La révolte fiscale contre les écotaxes commence en Bretagne

L’heure de la révolte fiscale a sonné du coté de la Bretagne, contre l’écotaxe poids lourds.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
imgscan contrepoints 2013-2040 révolte Bretagne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La révolte fiscale contre les écotaxes commence en Bretagne

Publié le 5 août 2013
- A +

L’heure de la révolte fiscale a sonné du coté de la Bretagne, contre l’écotaxe poids lourds.

Par le Parisien Libéral.

L’heure de la révolte fiscale a sonné du coté de la Bretagne ! Avant-hier, des manifestants ont abattu un portique écotaxe situé à Guiclan (sur la N12, entre Morlaix, Landivisiau et Carantec).

Si cela n’est pas, avec la révolte des tondus, méprisée par Marisol Touraine, le début d’une jacquerie de grande ampleur !

Que va faire Manuel Valls ? Envoyer des CRS quadriller la Bretagne ? Grâce aux 35 heures, depuis le mois de mai dernier, il n’y a pas assez de policiers et de gendarmes, selon Économie Matin. De toutes façons, entre les troubles à Marseille, les Roms à expulser à Lille, à Paris ou dans l’Essonne, la surveillance des stations balnéaires à risque (lire Le FigaroLa délinquance gagne les plages) ou le réveil des anti Notre Dame des Landes, ce ne sont pas les théâtres d’opération qui manquent !

Les Français n’en peuvent plus de tous ces impôts que l’UMP et le PS s’ingénient à inventer.Cela fait quelques mois que le gouvernement sait que la zone rouge est atteinte, et que le rendement fiscal diminue alors que les taux et assiettes augmentent, vérifiant ainsi la courbe de Laffer.

Maintenant, avec la révolte de Guiclan, le message est clair : non, c’est non !

Ceci étant dit, rendons quand même à César ce qui appartient à César. Ce ne sont pas Moscovici, Cahuzac et Ayrault qui ont décidé le principe de l’écotaxe poids lourds. C’est une décision du précédent gouvernement. Et si on en croit l‘Agence Bretagne Presse, le trouble suscité par l’écotaxe en Bretagne va bien au delà des 0,02 € à 0,25€/km de taxe demandés aux poids lourds : c’est bien le respect du traité signé entre Anne de Bretagne et François 1er qui est en jeu, et il faut croire que décidément, conformément à ce que soulignait un article du Figaro du 9 mai 2009, Sarkozy n’avait effectivement rien compris à la Bretagne et à son anti jacobinisme.

Reste toutefois le principe de l’écotaxe. Elle vise, dans son principe, à faire internaliser par les usagers de la route (dont les routiers) les coûts environnementaux réels ou supposés générés par le trafic routier, afin de rendre le train et le ferroutage plus compétitif. Le problème est que l’État, actionnaire à 100% de la SNCF, bloque les initiatives privées et régionales de fret ferroviaire (lire Novatrans-Combiwest : l’Araf tranche en faveur de RFF), en admettant même que le ferroutage puisse atteindre le degré de flexibilité du fret routier un jour, ce qui est évidemment impossible.

L’autre problème réside dans le fait que le trafic routier est déjà ultra taxé. Automobilistes, aviez-vous remarqué que vous êtes sujets à une double taxation sur chaque litre d’essence ? La TVA s’ajoute à la TIPP payée, dans un joyeux micmac d’autant moins clair que l’État ne veut pas que les distributeurs affichent clairement sur les tickets de caisse la distinction entre les deux taxes.

Quelque part, l’écotaxe correspond quand même à une vision, celle d’accélérer la transition énergétique, afin de faire évoluer l’économie française, trop dépendante au pétrole, vers une économie plus verte, décarbonnée, circulaire (qui favorise le recyclage), conformément au schéma de Jeremy Rifkin.

Mais quand bien même on serait séduit par le concept (et c’est loin d’être gagné), rien n’est dit par son auteur quant aux moyens politiques à mettre en œuvre pour parvenir à cette situation. Or, on réalise bien que pour le PS, EELV, les deux Fronts (de gauche ou national) et une partie de l’UMP, il y a une avant-garde éclairée, qui doit guider le peuple, de gré ou de force, à coup de barrières d’écotaxes installées sans débats ni concertation. Ne serait-il pas plus simple de laisser les gens débattre ? Qui, par exemple, dans le monde politique français, rappelle que notre mode de vie implique toujours plus de guerres au Mali ou ailleurs et de baisers sur les pieds des Saoudiens ? Les gens sont capables de comprendre que le tout-pétrole est incompatible avec une diplomatie des Droits de l’Homme. Ils n’ont pas besoin d’écotaxe pour cela. Ils ont juste besoin d’alternatives simples, efficaces et disponibles. Les Velibs, les véhicules électriques, et le train, n’en sont pas.

Si Jean-Marc Ayrault, Philippe Martin, Nathalie Kosciusko-Morizet ou Cécile Duflot sont tellement intéressés par l’écologie, qu’ils démissionnent de la fonction publique, abandonnent la politique et créent des entreprises focalisées sur la recherche d’alternatives au pétrole. Sinon, qu’ils laissent les gens rouler, de préférence en baissant les taxes, histoire de les laisser profiter d’une liberté constitutionnelle, celle de circuler librement. Le marché, en ajustant les prix du pétrole à la demande, se chargera de faire le tri, tout seul comme un grand, sans État nounou pour lui tenir la main.


Sur le web

Lire aussi : Normes, taxes, règlementations : vous allez adorer la « transition énergétique » !

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Bravo! On ne peut que se sentir solidaire des bretons et des tondus. Si toutes les entreprises françaises, à l’appel du Medef (on peut toujours rêver en ce mois d’Août), cessaient de payer l’URSSAF, les socialos-communistes seraient bien obligés d’écouter un peu et de se renseigner sur comment marche une entreprise.

  • Une erreur classique est de penser que cette affaire de transition énergétique se décide au niveau français.

    • Effectivement, les institutions européennes pèsent sur ces prises de décisions. Imbécilement.
      Encore faut-il en pointer les acteurs avec exactitude : l’hémicycle européen abrite une nuée de mouches verdâtres particulièrement virulentes. Avec la complicité des médias, leurs actions de lobbying polluent le mental de nos populations. Or qu’elles s’appuient sur des idées complètement décalées, sinon pire des propositions loufoques (mais néanmoins dangereuses par leurs conséquences). Soit un parfait exemple d’une gouvernance par les idéologies entretenues via des minorités activistes (ce que nous pourrions comparer avec du terrorisme, celui-ci accrédité par les Etats, donc des législations).

      Pour rappel, lire des extraits de cet ouvrage-enquête (juin 2009)
      « Etude sur la nature des mouvements écologistes… » accessible via :
      http://www.larecherchedubonheur.com/article-27817961.html

      • Oh, mais pour les « minorités activistes », c’est encore mieux que ça : l’UE subventionne des « ONG » pour faire campagne dans les débats nationaux internes des Etats membre. Pure ingérence et manque de transparence.

  • Juste, pour le titre : vu que c’est la révolte qui commence, et non pas les écotaxes, c’est « commence » et non « commencent » 😉

    Contrepoints >> Aïe, aïe ! Quelle horrible faute ! Corrigée, merci.

    Sinon, on dirait qu’à force de tondre à ras, le gouvernement commence à toucher la peau… Et ça irrite quand même un peu le moutontribuable !

  • La nouvelle de la destruction de ce portique de la honte, à Guiclan, a été pour moi une des meilleures nouvelles de l’année.
    Enfin un début de révolte contre les délires verdates et la profusion taxière de ce gouvernement.
    Quand aux élus PS de la région, toujours soumis au dictat verdate à cause de magouille électorale, il commence à être temps qu’ils s’aperçoivent que la population en a marre des âneries des écologistes et qu’ils risquent de le payer très cher aux prochaines élections.

  • De toute façon, un seul impôt est acceptable par la Constitution à l’exclusion de toutes les taxes quelles qu’elles soient parce que ne se soumettant pas à l’article 13 des Droits du citoyens de 1789 :
    ART. 13. — Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.
    Donc l’impôt doit être à taux unique, proportionnel et doit toucher tous les citoyens également. Il doit de plus être réservé à l’entretien de la force publique et aux dépenses d’administration.

  • Cette contestation de l’écotaxe en Bretagne est déjà ancienne.
    Elle a débuté à une époque ou un certain Borloo son initiateur était ministre de l’environnement.
    Moi je dis ça, A toute fin utile pour les libéraux tentés de rejoindre l’UDI.
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/02/03/01016-20090203ARTFIG00256-l-economie-bretonne-part-en-guerre-contre-la-taxe-borloo-.php

  • Bravo la Bretagne!

  • Juridiquement plus en vigueur. Pourquoi?
    Il a autant de validité que les traités qui définissent les frontières de la france, l’autonomie des iles Anglo-Normandes, l’existence de la principauté d’Andorre et de Monaco….
    Maintenant il faut reconnaitre que De Gaulle est à l’origine d’un certain développement de la Bretagne, peut être un peu forcé par le CELIB, mais il y a un fait, aujourd’hui les socialos-écolos font tout pour détruire l’économie Bretonne et cela est un fait incontestable.
    Doit-on souhaiter un retour de l’ARB? Je me pose sérieusement la question et je ne suis pas le seul.

    • Techniquement, ce n’est pas exactement la même chose que ces traités : au contraire des exemples que vous citez, la Bretagne n’est plus souveraine et n’est plus une entité distincte de la France.

      De plus, même si je concède que l’argument demeure plutôt formel, les députés représentant les Bretons ont voté cette écotaxe. En ce sens, les Bretons ont donné leur accord, or la règle est celle de ne pas instaurer de péage sans l’accord des Bretons (et pas « pas de péage du tout »). Enfin, cette mesure est un « privilège » au sens de la loi du 4 août qui les a abolis.

      C’est d’ailleurs la même chose pour l’Écosse (qui n’a pas exactement le même statut, et qui se situe dans un autre système juridique) : le parlement du Royaume-Uni a fini par abroger certaines dispositions qui étaient prévues pour être intangibles. C’est ce qui finit toujours par se passer dans les cas de fusion ou d’incorporation d’États ou territoires.

      Encore une fois, mon commentaire est uniquement technique et je ne prétends pas que ces choix sont opportuns ni qu’ils ne sont pas le reniement d’une parole donnée.

    • Pour être précis, le PS breton s’est fâché avec les écolos. JY Le Drian, qui est loin d’être idiot, a vite compris leur inutilité et a refusé des alliances globales. Comme dit l’autre Pierre, cette taxe a été imaginée par la droite avec Borloo, NKM (vous savez, l’admiratrice de Thatcher…pauvre Maggie, elle ne méritait pas ça).

  • Attendons de voir ce que feront les Français lors de l’augmentation du diesel (ou pire la baisse des limitations de vitesse). S’ils ne réagissent pas alors tout continuera de plus belle.

  • Ce n’est pas bien grave dans son montant cette écotaxe, donc pourquoi en faire toute une histoire… bien sûr il faudrait qu’elle soit vraiment utilisée pour ce pourquoi elle a été créée; ce dont je doute vu le gaspillage constant de l’Etat , central et régional.

    • Pourquoi !

      êtes vous riche au point de pouvoir balancer l’argent des autres par la fenêtre ?
      Pensez vous que le travail ne devrait pas être payé à sa juste valeur.
      Pensez vous qu’un bureaucrate qui a fait l’ENA, qui ne connait rien au mot travail est une légitimité sur ces créations de richesse ou destructions de richesse ?
      Ne voyez vous pas que ce système s’appauvri en même temps qu’il détruit les dernieres miettes de richesse et de compétence humaine ?
      Et à la fin, ne comprenez vous pas que celui qui va souffir et crever en premier sera une personne comme vous. Les riches, les compétents, ceux qui pouvaient faire quelque chose de leur vie sont déjà loin. Reste donc les escrocs et ceux qui payent pour…..payer les intérets de la dette. Oups !

  • Etant Breton et collaborateur de Contrepoints, auteur par ailleurs de « L’Histoire de Bretagne en BD », je me sens obligé de préciser que la Bretagne a été annexée par le royaume de France suite à quatre guerres d’invasion (1487,1488,1489 1491), au traité de paix du Verger non respecté suite à la défaite de Saint-Aubin du Cormier (28 juillet 1488), au mariage forcé de notre bonne duchesse Anne avec Charles VIII, à son remariage avec Louis XII (contrat plus avantageux) , au mariage de sa fille Anne avec François d’Angoulême devenu François Ier qui « convainct » les Etats de Bretagne de demander en 1532 « l’Union », objet de « l’Edit d’Union Perpétuelle de Nantes de 1532 « . Les droits et privilèges de Bretagne, comme ceux d’autres provinces, ont été abolis unilatéralement par la fameuse nuit du 4 août 1789, et n’ont jamais été rétablis depuis.Breizh de viruikin memestra!

    • Cher René,
      Rien n’a été aboli le 4 août, bien au contraire, la féodalité a repris de la vigueur ! La véritable abolition avec autodafé des terriers et autres archives a été l’oeuvre de la Convention par la loi du 17 juillet 1793 – Je suis dessus actuellement et comme par hasard nos historiens encartés semblent ignorer ce texte majeur qui a fait de grands malheurs mais je n’en suis pas mécontents car ils ont surtout frappés les bourgeois qui avaient participé à la curée. Si je découvre d’autres choses…

  • Faut tout péter….J. B veau l’a démontré ! N’est il pas dans un truc bidul de l’Europe aujourd’hui ? En plus on participe activement au redressement de la France: plus vite on détruit cette gangrène, plus vite on va pouvoir soigner les malades. On pourrait pas commencer avec l’Elysée ?

  • L’Ecologie est l’alibi pour un déferlement de taxes, règlements et abus concernant la vie et la propriété privée.
    L’écologie c’est le totalitarisme imputé à la bonne conscience.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
infrastructures écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Votée tard dans la nuit de mardi à mercredi, le Sénat a validé le projet d’une écotaxe frappant les camions circulant sur l’autoroute A35 reliant les deux villes alsaciennes de Saint-Louis au sud à Lauterbourg au nord.

Si le projet doit encore recevoir l’aval de l’Assemblée nationale, le principe semble être acté, d’autant qu’il avait été annoncé en catimini par une ordonnance publiée au printemps et ouvrant la possibilité d’une taxe sur le fret routier en Alsace.

Il faut dire que l’autoroute en que... Poursuivre la lecture

l'écotaxe
0
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

L’écotaxe avait été imaginée par le Grenelle de l'environnement de 2007, puis abandonnée fin 2014 suite à la fronde des « bonnets rouges » qui emporta les portiques et leurs caméras de contrôle après une coûteuse installation aux frais du contribuable et n'ayant jamais servi.

L'écotaxe : la taxe « écologique » de trop

Suite aux réflexions orientées par des professionnels lors la Convention citoyenne pour le climat, et au projet de loi présenté le 10 février 2021 en conseil des ministres, l'exécutif s’interroge su... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

Le président Macron a fait du « sauvetage » du climat un support pour exister sur le plan international. L’accord référent n’est il pas l’Accord de Paris ?

L’écologisme macronien

Mais on sent bien que pour lui les questions environnementales sont des sujets parmi d’autres, avec un fort relent électoral. Il est jeune, mais toutefois pas suffisamment pour avoir connu Science Po telle qu’elle est maintenant : un organe de propagande pour écologistes radicaux post-modernistes.

À beaucoup de détails, on sub... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles