Permis de conduire : il faut s’inspirer des États-Unis

Supprimer les infractions inutiles pourrait alléger le système.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo de Dan Gold sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Permis de conduire : il faut s’inspirer des États-Unis

Publié le 5 janvier 2023
- A +

S’il y a bien une chose que la France fait (malheureusement) mieux que les autres, ce sont les excès bureaucratiques. Après avoir vu la Maison qui rend fou, l’on ne peut s’empêcher de voir des systèmes inutilement complexes alors que d’autres plus simples existent.

Prenez le permis de conduire. Le système actuel instauré il y a déjà 30 ans serait à l’origine de la division par trois de la mortalité sur les routes. Même si tel est vraiment le cas, il comporte plusieurs failles.

Tout d’abord, de nombreuses infractions n’en sont pas vraiment et causent des pertes de points inutiles.

 

Limitations, procès verbaux et stages inutiles

Les limitations de vitesse peuvent être justifiées en zones densément résidentielles mais pourquoi sont-elles si faibles sur les autoroutes ? Une vitesse de 110 km/h – comme cela semble être en préparation – hors d’un grand centre urbain n’a aucune justification, sinon d’aider les policiers à remplir des quotas de procès verbaux. De toute façon, il ne semble pas exister d’unanimité quant à l’augmentation ou non des morts avec une augmentation des vitesses. Les Autobahn, sans limite hors des grands centres, font moins de morts qu’aux États-Unis. Sans compter les études mitigées de pollution d’une circulation à plus basse vitesse.

Toujours au sujet des procès verbaux, en quoi interdire les vitres teintées augmente-t-il la sécurité ? Au Québec, les vitres doivent laisser passer 75 % de la lumière, rendant l’opération pour ainsi dire inutile. En Idaho, on permet des teintes bloquant 80 % de la lumière et je n’ai jamais eu d’accident à cause du manque de visibilité.

Je pourrais continuer longtemps. L’argument de la sécurité pour les contraventions est plutôt faible.

Donc en France, si vous êtes pris à commettre une infraction (généralement arbitraire), vous perdrez des points sur votre permis ; douze points de perdus et votre permis de conduire est suspendu.

Mais un stage de sensibilisation permet d’en récupérer certains assez vite. En deux jours consécutifs, un cours qualifié d’infantilisant par Le Figaro vous permet d’en récupérer quatre pour la somme de 100-280 euros par session. Et vous n’avez même pas besoin d’écouter ! Il n’y a aucun test à passer à la fin du stage. Quoiqu’au prix que vous devez payer, vous auriez intérêt…

Ce dispositif semble néanmoins très complexe. J’ai dû faire des recherches pour bien le comprendre.

 

Et aux États-Unis ?

Aux États-Unis (et au Canada), le système des permis de conduire est nettement plus simple.

Au Texas, vous pouvez aussi perdre votre permis suite à trop d’infractions, une conduite en état d’ébriété ou, si vous avez moins de 21 ans, si vous achetez de l’alcool. Vous pouvez toujours contester votre suspension et aussi vos procès verbaux. Vos chances sont assez bonnes si l’officier n’est pas présent lors de votre audience (j’ai eu cette chance).

Mais pour l’alcool au volant, le gouvernement est sans pitié. Vous devez suivre des stages de réhabilitation du même laxisme qu’en France, c’est-à-dire sans aucun examen final.

Bref, il ne tient qu’à vous de bien vous comporter sur la route au Texas. Les cours de « rédemption » ne sont obligatoires que pour des fautes majeures. Et si mon expérience des routes est représentative, il n’y a pas beaucoup de contrôles de vitesse. Les quotas de procès verbaux sont surtout l’affaire des juridictions démocrates, là où les fonds sont nécessaires pour financer toutes les extravagances dépensières.

Bref, espérons que le système byzantin français puisse finalement connaître un allègement en 2023, à commencer par ces étranges stages de récupération. Ils ne semblent servir qu’aux joueurs établis qui doivent leur chiffre d’affaires uniquement aux infractions souvent discutables des pouvoirs publics.

Le comble est finalement qu’il n’y ait aucun examen final : il suffit de perdre 14 heures et de l’argent pour récupérer quatre points de pénalité.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour, juste une réflexion inspirée par 35 ans de pratique médicale sur les accidents de la route (de 1985 à 2020).
    Trois changements principaux (sur les accidents graves où nous intervenions).
    Le premier, sur les causes de l’accident, les conducteurs alcoolisés, au début de ma carrière, on se posait la question « il est où le ‘bourré’ « , c’était à coup sûr le responsable et ce n’était pas 0,5 g/l mais plutôt 2 à 3 g/l. Tout ceci a progressivement diminué sous couvert de le responsabilisation des conducteurs et c’est une bonne chose.
    Le second point sur la gravité de l’accident est l’amélioration fantastique des véhicules : cellule sanctuaire, freinage, absorption de l’énergie cinétique toute la sécurité passive et maintenant active a permis une réduction drastique de la gravité des collisions.
    La dernière, malheureusement en régression actuellement est l’état des routes et les aménagements routiers …
    Toutes les autres mesures ne sont que des épiphénomènes d’une efficacité très limitée mais pour certaines très lucratives.
    Il faut des règles et des limitations, mais avant de les rendre plus restrictives, il faut qu’elles soient respectées et acceptées (i.e. conduite en alcoolisation massive).
    Sinon pour ma part, j’évite soigneusement de monter dans un véhicule antérieur à l’année 2000 ,

  • Monsieur a sans aucun doute du aller faire un stage pour être aussi obsédé…………ceci dit, je suis d’accord avec lui sur l’inutilité typiquement française de ce genre de mesure stupide mais pas pour les raisons qu’il donne. ce n’est pas le stage qui est inutile, c’est la surcharge administrative que l’organisation et l’exécution de ces stages impliquent. Que d’économies ne ferait-on pas en les supprimant, les dites économies pourraient être reversées aux conducteurs ayant leurs 12 points depuis 5 ou 10 ans……Ceci dit, l’avantage de ces stages est tout de même d’obliger certains pingouins à se servir de ce qui leur tient lieu de cerveau pendant quelques heures……

    • Le vrai avantage de ces stages est de permettre d’arroser des sociétés de formation afin de créer de l’emploi (enfin similaire à celui de creuser un trou et le reboucher), et de punir ces salauds de riches pour qui se taper 14h de connerie leur coute beaucoup plus cher (à la fois en perte de temps et de santé mentale).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
permis de conduire
8
Sauvegarder cet article

Avec l’augmentation récente (aussi soudaine que purement coïncidentale) des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, il n’est pas inenvisageable de voir quelque peu augmenter le nombre de blessés et de morts sur les routes. Voilà donc l’occasion rêvée de sensibiliser les foules à une nouvelle problématique (comprendre : insérer de la nouvelle propagande aux forceps) : le permis de conduire ne peut pas continuer à être attribué à vie, sans vérification régulière de la validité de son détenteur, enfin, voyons !

C’est en ... Poursuivre la lecture

Par John Miltimore. Un article de la Foundation of Economic Education

Au début, j'ai été incapable d'entrer dans l’univers de Harry Potter. Lorsque le premier tome de la saga de J.K. Rowling est sorti le 1er septembre 1998, j'étais un fan inconditionnel de Game of Thrones, attendant avec impatience Le choc des rois, la suite du best-seller de G.R.R. Martin.

Je n'avais que peu de temps ou d'intérêt pour Poudlard, l'école au nom ridicule (soyons honnêtes) où des enfants à l'accent britannique apprennent la magie et la sorcellerie.... Poursuivre la lecture

On y est ! 2022 aura été marquée par les élections françaises, le contexte géopolitique et l’inflation. Une année dont la longueur n’aura eu d’égal que le discours présidentiel du 31 décembre. Un record détenu jusqu’en 2019 par le général de Gaulle et ses vœux de 1961 consacrés à la question algérienne, battu une première fois par Emmanuel Macron lors d’une allocution portant cette fois sur la réforme des retraites qui sera mise au placard durant 3 ans.

Une fois minuit passée, et comme tous les 6 mois, le gouvernement nous a concocté s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles