Que pensent les Français de la prostitution ?

Les tenants de la criminalisation de la prostitution sont très minoritaires, de moins en moins nombreux et surtout sont les moins concernés par la question selon une étude de l’Ifop.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prostitution à Paris (Crédits Nils Hamerlinck, licence creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que pensent les Français de la prostitution ?

Publié le 9 novembre 2013
- A +

Par Alexis Vintray.

Prostituée au Mexique (Crédits : Tomas Castelazo, Creative Commons)Alors que les prohibitionnistes de tout bord tentent de criminaliser la prostitution, de telles mesures recueillent-elles l’approbation des Français ? Une question rarement posée sur ce sujet particulièrement personnel et sensible. Pour le magazine Causette, l’institut de sondage Ifop a pourtant réalisé une nouvelle étude qui se révèle porteuse d’enseignements surprenants (Méthode des quotas, 954 sondés).

Ainsi, même sur un sujet où les tabous sont extrêmement forts, 48% des sondés se disent « favorables au principe d’avoir des relations sexuelles tarifées ». Surtout, les personnes interrogées se montrent extrêmement favorables à la liberté de choix des prostitué(e)s et de leurs clients : seuls 13% de radicaux  voudraient éradiquer la prostitution et répondent par l’affirmative à la question « la prostitution est intolérable, il faut s’efforcer de la faire disparaître à tout prix ». Une proportion qui a en outre été divisée par deux depuis 1970, quand 26% répondait de la même manière.

Ces extrémistes sont surtout des femmes (17% vs 8%), et des jeunes : selon les chiffres de l’Ifop, plus on est jeune plus on veut éradiquer la prostitution. Et plus on est jeune (et a fortiori une femme), moins on y a recours. Autrement dit, les personnes qui n’ont pas recours à la prostitution et sont donc les moins concernées sont aussi celles qui voudraient régenter la vie des autres… Heureusement, ils sont tout sauf majoritaires.

Interrogés sur les mesures répressives qui font la une ces derniers jours, les Français sont en effet très loin de suivre ces radicaux : criminaliser le recours à des prostitués(es) ou criminaliser l’acte de se prostituer  ne recueille qu’un support très faible : moins d’une personne sur trois dans le premier cas (32%), moins d’une personne sur cinq dans le second (17%). Au contraire, la réouverture des maisons closes convainc trois quarts des sondés (74%), près de 10% de plus qu’en 2002 où ils n’étaient que 66%.

Comme quoi, malgré les tentatives d’esbroufe de quelques politiciens en manque de causes comme Najat Vallaud-Belkacem ou Maud Olivier, les Français sont bien plus sensibles à la liberté de choix de chacun dans le domaine de la prostitution comme dans beaucoup d’autres. Á méditer…

Á lire aussi :

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Je pense pas que çà soit un choix, c’est plutôt une pratique admise dans une société malade. On dit que c’est le plus vieux « métier » du monde : çà prouve que notre société au XXIème siècle n’a pas progresser d’un pouce à ce niveau-là. S’il y a des putes c’est parce qu’il y a des clients, mais si les hommes comprenaient leur femme ou se comprenaient eux-même, la prostitution n’existerait plus. Si toutefois la société avait réellement progressé, or cette dernière étant dirigée par des fous, elle ne peut qu’engendrer des pratiques nauséabondes. Personnellement je refuse de fourrer ma queue dans une motte qui a déjà servi des millions de fois à des millions de mecs. Question de dignité, c’est sûrement ce qu’il manque à ces gonzesses et à leurs clients.

    • C’est sûr! Foutus humains qui ne veulent pas progresser et devenir l’homme nouveau et moral que vous souhaitez qu’il soit! Qu’est-ce qu’ils peuvent être méchants! Pourquoi refusent-ils de comprendre qu’il faut qu’ils fassent ce que vous leur dites, puisque vous voulez leur bien!

      Et pourquoi les hommes refusent-ils de comprendre leurs femmes? Pourquoi les hommes ne sont-ils pas autre chose que des hommes?

      Franchement, vous pensez à quoi en venant balancer un commentaire aussi abject sur un site libéral?

      Vous êtes constructiviste, et certainement pas au bon endroit.

      • @moi: Mr Nation, va bientôt comprendre de lui même quand son maître flamby va se faire tailler en tranche par un peuple ultra gauchiste, nationaliste, sanguinaire et sans pitié. Car, ne l’oublions pas, ces gens derrière leur pseudo amour des autres, sont en réalité les pires traites de l’amour et de la liberté. Amen.

    • Vous généralisez avec votre queue, non avec votre cerveau. Il est un fait de trouver ça dégueulasse au niveau perso. Je suis un peu de votre avis à ce niveau. Toutefois, comme pour la drogue, vous ne changerez pas la nature profonde de l’homme. Des lors que faire ? Pénaliser, ou faire en sorte que l’hygiène et la dignité de chacun soit respecté. Je vais vous dire que le sexe n’est pas sale, c’est une conception religieuse, comme les impôts et la protection des gens contre eux mêmes. Après les histoires de mariage, de tromperie….ça existe même sans prostituée. Il y a autant d’hommes que de femmes qui aiment l’acte de copulation. C’est encore une des dernières liberté non taxée, mais pour combien de temps !?

    • « Si les hommes comprenaient leur femme »…
      Savez-vous que certains aimeraient bien avoir une femme, pour commencer…

    •  » S’il y a des putes c’est parce qu’il y a des clients,  »

      Faux c’est le contraire. C’est parce qu’il y a des putes qu’il y a des clients. C’est une constante en économie de marché. C’est l’offre qui créent la demande. Il n’y avait pas de demande pour acheter des téléphones portable tant que personne ne les avait créé et ne les avait proposé sur le marché.

      Le prohibition de la prostitution est un acte liberticide. le corps de la femme appartient à la femme qui le porte il n’appartient pas à l’état. Maintenant je conçois que l’on ne doit pas tout accepter. La traite des êtres humain doit-être combattue. Tel combattre les prostituées qui sont forcées de faire ce métier au profit de réseau mafieux. Au lieu d’interdire la prostitution l’état devrait légaliser cette pratique en autorisant ce commerce au même titre que n’importe quelle profession. C’est l’illégalité qui crée des situations inhumaines. Et c’est pareil pour la prostitution.

      D.J

  • Oui sujet qui ne peut pas faire l’unanimité ni dans un sens ni dans l’autre. Sauf la répression des réseaux mafieux….
    http://www.magtuttifrutti.com/article-prostitution-la-penalisation-des-clients-est-elle-une-bonne-idee-120945201.html

  • C’est marrant de voir les socialistes se réclamer de l’ordre moral.

  • Au pouvoir les socialos se réclament de l’autoritarisme, une posture politique qui séduit une frange de l’électorat, sans pour autant en indisposer une autre, ou bien alors cette autre frange n’aurait de toute facon pas voté socialo.

    C’est juste une posture.

  • Belkacem est une apparatchik du féminisme de combat made in US, l’homme est donc coupable des maux des femmes, en bonne égalitariste elle entend y remettre de l’ordre.
    Surtout, elle prive de la liberté élémentaire de se défendre ou simplement se représenter, la prostitué qu’elle juge victime et irresponsable.
    L’incongruité du débat sur la prostitution est dénoncé par l’interdit car, qui peut prétendre éradiquer la violence sur cette terre, sauf à être totalitaire, fou, ou bien les deux ?

    @NATION : peut être que les femmes que vous côtoyez ne pratiquent pas le sexe tarifé mais elles sont vraisemblablement plus « putes » que vous ne le supposez…
    Ce que vous nommez sans le dire le « vice » ne se dissimule pas dans la pratique mais dans l’idée, les votres sont effectivement nauséabondes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après avoir précédemment abordé la place de la prostitution dans l’Histoire, sa sociologie et son environnement législatif, il convient dans cet article de repenser la réflexion autour du fait prostitutionnel.

Disposer de son corps, un droit encore à conquérir

Le fait de disposer de son corps signifie en être le propriétaire, pouvoir en faire ce que l’on souhaite dans les limites de la propriété du corps d'autrui. Ce droit à la libre disposition de son corps a été le combat mené par le féminisme ayant conduit à la loi de 1975 sur l’IV... Poursuivre la lecture

Bien que l’on puisse observer ici et là des candidats parlant de la prostitution, dans un contexte marqué par des pensées radicales dont le néoféminisme, l’absence de débat et de discussion autour de la prostitution paraît surprenant. Pourtant, la prostitution et la dignité des personnes prostituées et des travailleurs du sexe ne doit pas être un non-sujet.

Brève histoire de la prostitution

L’Histoire nous enseigne que la prostitution est aussi vielle que l’humain. En effet, 3000 avant Jésus-Christ en Mésopotamie, on trouve déjà des ta... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

Au nom de la lutte contre la « surconsommation », des députés écologistes ont déposé un amendement lundi soir pour interdire les campagnes de promotion du Black Friday, cette période de soldes intenses qui parfois dérape en mouvements de foules incontrôlables.

Il y a quelques semaines, c’est la romancière Emma Becker qui était la cible du collectif « Osons le féminisme » lors de sa venue à l’Université de Grenoble Alpes. Son livre La Maison est dans le collimateur des militantes féministes car il ferait la prom... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles