Budget : Christian Eckert veut durcir l’«exit tax»

Le seuil d’imposition à l’«exit tax» serait ramené à 800.000 euros, et l’exonération de 8 à 15 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Budget : Christian Eckert veut durcir l’«exit tax»

Publié le 28 novembre 2013
- A +

Le seuil d’imposition à l’«exit tax» serait ramené à 800.000 euros, et l’exonération de 8 à 15 ans.

À lire sur LesEchos

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Philbert Carbon. Un article de l'Iref-Europe

Si l’on écoute le gouvernement, aucun doute possible : il est pro-business. Loin de nous l’idée de nier ce qui a été fait et ce qui est en préparation dans la loi Pacte. Mais doit-on pour autant prendre ce qui dit le gouvernement pour argent comptant ?

Le gouvernement clame haut et fort qu’il fait tout pour permettre aux entreprises de se développer et gagner de l’argent. Ainsi, dans le dossier de presse présentant le projet de loi de finances 2019, les ministres sou... Poursuivre la lecture

Par Éric Verhaeghe.

Tous les chefs d’entreprise accablés d’impôts confiscatoires connaissent ce dilemme : après des années de sacrifice et de privations, comment ne pas laisser l’essentiel des fruits de son travail dans les prélèvements obligatoires quand on vend son entreprise ?

Jusqu’ici l’exit tax imposait un verrou redoutable d’une quinzaine d’années de suspicion à l’encontre des entrepreneurs exilés dans un autre pays. Pendant ces longues années, il fallait continuer à effectuer une déclaration annuelle auprès de l’administ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Cet article a été publié en mai 2018.

Certes, la politique fiscale du gouvernement est plus qu’ambiguë. Plus d’une dizaine de nouvelles taxes et les coûts de mise en œuvre de la retenue à la source renchérissent la charge que supportent les contribuables. L’exonération partielle de la taxe d’habitation relève de l’arbitraire fiscal. Bien sûr, les déclarations fiscales sont toujours plus complexes et ceux qui déclarent l’IFI ne le démentiront pas.

Mais l’annonce par Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles