Les Pigeons à nouveau pigeonnés !

Au mépris de la parole donnée, le pouvoir revient sur les promesses faites aux pigeons et flingue les investisseurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013385 pigeons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Pigeons à nouveau pigeonnés !

Publié le 18 octobre 2013
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

imgscan contrepoints 2013385 pigeonsSouvenez vous, un projet de loi de finance initial prévoit de taxer de manière considérable les entrepreneurs lorsqu’ils prennent le risque d’investir dans leur entreprise. Là dessus, mobilisation, fronde des « pigeons ». Rétropédalage du gouvernement, organisation des « assises de l’entrepreneuriat » et promesse de rétablir une fiscalité acceptable, via des abattements, pour rémunérer la prise de risques prise par les entrepreneurs si jamais leur investissement est prolifique.

S’agit-il d’un double jeu de la part du gouvernement ?

Le PLF 2014 tient peu ou prou les promesses faites lors des « assises de l’entrepreneuriat ». Mais voici qu’en commission des finances, Christian Eckert, rapporteur socialiste de la commission, impose cinq amendements qui dénaturent complètement le projet initial.

Suppression du report d’imposition

Lorsqu’un investisseur vend sa société et réalise une plus value, s’il remet tout en jeu dans une nouvelle aventure, sa taxation sera sur la base de la plus value totale réalisée après la dernière opération. Cette disposition incite les « serial entrepreneurs » à tout réinvestir et les « protègent » un petit peu contre le risque de plantage. En supprimant cette disposition et en obligeant les investisseurs à payer la taxation sur les plus values à chaque sortie d’opération, l’État diminue les montants des investissements et incite les entrepreneurs à ne pas réinvestir dans des sociétés « à risque » (PME, start up etc.) mais à jouer petit bras sur des marchés financiers ou sur les valeurs « pépères » (ou étrangères…).

Interdiction du cumul de la réduction d’impôt et du régime d’abattement majoré

Lorsqu’un investisseur place son argent dans une entreprise, il bénéficie, comme tout citoyen français, d’une réduction d’impôt (18% du montant investi dans la limite de 9000€ pour un célibataire et 18 000€ pour un couple lorsqu’il s’agit de sociétés non cotées) entrant dans le cadre de l’enveloppe plafonnée des niches fiscales. Pour atténuer les effets néfastes de « l’alignement » de l’imposition des plus values sur les revenus du travail, le gouvernement avait prévu un certain nombre d’abattements majorés pour les investisseurs, en fonction de la durée de détention des parts et actions.

Le rapporteur Eckert (sur ordre de Bercy ?) a fait adopter la disposition selon laquelle le cumul des deux dispositions n’est pas possible. Tous ceux qui ont investi les années précédentes dans des starts up ou des PME et qui ont bénéficié de la réduction d’impôt, ne sont pas éligibles aux abattements majorés que le gouvernement avait soi-disant mis en place pour leur atténuer la pression fiscale dommageable à l’investissement en France. Autrement dit, les 9/10e des entrepreneurs concernés par les promesses des « assises de l’entrepreneuriat » sont exclus du dispositif !

Ainsi donc, les « Pigeons » qui croyaient avoir vaincu le dragon se font plumer au deuxième round.


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « Dieu se rit des hommes qui chérissent les causes dont ils déplorent les effets.  »

    Les pigeons sont donc pigeonnés.

    J’en suis fort aise.

    Car -je vais vous surprendre- il y a pire que le gauchisme, la mauvaise foi, l’hypocrisie des socialos… si, si…. c’est la bêtise.

    La bêtise crasse, suintante, irritante, sale du pseudo « libéral », de l’homme de « drouâte » qui commet l’erreur de faire confiance à des crapules.

    Oh je ne parle pas d’amour aveugle, ni même de confiance inconditionnelle. Non juste de confiance. De bonne foi., comme on parle d’un « bon bougre ».

    Comment peuvent ils ne serait que parler avec quelqu’un comme Moscovici ? Comment ont ils pu penser une seule nanoseconde le torrent de gloubiboulga mental proféré par le gouvernement Ayrault ou Hollande « le président des entreprises » ?

    Ca dépasse l’entendement.

    Le pigeon a une cervelle… de moineau si j’ose dire.

    Alors arrêtez les enfantillages, laissez au vestiaire vos « espoirs » de midinette débile, d’idiot utile… et mettez vous activement à la tâche : la mise en faillite de ce gouvernement mortifère et de toutes les cliques qu’il entretient avec votre pognon.

    -délocalisez vos entreprises à l’étranger… Suisse, Belgique, Italie, Espagne… pas besoin d’aller au bout du monde.
    -expédiez vos collaborateurs à l’étranger
    -réduisez la voilure en France
    -licenciez, coupez les salaires, dont le votre si vous ne pouvez pas partir
    -réduisez votre consommation, vos investissements, dans une guerilla permanente et inextinguible
    -vous travaillerez MOINS, vous aurez MOINS de soucis tout en gagnant LA MEME CHOSE, voire plus.
    -partez avec vos familles, vos talents, vos capitaux
    -diffusez cette bonne parole, partout, faites oeuvre de conviction

    … chaque euro soustrait à Moscovici est un euro-levier qui pousses ces messieurs vers le précipice.

    Multipliez cet euro par des milliards, et nous aurons une arme de destruction massive entre les mains.

    Mais de grâce, de grâce arrêtez d’être des idiots utiles, bien élevés, qui participent à des « tables rondes », des « think thank », des « commissions ».

    Ces gens sont vos ennemis, ils vous haïssent très profondément et très sincèrement, ils vous méprisent aussi.

    Nous sommes en guerre. Et pour une fois… il s’agit d’une guerre que nous sommes sûrs de gagner ! En raison de la simple arithmétique.

    Sans pognon, le nôtre, leur Système s’effondrera, et notre servage aura vécu.

    Le vrai pouvoir, c’est nous qui le possédons.

    La peur va changer de camp.

    • Le problème, voyez vous, c’est que cette situation peut engendrer encore pire. La violence, la répression, la haine, le génocide.
      Je ne dis pas cela au hasard, je dis cela à la « lumière » d’événements historiques auxquels nos dirigeants se réfèrent constamment, qu’ils prennent toujours comme modèles, leur fameuse « révolution ».
      Quand je vois s’exclamer, pousser des hauts cris à propos de la proposition du FMI de taxer à 15% tous les avoirs, je rappelle que la « révolution » a taxé à 100% l’Eglise, lui confisquant tous ses biens! Ils ont tenté ensuite de monnayer cela et ont tirer de la monnaie sur la soit disant valeur des biens confisqués. Puis une second tirage, dévalorisant la monnaie,créant une situation d’anarchie et de chaos qu’ils réprimèrent dans le sang.
      Même si je hais ces socialistes et comprends parfaitement où ils veulent en venir, je me battrai jusqu’au bout avant de déguerpir…

  • « les promesses n’engagent que ceux qui les ecoutent »

  • Bravo,
    Peut-on faire confiance a des crapules, meme s’ils vous disent la main sur le coeur qu’ils comprennent vos problemes : la réponse est NON, NON et encore NON !!!!
    Or les socialistes sont des crapules de la pire espèce, de ceux qui se cachent pour faire leurs mauvais coups, et quand on les confond, ils trouvent encore des excuses : voir Cahuzac.
    Arretez de croire un mot de leurs discours.
    Il faut les coincer la où ca fait mal : le fric.
    Fraudez, délocalisez, expatriez-vous, tout sera bon pour leur faire lacher prise.
    Quand ils commenceront a s’en prendre a leurs propres electeurs (ca a dejà commencé d’ailleurs), ce sera le debut de la fin pour eux.

  • La logique de Christophe est imparable. Un détail: pas besoin de coup de coude de Bercy pour que Eckert, staliniste s’il en fut, fasse tout pour tuer ce salaud d’entrepreneur qui se goinfre sur le dos du pauvre prolétaire.
    Il faut les affamer, pas d’autre solution.

  • Qu’est ce que je disais dans d’autres commentaires ? On ne négocie jamais avec des communistes : on les combat partout et toujours. Négocier avec eux, c’est abdiquer.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles