Rationnement des médicaments

Médicaments (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Le regard de René Le Honzec.

Le regard de René Le Honzec.

Juste une fois de plus, notre gouvernement se distingue par le n’importe-quoi-mais-faisons-semblant-de-faire-quelque-chose. Touraine Marisol, qui a bien des misères avec sa progéniture qui prouve qu’il n’y a pas que dans les banlieues paupérisées qu’on tourne mal, vient de recevoir deux rapports dont un sur « la surveillance et la promotion du bon usage du médicament ». Ce à quoi elle agit (façon de parler quant à la capacité d’action d’une responsable socialiste) en organisant le rationnement du médicament, autre vision de la politique du juste-un-suppositoire-pas-plus-mais-bien-profond.

Si l’on cite volontiers la vertueuse libérale (?) Grande-Bretagne, on omet soigneusement de dire que les États-Unis villipendés pratiquent la chose depuis un quart de siècle en battant tous les records de dépense par habitant. Comme d’habitude, ces énièmes rapports sont d’accord sur « le manque de cohérence globale » des politiques étatiques tout en sous-entendant que nos médecins ne sont pas capables de prescrire de bons remèdes par manque de formation-information. Je croyais que nous avions le meilleur système de santé in the world ; je vais donc m’auto-médicamenter en me tapant un autre whisky tout en relisant les contes de la Cour des Comptes sur le bordel des hôpitaux.