Croissance, emploi et productivité

En ces temps où nos dirigeants ont perdu tout bon sens économique, laissons Robinson Crusoé nous rappeler quelques vérités simples.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Croissance, emploi et productivité

Publié le 6 décembre 2013
- A +

Seul sur son île, Robinson Crusoé ne s’est jamais vraiment demandé comment faire pour accroître la quantité de richesses à sa disposition. C’était évident : il fallait en produire d’avantage. Parce que toute richesse doit être produite avant d’être consommée, le seul moyen de consommer plus, c’est de produire plus. De la même manière, Crusoé n’a pas eu besoin d’avoir recours à un manuel de macroéconomie pour comprendre comment produire plus ; il n’y a, pour schématiser, que deux méthodes possibles : travailler plus – consacrer plus de temps à la chasse – ou travailler plus efficacement – typiquement, en investissant dans la fabrication d’un équipement plus performant.

Pour Robinson Crusoé, donc, la chaîne de causalité est claire comme de l’eau de roche : plus il travaille et plus il travaille efficacement, plus il produit de richesse et donc, peut en consommer.

Nos économies modernes sont des phénomènes extraordinairement complexes et il n’y a plus guère que dans les cabinets ministériels que l’on pense pouvoir les résumer à quelques agrégats macroéconomiques dont il suffit d’actionner les leviers au travers de politiques forcément volontaristes pour obtenir de la croissance. Néanmoins, ce que l’expérience de Robinson Crusoé nous enseigne c’est qu’il existe un principe absolu, une réalité indépassable que l’on peut résumer en quelques mots : plus nous travaillons, plus nous travaillons efficacement et plus nous produisons de richesses que nous pourrons ensuite consommer.

En retenant le produit intérieur brut (PIB) comme mesure de la richesse produite et consommée par une population P et en notant Q la quantité de travail fournie par ladite population, on peut écrire :

PIB/P = Q/P * PIB/Q

En bon français : le PIB par habitant (PIB/P) est égal à la quantité de travail fournie par chaque habitant (Q/P) multipliée par la productivité moyenne du travail (PIB/Q). C’est une lapalissade mathématique ; si nous remplacions Q par l’âge du capitaine ou le temps que met la baignoire à se remplir, cette égalité resterait vraie mais elle n’entretiendrait plus aucun rapport avec notre propos.

Si nous considérons la croissance du PIB par habitant comme un objectif socialement désirable, étant bien entendu que nous raisonnons ici en termes aussi réels que les poteries de Crusoé, cette simple équation nous indique deux moyens d’y parvenir.

La première consiste à maximiser la quantité de travail fournie par chaque habitant (Q/P) ; ce qui peut être entendu de deux manières éventuellement complémentaires : faire en sorte que nous soyons les plus nombreux possibles à travailler – i.e. le taux d’emploi de la population – et/ou accroître la quantité de travail fournie par chacun – i.e. des heures de travail effectif. Ce dont il est question ici, c’est bien sûr de travail productif, d’une activité économique qui crée de la valeur et pas d’emplois fictifs destinés à manipuler les statistiques du chômage ou à acheter les suffrages d’une clientèle électorale.

Naturellement, l’exercice a une limite : nous ne pouvons ni ne voulons travailler toute notre vie sans jamais prendre de repos ; raison pour laquelle nous avons toutes les meilleures raisons du monde de chercher à faire croître notre productivité (PIB/Q). En investissant dans la fabrication d’un filet, Crusoé a pu pécher plus de poisson tout en y consacrant moins de temps. De la même manière, les investissements réalisés depuis ce nous appelons aujourd’hui la révolution industrielle ont permis de démultiplier les capacités productives de chaque individu et donc, accroître considérablement la richesse produite tout en prenant des vacances.

Il n’y a pas de grande différence entre la productivité d’un Français et celle de son homologue américain : si ces derniers disposent en moyenne d’un revenu supérieur au nôtre, c’est avant tout parce qu’ils travaillent plus. Symétriquement, si les Coréens du sud sont moins riches que nous alors qu’ils travaillent nettement plus, c’est tout simplement que cela fait déjà plusieurs siècles que nous investissons pour développer notre capital technique et humain.

Si tout ceci vous semble aussi évident que cela pouvait l’être pour Robinson Crusoé, je vous invite à vous poser deux questions : par quelle sorte de miracle de l’esprit en sommes-nous arrivés à attendre de la croissance qu’elle créée de l’emploi plutôt que l’inverse ? Et qu’attendons-nous précisément de politiques fiscales qui pénalisent la formation de capital ?

Sur le web.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Si on veut de la croissance :

    Permettre aux habitants ayant déjà un emploi de travailler plus

    Permettre la création d’emploi pour les habitants demandeurs.

    Permettre les technologies et méthodes qui améliorent la productivité

    Le Pouvoir d’Etat ne réfléchissant sérieusement à aucune de ses pistes et parfois même les entravant, nous ne connaitront pas la croissance…

  • – dérégulation.
    – laisser s’exprimer les gens qui ont des idées.
    – arrêter les politiques RH parfois ubuesques.

    c’est rigolo de parler compétitivité dans un pays où il y a beaucoup de chomage de personne peu qualifiée.
    Personne qui pourraient occuper des activité manufacturière de base…

    Toute les semaines j’achète de l’accastillage (gomme, stylo, boitier plastiques, sachets plastiques…) dont le prix unitaire de vente n’excède pas 1€, le point commun entre ces produit tout simple à moins d’un euros ?

    made in spain
    made in UK
    made in germany.

    pourquoi eux ils y arrivent, et pas nous ?

  • Les gens veulent être riches parce que ce qui ne se vendait pas avant, a un prix maintenant.
    Les gens veulent de l’argent parce qu’on leur a enlevé ce qui les rendait heureux et on leur fait croire maintenant qu’ils l’auront avec de l’argent, mais c’est faux.

    L’argent et le système de la monnaie est une arnaque.

    Il était préférable de travailler dans son atelier en ayant du temps et en partageant son travail avec ses enfants et ses proches que faire un boulot impersonnel à des dizaines de km de chez soi en devenant des étrangers à ses propres enfants.

    De plus, comme la valeur du travail est transformé en argent, les grands de ce monde on tout le loisir de faire chuter le prix du travail des gens afin de les faire travailler pour rien toute leur vie, en leur faisant croire qu’ils auront un jour une meilleure vie.
    Les gens améliorent effectivement leur travail et gagnent plus d’argent, mais avec l’inflation, on leur retire le prix de leurs efforts, et nous voila tous entrain de courir comme des idiots derrière une promesse de vie meilleure toute notre vie, alors même que des gens sont payés pour calculer exactement ce qu’il doit nous rester pour vivre. Trop drôle, on n’a jamais eu aucune chance de s’en sortir.

    La seule chance, c’est de retirer toute valeur à l’argent, et à accepter de vivre comme avant, en maîtrisant le fruit de notre travail et en cherchant le bonheur là ou il est toujours resté ………. près des nôtres.
    Une fois fait, on pourra réfléchir à créer qq chose de mieux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Les politiques n’aiment pas l’innovation. Ils la tolèrent si celle-ci se fait dans des laboratoires agréés, avec marqué « innovation » au-dessus de l’entrée et sur les papiers à en-tête, et avec des subventions décidées en commission et un planning bien défini : janvier, définition des objectifs ; février, rédaction du rapport préliminaire destiné aux politiques ; mars, échanges avec les politiques ; avril, mai, juin… décembre (des années à venir), remise du ou des prototypes et du rapport final aux politiques.

Le lamentable exemple ré... Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles