Marseille, capitale de la criminalité

La polémique Gaudin-Valls donne un avant goût des municipales de Marseille. Est-ce tout ? Est-ce l’Etat ou le maire qui est responsable de la criminalité locale ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marseille vue du vieux port

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Marseille, capitale de la criminalité

Publié le 2 septembre 2013
- A +

La polémique Gaudin-Valls donne un avant goût des municipales de Marseille. Est-ce tout ? Est-ce l’État ou le maire qui est responsable de la criminalité locale ?

Un article de l’Aleps.

Marseille vue du vieux port

La capitale européenne de la culture voit sa réputation ternie par la série des crimes qui ne se limitent plus aux quartiers chauds du nord de la ville, mais atteignent les artères du centre. Heureusement, cela ne semble pas dissuader touristes et visiteurs venus admirer les fort belles réalisations de la cité phocéenne : c’est un franc succès artistique et commercial.

Grâce lui soit rendue : le Premier ministre s’est déplacé une fois de plus à Marseille, flanqué de Manuel Valls et de quatre autres ministres. La question qui fait polémique : est-ce l’État ou le maire qui est responsable de la criminalité locale ? Valls met Gaudin en accusation pour avoir couvert l’inaction du gouvernement Sarkozy. Harlem Désir, secrétaire du PS, parle de « non assistance de Marseille en danger ». Depuis que la candidature du sénateur-maire aux municipales l’an prochain est connue, la gauche s’est déchaînée. Elle entend récupérer, notamment dans les quartiers nord, les voix qui pour l’instant se porteront sur le Front National. Tout le monde fait de la surenchère sur le thème de l’insécurité.

Jean Claude Gaudin, à juste titre, dénonce les carences de l’État, qui ne se limitent pas au manque d’effectifs de la police nationale mais à la façon dont la justice est rendue et dont les peines sont exécutées en France.

Cet avant-goût de campagne municipale ne contient pas toutes les données du problème certes marseillais mais concerne toute la France urbaine : une délinquance créée par l’État Providence qui distribue allocations, couverture médicale, logements sociaux à des personnes qui vivent aux crochets de ceux qui travaillent honnêtement, une école qui n’assure plus l’éducation des enfants, une économie incapable de créer des emplois et l’apologie de la violence, de la discrimination ou du communautarisme dans les médias.


Sur le web.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • il y a une trentaine d’année , je fréquentais la ville de marseille ; il n’y avait pas à l’époque cette délinquance jeune et armée ; il y avait une délinquance basé sur le traffic de drogue et la revente ; il aurait fallut commencer à prendre ce problême à bras le corp , remettre de l’ordre , c’était encore possible ; bien sur , rien n’a été fait , et ce laxisme bien français de la part de nos politiques ont permis à cette délinquance de s’installer , de s’amplifier , de dégénérer , de bien s’armer…..je souhaite bien du courage à ceux qui veulent débarrasser marseille , entre autre ville , de la racaille qui sévit…..cela va couter cher à tout les contribuables et j’ai des doutes sur les résultats ;

  • Alons, allons, comme si le Maire en place depuis 25 ans ne connaissait pas les lieux, les causes et souvent les personnes responsables du banditisme (voyous, élus, flics ripoux…).
    Mr.Gaudin, qui ne porte pas toute la responsabilité, se défausse néanmoins d’une manière scandaleuse.

  • La déliquescence des forces régaliennes, l’Etat préfère dépenser ailleurs. Aux Etats-Unis, la sherif du comté est responsable de l’ordre, quand est-ce qu’on arrêtera de demander aux ministres de remettre de l’ordre dans nos rues? Décentralisons!

    • Pour en revenir au dernier faits-divers sanglant survenu à Marseille ce dernier week-end, on a une bande d’encagoulés qui débarque à la sortie d’une boite de nuit et tire à la kalachnikov sur d’autres . devine aisément pourquoi.
      Deux bandes se disputent la vente de stupéfiants dans cette boite de nuit et comme ils ne gagnent pas assez d’argent, une des bandes demande à l’autre de dégager puis fait usage des armes si l’autre bande reste sur la place.
      Il fut en temps où les libéraux demandaient la depenalisation complète de la vente de stupéfiants. Moins maintenant.
      Je vois mal ce que cela changerait sur Marseille sauf si ça faisait chuter profondément les prix de vente..

      • Lorsque l’on parle de dépénalisation, il s’agit plutôt de la consommation.
        Concernant la vente, on parlera de légalisation ou de libéralisation.
        Ne serait-ce que d’un point de vue sémantique, il est facile de voir où les libéraux ont tendance à se situer.

      • Par quel miracle économique cela ne ferait il pas chuter les marges du trafic illégal? Ceci dit, la vente libre pour les drogues dures est difficilement concevable en marge du système des médicaments délivrés sous contrôle médical – sans doute faudait il exiger un cetrificat de bonne santé. Quant au reste, contrôle routier et conséquences radicales au niveau de l’assurance auto pourraient aider à rendre la rue vivable.

  • Vôtre article est on ne peut plus partisan!! « Gaudin, à juste titre.. » N’est pas lui le Premier Magistrat de cette ville depuis des lustres? N’était il pas en fonction sous Sarkozy? Qu’à t il fait de TOUTES les subventions reçues depuis les trois derniers quinquennats???
    Cette ville (entre nous gérée par FO) est une gabegie permanente, gérés selon les bons vouloirs des « princes » du moment!
    Alors Gaudin ou sa rivale du PS!! Les Marseillais n’en veulent pas!!!!

  • Marseille, 13 règlements de compte depuis le début de l’année (850.000 hab, 1.700.000 pour l’agglomération).

    Corse: 17 rdc, 300.000hab pour tout le département (plus forte criminalité d’Europe par hab).

  • Je pense surtout qu’il faut faire de Marseille une cité -état indépendante comme Singapour;Monaco ou Hong-Kong!La ils seraient bien obligés de résoudre les problèmes à commencer économiques comme l’absence d’une monnaie saine, la fiscalité écrasante la bureaucratie,etc…

    • @libre
      Pas idiot cette suggestion.
      En comparaison, je dirai plus Macao ouTanger.
      Quand on voit simplement l’Olympique de Marseille en football, Aucun investisseur sérieux ne veut se risquer à y mettre de l’argent, car les supporters veulent s’immiscer, de manière « communiste », dans la gestion du club.

  • « une école qui n’assure plus l’éducation des enfants »
    Je pense que le terme instruction serait plus adapté.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Plus de 70 000 voitures ont été volées en France en 2023. Un chiffre qui ne cesse de croître. Pour s’en protéger, les propriétaires adoptent souvent le gravage des vitres, qui se révèle peu efficace. D’autres solutions existent pour lutter contre cette criminalité. Par Charles de Blondin

Le vol de voitures est devenu un véritable business en France. Avec 70 649 déclarations enregistrées auprès des assureurs en 2023 (+11,1% par rapport à 2022), les vols de véhicule ont le vent en poupe. Le département des Bouches-du-Rhône, le Rhône ain... Poursuivre la lecture

Emmanuel Macron a fait récemment une visite à Marseille pour présenter la suite du Plan Marseille en grand. Ce vaste programme centralisateur est le projet d'un président qui, ne parvenant pas à faire ce qu’il veut sur le plan national, se tourne vers une grande municipalité pour expérimenter certaines politiques publiques.

Pour autant, cette intervention n’est pas anodine et elle est susceptible de générer plusieurs conséquences bien connues : déresponsabilisation des acteurs locaux, bureaucratie, renforcement de la tendance centralis... Poursuivre la lecture

Un article de l'Iref-Europe

 

En France, le port d’armes est interdit depuis 1939 et la législation est aussi restrictive que chez la plupart de nos voisins européens.

Les citoyens ordinaires se voient nier ce que d’aucuns considèrent comme un droit fondamental alors que, parallèlement, on constate une hausse des homicides par arme à feu depuis une dizaine d’années dans des villes comme Marseille, sur fond de trafic de stupéfiants.

Marseille n’est pas la seule ville concernée : fusillade le 18 mai dernier à Tr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles