Primaire marseillaise, maternelle socialiste

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire marseillaise, maternelle socialiste

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 octobre 2013
- A +

Pour un socialiste, il faut dénoncer le clientélisme quand il tourne à plein régime. S’il tourne en rythme de croisière, tout va bien ; ce n’est, après tout, qu’une façon un peu péjorative d’appeler la social-démocratie.

Par Baptiste Créteur.

Samia Ghali et Marie-Arlette Carlotti.
Samia Ghali et Marie-Arlette Carlotti.

 

Il convient désormais d’appeler la primaire socialiste à Marseille l’ « affaire Carlotti ». En clair, les hommes politiques sont à ce point soucieux de l’intérêt général et dévoués qu’ils se battent pour pouvoir se présenter ; les socialistes ont lancé la mode, avec le résultat qu’on sait – un président populaire entouré d’une équipe d’idoles des jeunes.

Après l’affaire du Carlton et les nombreuses affaires dont les politiciens français se sont fait une spécialité, on assiste ici à un règlement de comptes comme on aimerait en voir plus souvent à Marseille : aucun mort à déplorer, aucune balle perdue, seulement quelques petites piques amicales entre camarades du Parti.

Et quelles petites piques ! Les Français seront heureux d’apprendre que les hommes politiques, en l’occurrence les femmes, sont capables de mobiliser les foules ; une leçon pour François Hollande et son gouvernement. Combien de Français se déplaceraient pour voter pour lui aujourd’hui, même si des minibus étaient affrétés et qu’on leur distribuait de l’argent ? Combien d’électeurs accepteraient, même sous la menace et la contrainte, de mettre un bulletin à son nom dans une enveloppe et cette enveloppe dans une urne ?

La victoire de Samia Ghali ne devrait pas nous surprendre ; elle a tout compris à la vie politique française. Alors que Vincent Peillon, la référence éducation, se met tout le monde à dos, Samia a l’art de faire taire ses opposants et d’éviter que ses amis parlent trop. Elle a de qui tenir.

Son mentor ? Jean-Noël Guérini, dont on attend toujours les révélations fracassantes. Il avait notamment annoncé :

Si je parlais, certains ne seraient plus ministres.

Ensuite, le pétard s’est avéré mouillé, et sa menace a sans doute assez bien fonctionné pour qu’il n’ait pas besoin de la mettre à exécution.

Nul doute qu’il en sera de même de madame Carlotti, au demeurant ministre : qu’elle en vienne à dénoncer des irrégularités dans le fonctionnement de son propre parti a de quoi surprendre. Surtout venant d’une socialiste ; n’a-t-elle pas l’habitude du clientélisme, d’offrir subventions et privilèges à qui voudra bien en retour voter pour elle ? N’est-elle pas ministre au sein d’un gouvernement élu sur la promesse d’une redistribution étendue ?

Ce qui arrive à la brave Carlotti arrivera de plus en plus fréquemment. À force de recourir à des pratiques douteuses pour qui ne veut pas y regarder de trop près, mafieuses pour qui comprend de quoi il retourne, les socialistes tombent sur plus pourri qu’eux. Marie-Arlette s’est faite doubler par Samia.

Samia, dont la vigilance a été trompée par son cousin qui a détourné les fonds que la région lui octroyait alors qu’elle en était vice-présidente. Heureusement, la Chambre régionale des comptes veillait. Samia, qui tente de s’en sortir honnêtement en faisant de la politique (ne riez pas), mais dont le nom et la réputation sont salis par un autre cousin qui aimait un peu trop les stupéfiants et les armes à feu. Samia, qui en vient à demander l’intervention de l’armée pour résoudre les problèmes de Marseille. Parce qu’évidemment, en tant que conseillère d’arrondissement en 1995, conseillère municipale d’opposition en 2001, conseillère régionale en 2004, puis maire du 8e secteur de Marseille et sénatrice en 2008, elle n’a jamais vraiment pu résoudre le problème avant qu’il devienne médiatique. Samia, qui ira loin. Le PS lui a longtemps accordé son soutien ; elle a maintenant accumulé assez de pouvoir et de dossiers pour pouvoir s’en passer et faire taire une ministre flouée aux primaires de l’élection municipale de la deuxième ville de France.

Ce qui est effarant, c’est que les partis français vont ensuite s’étonner et pousser des cris d’orfraie quand le Front National sortira vainqueur d’une élection. Qu’ils tenteront de lutter contre la normalisation d’un parti extrême quand la normalité, pour un parti, c’est de voir les candidats se tirer dans les pattes aux primaires et se jeter des peaux de banane pendant des années ensuite.

Au lieu de pester et se fendre de déclarations de mauvaise perdante à la presse, Marie-Arlette devrait faire contre mauvaise fortune bon cœur et adresser ses félicitations à sa camarade Samia. Adresser un recours ferait mauvaise figure, et sa rivale n’hésiterait pas à lui répliquer.

Et les hommes politiques devraient commencer à se méfier. Le système politique français est plutôt bien verrouillé, mais le clientélisme commence à montrer ses limites : les Français comprennent de mieux en mieux le lien entre dépense publique, fiscalité et endettement ; ils sentent de mieux en mieux le gaspillage de la première, le poids de la seconde et la menace du troisième. Ils sont de plus en plus nombreux à se demander comment agir ; si leurs représentants ne répondent pas enfin aux préoccupations des Français par des moyens qui leur conviennent, ils finiront par trouver.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Vous êtes d’une politesse rare, eu égard aux pourris en place.
    Les « peaux de banane » sont aussi (surtout) agrémentées de seaux de merde, « se tirer dans les pattes » c’est plutôt se péter les rotules à coups de marteau, « un parti » un clan mafieux est plus approprié.

    A regarder vivre le PS de l’extérieur, la saga des films « Le Parrain » ressemble à un conte pour enfant.

    N’oublions pas la condamnation récente de Sylvie Andrieux au motif de « détournements de fonds publics à des fins clientélistes », celle là même qui était vice présidente du Conseil Régional et s’occupait de la politique de la ville.
    La respectable dame (puisque élue, ben tiens) a vu sa peine s’alourdir : 3 ans de prison dont 2 avec sursis et 100 000€ d’amende ainsi que 5 années inéligibilité (ont croit rêver ! et pourquoi pas inéligible à vie ?).

    La Mafieuse, pardon, la députée, bref, a dit qu’elle prenait acte d’une « décision injuste », se privant surtout de dire que son appel qui n’a aucune chance d’aboutir eu égard à la lourdeur des charges, est néanmoins suspensif, en attendant elle touche ses émoluments.
    Bon, elle a tout de même annoncé ne pas se présenter aux municipales 2014, il y a de la tenue chez cette femme, tout de même, ou alors la peur de se faire péter les rotules ?

    Sans ne rien faire ni ne rien dire, le FN a un boulevard électoral devant lui, la diabolisation de la presse à son encontre ne fonctionne plus vraiment sauf dans quelques cercles privés parisiens, les cadres du parti se rajeunissent et il est difficile de les différencier des autres partis.

    Certes, il est entendu que le FN n’apporte aucune réponse et n’est qu’une alternance politique, mais, j’aimerais voir la tronche des caciques du PS et l’UMP au soir d’une élection majeure, constatant qu’ils ont été mis à la porte, entendu que tous, sans exception, sont incapables de gérer l’état et d’engager la moindre réforme.
    Quant aux écolos (la Firme, comme dit Noël Mamère), si le FN monte en puissance, vous verrez qu’ils trouveront vite les alliances factuelles qui s’imposent avec eux, ce sont plus que tout autres, des girouettes politiques.

  • Quand les lourds d’en face en font tellement qu’une ironie polie suffit a leur mettre la honte, c’est le bonheur… On boit du petit lait.

    enfin pas vraiment le bonheur, mais ce qu’il reste de petits plaisirs dans notre malheur…

    • Certes, il est bon aussi, et le fonctionnement de notre société nous l’impose, de relever ce qui est normal, nous en sommes la.

  • En quoi le socialisme diffère-t-il du clientélisme ?
    Et le clientélisme de la corruption ?

  • « Qu’ils tenteront de lutter contre la normalisation d’un parti extrême quand la normalité […] »

    Après Hollande, Peillon, Taubira, Montebourg et les autres, allez expliquer aux français qu’il faut barrer la route au FN parce que c’est un parti extrémiste et économiquement incompétent…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cent milliards d’euros à distribuer d’ici 2030 à des villes européennes pour devenir « neutres pour le climat » ! Et allons donc !

La foire aux subventions tous azimuts pour les villes neutres en carbone

La foire aux subventions juteuses continue. Les milliards d’euros européens qui semblent tombés du ciel mais qui sont directement prélevés dans la poche des contribuables continuent d’abreuver le marché honteux des malins qui se pressent pour récupérer cette manne issue des impôts et taxes prélevés sur tous les citoyens.

Soyons... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo
5
Sauvegarder cet article

Si l’on se risque à écrire que Paris est devenu un cloaque anxiogène et cradingue, infesté de rats, d’embouteillages, de travaux et de détritus, beaucoup croiront à une caricature. Et pourtant. La réalité n’est pas si éloignée de cette description, à laquelle s’ajoutent une insécurité endémique et une dette abyssale tutoyant les dix milliards d’euros.

Paris est l’une des villes les plus sales d’Europe, d’après The Guardian. Les riverains exaspérés se voient en outre imposer de coûteux réaménagements pris sans concertation, maintenus ma... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nasier Ockham et h16.

Pour Ariane Chemin, grande reporter au journal Le Monde, c’est évident : ce qui se passe à Marseille en matière de gestion sanitaire est la représentation fidèle des errances du Pr. Raoult. Paf, c’est dit.

Pourtant un intéressant billet de blog paru en avril 2020 établissait avec quelques chiffres des statistiques sur ce qui se passait justement du côté marseillais, et ce avant même que les polémiques aient pris des proportions démesurées, et manifestement, ça cadrait mal avec les saillies enfla... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles