Ayez ce courage dont manque le gouvernement

Les Français se révoltant de plus en plus vertement et ouvertement, les élites au pouvoir vont devoir faire preuve de courage. Mais en sont-elles capables ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ayez ce courage dont manque le gouvernement

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 novembre 2013
- A +

Les qualités requises pour arriver au pouvoir, y naviguer et s’y maintenir ne sont pas les mêmes que celles qui font un bon dirigeant ; les valeurs exprimées sont même fondamentalement incompatibles. Compromis ou intégrité, pouvoir ou liberté, inconséquence ou responsabilité, pression des échéances électorales ou réflexion de long-terme, idéologie ou réalité, foi en l’opinion ou en ses convictions : les hommes politiques français ont choisi, ils seront lâches.

Je dis lâches, et le mot est faible ; leur incapacité totale à prendre des décisions de bon sens, autant par bêtise que par manque de courage, est la source de l’océan de dettes sur lequel nous tentons tant bien que mal de naviguer tout en sachant que le maelström nous emportera.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Dans la carrière d’un militant, le courage disparaît avec les responsabilités ; soit à peu près l’inverse de ce que requiert une bonne gestion. Alors que les militants d’EELV offrent des testicules au Président pour Noël, la ministre Duflot se lance dans des déclarations virulentes à demi-mot et murmure sa colère.

L’écologiste approuve la suspension de l’écotaxe, et « pose la question » de la présence de son parti au gouvernement. Une question légitime, qu’elle ose poser sans toutefois avoir le courage de claquer la porte et perdre pouvoir et privilèges.

Le paroxysme est atteint lorsque Jean-Marc Ayrault, apparemment Premier ministre, considère le recul comme une preuve de courage.

Le courage c’est écouter, comprendre.

L’écoute du gouvernement semble brouillée et le ras-le-bol croissant n’est ni perçu, ni compris. C’est pourtant simple : les Français n’en peuvent plus de payer des impôts, de financer l’indécence d’un État qui passe plus de temps à ranger leurs frigos qu’à faire le ménage dans les dépenses.

Artisans, paysans bretons, entrepreneurs, cavaliers, médecins, la grogne monte et la pression s’accroît. Pendant ce temps, Ayrault demande à l’UMP d’avoir le courage d’assumer la défaite de son gouvernement et continue à rejeter la faute sur ses prédécesseurs.

C’est sans doute trop demander aux représentants des Français que de chercher à les comprendre. Mais on pourrait au moins s’attendre à ce qu’ils décident en leur âme et conscience ; on peut malheureusement douter qu’ils possèdent l’une ou l’autre.

Ainsi, les sénateurs socialistes votent les lois à reculons :

Je ne suis pas fier des lois qu’on vote. Ça me fait chier. Je les vote à reculons

Aux plus hautes fonctions, le François Hollande de 2010 qui soutenait l’emploi des salariés de son quartier a cédé la place au champion d’apnée des sondages qui soutient les syndicats et les laisse détruire l’emploi des salariés de son pays.

Et justement, les syndicats font partie de ces Français qui savent utiliser à leur profit l’absence totale de courage des hommes politiques, à tel point que les derniers ont accordé aux premiers l’immunité. Aussi bien pour les actions violentes qu’ils mènent contre l’emploi que pour les malversations financières qu’ils effectuent à leur propre profit, les syndicats sont intouchables et le savent bien.

De la même façon, on peut en France refuser de payer son loyer pendant des mois (i.e. voler son propriétaire) et ne jamais être inquiété ; on peut frauder l’État-providence (i.e. voler les contribuables) et risquer tout au plus de devoir rembourser les sommes indûment perçues. Ce ne sont pas les hommes politiques qui paient le prix de leur lâcheté, mais cette partie des Français qui paient pour tous les autres et, aujourd’hui, n’en peuvent plus.

Ces Français sont de plus en plus nombreux. Par secteur, par activité, ils se fédèrent en mouvements avec les moyens qui sont les leurs ; les entrepreneurs via les réseaux sociaux et les paysans physiquement se rassemblent, et Contrepoints a été ravi de leur offrir une tribune pour exprimer leur mécontentement.

bonnets-rouges

Mais ce mouvement difficilement perceptible, ce signal que commencent à percevoir les hommes politiques, c’est un ras-le-bol généralisé qui dépasse les divisions sectorielles, géographiques, sociologiques. Ils ne savent pas exactement ce qu’ils veulent, mais ils savent de mieux en mieux ce qu’ils ne veulent plus. Ces Français en ont marre de la gabegie, marre que l’État leur dicte leur conduite, marre qu’il leur prenne les fruits de leur travail et leur responsabilité. Ils veulent qu’on leur rende leur vie, et ils ont raison.

Mettez des glands au pouvoir, il vous poussera des chaînes.

Ne laissons pas les glands prendre racine. Depuis des décennies, hommes politiques et syndicats affichent des convictions égalitaires mais se battent avant tout pour conserver leurs privilèges, leurs bastions, leur pouvoir et les nombreuses occasions qu’ils ne se privent pas de saisir de détourner à leur profit l’argent des autres.

Les Français s’éveillent. Il aura fallu un parti plus ouvertement socialiste que le précédent, qui court tel un poulet sans tête avec à sa suite d’innombrables casseroles ; mais nous y sommes. Leur mécontentement grandit, mais les Français se sentent encore isolés, ne se rendent pas compte qu’ils sont loin d’être les seuls à vouloir le changement, le vrai. Pas un changement de têtes, un changement de système.

Il leur suffirait de lancer le sujet, d’en parler la prochaine fois qu’ils rencontrent leurs amis. Bien des révolutions ont commencé autour de tables de dîner, bien des mouvements sont nés d’un sentiment généralisé de n’en plus pouvoir. Si vous voulez le changement, préparez-le.

Préparez-le d’abord pour vous-mêmes, en vous demandant si vous êtes réellement prêts à aller jusqu’au bout ; si vous n’êtes pas déterminés, si vous n’êtes pas prêts à vous rebeller et faire face aux obstacles que l’État n’hésitera pas à mettre sur votre route vers plus de liberté, ne faites rien. Il peut vous briser à l’envi et ne s’en privera pas ; les élites au pouvoir tiennent trop à leurs privilèges pour laisser ceux dont ils pompent depuis des années l’énergie reprendre les rênes de leur vie.

En vous protégeant, aussi. Ne laissez pas votre argent à la portée des griffes prédatrices du Léviathan, ne lui donnez pas le carburant dont il a besoin pour vous écraser. Payez en liquide, constituez-vous une épargne inaccessible à l’administration fiscale – comme l’ont fait depuis longtemps ceux qui vous gouvernent, ne soyez pas inquiets pour eux.

Et déclenchez-le, rejoignez-le. Le changement ne dépend que de vous. Soyez bruyant autant que le gouvernement est brouillon, soyez féroces autant qu’il est vorace, soyez grand autant qu’il est gras. Réveillez la France. Que vous soyez paysan breton, cavalier ou artisan, que vous soyez chômeur privé d’un emploi par des décennies de socialisme ou entrepreneur privé de salariés compétents par des décennies d’éducation d’État, réveillez-vous.

Ne laissez pas votre contestation se faire récupérer ; allez jusqu’au bout. Les habituels agitateurs syndicaux, ces mêmes politiciens qui ne veulent que vous diriger essaieront de prendre en main vos mouvements, de canaliser votre révolte ; votre indignation est légitime autant que leurs privilèges sont indus, les accepter à vos côtés serait trahir votre cause.

Reprenez enfin vos vies, recommencez enfin à vivre. Soyez libres.

Liberté (nom) : Ne rien demander. Ne rien attendre. Ne dépendre de rien. (Ayn Rand)

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • « Le courage, c’est écouter. Comprendre ».

    Il a donc sacrément manqué de courage lorsqu’il s’est agit d’écouter les millions de manifestants de la Manif pour Tous….

    Mais c’est sûr que baisser son froc devant des militants agressifs presque professionnels des manifestations et qui détruisent les installations publiques, c’est autre chose que de faire la sourde oreille devant des familles pacifiques et des poussettes …

    Encore un bel exemple du 2P2M.

  • Super article, c’est très vrai.

    Les meilleurs dirigeants qui puissent exister, ne sont surement pas de type politique, surement plutot des spécialistes dans leurs domaines.

    Nous devons réfléchir à monter un système de leadership dans notre pays qui soit basé sur les compétences et les résultats, comme une entreprise.
    Et il faut arrêter de diaboliser l’entreprise, c’est le lieu ou le maximum de richesse est créé avec le minimum de moyens, tout le contraire de nos maîtres.

    Et oui, il faut redécouvrir le sens du mot liberté, car le sens qu’il a en France revêt une forme grave d’infantilisme béat et déresponsabilisation généralisée.
    Au contraire, une personne libre prend ses risques, accepte de perdre et assume ses choix.

    • Excellente remarque, nous semblons diaboliser l’argent alors qu’il est nôtre nerf de la guerre! Une mairie bien gérée, c’est à dire administrée comme une entreprise, est rarement en déficit. Le hic est que là encore des syndicats parasitent souvent la manière de manager, les associations de tous poils hurlent aux subventions pas toujours utilisées à bon essian!
      Les Maires qui ont souhaité œuvrer de la sorte pour le bien de la collectivité ont toujours renoncé après un mandat!
      Devinez la typologie de ceux qui empilent les mandats!!!

  • Article très vrai effectivement. Cependant j’aimerais apporter un bémol. Certes les Français ne supportent plus de payer des impôts, mais ils ne sont fondalement pas contre l’impôt. Il sont en général contre l’impôt prélévé dans leurs poches, mais parfaitement en faveur de l’impôt prélevé dans la poche des autres.

    Le grand problème du gouvernement actuel c’est qu’il n’a pas d’autre solution que de transformer son électorat en « poche des autres » pour persévérer dans la gabegie et maintenir ses privilèges. C’est pour ça que ça pique en ce moment. L’effort national et les belles idées c’est beau jusqu’à ce qu’on doive y contribuer soi-même. Brutalement le consentement à l’impôt change de sens.

    Les agriculteurs bretons n’en peuvent plus d’impôts, mais se plaignent-ils des subventions qui sont issues la redistribution d’impôts ? Des subventions oui, des impôts non: expliquez-moi.

    Hollande enverra les crs sur ses électeurs qui ne sortiront pas pour réclamer de la liberté, mais de bénéficier des largesses de l’état au frais des autres comme au bon vieux temps.

    Je ne suis pas aussi optimiste que Baptiste sur ce point, je pense que c’est se leurrer que de croire qu’un vent de liberté se développe dans notre peuple.

    Je souhaite de tout coeur avoir tort

    • Quand le choix est entre l’impôt et la subvention, ou l’impôt tout seul mais pas réduit pour autant, il est vite fait. Les Bretons se rendent compte que ceux qui paient et ceux qui touchent les subventions ne sont pas les mêmes, et l’amalgame, venant notamment des petits copains du pouvoir bien bénéficiaires dans l’affaire, est en train de les faire sortir de leurs gonds. Ils sont prêts à écouter le message de la liberté, sauront-ils le reprendre à leur compte, mystère.

  • Ernest Hemingway : « A chacun de mes entretiens avec un homme politique, j’ai eu l’impression de boire dans un crachoir… ».

  • « Mettez des glandes au pouvoir, il vous poussera des chaînes »
    Excellent !

  • Chaque mini action, aussi petite soit elle est nécessaire. Il n’y a pas besoin de plus que d’ouvrir un dossier contentieux auprès de vos impôts. Contestez tout. TF, taxe habitation, TOM, taxe tv, IR, etc….ouvrez des dossiers, faites des lettres Ar+r vides, peut importe, tout est bon pour les faire chier. Payez plus, après tout vous anticipez l’année prochaine. Soyez généreux, donnez tout !

  • Intéressant discours, il faut comprendre que nous devons entrer en révolution contre cette nouvelle « noblesse » politique qui a fait le lit des financiers!
    Je suis réellement convaincu, après bien des années de sympathie proche de politiques dits de gauche socialiste (je m’en repends encore) je ne sais plus vers quel courant de pensée aller; le FN n’est qu’un vaste leurre, la droite est totalement dissolue, le centre est une fumisterie, les verts des parasites! Alors,
    demeure l’Anarchie!! Terrible constat à 66 ans!!

    • On peut être de gauche et intelligent: l’Allemagne et la Suede ont fait le nécessaire pour le peuple. Les réformes nécessaires pour sauver cette « sociale démocratie ». La France de droite-gauche à tendance communiste protège les petits avantages des fonctionnaires, mais délaisse le peuple. Il serait intelligent de se tourner vers le libéralisme pour comprendre le pourquoi du comment et surtout agir dans le bon sens. La liberté apporte la prospérité. L’égalité n’est qu’un pur mensonge socialiste. Une idéologie débile et surtout impossible à obtenir, car contre l’humain lui même et sa nature profonde.
      L’Islam….laissons la chez elle, elle y sera mieux.

  • Que cet article fait du bien ! Merci !
    Les gens nous prennent pour des allumés et on m’a même dit qu’on avait de la peine pour moi …
    Oui on a envie de passer à autre chose et je nous vois en démocratie direct au vu du nombre de blogs, forum et internautes donnant leur avis;
    J’imagine des maires proposant des referendum pour les questions budgétaires de la commune
    J’imagine une grande grève passive, chacun restant chez soi, pour virer hollande et tous ces politicards
    A chaque manif, on se « bat » contre des CRS, ils ne sont pas l’objet de notre courroux…De plus on risque de se retrouver en GAV pour rien et nous n’avons pas les moyens de casser la France
    Le bon sens, juste du bon sens

  • ça ne vous parait pas bizarre de croiser à la boulangerie le gars qui a zigouillé 3 ou 4 personnes au volant de sa caisse parce qu’ il était ivre le lendemain du jugement au tribunal ?
    Pour nos députés , sénateurs , ministres il semble bien que non .

  • la réponse à la gourmandise financière des politiques est en route ; il se dit que de plus en plus d’argent tiré du travail au noir circule ; ce qui emmerde profondément les  » dirigeants « mais permet à l’économie de tourner et qui fait quand même rentrer du fric dans les caisses via la tva ; et puis il n’y a rien de plus normal que de vouloir vivre décement avec l’argent que l’on a transpiré ……transpiration que ne ressente pas les élus puisqu’ils se paient sur notre dos ;

  • Europe’s spies work together on mass surveillance: Guardian

    (Reuters) – Spy agencies across Western Europe are working together on mass surveillance of Internet and phone traffic comparable to programs run by their U.S. counterpart denounced by European governments, Britain’s Guardian newspaper reported on Saturday.

    Citing documents leaked by fugitive former U.S. National Security Agency (NSA) contractor Edward Snowden, the Guardian said methods included tapping into fiber optic cables and working covertly with private telecommunications companies.

    The Guardian named Germany, France, Spain, Sweden and the Netherlands as countries where intelligence agencies had been developing such methods in cooperation with counterparts including Britain’s surveillance agency GCHQ.

    The report is potentially embarrassing for governments, especially in Germany and France which have been the most vocal in protesting about U.S. mass surveillance of European communication networks revealed by Snowden since June.

    http://www.reuters.com/article/2013/11/02/us-europe-surveillance-idUSBRE9A103K20131102

    Ah tiens, les méchants américains sont pas les seuls à pratiquer l’espionnage de masse ? Les allemands sont vraiment de gros hypocrites.
    Bref, comme les gens raisonnables le disent sans arrêt, tout le monde le fait.

  • Le courage, David Cameron l’a eu lui : fortes coupes dans les dépenses, forte baisse de l’impôt sur les sociétés, fort engagement vers la baisse de la dette…Et maintenant le Royaume-Uni a la plus forte reprise économique parmi les grands pays d’Europe, et des prévisions optimistes pour l’an prochain.
    A milles lieux de la France, une belle leçon que vient de nous donner Mr Cameron.

  • c’est simplement parfait 🙂

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Youri Chassin.

[caption id="attachment_259945" align="aligncenter" width="640"] Surplus d'impôts By: Rex Roof - CC BY 2.0[/caption]

La nouvelle a fait grand bruit : le Québec est en surplus budgétaire. Alors qu’on a encore en tête les problèmes de patates en poudre et autres histoires d’horreur dans les réseaux publics, les surplus budgétaires annoncent pour certains ce qu’ils nomment un « réinvestissement », c’est-à-dire de nouvelles dépenses publiques.

Entendons-nous, il y a des cas choquants, et nombreux, qui illus... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy

[caption id="attachment_220018" align="aligncenter" width="640"] partir-Samson Benjamin (creative common)[/caption]

Lentement mais sûrement les riches quittent la France. Les départs à l’étranger de contribuables aisés est en hausse de 40% et celui des redevables à l’ISF a augmenté de 15%, selon Les Échos.

La courbe des exilés fiscaux français est train de s’accentuer à la hausse et aucun renversement de tendance n’est en vue. Même si on ne peut pas parler encore d’exode de masse (et c’est heureux !) le ... Poursuivre la lecture

Par Marjorie Legrain.

La lutte contre les inégalités est censée être un credo de tout gouvernement socialiste, même virant à tribord. L'impôt est ainsi regardé comme l'une des principales armes des dirigeants pour restaurer un peu d'équité, quand des fossés immenses se creusent comme aujourd'hui. Pourtant, l'un d'entre eux au moins, la taxe d'habitation, provoque un effet tout à fait inverse.

Les Français ont eu un été 2013 radieux, d'après Météo France, avec des températures et un ensoleillement au rendez-vous. Pourtant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles