Radars : 61% des automobilistes flashés de bonne foi

Radars : une forte majorité de flashés pensait respecter la limite de vitesse. Trop de confusion dans la signalisation ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
radar

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Radars : 61% des automobilistes flashés de bonne foi

Publié le 27 septembre 2013
- A +

Radars : une forte majorité de flashés pensait respecter la limite de vitesse. Trop de confusion dans la signalisation ?

Un communiqué de 40 Millions d’automobilistes.

En 2012, le bilan de la répression routière s’élevait à 21 millions de flashes. Un chiffre pour le moins étonnant qui ne fait que renforcer le sentiment de piège dans l’opinion publique. Alors que 89,1% des Français considèrent que les radars ne sont pas implantés aux bons endroits et qu’à 75,5% ils répondent non à l’installation de nouveaux radars (sondages Le Parisien / Aujourd’hui en France du 2 novembre 2012 et 1er mai 2013), « 40 millions d’automobilistes » a souhaité comprendre au travers d’un sondage pourquoi autant d’usagers de la route se font flasher ? 9 185 personnes ont répondu à nos questions.

Pour consulter les résultats du sondage, cliquer ici

Il apparait que 61% des automobilistes flashés pensaient respecter la limitation de vitesse autorisée (question 3 du sondage « les automobilistes et les limitations de vitesse »). Un chiffre à mettre en corrélation avec celui des 60% des Français jugeant qu’il y a un manque cruel de panneaux de limitation de vitesse sur nos routes (question 6). « Il y a des règles, elles doivent être respectées, mais quand le doute sur la limitation de vitesse s’installe, cela participe de manière évidente au nombre démesuré de flash. Si trop d’automobilistes se font flasher de bonne foi, nous devons nous poser les bonnes questions et favoriser le renforcement de la signalisation » indique Daniel Quéro, Président de « 40 millions d’automobilistes ».

Avec 600 000 automobilistes conduisant sans permis de conduire et 750 000 personnes roulant sans assurance, il est temps de modifier un système ultra répressif qui touche à sa limite d’acceptabilité.

Aussi le sondage démontre qu’une majorité d’automobilistes (79% – question 5) jugent la perte de point davantage pénalisante que l’amende ! Étonnant en temps de crise économique.

La lente escalade vers la perte du permis de conduire ne conduit qu’à des drames humains. « En 2005, 130 000 automobilistes se sont vu retirer leur permis de conduire. 50 000 d’entre eux ont ensuite perdu leur emploi » note Jean-Roch Le Bossé, Président de l’Union Nationale des Automobile Clubs. L’accès aux stages de sensibilisation à la sécurité routière permettant la récupération de points doit être encore facilité » ajoute-t-il.

« Il ne suffit pas de modifier le format du permis de conduire et de le plastifier pour qu’il ne tienne plus qu’à un fil ! Nous devons à présent mettre en avant la formation et la placer au cœur de la sécurité de la route » conclut Pierre Chasseray, Délégué Général de l’association.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Personne ne parle de la suppression des panneaux , y compris aux croisements…
    Pourtant, les expériences montrent que cela ralentit une circulation nécessairement plus courtoise…
    Le dangers n’est pas le dépassement des limites… Mais la vitesse excessive ne permettant pas de faire face à l’imprévu…
    C’est bien évidemment pas simple à verbaliser …

    • C’est relativement simple à verbaliser, et les premiers radars correspondaient sans doute à cela, et ont eu l’effet voulu. Mais comme l’effet en question aboutit à ce que la taxe fasse disparaître son assiette, suivant le bon principe de Tobin, l’Etat s’est rendu compte que son objectif étant atteint, rien ne l’empêchait de transformer la taxe en rente. Supposons qu’on divise par 5 le montant des amendes pour les petits dépassements et qu’on ne retire plus de point dans ce cas, qui peut croire que les accidents vont augmenter ?

      • Les premiers radars ont eu l’effet voulu et provoqué la fin de leur assiette ?
        Mais c’est oublier que la France a été suiveuse et que la GB avait déjà mis en place une telle politique depuis longtemps. Les promoteurs des radars savaient trés bien où ils allaient …

  • De bonne foi ou à l’insu de leur plein grès ?

    il y a une chose de bien que va faire ce gouvernement (défendu de rire) c’est la loi sur les Class Action, du reste il est évident qu’ils n’ont pas envisagé une seconde que cela pourrait se retourner contre la machine infernale de l’état.
    Certes, si le projet et voté, il faudra en connaître les modalités.

    Le cas échéant, il sera alors possible d’attaquer ces merveilleux engins cinétiques lors-qu’effectivement ils se trouvent mal implantés (qui a dit tous ?).

    En effet, c’est en premier lieu un outil de prévention, j’entends des ceusse qui s’étranglent…

    Lorsqu’un radar, fixe notamment, est positionné au bord d’une route, c’est bien parce que la zone est accidentogène (j’adore le mot), ils le disent toujours dans le poste, avec le gendarme à l’air sérieux, que la vache qu’est ce qu’il fait peur ce type !
    Dès lors, il suffira de comptabiliser le nombre d’accident et de victimes, en ce compris les petits chats, avant et après l’implantation dudit engin, afin de comparer les données idoines, si c’est pareil, on démonte, (et en plus on peut tirer sur le gendarme de la télé qui fait peur, avec un Paintball).

    Merci qui ? merci François et les Class Action !

    • Je ne suis pas sûr à 100%, mais je crois avoir lu que les Class Action à la française ne serait possible que contre le secteur privé et non public. Donc, malheureusement, votre exemple ne deviendra pas réalité …

  • Comme cela est dommage. J’en profite encore pour me faire de la pub pour mon essai,
    qui d’ailleurs ne me rapporte rien puisqu’il est mis gracieusement à disposition.
    C’est « Radars et justes sanctions » http://www.syblio.com/radars-et-justes-sanctions/livre.
    Et la lettre de sollicitation à vos élus http://adelinos.free.fr/viewtopic.php?f=7&t=2514.
    Et pour finir je vous signale le nouveau forum de « 40 millions d’automobilistes »
    http://fil-conducteurs.ning.com/legislation/debattre-autour-d-un-nouveau-bareme-des-sanctions (il faut vous inscrire).
    Peut-être que nous allons obtenir un aménagement au minima, comme le laisse entendre Pierre Chasseray Délégué général de cette association.

  • Le moindre accident, malgré les radars et la politique de sanctions aveugles d’automobilistes innocents, prouve que les deux dispositifs ne servent à rien en terme de sécurité routière. D’ailleurs, comment pourrait-il en être autrement alors que ce système déresponsabilise, infantilise, les conducteurs ? Aucun honnête citoyen correctement éduqué n’ignore plus que cette politique n’a pas pour objet la sécurité routière mais procède d’une autre motivation, comportementale celle-là, dans un environnement global d’hystérie anti-automobile liberticide.

    La seule solution crédible, si on s’intéresse pour de bon à la sécurité routière, consiste à responsabiliser les conducteurs. L’instauration de vitesses conseillées en suppression des vitesses limitées remplit cet objectif, avec une modification marginale du code de la route. On évitera ainsi l’absurdité de routes de campagne limitées à 90 par défaut alors qu’il ne faudrait pas y dépasser le 50, tandis que des 2×2 voies sécurisées, libres de toute circulation, sont limitées à 70 et évidemment équipées d’un radar tronçon pour piéger les conducteurs innocents. Sécurité routière ? La bonne plaisanterie ! Aujourd’hui, l’insécurité routière, c’est le code de la route détourné, avili par les socialistes, pas les automobilistes.

    Avec les vitesses conseillées, les radars ne serviront plus à alimenter la répression aveugle. Ils seront de simples éléments de preuve de responsabilité en cas d’accident. On tourne ici le dos à la logique liberticide pour lui préférer la responsabilité individuelle. A l’opposé de la logique socialiste qui prévaut actuellement, l’absence d’accident constitue la preuve absolue, incontestable, que le comportement de l’automobiliste était adaptée à ses capacités et aux conditions de conduite. Il n’y a donc aucune raison de le sanctionner, peu importe sa vitesse. En revanche, le conducteur a besoin d’être informé des dangers potentiels au long de son parcours, et c’est à ça que servent les vitesses conseillées.

    • @Cavaignac

      Allez dire aux familles des victimes d’accidents de la route que les limitations de vitesse ne servent à rien.

      J’espère qu’un jour, votre idée de vitesse limitée sera appliquée. Comme ça, le jour où vous serez accidentellement tué par un automobiliste un peu trop sûr de ses capacités, on aura la preuve absolue, incontestable, que cet automobiliste n’aurait pas dû rouler aussi vite. On consolera vos proches en leur disant qu’au moins, l’homme qui vous a tué était libre de le faire.

      • J’ai la plus grande sympathie pour les victimes d’accidents de la route, mais ça ne va pas jusqu’à accepter n’importe quelle idiotie sous prétexte qu’elles ont envie d’y croire. Nous sommes arrivés au stade où le principal effet des limitations de vitesse est de faire s’endormir les conducteurs. Si les gens peuvent adapter leur vitesse à la route, et sont totalement responsables s’ils ne le font pas, je prends le pari qu’il y aura encore moins d’accidents qu’aujourd’hui où en gros, n’importe quelle faute de conduite est autorisée du moment qu’on la fait à moins de 90 sur route et 130 sur autoroute.

        Quant à votre argument malsain, vous pensez vraiment qu’aujourd’hui, les chauffards potentiels sont empêchés de passer à l’acte de par les limitations de vitesse et les règles d’alcoolémie et de drogue ? Les raisonnement du type : un chauffard fauche trois enfants à 90 à l’heure près d’une école, donc le panneau 30 sera remplacé par un panneau 15, ça vous paraît logique ?

      • Allez dire aux familles des victimes d’accidents domestiques que l’interdiction de la javel ne sert à rien.

        Il n’y a pas de crime sans victime, tout le monde risque sa vie à chaque marche d’escalier et met en danger celle des autres sans que la loi n’y puisse rien. Le seul moyen de limiter la casse est donc de responsabiliser les gens, non de leur imposer un comportement censé être plus sûr.

  • personne ne parle de la modulation de la vitesse.

    Je m’explique.
    Il est fréquent de voir des radars placés dans des zones pas forcement plus accidentogènes que ça, la spécificité : une baisse ponctuelle de la vitesse autorisée.
    ça c’est vraiment piégeant à mon sens.

    Il y a 15 ans quand j’ai commencé à conduire, certes il n’y avait pas de radar, mais les limitations étaient constantes ; une 4 voies était à 110, point barre.

    Aujourd’hui il est quasi impossible d’avoir un axe à vitesse stable, on a du 90-70-90, puis sur autoroute le yoyo 130-110-130….

    Du coup je constate que comme moi certains freinent brusquement, en voyant le radar d’une route à 90, pensant que distrait, ils ont ont raté le panneau 70.

  • J’ai un problème sur la route, je ne sais jamais qu’elle est la vitesse limite, le GPS n’est pas toujours en accord avec les panneaux de vitesse limite. Je propose de mettre en place un code couleur sur les bandes de délimitation de circulation qui existent partout. Vert pour 130, jaune pour 110, blanc pour 90, bleu pour 50, etc…
    De fait si on supprimait tout, même le code de la route, y aurait-il plus d’accidents ? Les agriculteurs dans leurs champs n’ont pas de code ni de signalétique pourtant dans leurs champs il y a énormément de danger !

    • Le code de la route, en lui-même, est une bonne chose. La manière dont il s’applique en est une mauvaise. Tout manquement au code devrait rendre pleine responsabilité à l’individu. Vous respectez le code, la loi garantit qu’un tiers qui lui ne le respecte pas et avec lequel vous avez un accident est seul et pleinement responsable d’en réparer les conséquences.
      Bien sûr, il faut aussi permettre aux assurances de moduler à leur gré les bonus et malus…

      • D’accord avec MichelO : les sanctions relatives au non respect du code devraient être limitées aux accidents, dans le cadre de la recherche de responsabilité.

  • Avec 600 000 automobilistes conduisant sans permis de conduire et 750 000 personnes roulant sans assurance, il est temps de modifier un système ultra répressif qui touche à sa limite d’acceptabilité.

    Puisqu’on les a compté c’est qu’on les connait!! il faut donc les arrêter, c’est dangereux

  • la responsabilité de l’automobiliste, cela fait une belle jambe au gars tué en face, ou locked in syndrom ! Cela reste un concept creux !

    On le constate avec tous ceux qui conduisent sans assurance (et/ou sans permis) : ils le font quand même alors qu’ils peuvent se retrouver avec une ardoise qu’ils devront payer toute leur vie, ce qui leur interdira de posséder quoique ce soit.

    Le français est trop égoïste pour se passer d’un code de la route.

    Nous sommes tous des chauffards potentiels, car nous faisons tous des erreurs de conduite, quand ce ne sont pas des fautes (qui n’a jamais conduit après avoir bu, en étant fatigué, en étant pressé…)

    @michelO
    C’est très bien d’avoir « la plus grande sympathie pour les accidentés de la route » : cela ne coûte rien.
    Allez donc vous en occuper, ainsi que leur famille, ce sera un peu plus concret !

    Les radars sont parfois une pompe à fric, peut-être, mais au moins ils obligent à ne plus considérer la route comme un terrain de jeux et à lever le pied.

    • Vous niez l’intérêt d’avoir des gens responsables et préférez mettre en place des règlements stupides, et vous voulez forcer les gens à faire ce que vous trouvez souhaitable. Je n’aurai qu’une réponse, un avertissement : « nemo me impune lacessit ! »

    • la responsabilité de l’assassin, cela fait une belle jambe au gars tué en face, ou locked in syndrom ! Cela reste un concept creux ! Alors que l’interdiction des couteaux de cuisine aurait certainement sauvé la victime et évité la peine de sa famille si compétente pour savoir ce qu’il est bon d’interdire ou non.

    • Nous sommes tous des terroristes potentiels, car nous faisons tous des erreurs de manipulation de produit dangereux, quand ce ne sont pas des fautes (qui n’a jamais raccordé sa bouteille de gaz après avoir bu, fait le plein en étant fatigué, laisser allumer un bougie en étant pressé ou autres comportements qui devrait être sanctionnés avant que se produise de dramatiques accidents)

  • La crainte de tuer quelqu’un a été remplacée par la peur de se prendre un amende : la déresponsabilisation dans toute sa splendeur. Les crimes sans victimes se font toujours plus nombreux, l’Etat impose les comportements qu’il juge les moins dangereux sans même envisager que cela aboutira nécessairement à contrôler TOUS les faits et gestes des enfants que nous sommes. Il ne tolère pas le risque, tout doit être maîtrisé. Ne nous étonnons pas de l’immaturité politique d’une grande partie de la population, celle-ci a juste intégré quelle était irresponsable, contrairement à son tuteur.

  • 750 Millions de ces peines « punitives » sont affectées de manière indifférencié, dirait-on.

    Cet argent doit aller exclusivement au fond des handicapés victimes innocentes de la route. Personne plus qu’eux ne devrait profiter de la nouvelle sécurité routière.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre Chasseray.

Il y a quelques semaines étaient publiés les résultats d’une étude très officielle intitulée Enquête sur le rapport à la règle chez les automobilistes français, menée par deux organismes très sérieux (le CEREMA et l’IFFSTAR) pour le compte de la très impopulaire Sécurité routière.

Achevée en 2018, cette étude aura mis plus de deux ans à être rendue publique ; sans doute était-ce le temps nécessaire aux hauts fonctionnaires de la Sécurité routière pour digérer les conclusions de l’enquête qui, si elles ne re... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Est-ce du cynisme politique ? Du réalisme fiscal ? Voire les deux ? Toujours est-il que la proposition du ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin publiée dans l’édition du 4 novembre dans Ouest France risque bien de jeter de l’huile sur le feu et placer les élus locaux dans une position inconfortable.

Concrètement que propose le ministre ?

Les maires autorisés à installer des radars sur leur commune

Il propose d'intégrer un amendement autorisant les maires à se passer de l’accord préalable du ... Poursuivre la lecture

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles