La France en 2025 nous promet une averse de bisous

Chat triste : les générations futures vont déguster !

Les ministres nous proposent leur vision de la France en 2025. Seul souci : personne n’y croit, même pas eux.

Quand on tombe sur un idiot, on se dit que, quelque part, un village doit être en manque. Avec les ministres de l’actuel gouvernement, c’est, véritablement, une épidémie de villages dépeuplés qu’on observe. Et c’est tellement vrai que, pour éviter qu’ils fassent des bêtises, il a fallu les occuper pendant leurs vacances. Hollande leur a donc demandé une petite dissertation, sur le thème « Imaginez la France de 2025 ». Évidemment, les idiots ont obtempéré joyeusement.

Et déjà, les premières copies ont été dépouillées (mais pas autant que le contribuable français, hein, sachons raison garder). À leur lecture, une conclusion s’impose : le futur n’est plus ce qu’il était : il y a quelques temps, ce genre d’exercice de prospective aboutissait généralement à une cargaison de voitures qui volent, de la télé-transportation et des fusées technospatiales qui voguent d’une planète à l’autre. Et en termes de politiques, on avait droit, jadis, à un monde un peu utopique (ou dystopique, selon le point de vue) où les problèmes sont tous résolus, notamment par l’application soignée et obstinée d’un collectivisme joyeux et bien compris.

Captain Future !Cette fois-ci, cependant, le découpage par ministère donne un résultat moins finement ouvragé. On n’y perd pas forcément au change : s’il y a certes moins de voitures au design rocambolesque et moins de gardiens de la paix en moule-burnes fluos, on gagne tout un kit d’héroïnomane avec livraison à domicile, doublé d’un laboratoire de petit chimiste et d’une fourniture non stop de morphine-base. En effet, à lire les productions de Montebourg, Valls, Duflot, Taubira ou Moscovici, on ne peut qu’aboutir à la conclusion que nos ministres sont tous, résolument, ouvertement et gaiement drogués. Et ce qu’ils prennent, c’est du très costaud pas remboursé par la Sécu (ouf, cela nous aurait encore coûté une blinde).

Soyons honnête : se lancer dans une étude prospective à 12 ans, ce n’est pas simple. Se lancer dans une étude prospective à 12 ans, alors que la 5ème République est en train de vivre l’une des crises, si ce n’est pas LA crise la plus importante de son histoire, cela relève évidemment d’un exploit si l’on parvient à quelque chose qui se réalise effectivement. Et se lancer dans un tel exercice alors qu’on a, tous les jours, prouvé qu’on est parfaitement à côté de la plaque, c’est un exercice voué à l’échec.

small double facepalmBien sûr, on peut décortiquer les quelques pages produites par nos ministres pour expliquer pourquoi rien de tout ce qui est écrit ne pourra jamais se produire comme ils l’ont écrit. On pourrait gloser, au passage, sur la prose oscillant entre le médiocre et le catastrophique de la production ministérielle, qui en dit finalement long sur la capacité du scribouillard qui l’a pondue : manifestement, les nègres de nos ministres n’excellent vraiment pas dans ce genre d’exercice. Nous offrant, comme Moscovici, des copies scolaires à la platitude quasi-insupportable d’ennui, ou des envolées lyriques aussi bidons que ridicules pour Montebourg, on comprend que la production des cabinets fut aussi difficile que gluante.

small facepalmComment ne pas s’envoyer violemment dans le visage une poignée de microbes palmaires lorsqu’on découvre que le Ministre du Dressement Reproductif imagine une France, en 2025, devenue un fleuron technologique vendant comme des petits pains des voiturettes qui consomment 2L au 100 ? Comment ne pas sourire de façon un peu crispée lorsqu’on lit les louanges au soutien public des PME, alors même que les auto-entrepreneurs et les PME sont, actuellement, pilonnés par les charges, les impôts et les règlementations toujours plus confus ? Franchement, comment ne pas sourire devant la bousculade de mots-clefs qu’il a tentée pour camoufler la vacuité de son propos ?

La France a su être au rendez-vous du prototypage rapide, de la convergence des réseaux sociaux, de ľhyperconnexion des entreprises, des interfaces homme-machine, de la robotique, de la réalité augmentée, du numérique (bigdata, cloud…), du cobo-management, de l’impression 3D, de l’intelligence artificielle et du design.

Ah oui, presque tout y est. Il manque probablement une ou deux autres technologies hype & fashion de 2013, mais on a fait le tour et on peut cocher toutes les cases du bullshit-bingo. Merci, Arnaud, beau boulot.

bullshit bingo montebourg

On pourrait passer un peu de temps à revenir sur les élucubrations fantaisistes (ou foutaisistes, plutôt) des autres ministres, mais — et c’est, en soi, fort instructif — les médias traditionnels sont déjà passés par là. En effet, il suffit de lire quelques uns des éditos à ce sujet sur Le Point, Europe 1, Le Monde, ou même France-TV voire Le Nouvel Obs pour s’apercevoir d’une chose assez étonnante : personne ne croit aux fadaises qui sont débitées par nos minustres dans cet exercice à la futilité calculée.

Tout le monde a bien vu que le résultat, dégoulinant d’optimisme, nous offre une avalanche de bisous républicains bien humides. Tout le monde a bien compris que si 2025 avait été choisi (et pas, par exemple 2017 ou 2022), c’est essentiellement parce que dans 12 ans, aucun des charlots qui proposent ces affabulations ne sera plus au pouvoir, depuis longtemps. Partant, les journalistes ne trouvent guère de crédibilité à l’exercice ni au résultat fourni.

Et on peut se demander, devant une crédibilité si faible, pourquoi un tel exercice aura été mené en premier lieu. En réalité, on se doute qu’il s’agit d’une opération de communication qui vise, probablement, à rassurer les marchés en leur montrant que nos dirigeants ont une vision d’avenir. Le souci, ici, est que cette vision si éloignée de toute réalité tangible, nécessite de tels efforts d’ajustement intellectuel, et, pragmatiquement, de telles réformes pour le pays qu’on sait pertinemment qu’il ne pourra rien se passer tel que décrit. L’analyse des ministres, joyeusement hémiplégique, déclenche une avalanche de bisous qui ne parvient pas à camoufler l’absence totale de capacité de nos dirigeants à se projeter au-delà du mois prochain.

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

En effet, comment ne pas s’étonner qu’ils sortent des prédictions douze ans en avance alors que les mêmes personnes se sont étonnées des chiffres de croissance à +0,5% ce trimestre ? D’ailleurs, lorsqu’on comprend comment cette croissance fut obtenue, on voit bien l’aspect parfaitement artificiel de la performance. Autrement dit, alors que nos ministres n’avaient pas de mots assez durs pour la précédente majorité responsable du marasme de la France, alors que nos ministres sont maintenant agréablement surpris par ce regain de croissance, alors qu’ils sont en train de se badigeonner tous les orifices et les babines de cette magnifique réussite en s’auto-congratulant des beaux efforts qu’ils firent pour en arriver là, et alors donc qu’ils montrent leur parfaite et totale candeur voire naïveté… ils veulent nous faire croire que leurs petites dissertations de vacances, maladroites et sur sujet imposé, sont crédibles ?

Allons. À d’autres. Mais le plus gênant, c’est que s’ils n’arrivent même pas à embobiner les journalistes, ils ne pourront espérer attendrir le reste du monde et les marchés.

La rentrée promet d’être agitée.

—-
Sur le web