34 plans de bataille pour l’industrie ? De la schizophrénie !

Si on consacrait plutôt le budget de ces 34 plans pour l’industrie à la baisse de la fiscalité des entreprises, les résultats seraient immédiats sur l’emploi, la croissance, le pouvoir d’achat de nos salariés et notre compétitivité !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

34 plans de bataille pour l’industrie ? De la schizophrénie !

Publié le 14 septembre 2013
- A +

Si on consacrait plutôt le budget de ces 34 plans de bataille pour l’industrie à la baisse de la fiscalité des entreprises, les résultats seraient immédiats sur l’emploi, la croissance, le pouvoir d’achat de nos salariés et notre compétitivité !

Par Guillaume Cairou.

Arnaud Montebourg nous indique que les 34 « plans de bataille pour l’industrie » doivent créer 475.000 emplois en 10 ans sauf qu’il faut mettre en face les 750.000 emplois industriels perdus dans les dix dernières années. Vous voyez que ces annonces politiques ne pèsent pas bien lourd face à la réalité du terrain !

Je connais bien l’industrie pour être beaucoup intervenu dans le dossier PSA Aulnay et comme Président du Club des Entrepreneurs où je peux mesurer les difficultés des salariés de ces entreprises qui doivent faire face à la main d’oeuvre chinoise ou indienne.

L’État contribuera à ces projets à hauteur de 3,5 milliards d’euros puisés dans les investissements d’avenir dont l’enveloppe est de 12 milliards d’euros. Il faut décrypter cette information. Qu’est-ce-qu’elle signifie ? Simplement, que les investissements initialement prévus sont réorientés vers l’industrie ! On se contente donc de revenir sur des annonces précédentes.

Ensuite, regardons de plus près ce qui nous est annoncé : ces 34 projets pour redynamiser l’industrie. Parmi eux, 2 seulement viseront les outils et technologies de production. Vous m’avez bien entendu, 2 seulement ! Or, le problème de la France c’est sa productivité, c’est cet outil productif sur lequel il faut investir massivement !

En toute transparence, je vous le dis comme je le pense, je n’accepte pas qu’on vienne me dire qu’on relance ou qu’on transforme l’industrie en France alors que dans le même temps rien n’est fait pour que les PME industrielles innovantes ne soient enfin plus davantage taxées que les grands groupes.

Non, je n’accepte pas qu’on indique que l’on aime l’industrie quand on accepte la mise en place de la taxe sur l’EBE.

Au fond, notre constat est simple : on annonce dynamiser l’industrie mais on la dynamite !… en même temps que nos comptes publics ! Si au lieu de se concentrer sur les dirigeables et de jouer à Jules Verne, on consacrait le budget de ces 34 plans pour l’industrie à la baisse de la fiscalité des entreprises, les résultats seraient immédiats sur l’emploi, la croissance, le pouvoir d’achat de nos salariés et notre compétitivité !

Des beaux discours et des actes antinomiques, ça suffit ! Les industriels comme les entrepreneurs que nous sommes préférons définitivement être ignorés qu’asphyxiés ! La schizophrénie ça suffit !

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Pauvre « moussaillon »: il ne sait même pas que tous les « plans » de l’URSS ont fait naufrage il y a plus de 20 ans. Il va se noyer (et nous avec).

  • C’est ici un faut débat: il ne s’agit pas de savoir si des réductions des charges s’opposent à des initiatives de soutien aux technologies nouvelles. Ce sont les deux qui sont nécessaires.
    Mais bien sûr la tâche de l’état n’est pas de se substituer à l’entrepreneur mais de créer des conditions cadres qui permettent à celui-ci d’entreprendre.
    Celles-ci se composent de
    – la recherche de base qui se fait dans des instituts ou universités publics,
    – la formation et la transmission du savoir penser et du savoir faire,
    – les normes qui harmonisent et qui simplifient,
    – la parcimonie et la stabilité réglementaire,
    – les infrastructures (énergies, transport, télécommunications),
    – et bien sûr le cadre fiscal et tarifaire.
    Dans chacun de ces domaines des révolutions coperniciennes sont nécessaires.
    Mais comme il n’y a là rien qui puisse se réaliser d’un coup de baguette magique les préoccupations électorales s’orientent ailleurs.
    Un vrai et courageux esprit de réforme est nécessaire: aucun parti politique n’en est actuellement pourvu.
    Des effets d’annonce flamboyantes comme ces 34 projets sont au mieux quelques cerises (bonnes à prendre) sur un gâteau inconsistant.

    • Trop pragmatique, pas assez vendeur pour les grands mégalos a la montebourg, dont on se sait s’il croit vraiement a son « socialisme scientifique », mais en tout cas aspire a façonner le monde de demain, pas moins.
      Il s’agit de bosser a sa propre gloire en toute mesquinerie, pas de faciliter celle des autres.
      Celles des autres ne serait sans doute pas mauvaise pour la sienne, mais quand on est un cancrelat, de surcroit mégalo, on n’est dans l’impossibilité de conceptualiser cela.

  • La France se noie dans l’économie planifiée, la bureaucratie mortifère, l’Etat tentaculaire et le culte du Chef (pas UN propos d’un politique qui ne se réfère au Guide suprême Hollande)

  • Combien d’entreprises taxées à mort ont fait faillite à cause des taxes qu’il a fallu prélever pour financer EADS ? La vérité est souvent si simple ! Il y a ce qui se voit, occupant à temps plein les faux économistes, et ce qui ne se voit pas, intéressant les vrais économistes.

    • La vérité est simple pour ceux qui ont les yeux ouverts et ne se contentent pas répéter bêtement les sornettes de nos gouvernants menteurs, retords, bouffis d’orgueil . EADS est une sorte de mare putride dans laquelle barbote argent public, capitalisme de connivence, prébendes et réglementation abusives. Comme la plupart des « Plans » d’ailleurs.

  • Avec leurs manuels « chasse et pêche » en 34 leçons on va encore rire un moment.

  • Pendant ce temps, les Geek Fairies sont annulées au prétexte que la commission de sécurité ne peut valider l’installation même si elle est faite dans les règles de l’art par des professionnels, puisqu’ils l’ont fait bénévolement. La schizophrénie continue. Espérons que les entreprises qui devaient y participer survivront à cette incartade débile.
    http://www.geekfaeries.fr/1/post/2013/09/annulation-des-geek-faries.html
    http://www.scifi-universe.com/actualites/13727-annnulation-des-geek-faeries.htm

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre Première ministre Élizabeth Borne, vient de faire, à l’Assemblée nationale, son discours de politique générale, et elle a dévoilé quelles sont ses priorités : le pouvoir d’achat, le travail, l’urgence environnementale, l’égalité des chances, et les difficultés du secteur de la santé, soit cinq, au total.

https://www.youtube.com/watch?v=_CzAKKIQFv4

 

Le gouvernement a donc préparé « un paquet de mesures de 20 milliards d’euros » censé atténuer les effets de l’inflation. Ce projet de loi sera soumis au Parlement ... Poursuivre la lecture

Au moment où les taux des banques centrales se mettent à remonter il convient de se pencher sur le problème de notre dette et de sa croissance incessante. Avec la crise du Covid-19 elle a fortement grimpé, Emmanuel Macron n’ayant pas hésité a soutenir l’économie « quoi qu’il en coûte ».

La dette du pays ayant maintenant dépassé le montant du PIB, il faut s’interroger pour savoir si dans le cadre de sa nouvelle mandature il va être possible de faire en sorte qu’elle n'augmente pas davantage encore dans les années à venir.

Rappelo... Poursuivre la lecture

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles