Les petites factures de Carla Bruni et Valérie Trierweiler

Pourquoi les médias bruissent des coûts du site web de Carla Bruni et ne disent rien des coûts engendrés par Valérie Trierweiler à l’Élysée ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Valérie Trierweiler (Crédits Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les petites factures de Carla Bruni et Valérie Trierweiler

Publié le 6 août 2013
- A +

Ces derniers jours, la presse et les réseaux internet ont bruissé d’une ennuyante révélation : des détournements de fonds, plus ou moins louches, auraient eu lieu lors de la précédente présidence de la république française. Horreur, abomination, consternation : les élites qui nous gouvernent taperaient dans le pot de confiture !

Et comme d’habitude lorsqu’une presse qui s’ennuie doit trouver un sujet, les articles ne manquent pas pour relater les tenants et les aboutissants de ce qu’on va pouvoir appeler, à présent, l’affaire Bruni. Fin juillet circulait un peu partout sur la toile (et sur Facebook notamment) une insistante rumeur selon laquelle l’ex-première dame est en effet accusée d’avoir financé le site de sa fondation par des fonds publics, pour un montant supérieur à 400.000 euros. Cette rumeur ne serait pas sans fondement puisqu’à son départ, on trouve la Cour des Comptes qui fait mention de la dépense au détour d’une phrase dans un de ses récents rapports sur la gestion de l’Élysée publié le 15 juillet.

Immédiatement, des questions se posent : peut-on trouver normal que de l’argent public soit utilisé pour financer un site web d’une personnalité qui n’a pas été élue, qui n’a pas mandat, à proprement parler, pour le dépenser ? Comment justifier, en outre, le montant exorbitant du site web ? Parce que bon, mes petits amis, 410.000€ pour un site web, aussi carlabrunesque soit-il, cela fait lourd pour quelques pages web, joliment designées, certes, mais tout de même… Pour quelques milliers d’euros, on peut, de nos jours, obtenir un résultat très similaire.

L’affaire ne s’arrête pas là puisque le 23 juillet dernier, un développeur de jeux vidéo sur Internet, Nicolas Bousquet, a eu l’idée de lancer une pétition sur Change.org, qui a récolté plus de 100.000 signatures à ce jour. Joli score. Dans un récent éditorial, le développeur explique son action :

… lorsque la question s’est posée de savoir si Carla Bruni-Sarkozy était autorisée à utiliser l’argent des contribuables, j’ai commencé à faire quelques recherches. Pour le moment, je n’ai trouvé aucune loi pouvant justifier l’utilisation des fonds de l’État en faveur de Mme Bruni-Sarkozy. J’imagine qu’un investissement aussi conséquent me choquerait moins si la Première dame était une « cover girl », une communicante présente dans la vie publique, une sorte de Michelle Obama à la française. Et même, sans cadre légal, sa position resterait critiquable. D’autres pourraient mieux répondre à ce point particulier. Je ne suis pas réfractaire à de tels placements, mais comme dans toutes dépenses publiques, il faut être transparent.

carla bruni détourne des fonds

Et force est de constater que, pour un libéral comme moi, qui attache une importance toute particulière aux dépenses de l’État, et pointe régulièrement les abus des gens de pouvoir sur le dos des contribuables, les interrogations de M. Bousquet sont essentielles, méritent des réponses et justifient amplement que la presse (Le Monde, L’Express, Libération, et même Le Figaro) s’empare de l’affaire et utilise son pouvoir d’amplification des questions populaires pour titiller le débat.

Oui, il m’apparaît indispensable de demander des comptes à Carla Bruni.

Maintenant, ceci posé, une question me tarabuste.

Je résume en effet : nous avons une première dame qui fait des frais, importants. Nous avons des gens qui s’interrogent sur la légitimité tant de la dépense elle-même que sur la provenance des fonds, et sur l’opacité qui règne autour de cette dépense. Et nous avons une presse qui relaie bruyamment, servilement presque, ces interrogations.

Soyons clairs : qu’il est bon de savoir que les puissants puissent trembler d’avoir à rendre des comptes !

Mais voilà : il existe une autre affaire, en tout point similaire, d’une première dame qui fait des frais, importants, une affaire dans laquelle des gens s’interrogent sur la légitimité de la dépense elle-même, sur la provenance des fonds, et sur l’opacité qui règne autour de cette dépense. En revanche, la presse ne relaie rien du tout. Elle ne veut pas en entendre parler.

Soyons clairs : qu’il est gênant de constater que d’autres puissants passent ainsi entre les gouttes parce que la presse les oublie commodément !

Et pour ceux qui ne verraient pas de quoi je veux parler, rappelons que nous, libéraux, sur Contrepoints notamment (et ailleurs, comme ici ou ), nous nous interrogeons sur ce que fabrique exactement Mme Trierweiler.

Rappelons en effet que la copine de François Hollande n’est ni officiellement pacsée avec lui, ni même en concubinage (situation qui serait apparue dans une déclaration fiscale idoine, par exemple). Elle n’est pas élue, et n’a été désignée par aucune institution républicaine pour quelque poste que ce soit. Elle n’a ni mandat, ni mission, ni statut juridique au sein de l’Élysée, mais elle bénéficie pourtant d’une équipe payée par le contribuable. Elle jouit aussi des services qui sont mis à la disposition du Président de la République. Et les montants dépensés sont au moins de l’ordre de 240.000 euros à l’année depuis qu’elle s’est incrustée et qu’elle fait abondamment parler d’elle à cette place…

ordonnance xavier kemlinXavier Kemlin, en mars de cette année, avait pointé du doigt ce problème, en déposant une plainte au tribunal correctionnel de Saint-Étienne contre Valérie Trierweiler pour « détournement de fonds public ». Or, et ceci est récent, nouveau et devrait déclencher un minimum d’intérêt, cette plainte a finalement été acceptée, et il semble qu’à la suite de ce dépôt, Valérie Trierweiler sera convoquée chez le juge d’instruction à la rentrée, pour qu’il décide s’il faut la mettre en examen pour détournements de fonds publics.

Comme on peut le constater, il s’agit ici d’un fait d’importance : ce n’est pas tous les jours que la compagne du chef de l’État peut être convoquée pour une mise en examen. Techniquement, on pourrait même dire qu’on est à l’étape suivante de la polémique qui s’entretient actuellement autour de Carla Bruni, et qui génère déjà un bon nombre d’articles dans la presse. Mais voilà : si, pour Carla Bruni, il suffit qu’on évoque le problème pour qu’immédiatement, pamphlets et éditoriaux apparaissent sur la toile, dès qu’il s’agit de Valérie Trierweiler, on n’entend plus aucun journaliste s’étonner des dépenses qui sont engagées pour cette dernière.

valérie trierweiler détourne des fonds

Où sont passés ceux qui s’étonnent des factures de Carla lorsqu’on évoque celles de Valérie ?

Pourtant, on pourrait dire, comme pour M. Bousquet à l’égard de Bruni, que lorsque la question s’est posée de savoir si Valérie Trierweiler était autorisée à utiliser l’argent des contribuables, on a commencé à faire quelques recherches, et pour le moment, on n’a trouvé aucune loi pouvant justifier l’utilisation des fonds de l’État en faveur de Mme Trierweiler. On n’est pas forcément réfractaire à de telles dépenses, mais comme dans toutes dépenses publiques, il faut être transparent. Non ?

Et pourtant, pas un mot dans la presse.

À quel jeu trouble jouent nos journalistes, la bouche pourtant si pleine de neutralité, d’exhaustivité et de transparence ? Pourquoi un tel différentiel de traitement ? Qu’est-ce qui justifie ce Deux Poids Deux Mesures, cette asymétrie troublante ?

—-

Sur le web

—-

Valérie Trierweiler, première quidame au Mali à la barbe des protocoles

Xavier Kemlin : « Je vise la destitution de François Hollande »

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Donc, le hollandisme n’est pas si normal que cela, et il ne fait l’apologie de la transparence que lorsque cela ne met pas sous le feu des projecteurs ses petites combines minables, aux frais des contribuables, bien sûr….J’ose espérer que la justice fera son travail avec objectivité et sans tenir compte des pressions que Dame Taubira, téléguidée par l’Elysée, ne manquera pas d’exercer…

  • Le mariage est la reconnaissance par l’état d’une relation qui justifie dans certains cas qu’un conjoint ne soit pas traité comme une personne étrangère à l’autre. Les avantages dont peut jouir un conjoint restent à discuter, mais pour une personne non liée par un mariage ou un pacs, il est totalement inadmissible qu’il y en ait.

  • L’Église catholique n’a rien à voir avec le mariage du chef de l’État dans une République qui se veut laïque, i.e. qui ne reconnait officiellement aucun culte.
    Si cette femme avait un quelconque lien légal avec le chef de l’État il pourrait être compréhensible – bien que condamnable en l’état actuel du droit – qu’elle bénéficie de son statut. En l’occurrence il s’agit, au regard de la loi française, d’une parfaite étrangère. Il est donc légitime de se poser la question que se posent tous les chefs du protocole des pays visités normalement par le président : qu’est ce qu’elle fout là ?
    Après, en cas de mise en examen on finira par trouver un beau petit contrat de travail au titre de conseillère spéciale attachée à la présidence ou un truc du genre. Et avec ce que la République offre aux anciennes « premières dames » un petit mariage est prévisible avant la fin du mandat…

  • Je vous invite à lancer une pétition, ça marche bien il parait :)=

  • Normal….Normal, tout devient normal. Mais la peur du caniche qui mord les mollets reste une réalité. C’est que ça fait mal ces betiolles….je le sais, ma grand mère en avait un (blanc et con en plus). C’est que cette espèce de petite fiote, il prenait ma jambe pour autre chose…Bref, ces caniches, faudrait les interdire.

  • donnez moi une adresse mai et vous fait parvenir les pièces justificatives d’une affaire corsée, dégueulasse et même plus.

  • Je déteste la figure du monarque républicain, et les privilèges assortis. Je suis donc tout à fait d’accord sur l’obligation de transparence concernant l’utilisation des fonds publics (hors domaine classifié). Pour autant je ressens un petit malaise à la lecture de cet article. Ce que l’on reproche à Carla Bruni c’est le financement, étrangement élevé, de la page web de sa fondation « privée » avec des fonds publics.
    Ce que l’on semble reprocher à Valérie Trierweiller c’est son statut marital…Toutes choses égales par ailleurs (donc en faisant abstraction de la question du site polémique), on trouverait normal d’accorder à Carla Bruni un budget correspondant à ses obligations protocolaires mais pas à Valérie Trierweiller. Le communauté de vie dans un cas comme dans l’autre est avérée et il me semble qu’au 21ème siècle on peut dépasser ce type de débat un peu « conservateur ».

    • Non. L’article est parfaitement clair et votre biais est clairement dans votre tête ; je cite :

      « Oui, il m’apparaît indispensable de demander des comptes à Carla Bruni. »

      Et l’accent porte non pas sur le statut en lui-même, mais sur ceci :

      « Où sont passés ceux qui s’étonnent des factures de Carla lorsqu’on évoque celles de Valérie ? »

      Il suffit de lire. Même un PACS entre Hollande et Trierweiler suffirait à lever l’ambiguïté de la position de cette dernière… mais ne résoudrait pas le caractère douteux et illégitime de ses dépenses, du reste. Quant à son ISF, hein …

    • Pourquoi soulever la question du statut exact de la citoyenne Trierweiler serait-il un problème ?

    • Si vous êtes mal à l’ aise à cette lecture, c’ est que les arguments du camps « progressiste » qui vont bientôt pleuvoir pour la défendre ont gagné d’ avance. Posez-vous la question de savoir si l’ on cherche à juger un modèle d’ union ou une union modèle.

    • Et bien Tyler, concernant ceci :
      Le communauté de vie dans un cas comme dans l’autre est avérée et il me semble qu’au 21ème siècle on peut dépasser ce type de débat un peu « conservateur ».

      Il est trop facile d’avoir le beurre et l’argent du beurre.
      Ce qui me gène n’est pas tant de savoir si Mme Trierweiller est oui ou non avec Mr Hollande mais pourquoi est aux yeux de la Republique parfois l’est-elle et parfois elle ne l’est pas. Ou plus exactement, pourquoi l’est-elle uniquement lorsque cela l’arrange ?

      Maintenant la seconde question serait de savoir a leurs declarations de 2013 le statut marital applique…

  • Que l’on promène le prochain qui tapera dans la boite à biscuit en costume de cloune sur un âne dans la cité !!! Une vraie punition quoi ???!!! 🙂

    Comment « fachiste » ?!!!

    Ouais je sais des fois je suis limite… A force de voir des cazuzacs faire des choses pire qu’acheter du shit et pas être ni en gdv ni à dispo d’un juge ni payer un centime d’amende… ça agace et des fois ça libère la mandale… C’est reptilien… 🙂

  • Au lieu de râler, estimez-vous heureux de ne pas avoir un président polygame.

  • En tout ca si c’ est avéré ca fait mal car c est des personnes qui ont les moyens de payer

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
agnès saal
0
Sauvegarder cet article

Par la rédaction de Contrepoints.

Il y a quelques mois, nous vous parlions du "cas" Agnès Saal. Pour rappel, l'ex-présidente de l’INA avait été recasée au ministère de la Culture malgré des dépenses de taxis avoisinant les 41 000 euros avec de l'argent public. Elle vient maintenant d'être nommée haut fonctionnaire.

Retour sur une affaire embarrassante.

Ainsi que Geneviève Frixon le rappelle, il s'agit pourtant seulement de "l’arbre qui cache une forêt de hauts fonctionnaires, enfants gâtés de l’État".

Retro... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

La défense de Marine Le Pen et du Rassemblement National dans l’affaire des emplois fictifs ressemble de plus en plus à celle de Jawad Bendaoud au lendemain de l’assaut de son appartement par le RAID : « Je suis au courant de rien … si je savais, vous croyez que … » : chaque mot semble tellement faux qu’il ne fait que renforcer triplement les soupçons qui pèsent sur elle : soupçons d’avoir commis les faits incriminés (ce que la justice établira ou pas), de mentir effrontément (ce qui ne pourra être établi que si sa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le regard de René Le Honzec.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles