Ras-le-bol des Français : ne Mélenchon pas tout

Les Français expriment leur ras-le-bol contre le gouvernement, et ils ont raison. Cette mobilisation spontanée des bonnets rouges est sujette à de maladroites tentatives de récupération.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ras-le-bol des Français : ne Mélenchon pas tout

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 novembre 2013
- A +

Par Baptiste Créteur.

Mélenchon boudeJ’évoquais il y a quelques mois le glissement progressif de la France vers le totalitarisme, et l’état d’esprit fasciste qui anime nombre de Français. Nombreux sont ceux qui considèrent que l’État est la panacée et qu’il n’y en a pas assez, malgré une dépense publique représentant 57% du PIB et des interventions de l’État dans tous les domaines, de la sécurité routière aux épluchures de carottes. Aujourd’hui, le constat va plus loin : pour museler la contestation naissante des bonnets rouges en Bretagne, l’État a recours à des moyens que ne renieraient pas les despotes tombés lors du printemps arabe. Comptes Twitter suspendus, réseaux sociaux et télécommunications bloquées, le message est clair : on peut manifester mais aucune image ne doit filtrer.

Le gouvernement a raison d’avoir peur : les banderoles « Hollande Démission » se multiplient, le ras-le-bol se généralise, et quand on mobilise contre soi aussi bien les cavaliers amateurs que les paysans bretons et les entrepreneurs, ça sent le roussi.

Le gouvernement s’est planté. Il a voulu aller trop vite. Son remodelage de la société, où la notion de sexe cède la place à la notion de genre, où le libre-arbitre est remplacé par le sens de l’histoire, où l’égalité entre les sexes et les religions justifient les pires inégalités entre les individus et les plus grandes incohérences. En France, lancer dans une pièce quelques mots-clés comme « laïcité » ou « genre » permet d’assister à de jolis débats qui malheureusement font aussi leurs victimes ; certaines communautés, soutenues par le gouvernement, font face à un rejet croissant.

Qu’on soit d’accord ou non avec les opposants au mariage pour tous, on peut difficilement nier qu’ils ont raison sur un point : le gouvernement ne les a pas entendus et a tout fait pour les faire taire. L’usage disproportionné de la force contre les manifestants, les arrestations et détentions arbitraires et illégales, le passage sous silence de la manifestation ont apporté de l’eau à leur moulin. Ils n’ont pas eu gain de cause, les porte-parole autoproclamés de la Manif pour tous ont sans doute contribué à la démobilisation et les manifestations ont cessé, mais la rancœur est là.

En plus de ne pas prêter l’oreille à ses opposants, même symboliquement, et entretenir leur rancœur en poursuivant trop vite des valeurs opposées aux leurs, le gouvernement et l’administration se sont ridiculisés. En France et à l’étranger, François Hollande et ses ministres passent pour d’énormes cons qui suivent tantôt leurs alliés, tantôt l’opinion, puis se plantent lamentablement lorsqu’ils tentent d’agir seuls : les alliés ont changé d’avis, l’opinion a découvert sous un jour nouveau et plus réel la Kosovare misérable.

Sans surprise, dans le contexte économique difficile que nous vivons, un gouvernement impopulaire sans crédibilité suscite un peu plus que de l’indifférence. Les Français se mobilisent, d’abord contre des impôts qui viendraient peser un peu plus sur leurs budgets à peine à l’équilibre, puis contre l’État, l’administration et les injustices qu’ils génèrent de façon générale. Spontanément, ils s’organisent pour exprimer leur ras-le-bol et obtiennent parfois gain de cause.

Galvanisés par leurs premières victoires, les Français opposés au gouvernement – et ils sont nombreux, si on en croit les sondages qui révèlent que 1% des Français fait tout à fait confiance au Président – ne vont pas laisser tomber. L’État non plus ; il abat ses premières cartes en tentant de bloquer les communications et en frappant un peu plus que nécessaire sur les manifestants. Il devra user plus encore de la force à mesure que la contestation croîtra, et son usage de la force ne fera qu’alimenter la haine ; mais s’il laisse faire, les opposants prendront confiance et continueront.

Il reste au gouvernement une solution : faire en sorte que les mouvements soient récupérés, canalisés, repris, conduits sur d’autres sentiers. Que les banderoles relaient des messages un peu différents, que les manifestations donnent l’impression de demander plus d’État plutôt que moins.

Les syndicats ont déjà commencé. Leur implication pour ou contre l’écotaxe n’était pas évidente, mais des manifestations s’organisent déjà, dans l’objectif d’au moins mobiliser les médias qui sauteront sur l’occasion de réutiliser leurs analyses toutes faites sur la lutte des classes et l’injustice en France, et au mieux de récupérer tout ou partie du flot des manifestants attirés par un appel d’air idéologique et l’odeur de la saucisse en queue de cortège.

Malgré les rivalités, Mélenchon va aider le gouvernement : pour lui, « les esclaves manifestent pour les droits de leurs maîtres ».

Deux manifestations pour l’emploi sont prévues samedi en Bretagne : une à Quimper à l’appel de plusieurs organisations professionnelles et patronales, de FO et du maire divers gauche de Carhaix, Christian Troadec, et une à Carhaix à l’appel de la CGT, Solidaires et FSU, à laquelle participera le Front de Gauche.

« Encouragés par la timidité et la pleutrerie du gouvernement qui leur cède tout, le patronat et les cléricaux des départements bretons vont faire manifester les nigauds pour défendre leur droit de transporter à bas coût des cochons d’un bout à l’autre de l’Europe dans des conditions honteuses », écrit Jean-Luc Mélenchon dans un communiqué.

Comprenons le : une manifestation spontanée, contre l’impôt, ça ne lui va pas. Ceux qui ne manifestent pas avec lui sont des nigauds manipulés par des porcs capitalistes, qui maltraitent des cochons qui plus est. Et ce n’est pas tout, ils veulent aussi détruire la planète, soutenir le corporatisme, et baiser la main qui les frappe.

« À Quimper manifestent ceux qui veulent que continue la souillure de notre belle Bretagne par les nitrates de l’agriculture productiviste. À Quimper manifestent ceux qui veulent les salaires de misère pour les agriculteurs et le règne de la grande distribution. À Quimper les esclaves manifesteront pour les droits de leurs maîtres », dit le député européen.

« Les salariés des départements bretons ne doivent pas se tromper de colère ! Ils ne doivent pas aller baiser la main qui les frappe. Ils doivent manifester à Carhaix avec leurs syndicats de salariés et leur classe, leur camp, leur famille. S’ils aiment les symboles historiques, les Bretons qui réfléchissent préfèreront se souvenir de leurs ancêtres qui déclenchèrent la grande révolution de 1789 contre les privilèges des riches et créèrent le club des jacobins plutôt que de marcher derrière les saigneurs de leur époque ! », ajoute-t-il.

Il faut rejoindre SA manifestation ; sinon, on soutient l’esclavage, l’exploitation et le viol collectif d’enfants. Mélenchon mélange tout : la main qui frappe les Français, c’est la main de l’État, le poing des syndicats jeté à la figure des salariés de Sephora et d’ailleurs qui sont empêchés de travailler pour maintenir le pouvoir des mafias syndicales françaises. Des milliards sont détournés chaque année, plus encore sont gaspillés, et d’innombrables milliards sont volés aux Français ; mais pour lui, il en faut plus, pas moins.

Et cette main, il voudrait que les Français la baisent. Qu’ils baisent la sienne, qu’ils se laissent adouber par lui, qu’ils lui accordent le pouvoir dont il a toujours rêvé. Qu’ils acceptent l’écotaxe, l’hédotaxe, l’érotaxe, l’émotaxe, l’étautaxe, et toute autre taxe qu’il resterait à pondre pour s’assurer que les Français sont incapables de subsister par eux-mêmes et qu’ils dépendent assez de l’État pour qu’ils acceptent sans rechigner toute vexation, pour qu’ils tolèrent de voir des conseillers généraux et responsables syndicaux vivre comme des seigneurs à leurs frais, pour qu’ils applaudissent les lois liberticides et les inaugurations de monument à la gloire de l’homme nouveau, du Français nouveau, de la France nouvelle. Mélenchon entend bien que les Français restent esclaves de l’État ; et il entend bien être le maître.

Celui qui parle de sacrifice parle de maîtres et d’esclaves, et il compte bien être le maître. (Ayn Rand)

Si c’est ce que les Français veulent, qu’ils rejoignent Mélenchon et ses amis. Sinon, qu’ils ne se trompent pas de barricade. Et qu’ils visent juste.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Votre article ne va pas assez loin, on sent un sous-jacent que vous n’exprimez pas, pour l’instant…

    Toujours est-il, cela révèle les évidences, le pouvoir, même celui périphérique, même celui secondaire, ne saurait s’accorder de la vacance du peuple, Melenchon est cohérent avec ce qu’il représente, en partie, et éventuellement (et j’ai un doute la dessus) ce qu’il ambitionne : le pouvoir.

    Vous éclairez ce que je dénonce depuis toujours au sujet de l’activisme des gens de gauche, les mouvements en cour ont déstabilisé l’état car il n’y a pas d’attaches (RSI, sécu, écotaxe, etc…), dès lors ils va s’employer à mettre en place un vieil adage « diviser pour pour mieux régner ».
    Syndicats, ONG, partis satellitaires, y compris (et surtout) les écologistes qui ont fait mine de taper sur le gouvernement, alors qu’ils ont très bien joué la partition, en 2014 le PS a besoin des voix EELV aux municipales, ces derniers ont commencé à montrer leurs dents, le bal est ouvert.
    –> Tout ce que ne sait pas faire la droite et encore moins les libéraux.

    Le combat important en France, celui qu’il faut remporter et emportera tout, est celui de la protection sociale, par la suite, tous les verrous sauteront, le code du travail notamment, tout le monde en est parfaitement conscient.

  • Vade retro suppôt de l’ultra libéralisme barbare, tu ne peux pas comprendre.
    A Carhaix se déroulait dans la sérénité une procession pour invoquer l’esprit socialiste en faveur de l’Emploi,
    une requête digne et muette à l’un des nombreux saints Théodule de la République.
    Précédée de saints hommes ceints de leur écharpe tricolore sacrée, accompagnée des diacres, curés et syndicalistes de la très Sainte et très Haute religion Socialiste, cette procession, partie intégrante du Mystère socialiste, en appelait aux mânes de Marx, Lénine et Staline, et puis aussi Saint Chavez de Guadalupe et Saint Castro de la Habana parce que ça ne peut pas faire de mal.
    Pendant que le Pieux Méluche, exorciseur en chef, tentait avec un courage et une assurance inébranlable d’extirper le haut mal ultra-libéral des âmes égarées de Quimper.
    Voilà la Vérité vraie révélée sacrée!

  • La manifestation de Carhaix était un gros flop : 2000 personnes contre 15 000 à Quimper.
    Espérons que ça va pas s’arrêter là et que d’autres manifestations auront lieu.

    Mais faut pas se leurrer non plus, parmi ces manifestants certains veulent que l’Etat sauve le secteur agroalimentaire breton, bref c’est pas gagné, ce n’est qu’un début.

    • En effet, il convient de ne pas se leurrer…

      cette manifestation de Quimper,comme celle de Carhaix d’ailleurs, n’a pour but que de faire pleuvoir encore et toujours plus de subventions pour une économie qui n’existe que par et pour les subventions.

      l’agriculture bretonne est depuis si longtemps promise à l’echec…

      Les manifestants reclamaient MOINS d’impots…. pour eux…. ET PLUS d’impots payés par les autres pour financer leurs situations de rente….

      Et le pire dans tout cela, c’est que l’écotaxe avait le mérite de poser les bonnes questions….

    • Peut-être que les Bretons (après d’autres) vont intégrer le fait que l’Etat ne peut plus rien pour eux. La moindre mesure arrachée pied à pied déclenchera l’émission de bons par France-Trésor si elle est mise en application (pas sûr). C’est dur pour eux car ils ont voté socialiste presque partout.
      En ce sens, ils ont tort d’aller à la table ronde de Matignon où ils se feront enfumer de promesses intenables.
      Qu’ils rassemblent les Etats généraux de Bretagne et mettent les choses à plat, celles qui les concernent directement. Et, à la fin, échangent leurs idées avec la Commission de Bruxelles. Paris, c’est du temps perdu et ils n’en ont plus beaucoup.

  • mélenchon nous fait chier avec sa réthorique bidonnée sur la révolution française:
    quels rapports y – a – t – il entre le club breton, et les problème de la bretagne d’aujourd’hui ? aucun
    se souvient-il qu’un des fondateurs du club breton,Le chapelier, a donné son nom à une des lois les plus handicapante pour le prolétariat de l’époque et du 19ième siècle, interdisant aux ouvriers de se réunir en syndicat ?

  • @Baptiste Creteur ….

    j’ai pas bien compris le lien que vous faites entre Hollande, le PS, le mariage et l’adoption pour les homos…. et la situation économique de la Bretagne ( et du pays) …. qui n’est que le résultat de 40 années d’interventionnisme de droite comme de gauche… un interventionnisme que revendique également Melanchon comme Le Pen…

    ne melanchon pas tout … en effet

    • A mon sens c’est un article d’opinion qui énumère les échecs du socialisme / de l’étatisme hollandien, parmi lesquels on retrouve l’emploi de méthodes douteuses face à l’opposition au mariage pour tous comme contre les manifs en Bretagne;
      .
      Hier les media officiels ne pouvaient pas s’empêcher de souligner que la manif de Quimper n’avait pas l’aval de nombreuses organisations politiques et syndicales et qu’elle était pleine de casseurs. On ne s’y prendrait pas autrement pour décrédibiliser un mouvement de révolte!

      D’ailleurs c’est marrant comme les mêmes media ont joué au même jeu avec les manifs pour tous, qui – à les écouter – étaient noyautées par l’extrême-droite et les cathos radicaux…

  • Hey mon gars ton article est tellement nul. C’est pas parceque tu as internet que tu dois plus te sentir. Réfléchis bien à ce que tu es; à la haine que tu diffuse, à tes propres mots que tu chéries égoistement. Honte aux gens comme toi, en tout cas tu as déjà ta place chez les malhonnète de science Po. Aller va défendre ta classe.

  • Mélenchon voit juste et a compris que c’est le genre de manifestation qui ne va pas du tout dans le sens de l’histoire auquel il croit. Il réagit donc comme tout bon marxiste-léniniste qu’il est : dans l’intimidation et le mépris. Ce faisant il contribue encore un peu plus à ce que personne ne vote pour lui. Bravo Méluche, continue comme cela. Même Le Pen parait plus sympa à côté de toi. Ainsi tu auras foiré tous les combats que tu t’es fixé.

  • Je suis entièrement d’accord …..les syndicats par idéologie adoptent une position qui se retourne contre les employes

  • Ce qui me frappe dans la sortie de Mélenchon, c’est l’extraordinaire violence qu’elle vomit. Et aussi, l’incroyable mépris qu’il a pour les gens du peuple dés lors qu’ils ne vont pas dans son sens. Il se considère comme propriétaire d’un peuple de moujiks et ne supporte pas qu’on lui dénie cette propriété.
    Je dirais bien que Mélenchon et ses congénères sont bornés, que leur vision du monde, comme celle de tout totalitaire est étriquée, unilatérale, etc. Qu’il est du bois dont on fait les Staline et les Pol Pot.
    Finalement, je dirais simplement que c’est un fasciste.

    • Ce n’est pas un fasciste. C’est juste un con.

      Je me demande même pourquoi on parle de lui.

      Ce type n’a qu’une fonction : rabattre (comme le mac rabat ses putes) les 5 à 10 %, peu ou prou, de gauchistes, sur le PS au second tour.

      Cela fonctionna en 2012. Et cela marche aussi pour les élections locales.

      Et entre les scrutins, il joue sa partition de Robespierre à la petite semaine.

      Non, vraiment, Mélenchon ne mérite que le mépris.

  • Qu’attendre d’une population sans formation et affolée, sinon se jeter pieds et poings liés sur les « mieux disants »

    Le gouvernement est historiquement catastrophique, mais beaucoup de revendications des français sont tout aussi stupides et délirantes.

    Quelle que soit l’orientation, la France va jouer son avenir aux fléchettes !

  • Le sujet, ce serait plutôt la Bretagne, prototype d’autres régions françaises, que l’avis de M. Mélenchon.
    « Mélenchon ! », bientôt l’insulte entrera au Petit Robert.

  • Mélenchiasse, le mec jaloux d’avoir fait un bide intersidéral avec sa manif de rentiers de gauche. Le mec suinte la haine, mais il n’a pas les testicules nécessaires pour aller jeter des choux-fleurs sur les CRS.

    Mélenchiasse, le Doriot du XXI° siècle. Sans les couilles afférantes quand même.

  • Chers Patronus, Saint Job, Sweeping Wave et autres…

    La manifestation de Quimper est une belle mascarade. Non contents d’emprunter le bonnet rouge pour brouiller les pistes et vous faire passer pour les défenseurs du peuple, vous manifestez massivement, main dans la main avec les patrons en grande partie responsables de la crise de l’emploi en Bretagne, accueillez dans vos rangs les militants crypto-nazis (tout en pleurnichant sur le fait que les médias vous associent à eux) tout en ayant en plus le cynisme de vous faire passer pour des victimes d’une répression policière et d’une cabale médiatique dont vous ne vous êtes pas privés lorsque vous étiez représentés par le petit Napoléon Sarkozy Bonaparte. Chapeau pour le culot.

    Votre capacité à utiliser les mots de l’ennemi pour enfumer le débat, tout en vous faisant passer pour les défenseurs du peuple est à ce point surprenante que de temps en temps, il est vrai, j’avoue avoir un peu du mal à imaginer comment nous parviendrons à faire tomber vos masques. Peut-être, finalement, votre pire ennemi sera-t-il vous même, en fin de compte. A force de dire quelque chose tout en faisant le contraire, le peuple vous remettra à votre juste place.

    Non seulement les médias font preuve d’une tendresse bien normale à votre égard vu les personnes qui les possèdent (nantis médiacrates obsédés par la haine du pseudo-socialisme au pouvoir) mais en plus ils n’osent même pas mettre le mot sur ces manifestations, qui sont en réalité le symbole de la contre révolution que vous appelez de vos voeux. Il est étrange que les bonnets rouges interrogés n’aient pas le bandeau pour dire quelle est leur allégeance… Etrange aussi que l’on n’ait pas encore entendu Manuel Valls rouler des mécaniques sur l’ordre. Etrange enfin que le gouvernement et la droite libérale reculent après avoir voté le texte pour quelques milliers de manifestants très localisés alors que quelques centaines de milliers avaient manifesté dans toute la France l’an dernier, par exemple, sur la question des rythmes. Le PS est un fléau. A force de courber l’échine devant vous, il vous laisse prendre peu à peu le pouvoir.

    Vous, victimes? On ne vous a jamais autant écouté que sous ce gouvernement. et vous en voulez encore plus, parce que, dans votre classe, vous n’en avez jamais du sang et des larmes des autres. Pour cela, les quelques nigauds qui manifestent dans vos rangs contre leurs propres intérêts ont toute mon affection. Loin de les mépriser, je plains sincèrement ce rôle d’esclave privilégié. Ce sont toujours les premières victimes de leur maître.

    Je suis très intéressée par vos théories farfelues : celle qui parle de sexe au lieu de genre mais aussi celle qui parle d’une trop grande intervention de l’état, à l’heure où celui se désengage massivement sous la pression de l’Europe néo-libérale. Amusant aussi de vous entendre défendre les employés de Séphora qui souhaitent travailler, lors que les travailleurs ne seront jamais aussi mis en concurrence que par les récents Accords Nationaux Interprofessionnels. Il y a quelque chose d’exotique à les entendre. Comme si vous étiez d’une autre planète. D’un autre monde. D’une autre classe.

    N’espérez pas un pseudo-débat avec moi. Pas ici, au milieu de personnes auto-convaincues par la pensée unique néo-libérale qui ravage tout, planète, sociétés, familles, individus… J’y perdrai mon temps. Or je préfère le garder pour vous combattre devant les autres, mes concitoyens que vous manipulez pour l’intérêt de quelques-uns. Nous sommes toujours là et vous nous aurez toujours sur votre route. Vous savez autant que nous que ça se finira entre vous et nous… A très bientôt, usurpateurs.

    Cordialement

    • @Calou : non, pas de débat, vous faites les questions et les réponses.
      Ce qui nous sépare ? c’est que nous sommes aptes à en faire la différence, pas vous.

      Soyez persuadé de mon exacte considération.

    •  » pour vous combattre devant les autres, mes concitoyens …  »

      ne comptez pas trop sur eux pour vous renvoyer l’ascenseur:

      dans le docteur jivago au début du film. le roué Komarovski au jeune pavel antipov , l’idéaliste:

       » les gens comme vous, le peuple fait semblant de les admirer, alors qu’en fait, il vous méprise … « 

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles