Hollande dénonce la « radicalisation d’une droite de type Tea Party »

Faute de consistance sur le fond, le Président a besoin d’épouvantails. Il gagnerait à balayer devant sa porte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hollande dénonce la « radicalisation d’une droite de type Tea Party »

Publié le 25 juillet 2013
- A +

Faute de consistance sur le fond, le Président a besoin d’épouvantails. Il gagnerait à balayer devant sa porte.

Par le Parisien libéral.

Selon le Président Hollande, on assisterait à une radicalisation d’une droite de type « Tea Party » en France (source le Lab Europe 1). Le chef de l’État appuie son raisonnement sur l’affaire Bourdouleix [1] et les propos du député-maire de Cholet concernant les gens du voyage ou sur la radicalisation à l’occasion du débat sur le mariage dit pour tous.

Le Président de la République, un homme cultivé, intelligent et bien formé, est très certainement dans l’ironie lorsqu’il effectue des comparaisons aussi approximatives, à moins qu’il ne cherche à renforcer son statut de chef de la majorité, en définissant des éléments de langage grossiers et caricaturaux.

D’abord, rappelons ce qu’est le Tea Party (la Tea Party, en fait). La Boston Tea Party, c’est une révolte fiscale des colons anglais de Nouvelle Angleterre, en 1773. Le parlement britannique avait voulu lever des taxes, les locaux se sont rebellés. Le mouvement lancé a conduit à l’Indépendance des États-Unis d’Amérique.

Le Tea Party, aujourd’hui, est un mouvement hétéroclite qui se confond partiellement avec le mouvement politique libertarien US. Il est très difficile de classifier le Tea Party, car certains de ses membres défendent des thèmes de la droite du Parti Républicain (« christian values », « stopper l’immigration des Mexicains »), d’autres, plus cohérents, s’en tiennent au libertarianisme d’Ayn Rand et sont proches de Ron Paul (qui est pourtant catholique alors qu’Ayn Rand est ultra athée). Politiquement parlant, le Tea Party est donc à mi chemin entre le Parti Républicain et le Parti Libertarien, opposé à Obama, parfois par racisme pur, et le plus souvent sur des problématiques fiscales.

Après tout, ce n’est pas être insultant que de rappeler que les Américains, tous migrants, n’ont pas traversé des océans pour avoir une Sécurité Sociale.

Du coup, est-ce qu on peut dessiner ne serait-ce qu’un parallèle entre la droite française et le Tea Party ? Bien sur que non. La droite française, conservatrice, n’est inspirée ni par le libéralisme économique ni par le libertarianisme politique et sociétal. Très souvent, la droite française s’en tient aux thèmes classiques du socialisme de droite (toujours plus d’impôts, plus de lois, plus d’État). Mais ce qui est sûr, c’est que le terme Tea Party est plutôt insultant, du point de vue (journalistique et politique) français.

Peut-on tirer des conclusions de portée générale de l’affaire Bourdouleix ? Non, évidemment. Ou alors, il faudrait se demander si le Parti Socialiste, en 2007 (affaire Frêche) ressuscitait le national-socialisme qui a tant coûté à l’Europe des années 30 et 40, en faisant des distinguo entre hommes et sous-hommes.

Il faudrait se demander si Bourdouleix est un individu, et non pas l’ensemble de la droite et du centre, tout comme Frêche ou le maire de Noisy ne sont que des individus, et non pas l’ensemble de la gauche.

Il faudrait se demander si, quand le ministre Arnaud Montebourg, tellement porté sur le nationalisme économique, nomme du nom de Colbert un logiciel du Ministère de l’Économie, faisant mine d’oublier que le ministre de Louis XIV était l’organisateur de l’esclavagisme et de l’expulsion des Juifs des Antilles, en plus d’être un protectionniste, le PS favorise la résurgence d’une gauche réactionnaire et antisémite qui rêve de retour au bon vieux temps des colonies.

Il faudrait se demander si, quand le PS fait tout pour faire élire Marion Maréchal le Pen, quand il organise des rafles de sans papiers à Barbès, quand il ne ferme pas la ZAPI 3 de Roissy, quand il expulse des Roms et des gens du voyages à Lille, Paris ou Nantes, quand il prend par principe la défense de policiers potentiellement violents et peut-être racistes à Trappes, il n’est pas, justement, dans cette continuité qui, depuis les années 40, lui a permis de s’exonérer de la responsabilité qu’il détient dans la montée du national-socialisme, puis dans la Seconde Guerre Mondiale, puis dans la répression algérienne, bref, dans ce climat qu’il s’empresse maintenant d’attribuer à une certaine droite qui, elle aussi, ferait mieux de mesurer ses propos, pour ne pas dire se tenir à carreaux.

Non, on ne peut pas croire à une tentative de récupération aussi minable. Cela serait vraiment fort peu digne d’un personnage qui doit faire à des tensions entre armée et population en Corrèze, à la crise de la dette en zone Euro, au scandale d’une BAC peut-être coupable de racisme à Trappes, à des problèmes avec la centrale nucléaire de Fessenheim, aux affaires Dalongeville, Andrieux, Guerini et Cahuzac et à la plainte d’un contribuable pour ISF non payé.

C’est sans doute le Lab Europe 1 qui sur-interprète la pensée du chef de l’État.

Quant à la question du mariage dit pour tous (dit, car, jusqu’à présent, les revendications des Mahorais de rétablissement de la polygamie sont restées lettres mortes), il serait quand même judicieux de rappeler qu’il ne s’agissait pas d’un débat gauche-droite puisque des élus de gauche étaient contre le principe [2] et des élus de droite y étaient très favorable [3], d’une part, et que, d’autre part, les manifestants qui sont venus défiler à Paris ont surtout protesté contre la PMA et la GPA à venir. L’article de France TV Infos d’hier pourrait leur donner raison.

Faute de consistance sur le fond, le Parti Socialiste a besoin d’épouvantails. Gageons que d’ici à 2014, il y aura d’autres extrémistes norvégiens arrêtés au petit matin et d’autres affaires Bourdouleix. C’est le rôle des démocrates, de l’UDI notamment, que de ramener la politique vers les sujets importants : baisse des impôts et de la dépense publique, intégration européenne, diplomatie des Droits de l’Homme, préservation des libertés civiles et limitation du rôle de l’État.

Le PS, de son côté, doit cesser de se radicaliser en rendant hommage au communisme, en se dédouanant de son passé, en adoptant des mesures populistes (pour ne pas dire plus) et en recevant les leaders d’extrême gauche.


Sur le web.

Notes :

 

  1. il est possible d’avoir un point de vue alternatif sur cette affaire, comme Breizh Journal.
  2. Le Point : de gauche et contre le mariage gay : Jérôme Lambert, Bernadette Laclais (Savoie), Patrick Lebreton (Réunion), Gabrielle Louis-Carabin (Guadeloupe), Marie-Françoise Bechtel (Aisne), Jean-Luc Laurent (Val-de-Marne), Dominique Potier (Meurthe-et-Moselle), Jean-Philippe Mallé (Yvelines), Nestor Azerot…
  3. De droite et du centre et pour le mariage gay : Jean-Louis Borloo, Franck Riester, Jacky Madja, Roselyne Bachelot…
Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • BAC peut être raciste à Trappes ?! Le couple au coeur de l’affaire de Trappes est gaulois converti à l’islam… Mais il n’est pas facile, évidemment, de déterminer la race de ceux qui se cache sous le déguisement de Belphégor.

    • Pour la femme c’est effectivement difficile à dire, mais pour le mari, ça saute aux yeux qu’il est « gaulois ».

  • Entièrement d’accord. Le gouvernement et le PS sont en pleine recherche d’épouvantails pour masquer leur indigence.
    Vous avez oublié d’ailleurs la dissolution de groupe d’extrême-droite (mais pas de dissolution de groupes d’extrême-gauche).

    En revanche, juste une interrogation. François Hollande cultivé ? Il a surement le bagage de base de l’énarque moyen. Mais de son propre aveu, il ne lit jamais (qu’aurait-on dit si Sarko avait osé dire un truc pareil!), on ne lui connaît aucune passion en dehors des petites blagues et il montre quotidiennement que l’idéologie lui tient lieu de connaissance de l’Histoire.
    Alors cultivé, je n’en suis pas si sûr.

    • JTout comme vous, Guillaume, j’émets moi aussi beaucoup de doutes sur sa soi-disant culture et ses connaissances. Il en est même à faire de terribles bourdes. Lors de son voyage au Japon, il rend hommage aux victimes japonaises de la tragédie de l’attaque du site gazier en Algérie et il confond chinois et japonais puis lors de son voyage en Tunisie où il confond la Tunisie avec l’Égypte après avoir quelques temps auparavant (avant le soulèvement en Égypte) confondu le premier ministre Hicham Qandil et le président égyptien Morsi en déclarant: « J’ai eu le premier ministre égyptien Morsi pour lui demander d’utiliser toute son influence au sujet de ce qui se passe dans la zone de Gaza « . Il a même fait mieux lors de la campagne présidentielle en affirmant que les ressortissants européens résidents en France pouvaient voter aux élections municipales mais n’étaient pas éligibles. Incroyable! Il a dû lire le traité de Maastricht en diagonale et zapper la moitié du contenu. Comme pour le reste , de toute évidence.

  • Et la France qui se transforme progressivement en future ex-URSS, ça ne le dérange pas 🙂

  • Tea party ou pas les gens disent « on ne votera plus jamais socialiste », ce qui est bien là l’essentiel.
    Ce gugus qui nous sert de PR sera 4eme en 2017 à moins de 10%.

  • petit oubli dans le paragraphe qui commence par « Non, on ne peut pas… »
     » qui doit faire à des tensions » => qui doit faire FACE à des tensions, me semblerait coller mieux avec la phrase…

  • Lol. Quelle vis comica !
    Hollande est un clown. Un vrai. Il est apprécié parce qu’il fait rire : ses femmes et ses amis, par ses blagues ; les autres, par ses sorties « sérieuses ».

    fait rire

  • La recherche frénétique d’un nouveau bouc-émissaire pour succéder à Sarkozy, aux Allemands, à la finance internationale, aux banquiers, aux paradis et exilés fiscaux, aux salauds de patrons, au CO2, etc., traduit le désarroi grandissant, pour ne pas dire le début de panique de la caste des politiciens, hauts fonctionnaires, journalistes et autres copains coquins, alors que leur merveilleuse construction idéologique se lézarde de toute part.

    Il n’y a plus à attendre longtemps le moment où ces minables vont se dévorer entre eux pour tenter désespérément de survivre, ce qui contribuera à accélérer leur chute.

    • Si, si, j’en tiens un qui était médaille d’Or dans les boucs-émissaires mais d’accord avec vous que Hollande est une belle médaille d’Argent pour la France. C’était … merde point Godwiiiinnnn.

  • Je crois qu’il serait opportun de rappeler, concernant Hollande, qu’il ne faut pas confondre « instruction » avec intelligence.
    Il est visiblement instruit, pour le reste, il semblerait que le jour de la distribution, il soit resté caché derrière la porte !
    Il accumule les erreurs grossières, élus avec les voix de l’abstention, quelqu’un d’intelligent n’aurait pas insulté par un comportement outrancier, le jour même de la passation de pouvoir, l’ancien de l’état d’une part, mais bien plus grave, l’autre moitié de la France qui n’avait pas voté pour lui.
    Quand on prétend être le président de tous les français, celui qui rassemble, on évite ce genre de réaction clanique puérile et déplacée.
    Il n’a cessé de le faire d’ailleurs depuis plus d’un an, il a insulté les riches, fustigés les chefs d’ entreprises, les expatriés, etc… bref il semble clairement avoir un problème avec tous ceux qui arrivent à gagner et mener leur vie sans les aides de l’état, en clair, les forces vives de la nation.

    Hollande est dans un corner, sa majorité hétéroclite le fait « chanter », chacun y allant de sa revendication, aussi farfelue soit-elle, histoire de pouvoir ramener quelques trophées à sa chapelle d’origine avant les municipales et les européennes.
    La cacophonie règne en maitre. Le « cap, la ligne gouvernementale » c’est qu’il n’y en a aucun !
    A l’intérieur même du gouvernement, les fractures sont difficiles à étouffer, même l’ enfumeur en chef peine à contenir les distensions.
    Alors que faire ?
    En pur produit marketing crée de toute pièce par les médias et des publicitaires, Hollande sous la coupe de son équipe de comm’, nous sort ce nouveau concept de droite Tea partite !!
    Comme c’est pratique, on peut y mettre tout et n’importe quoi, ce qui est idéal, vu qu’il n’a que des foutaises argumentaires pour l’alimenter.
    Il espère surement que ça marche pour faire diversion de tous les autres sujets autrement plus graves et sur lesquels son incompétence comme toute celle de son équipe n’est plus à démontrer, en un an, on a largement eu le temps de mesurer l’étendue du désastre.
    Sa diversion ne marchera pas davantage que sa loi de « moralisation » pour détourner l’attention de l’opinion publique du scandale d’état que représente la gestion par l’Elysée de l’affaire Cahuzac. La chute est proche.
    De l’autre côté, Hollande se heurte aux réalités et aux fonctionnements de l’économie mondialisée auxquels ses certitudes idéologiques socialistes ne résistent pas.
    La reprise semble se profiler en Espagne, en GB, confortant les thèses que faire du grand nettoyage finit par payer tout en contredisant encore peu plus la ligne qu’il défend depuis son élection auprès de nos partenaires européens.
    Bien que athée, il prie sans relâche pour que Merkel soit battue car si tel n’était pas le cas, nul doute que nos rapports avec Berlin ne seront plus aussi diplomatiquement corrects.
    La France étant déjà grandement isolée, sa parole fortement discréditée, les derniers sketches avec Barroso n’ayant rien arrangé. Hollande a vraiment un don particulier pour oser faire la morale aux autres alors qu’il n’est lui même capable de rien.
    Désormais ses paroles et ses discours ne leurrent plus personne, alors son histoire de droite à la Tea party fera pschitt, comme lui.

    • Je suis entièrement d’accord avec votre analyse mais par contre en ce qui concerne l’intelligence j’aurais tendance à croire le contraire. J’ai toujours pensé, mais peut-être à tort, qu’il est intelligent mais démuni de connaissances nécessaires pour diriger un parti, et encore moins un pays. En fait, pour moi en politique, parvenir à ses fins (=stratégie) est un signe d’intelligence et confirmer le bien fondé de ces fins (=pratique) requière des connaissances. Après tout, ne lui a-t-il pas suffit de faire de l’anti-sarkozysme et de convaincre les gens de sa bonne foi pour arriver au pouvoir? N’a-t-il pas su se servir des journalistes et des médis pour y parvenir et entretenir son mythe d’homme normal? N’a-t-il pas réussi à endormir les marchés et l’Ue alors que tout va de mal en pis? Il sait se servir des gens, de leurs points faibles et de leurs ambitions. Il a passé toute sa vie à leurrer son monde, à manipuler les gens, pour atteindre ses propres objectifs. Il est sûr de sa méthode puisqu’elle a déjà fait ses preuves au point qu’il en devient narcissique. Si aucun journalistes n’est capable de relever toutes ses absurdités, il pense que les français ne le feront pas non plus. Les français ont bien été lobotomisés par la campagne d’anti-sarkozysme de la gauche et des médias/presse! Cela dénote déjà du peu d’estime qu’il a pour nos neurones. Le dîner avec la presse a servi à entretenir une sympathie feinte. Devenir un «incapable» n’atteint pas son narcissisme car à la limite il aura toujours l’excuse de la crise, celle qu’il niait à son prédécesseur et l’Ue.
      Mais je suis peut-être dans l’erreur.

      • @ Tmatique,
        Moi je ne le trouve pas intelligent mais seulement cynique.
        Cette manie de faire de l’humour même dans les situations où cela ne se prête guère, c’est assez révélateur, Laférrière avait dit un truc du style « Je déteste tellement le cynisme et l’ironie que je serais prêt à ne plus utiliser l’humour. »
        Avouez que ça colle assez bien au personnage, non ?
        Dans le même registre et parce qu’il faut bien se détendre un peu, j’ai lu sur le Figaro qu’en Chine, ils avaient traduit son nom Hollande en Ao-Lang-De, soit «brillante vertu mystérieuse» !!!! Oui, monsieur… pas moins que ça, je suis sur que ça vous en bouche un coin !
        On en a de la chance….
        Quand au prof d’allemand, pas de bol, c’est toujours aussi foireux…
        Je vous mets l’article :
        http://www.lefigaro.fr/politique/2013/07/25/01002-20130725ARTFIG00451-en-coreen-ayrault-signifie-difficile-ou-erotique.php

        Par contre, plus sérieusement, vous avez pris connaissances de ses dernières déclarations sur la reprise en Europe ?

        http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/07/25/20002-20130725ARTFIG00419-hollande-voit-la-sortie-de-recession-pour-l-union-europeenne.php

        Quelle pitié d’avoir un représentant pareil.

        • Ah, Ac! Même les experts ont du mal à définir l’intelligence. Le cerveau est un muscle dont nous ne parvenons pas encore à définir tout son potentiel avec précision. Alors, à défaut de pouvoir en maîtriser ses contours j’avoue partager les deux visions suivantes: «L’intelligence, c’est comme les parachutes, quand on n’en a pas, on s’écrase» (Pierre Desproges) et «Rien n’est aussi stupide que l’intelligence orgueilleuse d’elle-même» (Mikhaïl Bakounine). Il ne s’est jamais écrasé malgré toutes les erreurs qu’il a commise au sein de son parti et dans sa région. Nous verrons si il en est autrement à présent. Si bien des gens ont oublié facilement ces précédentes erreurs, il n’y a pas de raisons pour qu’il en soit autrement par la suite. N’oublions pas qu’il n’a été élu que par défaut, par anti-sarkozysme, pas pour lui-même. Il ne marquera pas les annales de la République mais il saura se refaire une autre image.
          Ceci étant, j’ai lu les deux articles dont vous avez fourni les liens. Associer «brillante vertu» à «mystérieuse» est en soit une affirmation (brillante=qualificatif clair) d’un doute (mystérieuse=inconnue, invisible, incompréhensible). Non seulement il n’est pas crédible au niveau international et européen mais de plus il a droit à l’ironie sémantique. La totale! Par ailleurs, il confond les frémissements d’une reprise portés par certains pays et généralisation de celle-ci à tous les pays, dont la France. Même Bruxelles et l’Ocde prévoit une dégradation de la situation en France. Nous nageons en pleine schizophrénie économique. Et alors nous affirmer «J’avais dit il y a quelques mois que nous étions sortis pour l’essentiel de la crise de la zone euro. C’est le cas», il nous prend vraiment pour des demeurés. Encore un jeu de sémantique avec la précision de «pour l’essentiel». Il est vrai qu’il ne manque «que» 4 milliards d’euros pour financer le programme d’aide à la Grèce jusqu’en 2014. Mais tant que la Grèce, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, et à présent la France, ne font pas les réformes nécessaires et ne parviennent pas à réduire leurs déficits nous ne sommes pas sortis de cette crise. Une période de rémission n’est pas une guérison. Décidément sa seule offensive de l’an II est celle de la lobotomisation via média et presse, qu’il ne cesse de squatter, avec un optimisme qui dépasse l’entendement.
          Je m’associe à votre désolation d’être aussi mal représenté.

      • Vous trouvez qu’il a endormi les marchés ?
        Pas les agences de notation….
        La dette vronzaise n’est plus AAA depuis 3 semaines et personne n’en cause
        Lorsque moody’s a dégradé, sous Sarko, tout le monde, je dit bien tout le monde y est allé de sa condamnation de l’action sarkozienne

        Là…..silence total…… un silence de cathédrale comme on dit

    • Un qui était intelligent et qui savait juger l’intelligence des gens (pour mieux les manipuler) ne l’a d’ailleurs jamais choisi comme ministre ou même secrétaire d’état. Par contre sa compagne de l’époque…

  • Vous m’avez presque converti. Ce gouvernement faussement socialiste n’est pas mieux que le précédent, ou ne sera pas mieux que celui qui lui succédera. Vous remarquerez toujours ce besoin d’ennemis constants pour éviter les vraies questions qui fâchent.

  • Excellent rappel des fondements du Tea Party! Si la presse et les médias n’étaient pas, dans leur ensemble, plus absorbés par la people politique que par les faits eux même, nous n’aurions pas droit à une diffusion en boucle de telles énormités, dont cet amalgame débile avec le Tea Party.
    Par ailleurs, je pense qu’il y a souvent confusion entre valeurs et politique. La politique concerne le mode de gouvernance tandis que les valeurs sont des règles morales. Les valeurs peuvent être l’âme d’une politique, son guide «spirituel», voire même déontologique, mais en aucun cas elles se substituent à la politique qui elle organise le pouvoir, les institutions et en définit leurs fonctions, leurs attributions. Dans ce contexte, si l’immigration est un sujet de stigmatisation, de rejet d’autrui, de phobie, voire pire, il s’agit de valeurs tandis que lorsqu’il est abordé sous l’angle des flux migratoires et de régulation il s’intègre dans la politique. Personne ne peut gouverner avec pour seul priorité la régulation des flux migratoires et encore moins pour seul objectif de défendre des valeurs qui consisteraient à mettre tout le monde dehors. Il faut des mesures d’ensemble concernant le pouvoir et les institutions. Lorsqu’il s’agit d’une politique socialiste, l’Etat centralise toutes les richesses et ressources pour les redistribuer (de l’interventionnisme) tandis qu’avec une politique de droite l’Etat est surtout régalien, réduit dans ses fonctions, avec une autonomie économique d’autant plus grande que l’Etat a un rôle restreint. Dès lors, le Tea Party regroupe des gens aux valeurs différentes mais défend la même politique: un Etat au rôle hyper restreint et une fiscalité pratiquement inexistante. La droite jusqu’à Chirac nous a fait du Keynes déformé (au profit des élus et de leurs carrières) où l’Etat, malgré des périodes de croissance, a maintenu une politique de relance et un interventionnisme ponctuel. Pas du socialisme où l’économie est sous tutelle de l’Etat (des nationalisations sous Mitterrand, la loi Florange et l’intervention dans la gestion de Psa à présent). Quant à Sarkozy, il a fait de la relance par la consommation pour parer aux effets de la crise sur le pouvoir d’achat et sur la croissance tout en tentant de réduire la participation de l’Etat dans d’autres domaines, entre autres, par l’autonomie des université et la réforme des collectivités locales. Plus proche de Keynes (qui ne l’oublions pas était un libéral) que ses prédécesseurs. En cinq ans il ne pouvait réduire les impôts et l’intervention de l’Etat, surtout en pleine crise.
    À présent nous n’avons ni du socialisme, ni de la droite, au sens politique du terme. Il n’y a pas de cap car il n’y a pas de politique. Il n’y a que de la temporisation ponctuelle pour contenter les marchés, l’Ue, et l’électorat de gauche. Tout n’est que façade et creux. Pas même de la social-démocratie, créé par Bernstein (1850-1933) dont les réformes reposent sur le marxisme, ni même Réformiste dont Alexandre Millérand (1859-1943) a été l’un des précurseurs et dont les réformes reposent sur la République mais le fond demeure socialiste avec un Etat interventionniste.
    Ceci étant, le plus déplorable dans cette affaire, est de voir un homme, censé représenter la France et les français, se comporter comme un simple chef de parti et reprendre les propos déjà erronés de son ministre Valls (tenus en avril 2013), comme si il était son répondeur automatique. Ceci rajouté au reste de ses erreurs, nous aurons de quoi écrire les «perles» du pouvoir en place, histoire d’être magnanime avec ces jeunes qui en font souvent les frais. Par contre, je doute fort que nous en rirons un jour.

  • « Ayn Rand est ultra athée »: qu’es aquò ?
    Ultra: certainement; athée, fort probablement aussi; mais au-delà de l’athéisme, qu’est-ce que vous avez? De l’athéisme, encore de l’athéisme, toujours de l’athéisme…
    Inutile de singer les misérables communistes qui ne voient qu’ultra-libéralisme là où le collectivisme ne triomphe pas.

    • Qu’Ayn Rand fût athée ne signifie pas que sa philosophie de la vie soit en contradiction avec le christianisme.

      Sa vision de l’égoïsme ne correspond pas au sens commun, puisque ses héros dans La grève se révoltent spontanément contre les atteintes à la liberté des autres, et apprennent à se révolter contre les atteintes à leur propre liberté. Elle prône simplement la plus parfaite honnêteté: Le refus absolu du mensonge et de la contrainte. Ce qui est effectivement incompatible avec le socialisme, mais certainement pas avec le christianisme !

      Jésus incarne les mêmes valeurs.

      C’est pourquoi la contradiction entre l’appel chrétien à servir autrui (d’où la formule « les derniers seront les premiers ») et celui randien à ne pas servir autrui est en fait superficielle: Rand s’emploie à montrer que lorsque de telles conditions sont réunies, les individus servent la collectivité et la société est prospère et harmonieuse (mais elle ne prétend pas que cela suffise à éliminer l’utilité de la charité).

      Le christianisme d’ailleurs subordonne la charité à la vérité – d’où l’opposition au « mariage » gay, ce qui me semble rejoindre la philosophie d’Ayn Rand.

  • Article corrosif, vraiment excellent! J’ai adoré et retweeté. Merci infiniment!

  • ERMERGHERD ! Ron Paul n’est pas catholique, mais protestant !!

    Hormis cela, excellent article – l’un des meilleurs du PL…

  • Les cons ça osé tout . Michel Audiard

  • Un excellent papier.

    Quelques commentaires d’un Nord-américain.

    TEA = Taxed Enough Already (Déjà Suffisemment Imposés). Le nom est extrêment symbolique pour les Américains: le Tea Party est le lancement de la Révolution.

    Le régime Obama l’a parfaitement compris en mobililisant l’administration fiscal (IRS) contre le TP, dans le mépris le plus total de la Constitution.

    Le TP n’est pas entre Rand et les Républicains classiques, il les englobe tous les deux.

    Les Républicains ne sont pas racistes: Lincoln était Républicain et les lois sur l’émancipation aux XIXème et XXèeme siècle ont été passées par les Républicains CONTRE les Démocrates (le dernier chef du KuKlux Klan était un sénateur Démocrate)!

    Les Démocrates sont infiniment plus racistes:
    1) maintien de la minorité Noire dans la dependence, cette fois-ci de l’État, pour créer une clientèle indétachable (les 47% d’électeurs dépendants de l’aide de l’État mentionnés par le candidat Républicain Romney à la dernière election présidentielle) et ca marche: les Noirs ont voté à 94% pour Obama (les quelques voix discordantes dans la communauté Noire étant diabolisées, comme Palin par la communauté feministe);
    2) et maintenant le racisme anti-Blancs: les interventions illégales de Holder et Obama dans les procédures pénales d’un État (l’affaire Trayvon/Zimmerman) et les tombereaux de haine déversés par les médias « classiques » Américains (notamment le NYT) ces derniers jours sur la « culpabilité Blanche ».Voir http://www.realclearpolitics.com

    Le parallèle entre Obama et Hollande n’est PAS une coincidence: on trouve de nombreux individus, comme une journaliste francaise (ex-Obamazoom dans Le Figaro) dans son équipe chargée de plancher sur la « Justice sociale », ainsi qu’un solide baggage idéologique comme l’agitateur Alinsky et les autres trotskystes qui ont formé 2 générations de « travailleurs sociaux » et journalistes (voir la journolist) dans les deux pays.

    Enfin, en ce qui concerne la destruction de la famille, elle est programmée de la même manière que dans le projet de reconstruction politique et sociale du régime soviétique, visant à laisser l’individu seul et démuni devant la toute puissance de l’État.

  • CONTREPOINTS >> MESSAGE MODÉRÉ.
    Le trolling et le flooding, de même que les insultes gratuites sont interdits. Deuxième et dernier avertissement.

  • L’Académie de médecine soupçonnée de gauchisme, il fallait la sortir celle-là. Mission accomplie.

  • Pour vous dire le niveau de nos dirigeants et de la gauche… assimilés les propos « pro-Hitler » de Bourdouleix* au Tea Party, n’importe quoi.

    Si seulement c’était vrai cette histoire de Tea Party français… ce n’est pas le cas, loin de là.

    *histoire d’ailleurs largement manipulé par la presse de gauche, le contexte était bien précis et en réaction a vingts personnes du voyage qui lui faisait des salut nazis, ça évidemment on ne l’a pas entendu dans les médias.

  • le tea party un mouvement politique hétéroclite aux États-Unis, contestataire, de type libertarien qui s’oppose à l’État fédéral et ses impôts. l’acronyme TEA signifie « Taxed Enough Already » (déjà suffisamment imposés). http://www.contrepoints.org/2012/08/19/94299-les-racines-libertariennes-du-tea-party http://www.contrepoints.org/2010/11/12/7100-quatre-mythes-a-propos-du-tea-party http://libres.org/actualite/2892-les-tea-parties-aux-usa-lecons-pour-les-francais.html http://www.contrepoints.org/2010/10/27/5402-pourquoi-les-tea-parties-marchent-si-fort

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis le retrait de la vie politique d’Alain Madelin, les libéraux sont orphelins d’un homme politique de premier plan. David Lisnard sera-t-il celui-là ?

Force est de constater la montée en puissance du maire de Cannes depuis plusieurs mois.

Tout d’abord, le président de Nouvelle Énergie n’a pas hésité à signer la tribune collective « Le libéralisme, ce mot interdit en France » parue dans Le Figaro le 22 avril. Certes, des hommes politiques ont pu se revendiquer du libéralisme par ignorance ou, plus souvent, par opportunisme, ... Poursuivre la lecture

Durant des décennies, la droite a été considérée comme une. La montée en puissance du Front national (devenu Rassemblement national), dans la seconde partie des années 1980, a modifié cette approche en mettant l'extrême droite en regard de la droite.

Petite(s) histoire(s) des droites[1. Le premier paragraphe a largement été inspiré par : Les grands textes de la droite et de la gauche lepoint.fr ; ainsi que par Qu'est-ce un Méchant Réac ? | Méchant Réac ! le site mechantreac.fr.]

 

Les divisions à droite sont anciennes, profonde... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean Granville.

Il est fréquent d’entendre dire que la droite et la gauche sont dépassées car la vraie fracture oppose désormais X et Y (riches et pauvres, somewhere et anywhere, etc.).

Cette idée repose sur un contresens : la bipolarité ne tient pas à une quelconque fracture au sein de la société mais au simple besoin d'organiser rationnellement les choix politiques. La gauche et la droite ne sont pas des philosophies mais des emplacements qui, dans une démocratie fonctionnant correctement, forment les deux plateaux d’une b... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles