Il est commode que l’État gère

L’État n’est pas plus juste. Au contraire, il réduit la justice en ayant recours à la contrainte pour empêcher les individus d’exercer leur libre-arbitre et d’exprimer leurs préférences.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il est commode que l’État gère

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 octobre 2013
- A +

Il est si commode que l’État gère. Jusqu’à ce qu’il s’écroule.

L’État n’est pas plus juste. Au contraire, il réduit la justice en ayant recours à la contrainte pour empêcher les individus d’exercer leur libre-arbitre et d’exprimer leurs préférences.

Toute intervention de l’État dans l’économie consiste à accorder à certains un avantage pris de force à d’autres. (Ayn Rand)

Les différences de traitement entre privé et public dans les retraites en France sont symptomatiques ; l’État protège les siens et avantage ceux qui le font tourner au détriment de ceux qui le font (et les font, ne l’oublions pas) vivre.

Non pas que leurs missions ne présentent pas parfois un réel intérêt et une réelle utilité ; mais en l’absence de marché, impossible de savoir si les citoyens ont une réelle demande pour un service donné, ni quel est son prix réel.

segolene royal heuliez tweet

L’État n’est pas plus efficace. La longue histoire de ses investissements, récemment avec Heuliez, et des monopoles étatiques, le montre. On peut d’ailleurs établir des liens entre poids de l’État (de la dépense publique, des taxes, de la réglementation…) et manque de dynamisme de l’économie.

L’État ne rend pas la vie plus simple. Certes, ceux qui ont appris à dépendre de lui et perdu toute autonomie trouvent plus commode de ne pas avoir à faire montre de la moindre compétence ni à exercer le moindre effort pour subsister. Mais quelle énergie les Français dépensent-ils chaque année pour remplir des formulaires et tenter de résoudre leurs casse-têtes juridiques et fiscaux ?

Cette énergie aurait pu être utilisée à meilleur escient ; les chefs d’entreprise pourraient par exemple passer plus de temps à développer leurs produits et servir leurs clients qu’à tenter de récolter des subventions et de minimiser le poids de la fiscalité. Combien de projets ne voient le jour que parce que l’État les finance pour tout ou partie ? Ou elle aurait tout simplement pu être économisée, tout gaspillage étant ainsi évité.

L’État ne rend pas la vie plus saine. Il prend son rôle éducatif trop à cœur ; rien ne justifie en réalité que l’État  modèle les citoyens de demain en s’arrogeant le monopole des programmes scolaires. Il n’est pas si surprenant qu’il utilise l’école comme vecteur de propagation du collectivisme et du dirigisme, ni qu’il tente d’inculquer aux futurs citoyens une morale laïque qui ressemble à s’y méprendre à un religion dont le Dieu serait l’État, la société ou la république. Ni qu’il fasse passer des théories pour le sens de l’histoire en distillant un peu partout les études de genre dans les programmes scolaires ; les constructivistes au pouvoir ont les moyens de modeler la société de demain, et ne s’en privent pas.

Rien ne justifie non plus qu’il tente de rééduquer les adultes à manger et bouger, ranger leur frigo, faire du sport et éviter le gaspillage. D’ailleurs, les Français sont toujours plus gros et bêtes alors que l’État s’en occupe toujours mieux et y consacre toujours plus de moyens.

Alors, qu’est-ce qui justifie qu’il occupe une telle place dans nos vies ? En réalité, la légitimité de l’État repose d’abord, comme la monnaie papier, sur la croyance qu’on a en lui. Sur la foi. Et si les citoyens osent remettre en question sa légitimité, ou refuser de se plier à son autorité, l’État a de son côté la violence et l’idée qu’elle est légitime. « Ta gueule, c’est magique » ; une petite loi, un bourre-pif, et voilà le récalcitrant remis sur le droit chemin.

Et si ça ne marche pas, si l’État est si grand et gros que la révolte s’exprime violemment, l’État a des tas de solutions qui deviennent assez rapidement finales et finissent en balle dans la nuque.

Il est sans doute commode que l’État gère. Jusqu’à ce qu’il s’écroule. D’ici là, il fera les fonds de tiroir et utilisera les citoyens pour caler des armoires et éviter que tout ne s’effondre – en vain. S’ils veulent s’éviter des souffrances inutiles, et abréger celles du Léviathan, les Français feraient bien de se demander comment faire. Car il ne s’agit pas seulement de réduire le périmètre de l’État, de tailler dans ses fonctions et le faire maigrir ; il s’agit de le remplacer, de faire réellement société.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • Contrepoints ne reste qu’un site d’amateurs idéologiquement orienté. Bref, un torchon.

    • Argumentaire implacable. J ‘imagine que l’auteur de l’article ne s’en remettra pas.

    • « A gauche toute » nous parle de l’infamie d’être idéologiquement orienté.
      LOL.

    • Alors gauchiste crétin? T’es au pouvoir depuis 40 ans et tout part en sucette. L’état Français et le guignol du cirque international, tes maîtres nous torpillent a coups de déficits, déficits qu’on aurait pu souhaiter alimenter des jours meilleurs… Et ou sont ils?

      Ah, oui, c’est vrai, l’argument fatal de tous les totalitarismes : si ca marche pas, c’est parce que la ligue des forces du mal s’emploie a faire échouer les hommes de bonne volonté.

      Les mêmes qui abominent, dénoncent et ironisent sur l’argument du « complot juif » brandi par feu les nationaux-socialistes, utilisent la ficelle pour justifier l’echec de leur politique. Pathétiques. A par plastronner ici, pas bons a grand chose…

      • Ouh la laaaaa, attention, agauchetoute va vous attaquer pour « injure raciale » et « incitation à la haine raciale » si ça continue.
        Mmmmpfff, en fait continuez et je m’associe pleinement à vos propos.

      • Les déficits sont seulement liés au fait que l’on ait baissé les impôts pour les plus riches dans votre genre, ces gens égoïstes et cupides qui veulent asservir la population en la condamnant à vivre dans la misère. Votre commentaire en dit long sur votre hypocrisie latente.

        • Oh rassure-toi, les riches dans le genre de Grass paient de plus en plus. Et les deficits n’en sont que plus gros.
          C’est toi, A gauche toute. toi qui lorgne avec concupiscence sur les biens d’autrui, qui fustge la « cupidité » ?
          C’est toi, qui te contrefout des autres et justifie qu’on se servent chez eux même, et surtout, si ils ne sont pas d’accord, qui vient dénoncer l’égoisme, et l’hypocrisie ?
          http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/besace.htm

    • @A gauche toute

      A force de l’être « à gauche toute » vous avez fini par tourner en rond…

  • @ à gauche toute.
    Voilà une intervention intéressante. À savoir : rien à voir avec le sujet, pas du tout orientée (non plus), constructive et amenant une vraie valeur ajoutée (…oui, ce mot existe vraiment !).
    Malgré tout, merci, car cela illustre parfaitement (s’il en était encore besoin) la manière avec laquelle les « progressistes » jugent et se sentent supérieurs à toutes les personnes ayant un avis différent du leur, tout en soulignant davantage leur über-dépendance à l’État.
    Ne changez surtout pas de « cap », le gouffre est droit devant vous.

    • Aux dernières nouvelles, il me semble, et ceci est prouvé, que la crise économique, civilisationnelle et sociétale actuelle est la résultante des politiques néo-libérales menées par Tatcher et Reagan, et non à un trop plein d’Etat quoi qu’en disent les libéraux. Mais bon, ceci semble manifestement échapper à votre intelligence.

      • « ceci est prouvé » ? hahem vous me semblez … comment dire … un chouia idéologiquement orienté? Mais bon vous avez votre intelligence supérieure donc ça va.

      • « la crise économique, civilisationnelle et sociétale actuelle est la résultante des politiques néo-libérales menées par Tatcher et Reagan »

        Ah zut! mon Alzheimer m’a encore joué des tours, j’avais complètement zappé que Tatcher et Reagan avaient dirigé la France!!!
        C’était quand déjà?

      • Qualifier un libéral d’ULTRA LIBERAL, c’est un peu tomber dans un sketche du regretté COLUCHE, vous savez celui qui vous racontait l’histoire de la lessive qui lave PLUS BLANC QUE BLANC. Quand aux preuves que vous évoquez, donnez nous en quelques – unes que l’on puisse ici compléter nos informations sur ce libéralisme effréné qui sévit en France depuis 40 ans avec les résultats que chacun peut observer au quotidien!

      • ce qui échappe à notre intelligence c’est la propension à certain être humain d’aller toujours plus loin dans la bêtise. Comme disait Einstein il y a deux chose qui sont infinis, l’univers et la bêtise humaine mais pour l’univers j’ai encore un doute…

      • si la france est en crise, c’est de la faute à reagan et tatcher ? et pourquoi pas à voltaire non plus ?
        qu’est ce qu’il ne faut pas lire !

      • Ça demande beaucoup de travail pour être comme vous ou c’est de naissance ? Non je dis ça, comme je pourrais dire pov’ gland de gaucho inutile. Aucune démonstration, aucun raisonnement, juste des faits basés sur une réalité constatée. Ah j’oubliais, range ta bière car si je trouve où tu te trouves je loge chez toi au nom du socialisme et du partage de ton pognon.

      • Merci encore. Grâce à vous je suis enfin conscient que mon intelligence est limité et…je vous renvoie à mon premier commentaire (car je suis aussi efficace – oui ce mot existe vraiment !) quand à mon appréciation et mon « analyse » de vos propos.
        Ne changez surtout pas de « cap », le gouffre est droit devant vous…

      • Laissez tomber ce troll débile. Déja si un représentant de l’immense majorité se sent menacé par « contrepoints », c’est qu’il y a du progrès…

      • Ce qui est prouvé, c’est qu’une majorité de cons se satisfait de pas grand chose, en guise de preuve…

      • Les dernières nouvelles ne sont plus très fraiches… et depuis le mur de Berlin est tombé …. et c’est déjà il y a longtemps….

      • Vous faites bien le troll, mais là vous caricaturez un poil excessivement. Je veux bien parier que vous n’êtes ni de gauche ni inconnu de nos services …

        Ceci dit ce que vous écrivez est drôle, puisque nous sommes entre nous, mais à y regarder de plus près c’est très exactement le discours entendu du haut à la base de la pyramide sociale, ce qui prouve au moins une chose: la propagande ça marche du tonnerre de Zeus. Le regretté Dr. Goebbels doit se tordre de rire …

  • Quand l’état veut gérer : que se passe t il? Au début tout va bien . injection de subventions, marchés protégés, troupes motivées,. etc.. Puis le gouvernement change, donc : changement d’objectif : Il faut faire virer le navire .Pas facile , et le doute s’insinue dans la troupe . Puis l’environement international change : re changement de cap . La troupe s’épuise .
    Pour finir : A gauche toute . Et là , la troupe se met à tourner en rond, vers la gauche vous dis-je, vers la gauche , encore vers la gauche , et puis, et puis, ma foi « on achève bien les chevaux  »
    ( j’ai bu ? pas une goutte vous dis-je) (je m’amuse et je parle de mon expérience !)

  • On n’y parle de votre libéral préféré RP. Bonne lecture
    http://www.israelshamir.net/French/NotreCap.htm

    • Lorsque la puissance publique veut s’occuper de tout cela créé toutes sortes de dérives.
      C’est parce que la puissance publique a décidé de s’occuper de tout que la dette publique a explosé.
      Si on avait laissé le secteur privé prendre les initiatives, la loi du marché aurait naturellement favorisé les secteurs où il y avait de la demande et laissé de coté ceux qui ‘intéressaient qu’une faible minorité.
      Or par volonté d’égalitarisme, la puissance publique a refusé les lois du marché et à voulu entreprendre de montrer ses compétences dans tous les domaines, sans discernement ni bon sens économique.
      Le résultat c’est une dette qui enfle, des contribuables asphyxiés par l’impôt, des créations d’emploi artificielles et responsables de la destruction de vrais emplois productifs du secteur marchand.
      Cela ne peut plus durer.
      Il n’y a presque plus de liquide dans le récipient qui alimente la perfusion pour maintenir ce système en vie.

  • Lorsque l’État injecte des fonds publics pour réaliser des investissements utiles et profitables à tous – p.ex. des infrastructures performantes, des écoles et universités de haut niveau – alors l’interventionnisme marque des points sur le libéralisme.
    Mais si ces fonds publics sont utilisés pour subventionner les moribonds (sauver l’entreprise xyz) ou soutenir le futile alors cet interventionnisme devient blâmable.

    Le libéral (avec ou sans préfixe néo, ultra) reconnaitra que l’état doit jouer un rôle, mais que ce rôle – au delà des tâches régaliennes – se limite à l’établissement de conditions cadres pour le « vivre ensemble », et non de dirigisme ou de redistribution à tout crin.

    Donc oui, l’État doit savoir être gestionnaire. Parcimonieux, on devrait l’espérer, et pas de tout et n’importe quoi.

    • Comment savoir si ces investissement sont utiles, si ils n’ont a pas de prix et ne sont soumis à la concurrence ?

      • Utiles, en vrac et sans ordre de valeur ou de priorité; éclairage public, fourniture et épuration de l’eau, centres chirurgicaux de pointe, recherche de base, réseau de distribution électrique voies de communication (physiques ou électroniques).
        Ces chose des « commons » ou des situation de monopole qui laissées à elles-mêmes sont un foutoir impossible.
        Performante: soumise à de principes de gestion selon lesquels les gestionnaires doivent répondre de leurs actes, contrôle de cette gestion par des mécanismes démocratiques

    • Est quand l’infrastructure n’est pas performante, parce que, en concurrence avec une infrastructure privée ?
      L’Etat investit alors dans la destruction de ce concurrent qui lui gâche les belles perspectives qu’il avait imaginé…

  • A qui est destiné le texte ? Même si c’est un bon texte, que j’aime beaucoup….(je le considère donc pour moi !)
    La cible est floue, l’homme politique va en rire, le Frôançais va juste sentir un petit picotement de honte derrière sa nuque, et puis demain, ça continue….

    Mais, l’analyse est bien: le choix n’existe pas. Nous sommes bien otages de nos ravisseurs étatiques. Et si on bouge: une balle dans la nuque. Cela est très pertinent.

    Maintenant, comment allez vous cibler, ratisser plus large ? Car des Golums à moitiés fous ou des libéraux intelligents mais isolés ne suffisent plus à porter votre message. Pourtant celui ci est juste, pertinent et utile.

  • agriculteur, je me souviens qu’il y a quelques années, des collègues ne savaient pas sur quelle parcelle ils avait  » le droit  » de semer du mais pour nourrir leur vaches ? il y avait 300 euros de subvention à l’hectare à la clé, et les règles édictés au fils des ans et des réformes de la PAC successives, étant devenues si complexe, que personne n’a su leur donner la réponse: ni la direction départemental de l’agriculture, ni la chambre d’agriculture, ni le sindicat ! j’ai cru qu’il allaient en faire une dépression nerveuse…
    l’année d’aprés, ils ont mis  » en pension  » une partie de leurs bète chez un voisin, pour avoir  » droit  » à une prime à l’herbe qui risquait de leur etre refusé, car leur chargement à l’hectare était trop important: le maris allaient alimenter ses bètes chez son voisin tous les jours !
    voila à quoi sert l’etat en france: voler celui qui travail pour redistribuer l’argent pour n’importe quoi, et enquiquiner les honnètes citoyens à la hauteur de la somme versée, en s’insinuant derrière tous ce qu’ils font.
    comment les français ont -ils put descendre aussi bas ?

    • comment les français ont -ils put descendre aussi bas ?

      La réponse est dans l’anecdote : en se faisant acheter !

      L’arnaque c’est que ce sont nous qui payons pour nous corrompre.

  • Ca chauffe , ca chauffe sur contrepoints; on dirait qu’une élection se prépare… 🙂
    Une election ou la gauche va se prendre une branlée mémorable; ils en sont furax d’avance les mecs!… 🙂

    Pour nous libéraux, pas grand chose a gagner dans cet évenement cependant. A part ce petit plaisir… ^^

    • Oui dis donc, c’est Saturday Troll Party aujourd’hui !

      Si maintenant les gauchistes s’amusent à venir nous provoquer ici, alors c’est qu’on a dû… toucher une corde réellement sensible.

      Remarquez avec Leonarda, les gauchos bobos connaissent un début de week-end difficile.

      Allez, ils s’en remettront.

      Pour le reste, j’aime bien l’auteur qui file la métaphore mobilière.

      Et j’aime particulièrement sa chute : il ne s’agit pas en effet de « réformer » l’état.

      Il faut purement et simplement de le… « remplacer ».

      La peur change de camp… les trolls gauchistes le démontrent. Ils perdent pied.

      L’arithmétique, le Réel, étant de notre côté, la certitude de perdre le combat désespère les gauchistes.

      Et ça ça n’a pas de prix. 😉

      • Puisse dieu vous donner raison ! Un gauchiste est une anguille passee au savon….et il joue sur la conscience religieuse de l’autre. Partage ton argent avec moi ! Pour détruire un gauchiste il faut détruire son idéologie. Pour cela il faut lui donner ce qu’il impose aux autres: le partage. Et aujourd’hui Hollande est parfait dans ce rôle…la vie est bien faite.

        • Oui, on devrait ramener Leonarda avec toute sa petite famille à la porte de Josiane Balasko et lui demander de le loger, les blanchir et les nourrir. C’est un peu facile d’avoir des idéaux que tout le monde doit payer.

      • Je dois en déduire que vous n’avez aucune compassion pour les plus faibles d’entre nous. Vous ne méritez pas de vivre.

        • Les Français ne voteront jamais pour les « libéraux », ces derniers étant paradoxalement les pires ennemis des libertés. En effet, sur ce site, l’on peut constater que l’on vénère des dictateurs comme Pinochet ou Thatcher. Bref, vous êtes des ennemis de la République.

          • Nan, mais tu crois vraiment à toutes ces conneries que tu débites à la chaine comme un perroquet débile, ou tu faut semblant et tu te marre comme un gros troll ?
            Tu peux dire la vérité, on s’en fout un peu et y’a pas de sanction, tu sais 🙂

          • FAKE ! Tu peux pas être vrai, tu es hors concours Trollesque…

          • Je ne peux pas être vrai…. Où voulez-vous en venir ?

        • « Vous ne méritez pas de vivre. »

          Ca respire l’humanisme à gauche, dis-moi?

        • Oh, si j’aime la bière fraîche qui est dans ton frigo. Et peut importe la marque. Même si c’est une bière moche et étrangère, et bien je vais la boire. Partage ton frigo et ton logement avec moi ! Je mange du poisson cru et je sens des pieds.

        • Que la « compassion envers les plus faible d’entre nous » se mue en « haine meurtrière pour les supposés plus forts d’entre nous », est une dérive perverse sur laquelle vous feriez bien de vous interroger.

          Alors comme « on » ne mérite pas de vivre? ah oui? et ou est le tribunal qui s’est penché sur nos vies pour décréter ça? Et vous allez me dire que vous n’êtes pas un danger pour vos semblables, vous, monsieur-compassion-des-faibles?

          Il y a pas urgence a stopper cette gauche qui commence a affuter les couteaux, sous la bannière des bons sentiments?? Sentiment de déjà-vu, pourtant…

    • Peut-être même que les libéraux vont faire plus de voix que les socialistes….

  • Une chose est certaine : la bêtise des commentateurs de ce blog ne m’affecte guère.

  • Bien sûr qu’il faut que l’Etat gère !
    Parce que l’Etat gère bien.
    On en a la preuve avec l’affaire Léonarda. L’Etat gère de main de maître. Du grand art.

  • un état qui oblige jongle avec les mots contraintes ,interdits et humanisation de la faune sauvage,n’est pas plus crédible que Babar au pays d’Alice et de son lapin réveille matin

  • Une chaise est sûre, voilà un article bien meublé.

  • Je l’aime bien notre baptiste… Un tantinet provocateur mais

    Manger 5 fruits et légumes par jour passé en boucle pour nous conditionner c’est une invention de qui ?

    Avez-vous fait l’expérience de marcher dans la rue, prendre la route ou les transports en commun. Comptez le nombre de panneau d’interdiction de quelque chose, d’avertissements de tout ordres vous serez surpris.

    Alors oui il y a constructivisme et ça commence très tôt à l’école avec des profs de gauche.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par la rédaction de Contrepoints.

Contrepoints : Bonjour Sébastien Laye, vous êtes le porte-parole d'un nouveau label indépendant pour les municipales. Pouvez-vous le présenter brièvement ? Se dire indépendant, c’est refuser une certaine déconnection des élites nationales des enjeux locaux ? On se souvient d’Emmanuel Macron cherchant à réduire le débat à une sorte de face à face entre « progressistes » et « nationalistes »…

Sébastien Laye : Réconciliations! est une plateforme citoyenne créée par des mouvements citoyens, des chef... Poursuivre la lecture

Par Hocine Rahli. Un article de The Conversation

En Algérie, la démission d’Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril 2019, a laissé place à un grand vide. Des milliers de manifestants descendent dans les rues depuis cinq mois. Pour autant, que demande la foule au pouvoir ? Le régime est-il prêt à écouter son peuple ? Et doit-on redouter un avenir violent pour l’Algérie ?

La transition d’un régime autoritaire vers une démocratie est un chemin ardu, l’histoire nous le montre.

Comme l’explique l’historien Benjamin Stora :

Apr... Poursuivre la lecture

À l’approche des élections européennes, les défenseurs de l’Europe peinent à souligner ses avantages, et ses détracteurs ne dessinent pas de voie alternative crédible. Les forces politiques sont divisées sinon éclatées, tant au sein des nations que sur la scène politique européenne.

Dans un recueil intitulé « Europa – dépasser le nationalisme », sous l’impulsion de son directeur Maxime Sbaihi, GenerationLibre donne une tribune à six penseurs pour défendre les bénéfices de l’Union européenne d’un point de vue libéral.

Entretien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles