Petite notice à l’usage de ceux qui hésitent à devenir libres

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petite notice à l’usage de ceux qui hésitent à devenir libres

Publié le 30 octobre 2013
- A +

La révolte gronde en France et, à mesure que les Français s’éveillent à l’emprise de la classe politique et de l’administration sur leurs vies, un nombre croissant d’entre eux sera tenté de se dresser face à l’État. Avec tout le soutien que Contrepoints peut apporter à des initiatives visant à plus de liberté, une mise au point s’impose.

Par Baptiste Créteur.

Même s’ils sont unis, les Français qui se dressent en tant qu’individus pour réduire l’emprise du collectif sur leurs vies seront juste cela : un individu contre le collectif. Et comme l’a très bien montré Ayn Rand dans We The Living, le collectif brise l’individu. Oui, si vous vous dressez contre l’État, il peut vous briser. Non, le combat contre trop d’État, contre le dirigisme, le collectivisme et le constructivisme – contre l’idée que quiconque doit décider pour vous à votre place – n’est pas sans dangers.

Le cas de Laurent C. est emblématique. Il a quitté la Sécurité sociale, de plein droit puisque son monopole semble avoir pris fin ; bien entendu, l’institution fera tout pour continuer de faire croire qu’il n’en est rien, et les politiciens n’ont aucun intérêt à la pousser à le faire non plus, mais cela semble bel et bien être le cas. Pourtant, il est harcelé de courriers de différents organismes et doit sans cesse être vigilants et réactifs pour mener les démarches pertinentes et éviter de se trouver juridiquement à risque. Quitter la Sécu est légal mais n’est pas une sinécure, loin de là.

Chacun peut aussi, de son côté, exprimer son insatisfaction face à la lourdeur de nos chères administrations en se rappelant, régulièrement, à leur bon souvenir. h16 a préparé quelques actions bien senties qui divertiront les zélés serviteurs de la puissance publique et de leurs propres privilèges.

Les démarches légales sont risquées ; certaines le sont moins, comme l’expatriation ou la Grève. Mais il faut aussi mentionner les démarches illégales, accomplies à vos risques et périls.

Ainsi, arracher des portiques écotaxes ou frauder le fisc vous expose à des sanctions plus ou moins agréables de la puissance publique, bien qu’on n’ait toujours pas entendu parler du redressement de Jérôme Cahuzac et des contrôles de routine menés sur le reste du gouvernement pour préserver la confiance des Français en attestant de la véracité et de l’exhaustivité de leurs déclarations de patrimoine. Pas plus qu’on a entendu parler des suites de la plainte de Xavier Kemlin, aux enjeux pourtant majeurs puisqu’elle pourrait, théoriquement, entraîner l’invalidation de la dernière élection présidentielle s’il est avéré que le président a menti sur sa déclaration de patrimoine en y oubliant sa concubine, celle qui partage son logement et son train de vie sans aucun lien juridique avec lui à l’Élysée.

La mise en garde est faite : le Léviathan est gros, et ça peut faire mal s’il vous tombe dessus. Avec l’honnêteté intellectuelle emblématique des libéraux, Contrepoints vous prévient : mener le combat de la liberté n’est pas sans risques.

Mais ne rien faire non plus. Je n’ai jamais entendu un socialiste prévenir que la route vers ses lendemains qui chantent menait immanquablement les récalcitrants dans des camps ou vers une fin tragique prenant souvent la forme d’une balle dans la nuque ; pourtant, ça ne rate jamais, ce n’est qu’une question de temps.

En se battant pour la liberté, on prend sans doute un risque aujourd’hui pour vivre libres demain ; en ne faisant rien, on prend les risques qui attendent demain ceux qui empruntent la route de la servitude. Le combat pour la liberté est une guerre d’indépendance : la vôtre.

On ne trouve de fromage gratuit que sur un piège à souris
On ne trouve de fromage gratuit que sur un piège à souris

Vous payez déjà le prix de la social-démocratie, vous vivez déjà dans un système proche du paradis socialiste. Vos lendemains chantent-ils ? L’État-providence a-t-il amené un réel esprit de fraternité entre les Français, indépendamment de leur origine et de leur condition ? Vivez-vous mieux au milieu de toutes les régulations, assisté de l’État dans les plus banales actions de votre vie comme le rangement de votre frigo ? Les fruits de votre travail, dont vous touchez moins de la moitié, vous semblent-ils bien utilisés, et la part qu’il vous reste vous parait-elle une juste rémunération de vos efforts ? Et surtout, est-il normal qu’une opinion, fut-elle majoritaire, vous soit imposée ?

Pesez et comparez les risques de l’action et les risques de l’inaction. Puis choisissez.

Si vous estimez que votre vie mérite d’être vécue selon les valeurs des autres, selon leurs principes, en acceptant leurs règles, ainsi soit-il.

Sinon, menez le combat pour la liberté à vos risques et périls. La cause de la liberté est celle des hommes libres. Quelle cause est plus grande que ceux qui se battent pour elle ?

« Ne laissez pas le feu qui brûle en vous s’éteindre, irremplaçable étincelle par étincelle, dans les sables mouvants sans espoir de l’approximatif, du pas assez, du pas tout de suite, du pas du tout. Ne laissez pas mourir le héros qui est en vous, dans la frustration solitaire d’une vie que vous méritiez mais n’avez jamais pu atteindre. Contemplez le chemin à parcourir et la nature de votre bataille. Le monde que vous désirez peut être atteint, il existe, il est réel, il est possible, il est à vous. Mais l’atteindre requiert une implication totale et une rupture totale avec le monde de votre passé, avec la doctrine selon laquelle l’homme est un animal sacrificiel qui existe pour le plaisir des autres. Battez-vous pour la valeur de votre personne. Battez-vous pour la vertu de votre fierté. Battez-vous pour l’essence, qui est l’homme, pour son esprit rationnel souverain. Battez-vous avec la certitude rayonnante et la rectitude absolue de savoir que votre moralité est celle de la vie et que votre bataille est celle de tout accomplissement, toute valeur, toute bonté, toute joie qui ait jamais existé sur cette terre. » Ayn Rand

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Oui, c’est un vrai challenge de chercher la liberté dans ce pays…..même en 1789 elle était illusoire.
    Quand le socialisme cédera un peu de place, on ressortira les idées religieuses pour justifier du partage.
    La « conscience socialiste » du peuple Français est tellement ancrée en lui qu’il y a même des textes sur contrepoints qui deviennent ambigus.
    A vouloir l’extremisme ou la violence est sans doute une très mauvaise idée. Planter des graines liberales sur de la terre morte, l’est aussi.
    Je popose de quitter les villes et de planter des fruits et des légumes, ou de partir ! On peut aussi faire partir son argent, si l’on est trop drogué à cette France merdique et que l’on a pas le courage de la quitter !

    • Il n’a jamais été question pour la révolution de rechercher la liberté. Officiellement, les sicaires luttaient contre le despotisme et le fanatisme LOL !
      J’ai récupéré une info très intéressante (source LE BON) sur les populations – Je n’ai pu la mettre en tableau pour contrepoints. C’est édifiant, ci-dessous mes notes :

      Estimation de l’évolution des populations des principales puissances européennes entre 1789 et 1908 – incidence de la révolution sur le peuple français et des guerres napoléoniennes en Europe.

      Base 100 – population de la France en 1789 – 26 millions (Base 100) – 39 millions en 1908 – soit Indice. 150
      à la même époque, comparaison avec la France :
      Angleterre : 12MI – Indice. 46 en 1789 et 154 en 1908
      Autriche : 18MI – Indice. 69 en 1789 et 169 en 1908
      Allemagne : 28MI – Indice. 108 en 1789 et 219 en 1908
      Russie : 28MI – Indice. 108 en 1789 et 496 en 1908

      Base 100 – population du pays en 1789 (cf. ci-dessus) et Indice. propre au pays en 1908
      Angleterre 1908 : 40 – évolution 1789-1908 : Indice. 333
      Autriche 1908 : 44 – évolution 1789-1908 : Indice. 244
      Allemagne 1908 : 57 – évolution 1789-1908: Indice. 204
      Russie 1908 : 129 – évolution 1789-1908 : Indice. 461
      France : rappel du Indice… 150
      y’a pas foto de l’incidence très négative sur le peuple français de la révolution et de l’empire et encore on n’étudie pas les effets sur la santé générale des survivants, illettrisme, les débilités aux naissances etc. la cata.

      Source : Le Bon, Gustave – la révolution française.
      L’auteur est réputé sérieux – les 129 millions de la Russie de 1908 me paraissent crédibles – j’ai longtemps recherché la cohérence des 160 millions annoncés de 1917 par les administrations du tsar, les 120 millions annoncés par ailleurs et les 100 millions de Lénine !
      J’en étais arrivé à la conclusion des 120 à 130 millions en 1917 (pour rappel 140 millions à la chute de l’URSS !).
      L’assiette fiscale des barynes était le nombre de moujiks et la pénalité pour sous-déclaration étant la majoration du nombre de moujiks d’où cet écart important et peu crédible pour l’époque.
      Lénine, commissaire à l’épuration, annonce 100 millions dont 10% à épurer ! c’était pour minimiser sa future intervention. lénine est un type bien, il assume ses mensonges comme faisant partie de sa politique. L’épuration a été terrible car presque un siècle plus tard la population n’a pas augmenté.
      C’est la raison pour laquelle je ne crois pas au chiffre global de 100 millions de victimes du communisme mais beaucoup plus !

  • A chaque citation de Rand, les larmes me monteraient presque aux yeux (si je n’étais pas un libéral… enfin, un monstre sans coeur). Quelle poésie, et avec le sens des propos, un régal. J’ai un petit million de livres à lire (et ça ne se fait pas en 5 minutes quand on est fait 75h par semaine et…. que je me suis attaqué à K. Marx! Oui je sais il faut le vouloir, mais au moins je ne me serai pas contenté de lire des passages. A ceux qui veulent se jeter dans ce bac à caca, attention: c’est très très pauvre et médiocre comme bouquin) mais je pense que ce sera le prochain philosophe que je lirai. Je pense pouvoir comprendre votre attirance intellectuelle pour cette grande dame.

  • Je me suis expatrie, car c’est la meilleure solution.
    L’argent qui vous est prélevé chaque mois pour la retraite, c’est de l’argent perdu, la pyramide de Ponzi est tellement énorme, que vous ne retrouverez jamais cet argent.
    Pourquoi continuez a travailler en France, en sachant qu’au moment de la retraite, vous aurez rien ?

    • L’herbe est elle plus verte ailleurs? même si elle l’était, règlerait elle tous les problèmes?
      J’ai la chance d’être riche si l’on prend en considération les critères définis par monsieur le Président de la république avant son élection. On sait pourquoi aujourd’hui! je cotise 1400 euros par mois pour ma retraite sécu. D’après leur calcul, je devrais toucher 800/mois à la valeur du point d’aujourd’hui.Comme j’ai été libéral pendant des années et que la caisse complémentaire applique la loi, à savoir attribuer le complément 5 ans après la retraite ss, vous imaginez le différentiel avec mes revenus du moment.Qui plus est, comme mes années d’étude ne sont pas comptabilisées, vous imaginez le problème! Alors, il est vrai que quitter le pays est tentant (surtout si les projets de loi comme celui ci s’avèrent:
      http://votreargent.lexpress.fr/impots/impots-s-attaquer-a-la-manne-fiscale-de-la-residence-principale-n-est-plus-un-tabou_336977.html?xtor=EPR-55-%5bMVVA_Patrimoine%5d-20130913–16771017%40261073072-20130913102438
      Mais vous oubliez une chose, la vie n’est faite que de repères.Plus vous avancez en âge, plus il est difficile de couper les ponts. Je pense donc qu’elle n’est pas la solution. malheureusement, je n’ai rien d’autre à proposer.

      • En quittant la France, c’est vrai j’ai perdus mes 20 ans de cotisations sociale, retraites, mon année de service militaire. Mais en 13 années a l’étranger, j’ai gagne beaucoup plus.

        • Le problème de quitter la France est que si vous êtes dans une profession réglementée (ce qui est mon cas) les barrières sont difficiles à franchir voir insurmontable dans certains pays (US notamment). La réorientation professionnelle n’est pas évidente non plus. Vous me direz à juste titre que l’on a rien sans rien ! Cependant il est plus difficile de vous réorienter quand vous travaillez déjà beaucoup !

  • Tronche de pine, tu brûleras lorsque les patriotes arriveront au pouvoir !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Sean W. Malone. Un article de la Foundation of Economic Education

Tous ceux qui connaissent Star Wars savent que l'Empire galactique est mauvais et que la Rébellion est bonne.

Mais pourquoi l’Empire serait mauvais ?

Sérieusement. Qu'est-ce qui rend si insupportable la vie sous l'Empereur Palpatine, et qu'est-ce qui rendrait la vie sous la Nouvelle République tellement meilleure pour les citoyens ordinaires de la galaxie ? Les films de Lucas offrent étonnamment peu d'informations sur ce qui ne va pas avec le régime im... Poursuivre la lecture

infrastructures écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Votée tard dans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a validé le projet d’une écotaxe frappant les camions circulant sur l’autoroute A35 reliant les deux villes alsaciennes de Saint-Louis au sud à Lauterbourg au nord.

Si le projet doit encore recevoir l’aval de l’Assemblée nationale, le principe semble être acté, d’autant qu’il avait été annoncé en catimini par une ordonnance publiée au printemps et ouvrant la possibilité d’une taxe sur le fret routier en Alsace.

Il faut dire que l’autoroute en que... Poursuivre la lecture

l'écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

L’écotaxe avait été imaginée par le Grenelle de l'environnement de 2007, puis abandonnée fin 2014 suite à la fronde des « bonnets rouges » qui emporta les portiques et leurs caméras de contrôle après une coûteuse installation aux frais du contribuable et n'ayant jamais servi.

L'écotaxe : la taxe « écologique » de trop

Suite aux réflexions orientées par des professionnels lors la Convention citoyenne pour le climat, et au projet de loi présenté le 10 février 2021 en conseil des ministres, l'exécutif s’interroge su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles