Le Vietnam avant le capitalisme : la famine

Voici la vie dans le Vietnam socialiste avant les réformes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Rizière au Vietnam (Crédits United Nations Photo, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Vietnam avant le capitalisme : la famine

Publié le 21 novembre 2022
- A +

Phung Xuan Vu, huit ans, et son frère de dix ans étaient chargés de nourrir leur famille qui souffrait constamment de famine.

La seule façon d’y parvenir, avant que les réformes du Doi Moi de 1986, axées sur le marché libre, ne commencent à produire leurs effets, était d’utiliser des bons d’alimentation. Le bien le plus important de la famille était un carnet de coupons alimentaires qui tenait dans la paume de la main d’un enfant de dix ans, ce qui le rendait facile à transporter mais aussi facile à perdre. Comme il était plus âgé, le frère de Vu veillait sur le carnet et savait que s’il le perdait, la famille n’aurait rien à manger.

Les coupons étaient imprimés sur du papier de soie jaune, cireux mais peu résistant. Ils faisaient la différence entre avoir faim et avoir quelque chose à manger, même si ce n’était jamais assez. Ils devaient souvent attendre des heures et des heures, parfois toute la journée, pour avoir un peu de nourriture.

 

Pour avoir une chance, ils devaient venir la nuit

« Les enfants et leurs voisins attendaient pendant des heures. Certains sont arrivés à 2, 4 ou 5 heures du matin alors qu’il faisait encore nuit. Certains ont laissé un panier ou une brique pour marquer leur place dans la file et sont partis faire autre chose.

Une fois le soleil levé, les écoliers étudiaient et faisaient leurs devoirs pendant qu’ils attendaient. Ils ont attendu sous la pluie, lorsque le sol devenait boueux et glissant. Ils sont restés debout sous la chaleur, quand ils ont failli s’évanouir de soif et de faiblesse. »

Ils faisaient déjà la queue avant la livraison de la nourriture, dans l’espoir d’en recevoir. Des familles ont envoyé leurs enfants, d’autres ont envoyé des personnes en avant pour faire la queue en leur nom – et bien sûr, elles ont dû attendre leur tour.

Lorsqu’ils atteignaient enfin le début de la file, ils étaient souvent confrontés à des fonctionnaires peu amicaux.

Vu se souvient :

« Les fonctionnaires n’étaient pas amicaux. Ils étaient autoritaires et avaient du pouvoir. Nous avions l’impression de devoir mendier pour obtenir la nourriture qui nous revenait de droit. »

Mais la famille n’avait pas le choix, elle devait accepter tout ce que les fonctionnaires jetaient dans leur sac :

« Nous tenions nos sacs ouverts pour que les fonctionnaires y déversent du riz. Les travailleurs ont pris un seau, ont pris le riz d’un grand sac sur le chariot et l’ont mis sur une balance pour s’assurer qu’ils ne nous donnaient pas plus que la limite de notre famille.

Nous savions que les fonctionnaires mettaient parfois des cailloux dans les sacs avec le riz, si bien que nous recevions moins de riz que ce à quoi nous avions droit, et souvent le riz était vieux ou moisi. Nous savions aussi que les travailleurs gardaient le bon riz, s’il y en avait, pour eux ou pour leurs amis – ou qu’ils le vendaient au marché noir pour gagner de l’argent. Cela nous mettait en colère, mais nous ne pouvions pas nous battre ou discuter avec les fonctionnaires. Que pouvions-nous faire, en tant qu’enfants ? »

 

La quantité de nourriture reçue dépendait du statut de votre famille

Les employés de l’État recevaient plus, les ouvriers d’usine moins. Et s’il n’y avait pas assez de riz, ils recevaient du blé à la place, même si beaucoup ne savaient pas quoi en faire. De toute façon, même s’ils savaient comment faire une miche de pain, ils ne pouvaient souvent pas le faire parce qu’ils ne pouvaient se procurer les autres ingrédients nécessaires.

De plus, il leur fallait un four et de l’électricité pour l’alimenter, mais cette dernière n’était disponible que quelques heures par jour. Et plutôt que d’utiliser leur précieuse électricité pour cuisiner, ils l’utilisaient pour allumer une lampe ou écouter une vieille radio. Parfois, l’électricité était soudainement coupée et ils devaient alors allumer une bougie. Certaines familles volaient l’électricité mais le risque était grand.

La famille de Vu était très fière de posséder un vieux vélo. Bien qu’il ait 10 ans, pour eux, c’était comme une Rolls Royce. À l’époque, dans les années 1980 et au début des années 1990, presque tout le monde au Vietnam roulait à bicyclette. Aujourd’hui, à Hanoi, on ne voit pas beaucoup de bicyclettes, car environ 85 % des véhicules circulant dans les rues sont des motocyclettes et des cyclomoteurs.

L’Américaine Nancy K. Napier a compilé les récits ci-dessus des Vietnamiens avant et après les réformes dans son excellent livre The Bridge Generation of Việt Nam, allant jusqu’à intituler « famine» le chapitre sur la période avant les réformes. Elle a commencé à enseigner à l’Université nationale d’économie en 1994 et se souvient encore de ce que ses collègues lui ont dit lorsqu’elle a pris un peu de poids : « Nancy, tu es grosse ! » Elle leur a répondu qu’il ne fallait en aucun cas dire à une Américaine qu’elle était grosse.

Ils ne comprenaient pas :

« Oh, mais ça veut dire que vous êtes prospère. Vous avez assez de nourriture à manger pour pouvoir être grosse. Vous devez être heureuse ! »

Lorsque j’ai donné une conférence dans cette même université en septembre 2022, j’ai vu des étudiants et des professeurs bien habillés et pleins d’ambition pour faire quelque chose de leur vie.

Nancy Napier se souvient également s’être demandée pourquoi il y avait si peu d’oiseaux à Hanoï. Lorsqu’elle a posé la question, ses collègues vietnamiens ont eu l’air perplexe, comme si elle n’avait pas toute sa tête. Ils lui ont expliqué que les gens qui avaient faim attrapaient des oiseaux pour les manger, même de minuscules moineaux. À l’époque, de nombreuses personnes souffraient de malnutrition ou de carence en vitamine A.

« Les jeunes mères ne pouvaient parfois pas produire assez de lait pour leurs enfants, alors certaines d’entre elles faisaient bouillir du riz et donnaient le lait de riz à leurs bébés, en espérant que les nutriments suffiraient. »

Bach Ngoc Chien partage le souvenir suivant :

« Quand j’étais adolescent, j’avais toujours faim. Ma famille de cinq personnes partageait trois bols de riz pour le déjeuner et trois bols pour le dîner. Nous, les enfants, partagions un bol pour le petit-déjeuner. Nous ne mangions presque jamais de viande, sauf à deux occasions : le nouvel an lunaire et l’anniversaire de la mort de mon grand-père. En 1988, lors de ma dernière année de lycée, je pense que je pesais moins de quatre-vingt-huit livres (quarante kilos). »

Au Vietnam, cette période est connue sous le nom de Thoi Bao Cap (période des subventions) – c’était l’époque de l’économie socialiste planifiée, le temps avant que le Vietnam ne devienne successivement une économie de marché dans le sillage des réformes du Doi Moi qui ont débuté en 1986.

Le Vietnam a complètement changé à la suite de ces réformes.

Dans son livre Vietnam und sein Transformationsweg (en anglais : The Path to Transformation in Vietnam) Tam T. T. Nguyen écrit :

« Au Vietnam, la pauvreté est passée d’un problème majoritaire à un problème minoritaire. »

Avec un PIB par habitant de 98 dollars, le Vietnam était le pays le plus pauvre du monde en 1990, derrière même la Somalie (130 dollars) et la Sierra Leone (163 dollars). Avant le début des réformes économiques, l’échec de toute récolte signifiait la famine. Le Vietnam dépendait du soutien du Programme alimentaire mondial et de l’aide financière de l’Union soviétique et d’autres pays du bloc de l’Est.

En 1993 encore, 79,7 % de la population vietnamienne vivait dans la pauvreté. En 2006, le taux de pauvreté était tombé à 50,6 %. En 2020, il ne sera plus que de 5 %, selon les chiffres de l’évaluation du Groupe de la Banque mondiale intitulée « From the Last Mile to the Next Mile ».

Le Vietnam est aujourd’hui l’un des pays les plus dynamiques du monde, avec une économie qui crée de grandes opportunités pour ceux qui travaillent dur et les entrepreneurs. D’un pays qui était incapable de produire suffisamment de riz pour nourrir sa propre population, il est devenu l’un des plus grands exportateurs de riz au monde – et un exportateur majeur d’électronique.

Tout cela a été rendu possible par des réformes capitalistes – car bien que le Vietnam se qualifie toujours officiellement de pays socialiste, vous trouverez moins de marxistes et plus de partisans de l’économie de marché au Vietnam qu’en Europe ou aux États-Unis. Le capitalisme n’est pas le problème, mais la solution – et le Vietnam en est un excellent exemple.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • le socialisme c’est du « capitalisme » d’état.. les « anticapitalistes » sont anti capitalistes privés…pas anticapitalistes.. sauf à prétendre que si le capital appartient à la collectivité il appartient AUSSI à l’individu..ben voyons…

    Par exemple,
    capitalisme …
    Régime économique et social dans lequel les capitaux, source de revenu, les moyens de production et d’échange n’appartiennent pas à ceux qui les mettent en œuvre par leur propre travail.

    capitalisme décrit MIEUX une société communiste qu’une économie de marché libre…

    Notez que eu égard à la definition ci dessus, plus exactement une de ses interprétations, une société non capitaliste est une société sans employés…une sociéte de patrons..

    dieu que ce terme m’enerve…

    • posséder une chose implique d’etre libre de décider de ce qu’on en fait…les membres d’une VERITABLE société collectivistes ne possèdent donc rien…seul le collectif lepossède..et le collectif n’a pas de volonté..ne décide rien.. le communisme ressemble davantage à une forme d’esclavage …

  • Je ne vois dans cet exposé que la description de l’écologie. Peu à manger et même un peu moins que le nécessaire pour ne pas utiliser trop d’engrais, pas de viande car le bétail pollue, pas de lait car les vaches doivent vêler pour en produire, électricité intermittente et rare (l’énergie doit être un luxe pour ne pas polluer et les éolienne sont là pour ça), pas de voiture mais uniquement des vélos (c’est déjà en cas en France). Le tout géré par des fonctionnaires repus qui savent ce qui faut au peuple de sans-dents. Bref un vrai petit paradis sain et non polluant.
    Et les sales capitalistes ont détruit le paradis écologique qu’était le Viêtnam.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
dame dans un bureau en train d'écrire sur un tableau blanc
1
Sauvegarder cet article

La notion de « fuite devant la monnaie » est familière aux économistes.

Celle de « fuite devant le travail » pourrait bientôt s'imposer dans le champ de leur réflexion au vu de la situation de pénurie de main-d'œuvre observée dans de nombreux secteurs et de l'émergence de comportements sociaux dévalorisant l'effort.

 

Cherche conducteur de tramway désespérément

On sait que l'hôtellerie et la restauration peinent à attirer des candidats. Mais on observe aussi des difficultés aiguës de recrutement de professeurs, de so... Poursuivre la lecture

tableau de Staline
4
Sauvegarder cet article

Holodomor. Le mot est enfin entré dans l’usage courant en Occident. La question est maintenant : doit-il faire l’objet de la même attention que Shoah ?

Holodomor signifie « la famine ». Il est le nom de la catastrophe survenue en Ukraine en 1932 et 1933. Six millions d’innocents perdent la vie dans des conditions cauchemardesques. Cette catastrophe n’est pas le produit de conditions météorologiques défavorables. Elle n’est pas non plus le simple fruit d’une politique agricole aberrante. Elle est un crime totalitaire parfait. L’assassin... Poursuivre la lecture

logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles