Rationnement des médicaments

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Médicaments (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Rationnement des médicaments

Publié le 25 septembre 2013
- A +

Le regard de René Le Honzec.

Juste une fois de plus, notre gouvernement se distingue par le n’importe-quoi-mais-faisons-semblant-de-faire-quelque-chose. Touraine Marisol, qui a bien des misères avec sa progéniture qui prouve qu’il n’y a pas que dans les banlieues paupérisées qu’on tourne mal, vient de recevoir deux rapports dont un sur « la surveillance et la promotion du bon usage du médicament ». Ce à quoi elle agit (façon de parler quant à la capacité d’action d’une responsable socialiste) en organisant le rationnement du médicament, autre vision de la politique du juste-un-suppositoire-pas-plus-mais-bien-profond.

Si l’on cite volontiers la vertueuse libérale (?) Grande-Bretagne, on omet soigneusement de dire que les États-Unis villipendés pratiquent la chose depuis un quart de siècle en battant tous les records de dépense par habitant. Comme d’habitude, ces énièmes rapports sont d’accord sur « le manque de cohérence globale » des politiques étatiques tout en sous-entendant que nos médecins ne sont pas capables de prescrire de bons remèdes par manque de formation-information. Je croyais que nous avions le meilleur système de santé in the world ; je vais donc m’auto-médicamenter en me tapant un autre whisky tout en relisant les contes de la Cour des Comptes sur le bordel des hôpitaux.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pour une fois, et c’est fort rare, je ne suis pas d’accord avec vous. Nous gaspillons énormément de médicaments, qui souvent se retrouvent dans les eaux usées. le fait qu’aux US, les dépenses de santé sont plus élevées provient essentiellemnt du prix très élevé des soins (médecins, hopitaux, etc.) et aussi des médicaments.
    Ceci dit, il est certain que’on économiserait bien plus en libéralisant la santé (cf. je quitte la sécu).

    • « les dépenses de santé sont plus élevées provient essentiellement du prix très élevé des soins (médecins, hôpitaux, etc.) et aussi des médicaments. »
      Je suis d’accord avec vous.
      Les tarifs de soins sont arbitrairement bas et maintenant ainsi par la Sécurité Sociale.
      Nos médecins sont sous payé , les mois chers d’Europe et le seul moyen pour eux d’avoir des horaires décens c’est par les actes hors nomenclature ou par entente direct avec les patients.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Photo d'une rizière au Vietnam
2
Sauvegarder cet article

Phung Xuan Vu, huit ans, et son frère de dix ans étaient chargés de nourrir leur famille qui souffrait constamment de famine.

La seule façon d'y parvenir, avant que les réformes du Doi Moi de 1986, axées sur le marché libre, ne commencent à produire leurs effets, était d'utiliser des bons d'alimentation. Le bien le plus important de la famille était un carnet de coupons alimentaires qui tenait dans la paume de la main d'un enfant de dix ans, ce qui le rendait facile à transporter mais aussi facile à perdre. Comme il était plus âgé, le ... Poursuivre la lecture

Sandrine Rousseau
7
Sauvegarder cet article

Depuis quelques jours, les propos de Sandrine Rousseau qui associe barbecue, steak et virilité affolent les réseaux sociaux.

🔴 Barbecue : un "symbole de virilité", vraiment ?

🗣️ @sandrousseau : "J'en ai marre. Il va falloir travailler sur la symbolique de la viande dans la société. Qu'est-on prêts à faire pour prendre la mesure du dérèglement climatique ?"

📺 #UnOeilSurLeMonde | @ruthelkrief pic.twitter.com/qSf5UyBaCD

— LCI (@LCI) August 29, 2022

Que ce soit pour condamner, se moq... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles