5 ans de crise

Il y a cinq ans, avec la faillite de Lehman Brothers, le monde économique plongeait dans la crise, dont on est toujours pas sorti.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 ans de crise

Publié le 20 septembre 2013
- A +

Il y a cinq ans, avec la faillite de Lehman Brothers, le monde économique plongeait dans la crise, dont on est toujours pas sorti.

Par Pierre Chappaz.

La faillite de Lehman Brothers, c’était il y a 5 ans. Plombée par les crédits immobiliers pourris, les fameux subprimes, littéralement « prêts hypothécaires à haut risque », la banque déclenchait un véritable tsunami dans le système bancaire. Les gouvernements n’avaient plus le choix : il fallait renflouer les banques en urgence.

Confondant cause et conséquence, le monde politique et les médias embrayaient sur le thème des « salauds de banquiers », au point que l’opinion est aujourd’hui encore persuadée que la crise est de leur responsabilité. La vérité, c’est que les États et les banques centrales à leur service sont responsables, et en premier lieu les gouvernements américains successifs. Pendant des années, pour entretenir la croissance, les dirigeants US ont incité les ménages à s’endetter au-delà du raisonnable pour acheter leur logement. Cette politique irresponsable a connu son apogée après 2001, quand l’administration de Georges Bush accordait des garanties publiques aux banques pour qu’elles prêtent aux ménages les plus insolvables. Rappelez-vous le 26 Juillet 2008, l’effondrement des organismes semi-publics de refinancement hypothécaires Fanny Mae et Freddie Mac.

L’excès d’endettement immobilier n’a pas été qu’américain, mais aussi espagnol, irlandais… et dans le même temps, l’Euro était à l’origine d’un sur-endettement d’un autre type. Après la création de la monnaie unique, les gouvernements grecs, italiens, français et quelques autres profitaient de taux d’intérêts « allemands » pour emprunter à un coût très bas.

Mais quand les mêmes gouvernements, pour sauver les banques, et « relancer la croissance » compromise par le sur-endettement des ménages, se sont mis à emprunter encore plus, la « crise de l’Euro » s’est déclenchée. Les marchés ne faisaient plus confiance aux gouvernements du Sud de l’Europe pour continuer à leur prêter de l’argent.

Source : Coe-Rexecode.

Face à cette crise d’endettement généralisée, la politique menée par les gouvernements et les banques centrales américains, européens, et japonais a été peu ou prou identique : descendre les taux d’intérêt à zéro, et injecter des quantités de monnaie sans précédent dans le système. Cette politique a permis d’éviter pour l’instant l’explosion du système financier mondial, mais contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, elle n’a pas mis fin à la crise. Les liquidités restent dans le système bancaire, et n’irriguent pas l’économie réelle, car on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif. Les entreprises comme les particuliers se méfient désormais de l’endettement.

Surtout, le peu de croissance est encore une fois obtenu à crédit, avec un rendement terriblement bas. À l’exception de l’Allemagne et de la Suisse, les pays occidentaux subissent en réalité une perte de richesse, puisque leur croissance nominale est très inférieure à la croissance de leur dette. J’ai fait le calcul pour la France, la perte de richesse est de 2,5% du PIB pour 2013.

Décidément la crise n’est pas finie.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Excellent article
    Commentaire sur celui de votre site (Pib)
    Le calcul du PIB tient compte des impôts. Ainsi, 0.1% de croissance prévisible sur une assiette de 2000 milliards donne 2 milliards de plus c’est à dire moins que la charge prévisible en hausse des taxations diverses et variées. Le PIB marchand est en très forte récession.

  • La crise ne date pas de 5 ans et la faillite de Lehman!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Tho Bishop. Un article du Mises Institute

Plus d'un mois après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le conflit militaire est resté un conflit régional. Si la Russie a pu fortifier ses revendications dans l'est de l'Ukraine et a progressé dans le sud, les récentes contre-offensives des Ukrainiens ont éloigné l'armée de Vladimir Poutine de Kiev. Parallèlement, les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant le conflit ont donné au président ukrainien Volodymyr Zelenskyy de nouveaux arguments dans sa campagn... Poursuivre la lecture

ukraine marchés investir à contre-courant démocratie économique
1
Sauvegarder cet article

Force est de reconnaître que, dans l’imaginaire collectif, la finance jouit d’une mauvaise réputation. Dans Le Marchand de Venise de Shakespeare déjà, Shylock fait signer un contrat usurier au marchand Antonio : en cas de défaut de paiement, le contrat autorise le créancier à prélever une livre de chair sur son débiteur. Shylock est l’archétype du financier contemporain : avide, sans scrupule et inhumain.

La finance fait surtout figure de bouc émissaire idéal pour nombre d’hommes politiques de tous bords. Pour certains, c’est même l’en... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles