.8% en 2010.

Le rapport des recettes fiscales au PIB a augmenté dans 21 des 30 pays pour lesquels des données sont disponibles pour 2012, et il a diminué dans 9 pays seulement. Le nombre de pays où le ratio est en hausse et de ceux où il est en baisse est resté inchangé par rapport à 2011, ce qui indique une tendance continue à l’accroissement des recettes.

En 2012, c’est en Grèce, en Hongrie, en Italie et en Nouvelle-Zélande que la progression a été la plus marquée, tandis qu’Israël, le Portugal et le Royaume-Uni ont accusé les plus fortes baisses.

L’élévation de la pression fiscale entre 2011 et 2012 est imputable à la conjugaison de divers facteurs. Dans les régimes progressifs, les recettes augmentent plus vite que les revenus durant les périodes de croissance des revenus réels. À cela se sont ajoutées des réformes fiscales discrétionnaires, de nombreux pays alourdissant la fiscalité et/ou élargissant la base d’imposition. Le rôle joué par les réformes discrétionnaires a été plus important dans une poignée de pays européens où le niveau du PIB a en fait baissé en 2012.

Les nouvelles données indiquent une progression des recettes au niveau des administrations centrales, des États et des administrations régionales, après la contraction enregistrée en 2008 et 2009, alors que la pression fiscale moyenne au niveau des collectivités locales est restée constante depuis 2007.

Autres principales conclusions :

– La charge fiscale moyenne dans les pays de l’OCDE a augmenté de 0,5 point, passant à 34,6% en 2012. Cette évolution a fait suite à des hausses de 0,2 et 0,3 point en 2010 et 2011, inversant la baisse observée sur la période 2007-2009, où la charge fiscale était revenue de 35% à 33,6%. Ce taux est encore inférieur au tout dernier pic de 2007, lorsque le rapport des recettes fiscales au PIB s’établissait en moyenne à 35%.

Entre 2011 et 2012, les hausses les plus marquées de la pression fiscale ont été observées en Hongrie (1,8 point) et en Grèce (1,6 point). Au nombre des autres pays où le ratio impôts-PIB a augmenté sensiblement entre 2011 et 2012 figurent l’Italie, la Nouvelle-Zélande (1,4 point), ainsi que la Belgique, la France et l’Islande (1,2 point).

– La plus forte baisse a été enregistrée en Israël, où le taux est tombé de 32,6% à 31,6%. Au Portugal et au Royaume-Uni, la diminution a été de 0,5 point.

– La progression aux États-Unis, où le taux est passé de 24,0% du PIB en 2011 à 24,3% en 2012, a été plus faible que dans l’ensemble de la zone de l’OCDE.

– Comparé aux ratios impôts-PIB de 2007 (avant la récession), le ratio en 2012 était encore inférieur de plus de 3 points dans quatre pays – Espagne, Islande, Israël et Suède. C’est en Israël que le recul a été le plus prononcé – ramenant le ratio de 36,4% en 2007 à 31,6% du PIB en 2012.

– La pression fiscale en Turquie s’est accentuée, à 27,7% en 2012 contre 24,1% en 2007. Quatre autres pays (Belgique, France, Luxembourg et Mexique) ont notifié des hausses de plus de 1,5 point pour la même période.

– Le Danemark a le ratio impôts-PIB le plus élevé parmi les pays de l’OCDE (48% en 2012), suivi de la Belgique et de la France (43,5%).

– Les ratios impôts-PIB les plus bas dans la zone OCDE sont ceux du Mexique (19,6% en 2012) et du Chili (20,8%). Viennent ensuite les États-Unis, avec le troisième ratio le plus faible (24,3%) dans la zone OCDE, et la Corée (26,8%).

– Les recettes de l’impôt sur le revenu des personnes physiques et de l’impôt sur les sociétés se redressent actuellement, après la forte contraction observée durant la période de crise 2008-09. Les données pour 2011 – la dernière année pour laquelle une ventilation des recettes par catégorie d’impôt est disponible pour tous les pays de l’OCDE – montrent que la part de ces impôts dans les recettes totales, à 33,5%, reste inférieure à celle de 2007, qui s’élevait à 35,9%. La part des cotisations de sécurité sociale s’est accrue de 1,6 point pour atteindre en moyenne 26,2% des recettes totales.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pascal Salin.

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – ... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Au risque de surprendre, quand j’habitais Paris, j’adorais prendre le taxi. Bien sûr, ils sont chers, parfois dans un état discutable, mais avant les réseaux sociaux, ils étaient l’occasion de faire un vrai sondage de l’opinion publique et d’apprendre les théories les plus farfelues, sur tous les sujets.

C’était également un formidable réservoir d’exemples concrets des mécanismes micro-économiques.

Empilement de catastrophes

Car cette profession fort utile – nous devons tous aller quelque part – doit... Poursuivre la lecture

Par Adrien Hall. Un article de l'IREF Europe.

Dans une étude récente sur la situation économique de la France, l’OCDE s’inquiète de la dérive de nos finances publiques et invite le gouvernement à engager d’urgence des réformes structurelles.

Le couperet de l’OCDE vient de tomber et il est sans appel. La situation économique française est mauvaise et nos comptes publics sont dans le rouge. L’OCDE s’inquiète de l’augmentation « marquée » de la dette publique pendant la crise covid et nous enjoint de « développer une stratégie de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles