Pour des études économiques sensées

Le capital au XXIème siècle de Thomas Piketty vaut-il mieux que son poids de papier ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour des études économiques sensées

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 octobre 2013
- A +

Par Bernard Zimmern.
Un article d’Emploi-2017.

pikettyLes études économiques sont-elles encore sensées ? On peut se poser la question quand on voit des économistes prétendument sérieux sortir des séries qui n’ont plus aucun sens. C’est le cas pour celles sur les inégalités où c’est devenu presqu’une tradition de sortir des résultats qui s’appuient sur ce qu’on désigne comme « revenus primaires », c’est-à-dire avant les prélèvements qui frappent les revenus les plus élevés, et les avantages sociaux qui viennent au secours des revenus les plus faibles.

L’absurdité de ces analyses est d’autant plus frappante qu’avec les évolutions de nos sociétés occidentales vers plus de solidarités, ces avantages sociaux en viennent à constituer l’essentiel des revenus des ménages les plus défavorisés. C’est ainsi que les dépenses sociales, avec plus de 600 milliards d’euros, sont devenues le premier poste de dépense du budget public, soit près d’un tiers du PIB (Produit Intérieur Brut).

Peut-on encore tirer des conclusions économiques sérieuses lorsque les revenus sur lesquels sont fondés les calculs ne contiennent pas les retraites, le patrimoine le plus important pour plus de 90% des ménages ?

C’est pourtant ce à quoi nous invitent des économistes comme Thomas Piketty. Cela devient même de la clownerie car il faut aller chercher dans mille pages de texte, mais surtout dans une montagne d’annexes, le bout de phrase où l’auteur avoue sa supercherie. On ne peut ainsi l’accuser de mentir ; il l’a dit ; il a bien expliqué au fin fond d’une annexe que ses statistiques étaient établies avant prélèvements et redistribution.

C’est, de la part des économistes qui jouent à ce jeu-là, un pari gagnant à court terme car aucun journaliste, même ceux de la presse économique spécialisée, n’a le temps d’aller fouiller un entassement de chiffres, de modèles, de tableaux, pour détecter la magouille géante.

Mais ces économistes sont-ils gagnants à terme ? En termes de royalties versées par leurs éditeurs, peut-être. Pour leur propre réputation, certainement pas.


Sur le web.

Lire aussi :

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Oui enfin la réputation de Piketty… Certes ce mec fait un franc succes chez les adhérants du PS, et dans les médias mais il ne faudrait pas non plus croire que c’est un intello avec une véritable portée sur la science éco. Pikett est tout à fait dans son époque. L’époque où déguiser des propos de bistrot en science passe pour un fin travail intellectuel.

  • Le problème ne serait-il pas que Piketty dispose d’un monopole de fait, personne ne se donnant la peine de compiler honnêtement des données pour lui faire concurrence, faute d’espoir d’être publié et repris sans doute ?
    Ou si j’ai tort, où sont ces tableaux, pourquoi Contrepoints n’en fait-il pas un dossier ?
    D’ailleurs, ça manque en une les liens sur des dossiers de valeur permanente.

  • Pour un vrai chercheur, on a les données puis on fait des conclusions.
    Pour Piketty et les charlatans fonctionnarisés dans son genre, on fait les conclusions à l’avance et on fabrique les données.

    • Chez les chercheurs aussi, les résultats nauséabonds ne sont dangereux qu’en l’absence d’hommes pour en défendre de meilleurs.

  • Qu’on ose seulement publier les salaires avec le montant brut sans charges patronales et ce sera la bronca anti-impôts dans la rue. Les gens verront qu’on leur prend leur double, si ce n’est plus, à chaque fois.

  • Combien de lecteurs(enfin, d’acheteurs, parce que le lire, hein….) ont paye le bouquin avec leur propre argent?

  • Combien d’articles rédigés par les différents auteurs de Contrepoints ont été publiés dans des revues scientifiques ou économiques et sur lesquels nous pourrions échanger en balançant du facepalm à droite et à gauche?

  • Bon, à vrai dire, la chose un peu amusante avec ce menteur, c’est que au vu des ventes astronomiques de son bouquin, il va se retrouver à lâcher 50% ou plus de ses revenus à l’état…
    Avec un peu de chance, il pourrait même se retrouver dans la tranche à 75%.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Thomas Piketty récidive

Par George Leef.

L'économiste Thomas Piketty est devenu internationalement célèbre avec la publication en 2014 de son livre Le capital au XXIe siècle. Les gauchistes se sont empressés de l'adopter car il prétendait prouver que l'écart entre les riches et les pauvres continuerait à se creuser (voire s'accélérerait) si les politiques gouvernementales de redistribution des revenus n'étaient pas renforcées. Si les progressistes ont loué le livre, les observateurs du marché libre ont estimé qu'il s'agissait de beaucoup de bruit pour rien - ... Poursuivre la lecture

Etatisation santé Etat Chirurgie salle d'opérations (Crédits CG94 photos, licence Creative Commons)
0
Sauvegarder cet article

Par Bernard Kron.

Je me suis depuis longtemps posé la question en constatant la détérioration de notre médecine humaniste au profit de la traçabilité des référentiels et du tout normatif :

« Y a-t-il réellement un pilote dans l’avion ? »

J'ai établi un diagnostic que je détaille dans mon livre Blouses Blanches colère noire, qui développe tous ces sujets. Compte tenu des décisions qui vont toutes dans le même sens avec toujours plus d’administration et moins de soignants c'est l'étatisation qui est en marche.

L'étatisa... Poursuivre la lecture

Par Mihailo Gajić[1. Mihailo Gajic est un économiste de Belgrade (Serbie) où il dirige les activités de recherche de Libek, un think-tank sur le marché libre, depuis 2014. Il est souvent cité dans la presse grand public serbe sur des sujets économiques. Ses principaux domaines d'intérêt sont les libertés économiques, le commerce international, la réglementation des affaires et les finances publiques. Fervent défenseur du marché libre, de la gouvernance démocratique et de l'état de droit en Serbie et dans les Balkans, et membre du Couvent Nati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles