Où en sont les négociations de Merkel pour former sa coalition ?

Un rapide point sur l’état d’avancement des négociations en vue de la formation d’un gouvernement de coalition en Allemagne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Où en sont les négociations de Merkel pour former sa coalition ?

Publié le 15 octobre 2013
- A +

Un article d’Open Europe.

Merkel

Au cours de ces dernières semaines les différents bords politiques se sont beaucoup agités, chacun cherchant à montrer sa volonté de trouver un accord tout en énonçant ses attentes. Jusqu’à maintenant les choses ont suivi le calendrier que l’on avait prévu, un accord final devrait être passé fin novembre.

L’issue la plus probable reste une grande coalition, cependant l’éventualité d’une coalition CDU/CSU et Verts (noir-vert) a vu sa cote augmenter. Ci-dessous nous présentons les évolutions dans les positions des différents partis.

CDU/CSU :

– Bien qu’elle soit arrivée en tête de ces élections, la CDU/CSU a été relativement en retrait dans les récentes discussions publiques (bien entendu cela s’active beaucoup en coulisse).

– Elle a gardé la porte ouverte à des discussions formelles à la fois avec le SPD et avec les Verts, s’assurant ainsi que le SPD reste conscient qu’elle a une « alternative sérieuse ». Cependant à l’intérieur du parti certains ont exprimé un malaise à l’idée d’une coalition noire-verte. Le chef de la CSU Horst Seehofer a notamment déclaré qu’il ne mènerait pas de discussions avec eux.

SPD :

– Le SPD a commencé à poser ses conditions pour se joindre à une coalition, en se focalisant sur des augmentations d’impôts sur les plus hauts salaires et un salaire minimum. Il a également affirmé sa volonté de revenir à la charge sur une taxe sur les transactions financières, possiblement en lien avec le fonds de résolution des défaillances bancaires de l’eurozone.

– Le porte-parole de l’aile conservatrice du SPD, Johannes Karhs, a déclaré dans Die Welt que la nomination du ministre des finances par le SPD est un point non négociable. Cependant l’agitation autour de ce sujet a diminué et cela semble peu probable que cela arrive étant donné la volonté de la CDU/CSU de garder ce ministère.

– Il y a clairement de nombreuses hésitations au sein du SPD. Beaucoup ont en mémoire les effets de la précédente grande coalition en 2009. La direction du parti a également promis que toute coalition devrait être ratifiée par les membres du parti. Cela ajoute de l’incertitude aux négociations.

Les Verts :

– Une bonne partie de la direction du parti a démissionné. Les verts sont dans une phase de transition et leurs figures majeurs sont divisées sur leur volonté de négocier avec la CDU/CSU.

– Le parti voudrait probablement un accord similaire à celui du SPD sur les impôts, mais également l’assurance d’un soutien des énergies renouvelables. Étant donné le changement de direction à la tête des verts et le repositionnement de la CDU/CSU sur la politique énergétique, les deux parties sont maintenant plus proche sur ces sujets.

– Cela étant dit, il y a toujours de nombreux sujets de discordes, l’un d’entre eux étant celui de l’immigration et de l’asile politique, qui est revenu au devant de la scène à l’occasion de la tragédie de Lampedusa. Le ministre de l’intérieur Hans Pieter Friedrich (CSU) a déclaré plus tôt cette semaine : « l’Allemagne et l’Europe n’ont pas la responsabilité d’accepter toutes les personnes qui ne sont pas comme les gens d’ici » et a poursuivi en s’en prenant aux immigrants qui ne viendraient en Allemagne que pour bénéficier des avantages sociaux offerts. Un dirigeant des Verts, Katrin Göring-Eckardt, a riposté en déclarant : « Au regard de la terrible catastrophe de Lampedusa, cette rhétorique des immigrés qui profitent de l’État-providence est quelque chose que nous ne pouvons pas accepter et que nous n’accepterons pas ». Certains ont cependant avancé que cette ligne était tactique, et qu’elle pourrait servir d’excuse en cas d’échec des négociations.

Au niveau du calendrier, la CDU/CSU rencontre de manière informelle et pour la dernière fois le SPD et les verts ces lundi et mardi. Ils décideront ensuite avec qui engager des négociations officielles d’ici la fin de cette semaine. S’il s’agit du SPD, la direction demandera l’accord à son parti lors d’une convention le 20 octobre ; après cela, les négociations pourront officiellement commencer.

Dans le même temps, il semblerait que le SPD et les Verts aient ignoré les appels du pied de Die Linke d’utiliser la majorité parlementaire qu’ils détiennent à eux trois pour passer en force sur les mesures comme le salaire minimum.

Un autre point intéressant est que les négociations commencent à causer des remous dans les autres pays. Le journal Irish Independant a titré récemment « Les partis allemands s’affrontent au sujet de notre impôt sur les sociétés ». Il est clair que les lignes entre politiques nationales et politiques communautaires sont de plus en plus poreuses au sein de la zone euro.


Sur le web. Traduction : Hemrick/Contrepoints.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Espérons que les Allemands ne tomberont pas dans le piège qui leur est tendu : instauration d’un salaire minimum, augmentation des salaires … ce serait une régression.

    • Les Allemands imbéciles sont tombés dedans en votant Angela au lieu de la FDP. Vote inutile. Le résultat comme le contenu de tout cet article mot pour mot était clair dès la proclamation des résultats. Pour un malheureux siège, c’est un ministère entier (l’économie! non bon quand même pas, allons) qui tombe.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives 2022
4
Sauvegarder cet article

Lorsqu’ils ont visité Kiev la semaine dernière, les dirigeants européens Emmanuel Macron, Mario Draghi, et Olaf Scholz connaissaient parfaitement la situation militairement compliquée dans laquelle se trouve l’Ukraine. Selon un fonctionnaire ukrainien, leurs victimes militaires (morts ou blessés) se comptent maintenant au rythme de 30 000 par mois : une énorme tragédie.

Comme beaucoup d’experts militaires occidentaux retraités confirment depuis plusieurs mois, et comme l’a reconnu le général Twitty (aussi retraité) dans un débat organi... Poursuivre la lecture

Le gouvernement se félicite à juste titre du rebond de l’économie française après la crise liée au covid et juste avant la guerre en Ukraine. Le chômage continue de baisser, ce qui est bien ; il n’en reste pas moins que la comparaison avec nos voisins allemands et hollandais est beaucoup moins flatteuse puisqu’ils ont des niveaux de chômage moitié moindre du nôtre sans parler de la Suisse où il est négatif.

Cet écart date depuis longtemps et si on cherche le moment où la France avait moins de chômage que l’Allemagne il faut revenir au ... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le 20 mai 2022, l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad al-Thani, a été chaleureusement accueilli lors de sa visite d’État à Berlin. L’Allemagne qui quémande du gaz ne pouvait pas faire moins quand on sait que le jour où Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance des républiques pro-russes du Donbass, le Qatar avait fait savoir qu’il avait des obligations avec des clients en Asie et qu’il n’y aurait pas assez de gaz pour satisfaire la demande des pays membres de l’UE. Le pays exporte à son maximum, tant la demande en ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles