Climat : 2012 a été une des années les plus fraiches de la décennie

Un même information peut être présentée sous plusieurs angles, et c’est aussi le cas pour le climat : 2012, une des années les plus chaudes de tous les temps ? Une des plus fraîches de la décennie ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
photo_1358005161825-1-0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Climat : 2012 a été une des années les plus fraiches de la décennie

Publié le 20 août 2013
- A +

Un même information peut être présentée sous plusieurs angles, et c’est aussi le cas pour le climat : 2012, une des années les plus chaudes de tous les temps ? Une des plus fraîches de la décennie ?

Par Audrey Duperron.

La National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) a récemment publié son rapport « State of the Climate in 2012: Highlights », qui décrit les points saillants du climat en 2012, et qui indique que 2012 a été l’une des 10 années les plus chaudes de l’histoire (depuis l’enregistrement des températures). Ce que le rapport ne mentionne pas, c’est que 2012 était également l’une des années les plus fraîches de la décennie, et que cela confirme la tendance au refroidissement, affirme le blogueur américain Pierre Gosselin, un passionné de météorologie qui doute de l’hypothèse du réchauffement climatique.

« Sans surprise, le rapport donne au lecteur l’impression que le réchauffement est en train de s’emballer. Mais leurs données, cependant, montrent exactement l’inverse », juge-t-il. « La beauté politique des données climatiques, c’est qu’elles peuvent être manipulées aisément pour tromper le public », avait-il écrit en préambule.

Le rapport NOAA indique que 2012 a été une année record pour la couche de glace de l’Arctique, qui n’a jamais été aussi mince, depuis qu’on l’enregistre par satellite. Mais cela ne fait que 33 ans que ces enregistrements satellitaires sont effectués, et le rapport omet d’indiquer que l’on avait aussi observé une forte fonte des glaces arctiques pendant la décennie qui avait débuté en 1950, et que cela n’était donc pas inédit. En outre, le rapport décrit le phénomène contraire pour l’Antarctique, où l’on aurait enregistré la plus vaste couche de glace le 26 septembre.

« Si vous croyez que les scientifiques ne peuvent se montrer encore plus incompétents, que pensez-vous de ceci : les spécialistes du climat NOAA semblent croire que les années froides sont désormais devenues des signes de réchauffement climatique. Cela inclut de brandir l’extension de la glace de l’Antarctique comme une preuve du réchauffement de la planète. (…) Lorsque les données fondamentales traditionnelles cessent de soutenir vos déclarations et que vous êtes désespéré sur le plan scientifique, alors je suppose que vous avez tendance à recourir à des anecdotes météo marginales », ajoute Gosselin.

L’Associated Press a récemment jugé nécessaire de demander le retrait d’une photo qui avait été diffusée le 27 juillet, et qui évoquait la fonte des glaces arctiques. Elle était intitulée « Un lac peu profond résultant de la fonte des glaces se forme en raison du temps exceptionnellement chaud ». L’AP justifie ce retrait admettant que ce titre était inapproprié, d’abord parce que ce phénomène se produit normalement tous les étés, mais aussi parce que la bouée météo de l’Observatoire environnemental du Pôle Nord à partir de laquelle la photo avait été prise avait dérivé sur plusieurs centaines de kilomètres par rapport à son point d’origine, situé à seulement quelques dizaines de kilomètres du pôle.

2012 a donc seulement été la 8ème ou la 9ème année la plus chaude, mais elle a aussi été la septième année la plus fraîche depuis 1998, affirme Gosselin (voir graphique). Il dit qu’en lisant attentivement le rapport de la NOAA, on conclut que :

1. La Terre a cessé de se réchauffer.

2. Les modèles climatiques ont exagéré le réchauffement futur, parce que la sensibilité du climat au CO2 est moins importante qu’on le pensait jusqu’alors.

 


Publié initialement par Express.be

Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • Avis d’un copain, big boss d’un grand centre d’étude météo de Montréal, qui ne fait qu’étudier sérieusement les choses.

    1°. Il est impossible de dire si la terre se réchauffe ou se refroidit, faute de relevés suffisants. On remarque que certaines zones se refroidissent et d’autres se réchauffent, sans comprendre pourquoi.

    2°. Dire que l’homme en serait responsable est pure faribole.

    3°. Nous préférons faire des projections à 50 ans : à l’échéance, nous serons morts et tout le monde aura oublié (sic !)

    Et il ajoute, cynique : depuis cette agitation autour des températures, jamais nous n’avons été aussi gâtés point de vue budgets, comme tous nos centres correspondant dans le monde : si personne ne crie à l’arnaque, c’est pour ne pas scier la branche sur laquelle nous sommes assis 🙂

    • le point 4 est humain, mais très con : la météo a une telle importance économique qu’elle était déjà gâtée avant la psychose RCA, et elle le restera de toute façon.
      Le premier qui criera triomphalement que tout cela n’est que foutaise sera à terme le seul crédible et sera le « roi du pétrole » météo, tous les autres étant définitivement disqualifiés

  • Il faudrait peut être montrer tout le graphique et non seulement des morceaux choisis: http://www.skepticalscience.com/pics/Skeptics_v_Realists.jpg

  • Le président du GIEC avait annoncé également une baisse des moyennes de température de la planète en 2011. Ce qui contredit ceux qui affirmaient il y a 20 ans que le réchauffement climatique serait exponentielle et dont certain avaient parlé il y avait quelques années que c’était devenu irréversible que nous avions passée le point de non retour

    D.J

  • Justement, le changement climatique n’est pas linéaire, beaucoup de facteurs interviennent (rétroaction- chaleur latente etc..). On pourrrait illustrer cette notion par la manière dont monte les températures entre janvier et juillet. L’augmentation des températures n’est absolument pas linéaire, et il arrive qu’un mois d’avril soit plus chaud qu’un mois de mai, pourtant plus avancé dans la saison chaude. Le réchauffement climatique est avant tout une prévision, mais il commence à se mesurer. 10 ans à l’échelle climatique, ça n’a aucun sens. Des phénomène comme la Nina ou el Nino, les eruptions volcaniques, le soleil etc.. bref ce qui constitue la variabilité climatique naturelle, interviennent. C’est pourquoi, la température de la dernière décennie a pu marquer un palier. Il faut prendre plus de recul, et puis pourquoi diable cet entetement à toujours vouloir nier à trouver des contre exemples tirés par les cheveux ou mal interprété. Réchauffement ou non, cela passe par un changement globale de nos sociétés.

    • ah non…science is settled et certitude des 90% et cie…
      c’est surtout là qu’est l’os…

      définissez la température globale…
      et tiens commencez par me dire quelle température autre que celle de son thermomètre mesure une station météo et pourquoi!!!!

      on a donc un machin local qui donne une idée d’une température, on fait la demis somme des temperature min max de ce lieu…

      et de ce machin curieux on fait une moyenne sur un échantillon de stations et bien sur à la fin si ça augmente ça veut dire que ça chauffe…
      huh…

      donc expliquez moi pourquoi vous pouvez dire ce que mesure une station…( autre que la température du thermomètre!!) et je ne vous demande pas de me dire que vous supposez que le thermomètre a le temps de se mettre en équilibre avec le gaz dans le boitier mais de me dire comment vous pouvez affirmer cela.

      et je vous demande ensuite de me définir mathématiquement la température moyenne globale…

      je ne dis pas que c’est infaisable , je dis que ce n’est pas trivial!

      • La façon dont sont mesurées les températures est suffisante pour détecter une tendance tout de même. Et il y a d’autres indicateurs climatiques que le thermomètre.

    • C’est marrant ce que vous dites Sebastian parceque c »est exactement le contraire de ce qu’ont soutenu les « scientifiques » réchauffistes pendant ces 20 dernières années.
      Et comme vous le proposez, prenons un peu de recul. Regardons par exemple l’optimum climatique médiéval dont il a été montré que son amplitude mais sa répartition était comparable au réchauffement actuel, tout ceci avec moitié moins de CO2.
      Ça, ça s’appelle de la science, pas un verbiage pompeux que l’on adapte au grès des circonstances.

      • Un verbiage pompeux adapté! C’est totalement HS d’autant que ce que je dis est vrai, avec les mots qui conviennent.
        Vous n’avez pas dicuté objectivement de ma remarque, vous reprenez en donnant une vérité scientifique. Ca n’est pas la preuve que le réchauffement actuel n’est pas d’origine anthropique, cela montre qu’il y a une variabilité du climat, comme je dis. Ce n’est pas la négation de « le réchauffemnt existe et est du à l’homme ». Vous devriez m’en dire plus sur ce que vous appellez la science!

        • La sciences c’est simple c’est de l’expérimentation. Vous développer une ou des hypothèses, vous procéder à des expérimentations qui devront valider ces hypothèses. Si les expérimentations ne les valides pas alors vos hypothèses sont mauvaises il faut donc en changer.
          Vous voyez c’est simple! et c’est exactement ce que ne font pas les pseudo scientifiques réchauffistes.
          Sans compter que :
          -l’effet de serre n’a jamais été prouvé
          – dans le passé l’augmentation de température à TOUJOURS préscédé l’augmentation du CO2
          – Rien ne prouve que le réchauffement (s’il existe) est lié à l’activité humaine
          – Rien ne prouve que le réchauffement (s’il existe) sera néfaste.
          Donc comme disait un bon ami scientifique, « quand on en sait aussi peu on ferme sa gueule! »

          • @Laurent

            Je ne comprends pas.
            Sans rentrer dans le débat
            – du forcage entropique par l’homme
            – qui de la poule ou de l’oeuf CO2 température
            peut-on sérieusement soutenir aujourd’hui que le niveau de température n’est pas lié à la rétro radiation des rayons du soleils (réémis par la terre) effectuée si j’ai bien suivi par la vapeur d’eau, CO2, etc (et non O2 & N2)? donc toute l’histoire des mesures du spectre infrarouge vers le haut et le bas, n’explique rien du tout?
            quels sont les arguments qui mettent en défaut cette analyse, et surtout quelle est la théorie alternative?
            Dire qu’on a jamais « prouvé », au sens reproduction des conditions, l’effet de serre ne me gène pas, car cela me semble expérimentalement difficile à reproduire. (oui oui les expériences film plastique c’est pipeau)
            Il me semblait que la preuve était plus de l’ordre de la mesure et de l’analyse du même système ailleurs ou dans d’autres conditions.
            Mais donc a-t-on autre chose?

            sur la poule et l’oeuf CO2/CH4 température. La corrélation existe c’est indiscutable. Mais vous soutenez que l’augmentation de température précède. A-t-on des données expérimentales ou mesures qui montrent une période de référence stable, puis une augmentation de température pendant une période significative (tandis que CO2/CH4 est flat), suivi enfin de l’augmentation des concentrations des gazs? les mesures glacières sont suffisamment précises pour cela?
            je suis très preneur d’un tel graphe, ou des arguments qui vont dans ce sens.

            merci

          • Les Sceptiques affirment que l’augmentation du CO2 est une conséquence du réchauffement, puis ils affirment qu’il n’y a pas de réchauffement depuis 98; alors comment expliquent-t-ils maintenant l’augmentation incontestable du CO2 constaté dernièrement ?

          • @citoyens
            Il n’existent pas de « LES sceptiques ».
            CERTAINS Sceptiques affirment que l’augmentation du CO2 est une conséquence du réchauffement (par dégazage des océans par exemple). Beaucoup d’autres ne se prononcent pas sur une éventuelle corrélation entre les deux phénomènes : l’hypothèse nulle, c’est qu’ils sont indépendants, jusqu’à preuve du contraire.
            Et ce ne sont pas les sceptiques qui affirment qu’il n’y a pas qu’il n’y a pas de réchauffement depuis 98, ce sont les mesures, comme le reconnait jusqu’au grand chef du GIEC, Pachaury.

            « alors comment expliquent-t-ils maintenant l’augmentation incontestable du CO2 constaté dernièrement ? »
            coupez le feu sous une casserole d’eau bouillante, la production de vapeur d’eau ne cesse pas immédiatement.
            Toute dépend de la cinétique de la mise en équilibre de la concentration en CO2 par rapport à la nouvelle température.

            Vous aurez bien du mal à trouver une explication symétrique compatible avec les modèles du GIEC : si le CO2 provoquait le réchauffement, la hausse continue du CO2 sans réchauffement implique un mécanisme compensateur des effets du CO2 que le GIEC exclut totalement. dommage…

          • @Kirill

            « peut-on sérieusement soutenir aujourd’hui que le niveau de température n’est pas lié à la rétro radiation des rayons du soleils (réémis par la terre) effectuée si j’ai bien suivi par la vapeur d’eau, CO2, etc (et non O2 & N2)?  »
            Oui on peut. Des physiciens très sérieux le fond. Certains par exemple expliquent tout par la pression. C’est un autre modèle, aujourd’hui marginal, mais qui sait ce qu’il en sera demain…

            « donc toute l’histoire des mesures du spectre infrarouge vers le haut et le bas, n’explique rien du tout? »
            Rien du tout. une mesure n’est qu’une mesure, pas une explication.

            « quels sont les arguments qui mettent en défaut cette analyse, et surtout quelle est la théorie alternative? »
            ouh là, ça ne rentrera pas dans un post. Voyez plutôt http://www.pensee-unique.fr/
            http://www.pensee-unique.fr/theses.html

            « Dire qu’on a jamais « prouvé », au sens reproduction des conditions, l’effet de serre ne me gène pas, car cela me semble expérimentalement difficile à reproduire. (oui oui les expériences film plastique c’est pipeau) »
            Au contraire, on a prouvé l’effet de serre, ce n’est pas si compliqué, il faut un peu d’ingéniosité c’est vrai mais c’est à la portée d’un vrai scientifique. Malheureusement… il ne marche pas du tout comme on vous l’a vendu. Voyez http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/effet-de-serre-wood.xml, et comprenez l’écart entre ce qu’on vous a dit, et ce que la science sait depuis plus d’un siècle.

            « Il me semblait que la preuve était plus de l’ordre de la mesure et de l’analyse du même système ailleurs ou dans d’autres conditions.
            Mais donc a-t-on autre chose? »
            On a lune qui n’a pas d’effet de serre, et Vénus qui en a un. On a même des gens a priori sérieux qui ont fait des modèles qui marchent (disent-ils) pour la Terre, Vénus et la Lune (qui doivent quand même bien suivre les même lois physiques, quelle que soit leur atmosphère)… mais qui contredisent le GIEC. C’est con.

            « sur la poule et l’oeuf CO2/CH4 température. La corrélation existe c’est indiscutable. Mais vous soutenez que l’augmentation de température précède. A-t-on des données expérimentales ou mesures qui montrent une période de référence stable, puis une augmentation de température pendant une période significative (tandis que CO2/CH4 est flat), suivi enfin de l’augmentation des concentrations des gazs? les mesures glacières sont suffisamment précises pour cela?
            je suis très preneur d’un tel graphe, ou des arguments qui vont dans ce sens.  »
            Suffit de demander : http://www.pensee-unique.fr/soleil.html#vostok1
            Conclusion : le CO2 monte et descend avec en moyenne 800 ans de retard sur la température.

          • @ P, Il y a aussi le fait que CERTAINS sceptiques demandaient au GIEC, il y quelques années, à prendre en compte l’influence du soleil, ce en quoi ils n’avaient pas tord.
            Seulement, le soleil qui a normalement un cycle de 11 ans avec une incidence de 0,1° entre extrêmes, n’a, de façon exceptionnelle, pas retrouvé son point haut d’activité depuis 2002.
            Ce qui n’a pas empêché notre planète d’enregistrer 8 des 10 années les plus chaudes dans la dernière décennie…. 🙂

          • @citoyen
            et donc ? quand vous coupez le feu sous une casserole, hop, l’eau refroidit tout de suite ? non ?
            Alors il est n’y a rien de surprenant à ce que la terre ne se refroidisse pas très vite quand le soleil cesse de la surchauffer (si c’est lui).

          • Je ne vois pas pourquoi vous me racontez ce que votre ami vous dit, ça vous regarde.. Je ne vois pas en quoi non plus vous avez plus de légitimité que les autres en la matière. Pour vos remarques:
            1) une bonne blague
            2) effectivement, et c’est normal
            3)Le réchauffement existe, faut pas exagérer non plus et rien ne prouve que ce n’est pas l’homme
            4) une autre bonne blague, sauf pour qq régions

        • Le,problème qui vous a sans doute échappé mon ami c’est qu’on est pas vraiment capable d’expliquer ces optima climatiques. Par contre, on serait sûr que le réchauffement actuel qui n’a absolument rien de spectaculaire est d’origine annthropique.
          Il faut être sérieux 5 minutes. Alors qu’on a peine à faire la part du signal naturelle et d’en démonter les mécanismes, on nous affirme avec la foi du charbonnier que la science is settled…quelle bonne blague.
          C’est tout sauf de la science.

        • Bonjour Sebastien70
          « et puis pourquoi diable cet entetement à toujours vouloir nier à trouver des contre exemples tirés par les cheveux ou mal interprété »
          C’est vous qui etes dans l’entetement, nous sommes climato-septiques, nous sommes libres, nous n’avons pas la religion du GIEC.
          Si dans 15 ans la temperature augmente comme prevu par les modeles, je dirai votre modele est robuste. Ce n’est pas le cas

          • C’est la façon de faire le débat qui est dommage, c’est lassant d’entendre parler de complot, de lobbies, de « réchauffistes » ou de « sceptique »! Personne ici ne peut convaincre par les chiffres ou les données, par contre on peut analyser une façon de penser à ce sujet.

          • @sabastien
            Non
            Ce n’est pas à nous les septiques d’apporter la preuves du RCA, surtout quand les modeles et la réalité des mesures sont discordantes.
            J’en ai rien à faire d’etre convaincus ou non, j’en ai rien à faire d’analyser une façon de pensées. Plus les mesures tombent plus le coté pathologique, PATHOLOGIQUE, du giec apparait. PATHOLOGIQUE comme la pensée marxiste et socialiste.

          • Pathologique, la encore c’est excessif. Il faut savoir parfois changer de mode de pensée. En fait, le débat ressemble à celui entre partis politiques, c’est stérile.

  • Pour rester sur le thème de l’environnement, quel avis avez-vous (je m’adresse à tous) sur le « world overshoot day » ou « jour de dépassement » de hier ?

  • en quoi les orgasmes de roseline Travelot peut-ils influencer le réchauffement climatique ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

Réuni ce vendredi à Matignon, ce qui s’apparente à un gouvernement technique en pleine campagne législative s’est vu confier sa feuille de route par le Premier ministre Élisabeth Borne.

Une feuille de route fondée sur trois priorités : le pouvoir d’achat, la santé et le climat.

Cette liste fait écho à une autre, adressée une semaine auparavant par le président de la République dans un tweet :

https://twitter.com/EmmanuelMacron/status/1526250371638874115?ref_src=twsrc%5Etfw

 

Le chef de l’État évoque une... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles