Non, les sondages n’indiquent aucune montée du racisme

Prenant leurs jugements de valeur pour des jugements de fait, d’aucuns fabriquent des critères de racisme qui ne résistent pas à l’examen.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, les sondages n’indiquent aucune montée du racisme

Publié le 19 novembre 2013
- A +

Par Marc Crapez.

RacismeRevoilà le thème de la montée du racisme. Réactivé à partir de sondages. Mais pas à partir de questions simples, franches et directes telles que « êtes-vous raciste ? » ou « pensez-vous que la France est raciste ? », questions auxquelles la réponse serait évidemment Non. Etant donné le nombre d’immigrés qui ont gagné la France ou cherchent à le faire, on peut penser qu’ils ne se précipitent pas par masochisme dans un pays raciste.

La montée du racisme est déduite de questions censées indiquer une montée de l’intolérance. Mais cette notion est à la fois vague et connotée. Connotée, car elle proclame qu’il « n’y a pas de raison d’être tolérant avec les intolérants ». Fourre-tout, car elle est arbitrairement corrélée à des jugements de valeur tels que « droitisation » (désignant un début de dé-gauchisation) ou « durcissement » des politiques d’immigration (désignant des velléités de politiques légèrement moins laxistes).

La montée de l’intolérance est une idée basée sur une suspicion qui sonde les âmes, les cœurs et les reins pour débusquer un soi-disant racisme inconscient. Mais ce détecteur de racisme est un thermomètre dont les paramètres sont biaisés. Il fait appel à des indicateurs d’intolérance qui reposent sur des critères arbitraires.

Indicateurs d’intolérance

« On peut trouver de la main-d’œuvre en France, sans avoir recours à l’immigration », pensent 73% des sondés. « Il faut passer d’une immigration subie à une immigration choisie », jugent 86%. « On en fait plus pour les immigrés que pour les Français », estiment 67%. Ces réponses, qui paraissent raisonnables, sont récusées par la pression du politiquement correct.

Difficile de se demander également si l’Europe avait « besoin d’autant d’immigrants », la question étant stoppée par une « peur vague de penser ce que l’on pense », observe l’historien Alain Besançon. A tout prendre, pourtant, il va de soi qu’il y a « trop d’immigrés » plutôt que « pas assez », ou que c’est la France qui est une chance pour l’immigration et non l’inverse.

Semblablement, l’immigration ne peut être considérée comme une richesse que dans une certaine mesure, ou dans certains cas, ou à certains égards, pas partout ni toujours sans difficulté. Et même en supposant que l’immigration soit une bonne chose dans l’absolu, cela n’implique pas qu’il ne soit pas momentanément opportun d’en modifier la composition, d’en moduler le rythme ou de lui faire faire une pause.

imgscan contrepoints 2013-2388 racismeLes concepteurs d’un indice de tolérance s’offusquent que seulement 64% des sondés voient l’immigration comme un enrichissement culturel, et prétendent que cela montre « une crispation, une peur des autres très forte ». Mais comment peut-on ériger en critères prétendus savants des notions aussi sommaires, subjectives et partiales ? Voudrait-on d’un vocabulaire asymétrique opposant des citoyens réalistes, responsables et lucides, à des bobos permissifs, peureux et hypocrites, qui entretiennent des pulsions de peur des Français, de rejet du peuple, de stigmatisation du libéralisme et d’intolérance voire d’appels à la haine contre un populisme accusé de tous les maux, dans un climat révélateur du repli sur soi d’élites endoctrinées par la gauche dure et son arsenal d’amalgames entre la droite et l’extrême-droite, de fantasmes sur la recrudescence du racisme et de crispations contre la liberté d’expression ?

D’aucuns utilisent ce vocabulaire péjoratif moins par machiavélisme que par routine, conformisme et sottise. Les indicateurs d’intolérance traduisent un vulgaire psychologisme brodant autour d’une pseudo-personnalité psychorigide sur laquelle les intellectuels rejettent les préjugés différents des leurs. Cette personnalité autoritaire, que des politologues imputent à une mentalité primitive du peuple, n’est « qu’une caricature de tout ce qu’ils désapprouvent en tant que bons démocrates d’un certain genre », selon la formule sans appel du philosophe Leo Strauss.

—-
Suivre les articles de l’auteur sur Facebook.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Il n’y a pas de montée du racisme et de l’antisémitisme en France… vous avez certainement raison.

    La bête immonde et nauséabonde, mise sous cloche quelques décennies, ne fait que resurgir de la face sombre de nos individus.
    Notre culture est violemment raciste.

    Aujourd’hui, la parole jusqu’ici réservée au échanges privés, c’est juste lâchée sans honte dans le domaine publique….

    Et pourtant… les chiffres sont cruels pour les populistes surfant sur une réelle difficulté devant la différence, sur une peur irraisonnée d’une invasion….

    La base du libéralisme est la liberté de se déplacer, de s’installer pour vivre où on le souhaite… dans le respect de l’intégrité des personnes et de la propriété.

    • @Cap2006 : ne bougez pas, je vous envoie du monde, vous avez l’air accueillant.

    • ‘Une peur irraisonnée d’une invasion’…
      Les Francais ne sont pas racistes de maniere generale (Racisme = croire a une hierarchie des races). Ce mot est devenu un mot fourre-tout utilise a outrance. Si on condamne l’immigration de masse (vecue et ressenti comme une invasion, surtout quand une categorie de personnes ne souhaitent pas s’assimiler) on est traite de raciste. Si on ose dire qu’il y a un nombre consequent de Francais d’origine maghrebine a l’origine de violence en France, on est traite de raciste. Si on est prudent face a l’islamisation du monde occidental, on est traite de raciste. Si on ne veut pas d’horaires separes pour les hommes et les femmes dans les piscines, on est traite de raciste.
      Vous voyez ou je veux en venir? A force d’utiliser ce mot pour decrire tout et n’importe quoi, il finit par perdre son vrai sens. Le jour ou la France sera un pays officiellement raciste, les etrangers ne viendront plus s’y aventurer. Et il me semble que c’est loin d’etre le cas.
      A bon entendeur.

  • « La bête immonde et nauséabonde »

    Ça fait au moins un individu sur qui la propagande actuelle marche. Même mieux cap2006 court comme un dératé. Il reprend mot pour mot les locutions qu’on essaie de nous faire rentrer dans le crâne à toutes forces.

    « Notre culture est violemment raciste »

    Ah oui par rapport à quoi, à qui ? Il y aurait donc des cultures racistes (la notre) et d’autres pas. Les français auraient le gène spécial du racisme ?

    « Les chiffres sont cruels »

    Oui, c’est vrai, très cruels. Il suffit de regarder une classe d’école en banlieue parisienne pour s’en rendre compte. Mais cap2006 n’a peut être pas d’enfants.

    « La base du libéralisme est la liberté de se déplacer, de s’installer pour vivre où on le souhaite… dans le respect de l’intégrité des personnes et de la propriété. »

    Il est où ce pays merveilleux dans la réalité ?

  • Cap2006, le prototype du bobo peureux hypocrite et permissif (sic).

    les peuples ne sont pas attirés par le masochisme, mais par le système social. Il fait bon vivre en France, peut etre autant que dans d’autres pays, seulement c’est plus difficile d’aller ailleurs. (essayez d’aller aux US ou en Australie pour voir….).

    Il y a un racisme latent qui est le fruit du constat par les Français du rejet de certains ressortissants aux cultures fondamentalement différentes, venus pour certains dans un esprit de profit ou de vengeance pour de sombres raisons (nique les sales chien blanc, la france on va la prendre par le ventre…et autres invectives qu’il est fréquent d’entendre dans les lycées de ZPE). Mais ça il faut pas le dire…

    Les intégrations de peuples latins après guerre s’est fait dans des heurts, puis finalement ils sont lissés dans la société sans que personne ne le remarque aujourd’hui.
    Espagnols, Italiens, Portugais, pour ne citer qu’eux, se sont fondus dans la masse à la perfection en 2 générations…en déduisent les constats qui s’imposent pour les autres.

    Il est facile de critiquer dans ses tours d’ivoire, en défense de bonnes associations unidirectionnelles, mais dans la rue, le constat est là.

    Au JT de F2 sur les cambriolages à Marseille : « pourquoi vous allez dans ce quartier et pas à coté? » « parceque là c’est des Français, on peut les dépouiller, il y a de l’argent, c’est des Français ».

    Quand on se promenne dans les bois, on remarque vite que certaines plantes piquent plus que d’autres, c’est le cas de certaines ronces ; pas étonnant de se méfier quand on s’approche d’une ronce, c’est un mécanisme cognitif naturel basé sur l’expérience.

  • importer en masse des populations sans qualification , dont on a de moins en moins besoin car nous sommes en révolution de la robotisation , qui en prime veulent nous imposer leurs us rétrogrades voire moyennageuses ( hallal , foulard …)..à part les bobos qui peut appeler celà un enrichissement ?

    • ça ne peut etre un enrichissement que lorsque c’est choisi, ou que la preuve en est faite, là est la nuance.
      Je peux t’assurer qu’il y a de nombreux jeunes issus de l’immigration qui ont des potentiels incroyables dès lors qu’on va les chercher. Ils ont des aptitudes de créativités et de réactivités plutot bonnes pour ce que j’en connait. Malheureusement ces potentiels sont difficilement exploitables dans un cadre d’entreprises, car ils supportent mal (ou plutot ne sont pas préparés) à tout le corolaire « entreprise ».

      pour le reste, c’est sûr que le drapeau « enrichissement culturel par le métissage » est sorti à toute les sauces comme un bouclier contre le bon sens, l’excuse facile contre la défaillance des immigrés.

      les jeunes immigrés de chez nous, ça ne peut plus être enrichissant, tout ce qu’on leur a donné, c’est des conseillers de désorientation, et des reproches qu’ils sont incapables de comprendre car ils se sont auto-éduqués comme ça (oui, je persiste et signe, la cause principale des kaï est la démission des parents).

      Quand bien meme ils arrivent à s’en sortir, ils font des efforts de socialisation et d’intégration de codes culturels et sociétaux. Et quand cette étape est franchie, ils peuvent s’exprimer pleinement, pour gagner tout avantage compté que 150€ de plus que le cousin qui reste tranquille derrière sa PS3.
      150€ allègrement dépensé dans les couts liés au mode de vie et de transport propre à la vie active (comparé à l’assistanat).
      Quand il voit ça, le jeune se démotive de ses rêves de maisons, de M3, et de vacances et peut replonger. Tout au mieux il se résigne et fait son boulot sans plus, et distillera la bonne parole à sa descendance…bossez à l’école, faut des diplômes ils disaient, tout ça pour bosser 8h par jour, et in fine etre guère mieux que le cousin ; sauf que le cousin il a du temps pour ses enfants.
      L’un démotive ses gosses, l’autre les encourages à pomper le système.

      Finalement, ils ne sont pas si loin de nous que ça nos immigrés, ils nous enrichissent de la preuve par l’exemple.

      Et les bobos qui défendent le zero frontière tout le monde il est beau, qu’ils fassent une bonne action :

      – Ils ont de la place dans la cours en gravier de leur joli pavillon…assez pour stationner une caravane 4 places, et leur tirer une rallonge et le jet d’eau du jardin…Un immigré logé donne une demi part supplémentaire.
      Combien vont le faire ? montrez vous les donneurs de leçon.

  • La France n’est pas raciste en tous cas moins que les immigrés, qui ne supportent pas, les Algériens, pour les marocains, les Maliens pour les Ghanéens etc bien sûr ils ne supportent pas les Français Je pense que la France est RAS LE BOL, quand , ma voisine se vante d’avoir pris un congé maladie pour garder son petit fils car sa fille a pris un congé maladie pour partir quelques jours en vacances, quand son mari , en arrêt de travail, fait du jardinage, part ensuite en ambulance pour aller chez le kiné,( alors que toute la famille a des voitures)puis revient, reprend sa voiture et va faire ses courses, ce que j’exprime c’est mon ras le bol, des exemples comme cela j’en ai pas mal, et moi, je paie, de plus en plus, mon fils est au chômage, pas de discrimination positive pour lui, la mairie a fait une superbe route pour accéder à la mosquée et donne des bons d’électricité à tous les pauvres polonais, marocains, harkis ect, qui ont des smartphones pour toute la famille, des voitures sympas et des appartements sous APL, puisque les Allocs ne sont pas fiscalisées, de plus ils fument du cannabis jusqu’à 3 H du matin en braillant dans la rue, RAS LE BOL vous dis je, si l’état ne veut pas de racisme qu’il fiscalise TOUS les revenus, que tout le monde paie des impôts ou taxes et alors on en reparlera.

  • Malheureusement vu l’évolution catastrophique de notre économie je crains que les choses s’aggravent sérieusement…Je passe sur l’absence d’une politique migratoire sérieuse…

  • N’en déplaise a mes fans … Je ne suis nullement naïf et généreux…

    Et je ne verse aucunement dans un angélisme …

    Je côtoie et mes enfants aussi des enfants d’immigrés ou d’origine immigrée …l’un un lycée professionnel … L’autre dans un lycée de centre ville… Et le meilleur côtoie le pire… Pas toujours là ou vous pourriez l’imaginer..
    Alors oui il y a des gros problèmes … Mais le racisme qui se libère c’est la condamnation et la généralisation non pas sur les actes mais sur la couleur.

    • Cap2006: « Mais le racisme qui se libère c’est la condamnation et la généralisation non pas sur les actes mais sur la couleur. »

      Une série de mesures gouvernementale ont fermés les portes du travail aux immigrés (smic, réglementations qui font des travailleurs peu qualifiés des risques couteux), augmenté les aides décourageant le travail, coupés les ailes de la tâche régalienne de sécurité et de justice (qui laisse les pauvres barboter dans des zones de non droits).

      L’état socialiste par ses mesures débiles à tout fait pour marginaliser ces immigrés, leurs couper l’intégration l’entrepreneuriat et le marché du travail et quand le constat d’échec arrive la seule choses qu’ils font est d’une part de nier le problème et de le reporter sur le peuple « coupable de racisme ».

      On arrive aux limite de ce pauvre cache-misère pour justifier l’incompétence gouvernementale qu’est l’anti-racisme qui a cour depuis 40 ans. Ce que vous appelez « non pas sur les actes » est faux puisque les rares statistiques qu’on aie démontent ce point de vue mais c’est bien l’état seul, qui a créé ce problème.

  • Qui est raciste ?

    Ce que la gauche, politique et intellectuelle, applique, est rien d’autre que la démarche de base du racisme : Il faut dans un premier temps assimiler l’autre à un statut inférieur, en dehors de toute raison : il est raciste, homophobe, vichyste. On a donc des raisons de le détester.
    De cette façon ils obtiennent ce qu ils voulaient avoir : de dangereux extrémistes .
    Puis on essaye de créer la haine : on répète à satiété : vous êtes rance, vous êtes hors de la République, vous rappelez  » les heures les plus sombres de notre histoire ». La haine de l’autre, par sa race, ou par les idées qu’on lui prête : même combat.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews. Un article du Mises Institute

 

Les intellectuels anticapitalistes ont imprégné le discours dominant de l'idée que la discrimination raciale est inscrite dans l'ADN du capitalisme. Habituellement, les preuves de disparités raciales dans les milieux professionnels sont citées pour étayer le récit selon lequel le capitalisme pénalise les groupes minoritaires. Bien qu'il soit devenu courant d'affirmer que les disparités constituent du racisme, la question est plus complexe.

La discrimination raciale... Poursuivre la lecture

Par Lionel Chanel.

Les Ouïghours, cette population turcophone et musulmane de la province chinoise du Xinjiang, sont assujettis au pouvoir communiste de Pékin depuis 1950. Les camps de rééducation, lieux d’enfermement et de tortures physique et psychologique, représentent l’aspect le plus répugnant du totalitarisme à l’œuvre en Chine contre cette minorité.

Des témoignages, comme celui de Gulbahar Haitiwaji, une rescapée de ces camps qui vient de sortir un livre sur son expérience de détenue, permettent de se faire une idée de l’... Poursuivre la lecture

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles