Suisse : 75 ans de la paix du travail

La paix du travail désigne, en Suisse, un ensemble d'accords bipartites de prévention des conflits sociaux conclus depuis 1937 obligeant tous les syndicats signataires à renoncer à la grève en cas de conflit, et interdisant en contrepartie aux patrons de pratiquer le lock-out des entreprises.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paix-du-travail-MEUWLY

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suisse : 75 ans de la paix du travail

Publié le 26 août 2013
- A +

Par Francis Richard.

La Suisse – et j’aime ça – ne fait pas tout comme les autres, au grand dam de certains qui voudraient qu’elle se cantonne dans l’uniformité, dont on sait depuis Antoine Houdar de La Motte, qu’un jour elle a tout simplement donné naissance à l’ennui.

Il y a 75 ans, alors que la France, exemple pris au hasard, était un pays où toute négociation entre patronat et syndicats commençe par des grèves organisées par ces derniers, la Suisse se singularisait en instaurant la Paix du travail. C’est-à-dire l’engagement par les partenaires sociaux de renoncer à l’utilisation de la grève ou du lock-out pour résoudre leurs différends, ou du moins de les considérer comme d’ultimes recours.

Le 30 octobre 2012, un grand colloque réunissait des représentants des milieux patronaux et des milieux syndicaux pour célébrer cet anniversaire. Ce qui est proprement inimaginable dans un pays comme la France actuelle, exemple toujours pris au hasard, où la lutte des classes est l’objet de fantasmes d’un autre âge. Un livre vient de paraitre qui rassemble les interventions faites lors de ce grand colloque. Les intervenants y sont des syndicalistes, des représentants du patronat, des universitaires, des politiques.

Dans son introduction, Olivier Meuwly, historien, chargé de cours à l’Université de Genève, sous la direction duquel ce livre a été édité, explique le regroupement en trois parties des 18 interventions faites ce jour-là :

« La première partie pose clairement les questions qui balisent la thématique qui nous occupe, en cisèlent les contours et en définissent les avantages fondamentaux, mais aussi les questions qui fâchent. La deuxième partie offre un regard plus théorique sur la Paix du travail, dans une perspective historique mais aussi économique : quels sont ses effets sur l’économie suisse ? Comment doit-elle être comprise dans un univers économique en mutation. La troisième partie, enfin s’attaque aux questions les plus brûlantes qui interpellent le partenariat social en ce début du XXIe siècle. »

Plutôt que de faire une revue de détail des différentes interventions, il semble préférable de relever quelques traits saillants.

Personne ne s’étonnera que Renzo Ambrosetti, co-président du syndicat Unia, se plaigne qu’en Suisse les « dispositions de protection collective demeurent lacunaires, en matière de protection contre les lienciements, de réglementation du temps de travail ou encore d’obligation de négociation de plans sociaux. Alors que seuls 50 % des salariés se trouvent actuellement sous régime conventionnel… » Comme si les conventions collectives de travail, CCT, étaient la panacée…

Le directeur général du Centre Patronal, Christophe Reymond, en dit beaucoup de bien :

« Le principe des conventions collectives part de l’idée qu’un employeur accordera plus facilement à son personnel des améliorations de condition de travail dans la mesure où ses concurrents directs en octroient des semblables »… Comme si les conditions de travail ne pouvaient pas être un élément de négociation individuelle sur des marchés du travail où la concurrence à l’embauche est vive entre employeurs…

Christophe Reymond n’exclut d’ailleurs pas le recours à l’État :

« L’État est parfois appelé à intervenir, mais seulement à la demande des parties en cause, pour décider qu’une convention collective aura force obligatoire générale, afin que les dissidents ne profitent pas indûment d’un avantage économique qui fausse la concurrence et finirait par ruiner l’édifice. »

Avec de telles déclarations collectivistes, il n’est pas étonnant que les milieux syndicaux ne trouvent rien à redire aux milieux patronaux avec lesquels ils négocient… Ne sont-ils pas intéressés les uns comme les autres à justifier, donc à pérenniser, leur existence ? Ne sont acceptables moralement que les accords privés librement négociés entre les parties, fussent-elles collectives ces parties. Aussi n’y a-t-il aucune raison de les généraliser, donc de les imposer aux parties qui ne sont pas signataires…

Des analyses ont été menées par Yves Flückiger, vice-recteur de l’Université de Fribourg, à partir de l’Enquête suisse sur la structure des salaires. Les résultats ne sont pas ceux auxquels il s’attendait : « Il apparaît […] que la couverture par une CCT est paradoxalement synonyme de salaires plus faibles pour les personnes qui en bénéficient. »…

À quoi servent-elles alors ? Il ressort de cette étude :

« Qu’en Suisse les partenaires sociaux négocient l’ensemble des conditions de travail et prennent garde de ne pas voir se développer une frange de la population salariée qui pourrait devenir dépendante de l’aide sociale compte tenu de sa rémunération. »

Les CCT ne satisfont d’ailleurs pas toujours les syndicats. Sabine von der Weid, secrétaire permanente de l’UAPG, Union des Associations patronales genevoises, s’étonne :

« Il est […] surprenant de constater que les syndicats en appellent de plus en plus à l’intervention de l’État. Car les exemples se multiplient. On le voit au niveau fédéral, pour des thèmes tels que le salaire minimum ou les six semaines de vacances, ou dans le cadre des mesures d’accompagnement. On le voit au niveau cantonal, ainsi à Genève, dans le cas de la lutte contre le travail au noir et le dumping salarial. Serait-ce là un aveu de faiblesse de leur part ? Une volonté de changer d’orientation ? Ou plus simplement une réaction ponctuelle à une situation inhabituelle ? »

Dans les milieux patronaux, ce qui n’est pas une surprise, on aime la libre économie un poco, ma non troppo. À cet égard l’intervention de Pierre-Michel Vidoudez, secrétaire général de la FVE, Fédération vaudoise des entrepreneurs, est emblématique et caricaturale (involontairement ?) :

« En conclusion, nous vous proposons de considérer trois options : la main invisible, la cravache étatique et le renouveau de la guilde.

Par main invisible, chère à Adam Smith, il faut entendre l’autorégulation du marché : seuls les plus adaptés survivront au chaos. Cela signifie aussi démanteler les institutions sociales paritaires, renoncer à la formation professionnelle et accepter que le travail soit effectué par des gens de passage non ancrés dans l’économie locale.

La cravache étatique, c’est le durcissement des lois, le renforcement des contrôles administratifs et la répression par l’État, ce qui n’est guère profitable au commerce en général. De plus, cela génère un surplus administratif coûteux tant pour l’entreprise que pour l’État.

Enfin, et c’est peut-être cette voie que les partenaires sociaux doivent soutenir et remettre au goût du jour : le concept de la guilde, soit une association de commerçants ou d’artisans groupés sur une base volontaire pour la défense de leurs intérêts, pratiquant une activité commune et dotée de règles précises en dehors du contrôle de l’État. »

N’est-ce pas un magnifique plaidoyer pro domo, au prix d’inexactitudes minimes sur le libéralisme ?

On se réjouit toutefois qu’il y ait en Suisse aussi peu de grèves…

— Olivier Meuwly (dir.), 75 ans de la paix du travail, Slatkine, juin 2013, 154 pages.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « Par main invisible, chère à Adam Smith, il faut entendre l’autorégulation du marché : seuls les plus adaptés survivront au chaos. Cela signifie aussi démanteler les institutions sociales paritaires, renoncer à la formation professionnelle et accepter que le travail soit effectué par des gens de passage non ancrés dans l’économie locale. »

    Je ne vois pas le rapport entre l’autorégulation du marché et le chaos.
    Je ne vois pas pourquoi il n’y aurait pas de formation professionnelle dans un marché libre: Elle serait privée, les entreprises ou les employés achèteraient les formations dont ils ont besoin.
    Je ne vois pas pourquoi syndicats d’entreprises et d’employés ne pourraient pas se rencontrer s’il n’y avait aucune loi, aucune espèce de coercition.
    Je ne vois pas pourquoi le marché libre impliquerait des frontières ouvertes aux personnes.
    Pourquoi un peuple parfaitement xénophobe ne pourrait-il pas avoir une économie parfaitement libérale ?

  • Il n’y a qu’à comparer le nombre de chômeurs qui est extrêmement bas en Suisse à la situation française. En Suisse il n’y a que très peu de grèves et un taux de chômage extrêmement bas. C’est dû au dialogue social, et à la Paix du Travail bien sûr, wet c’est excellent pour la santé de l’économie. C’est ce qui permet d’augmenter les salaires et de favoriser la consommation.
    En France, les syndicats, qui ont très très peu de membres en proportion du nombre des travailleurs, lancent des grèves beaucoup plus pour se prouver qu’ils existent que pour résoudre les problèmes des salariés. Il s’agit presque toujours de grèves préventives qui sont largement préférées par ces syndicats au dialogue social.
    Sans grèves en France depuis de décennies, son économie serait en bien meilleure forme, les salaires seraient à un bien meilleur niveau. Mais la dispute, l’esprit de la contestation prennent toujours le dessus. Il faut bien que les coqs prennent de la voix.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Baptiste Vigouroux.

Il existe un principe fondamental dans nos démocraties occidentales : la loi et la Constitution doivent être votées par le peuple ou par ses représentants, et non par les gouvernements.

À cause du covid, les gouvernements à travers le monde ont pris en urgence des séries de mesures pour contrer l'épidémie et venir en aide aux secteurs économiques les plus touchés. Ces mesures ont été ratifiées par les parlements. Jusqu'ici, rien que de très normal, même si ce processus bouscule l'ordre des choses et ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Vigouroux.

Il est partout. Depuis que le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel l'a évincé de CNews, il donne interview sur conférence, de Nîmes à Lille et de Nantes à Béziers, que par la magie du web on peut visionner tranquillement en live depuis son canapé ou en différé dans les transports en commun.

Pourquoi est-il invité partout ? La raison en est simple. La démocratie française ne s'exerce que sporadiquement, une fois tous les cinq ans. C'est le seul moment de respiration démocratique, où le peuple, tel un pl... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles